Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

COP21, échec annoncé… ou accord de dernière minute ?

16 Octobre 2015, 21:11pm

Publié par MoDem Colombes

COP21, échec annoncé… ou accord de dernière minute ?

Le président du MoDem a conclu, jeudi soir au Sénat, une conférence consacrée aux enjeux de la 21e conférence internationale sur le climat prévue fin novembre à Paris. Il a insisté sur l'ampleur des défis posés à l'humanité.

Par Emmanuel Galiero

François Bayrou a souligné que le changement climatique posait un problème « crucial » et invité à « une prise de conscience », en concluant, hier soir au Sénat, une série de conférences rassemblées sous le titre « COP21, échec annoncé… ou accord de dernière minute ? ». Un peu plus de cent personnes étaient présentes pour suivre les différentes interventions.

Dans sa conclusion consacrée aux enjeux de la 21e conférence internationale sur le climat prévue fin novembre à Paris, le président du MoDem s'est exprimé en compagnie du co-président du Parti démocrate européen et ancien maire de Rome, Francesco Rutelli. « Paris Climat va sceller un accord, sans doute », a lancé l'orateur italien tout en se disant sceptique sur la capacité de la communauté internationale à atteindre son objectif de limiter à deux degrés le changement climatique. « Il faut imposer des actes concrets », a affirmé Rutelli en désignant un « impératif éthique et politique ». Insistant sur l'urgence, il a ajouté: « L'Europe devrait montrer la voie de l'union énergétique. Nous ne sommes pas les damnés d'un monde impossible à vivre. »

Soulignant également l'urgence de la situation, François Bayrou a ironisé sur les « horizons lointains non remplis », en citant La Fontaine et la fable Le Charlatan qui, dans sa morale affirme que « C'est folie de compter sur dix ans de vie ». « Je voudrais dire des choses concrètes et pratiques, pas faire de vœux pieux », a-t-il également déclaré, avant d'énumérer une liste de décisions précises à prendre: la fixation du prix du carbone, le respect des engagements pris à Copenhague sur le financement (100 milliards dont 62 seulement ont été couverts), une taxe sur les produits financiers vu comme une ressource pérenne, une possibilité de mesurer les engagement pris en temps réel.

« Projet de société et même de civilisation »

L'élu centriste a exprimé l'espoir d'une plus grande « prise de conscience ». « Cela n'appartient pas seulement aux États mais à chacun d'entre nous », a-t-il poursuivi en vantant le rôle des politiques locales, des élus et des citoyens. Le maire de Pau a été applaudi lorsqu'il a cité l'exemple de sa ville où il prévoit de multiplier par trois les itinéraires cyclables tout en réduisant la facture coûteuse des vélos en libre service dans sa commune (3500 euros par an et par vélo).

François Bayrou a également évoqué les enjeux alimentaires à l'échelle de la planète. « Je suis persuadé que dans chaque foyer il y a beaucoup de progrès à faire. Nous avons la solution, très souvent, dans des petites décisions », a-t-il considéré. Enfin, à se référant, comme son ami Francesco Rutelli, à la conscience du Pape François, le président du MoDem a vanté un « projet de société et même de civilisation ».

Parmi les participants au colloque, soutenu financièrement par le Parlement européen, on pouvait noter la présence de Brice Lalonde (ancien coordonnateur de la conférence des Nations unies sur le développement durable), Jean-Baptiste Poncelet (coordinateur COP21 à France Environnement), David Triacca (coordinateur du Centro per un Futuro Sostenible), Fadila Mehal (conseillère MoDem de Paris), Mathieu Orphelin (porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot), Riccardo Valentini (Prix Nobel 2007, membre du GIEC et professeur), Kamel Ben Naceur (Agence internationale de l'énergie).

Commenter cet article