Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Dernier jour pour l'inscription sur les listes électorales

31 Décembre 2007, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

carte-electeur-2007-01.jpgRendez-vous au bureau des Elections situé sous-sol de l'Hôtel de Ville, Place de la République, de 8h30 à 17h30, tél : 01 47 60 80 20,  pour pouvoir voter en 2008 lors des élections municipales et cantonales.

Les élections cantonales et municipales auront lieu les 9 et 16 mars 2008.

Les jeunes ayant atteint l'âge de 18 ans avant le 28 février 2008 (inclus) sont inscrits d'office sur les listes électorales. Généralement, les jeunes ayant atteint 18 ans entre le 1er mars et la veille du premier tour de scrutin sont également inscrits d'office. Renseignez-vous. Attention, toute personne inscrite d'office ne reçoit pas systématiquement de notification de son inscription. Là encore, par précaution, renseignez-vous auprès de votre mairie, pour vérifier que l'inscription a été effectuée.

Quelques indications pour tous ceux qui ne relèvent pas d'une procédure d'inscription d'office : personnes ayant déménagé ou n'ayant jamais été inscrites sur les listes électorales. 

Les pièces nécessaires : votre carte d'identité ou passeport, plus un justificatif de domicile à votre nom: quittance de loyer (non manuscrite), facture EDF datant de moins de trois mois, taxe d'habitation, voire votre avis d'imposition ou de non-imposition. Attention, les factures de téléphone mobile sont rarement acceptées.

Si vous êtes hébergé, amenez une attestation de l'hébergeant précisant la date d'arrivée, ainsi que sa pièce d'identité, un justificatif de domicile à son nom accompagné d'un courrier quelconque qui vous est adressé à l'adresse où vous logez.

Si vous habitez chez vos parents et que vous avez moins de 25 ans, un livret de famille ou un extrait de naissance peuvent remplacer l'attestation d'hébergement. Si vous avez plus de 25 ans, vous êtes considéré comme un ‘'hébergé'' (voir-ci-dessus).

Si vous venez d'obtenir la nationalité française, vous devez en plus de ces pièces un certificat de nationalité ou le décret de naturalisation.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez remettre une procuration établie sur papier libre à quelqu'un ou demander votre inscription par correspondance en envoyant les pièces indiquées.

En cas de déménagement, la mairie où vous vous inscrirez doit normalement se charger elle-même de vous radier des listes de votre ancien domicile. Si vous n'êtes pas allé vous inscrire à temps dans votre nouvelle mairie, il vous reste à établir une procuration pour qu'un de vos proches puisse voter à votre place dans votre ancien lieu de résidence. Cette fois, c'est au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d'instance qu'il faudra s'adresser. Il vous suffira d'une pièce d'identité et de quelques renseignements sur votre mandataire pour obtenir une procuration. En principe, une procuration peut être établie jusqu'à la veille du scrutin, mais il faut tout de même prévoir un délai de quelques jours, le temps pour la commune de recevoir les documents.

Les ressortissants de l'un des 26 autres Etats membres de l'Union européenne ont également la possibilité de voter aux élections municipales : ils doivent donc aussi effectuer la démarche de s'inscrire sur les listes électorales selon des modalités différentes : http://modem-colombes.over-blog.com/article-13886847.html

Plus d'infos : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N362.xhtml?&n=Elections&l=N4&n=Elections%20politiques&l=N47

Maires adjoints et code électoral

30 Décembre 2007, 16:18pm

Publié par MoDem-Colombes

9782247071265.jpgPour tenter de mettre fin à une polémique apparaissant sur certains blogs politiques colombiens et concernant l'ordre des adjoints au maire, il est utile d'apporter les précisions suivantes :

La loi n°2007-128 du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives a modifié les règles applicables, en matière de parité, dans le cadre des élections municipales et du fonctionnement des conseils municipaux.

Le décret n°2007-1670 du 26 novembre 2007 a modifié la partie réglementaire du code électoral en conséquence. Voici ce qu'il faut retenir.

 

1. La composition des listes municipales

 

Dans les communes de 3500 habitants et plus, les listes de candidats pour l'élection municipale doivent désormais être composées alternativement d'un candidat de chaque sexe (art. L.264 du code électoral, al.1).

 

Si le candidat tête de liste est une femme, le second de liste doit être un homme, le troisième une femme, etc.

 

2. Election des adjoints au maire

 

Dans les communes de moins de 3500 habitants, les adjoints sont élus au scrutin secret et à la majorité absolue (art. L.2122-7-1 du code général des collectivités territoriales – CGCT).

 

Dans les communes de 3500 habitants et plus, les adjoints sont désormais élus au scrutin de liste à la majorité absolue (art. L.2122-7-2 du CGCT).

Chaque liste doit comporter autant de noms que de postes d'adjoints à pourvoir ;

Sur chacune des listes l'écart entre les candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un ;

Les textes ne prévoient, en revanche, aucune disposition particulière quant à l'ordre de présentation des candidats sur la liste.

 

S'il est prévu d'élire 9 adjoints, il faut obligatoirement présenter une liste comportant 5 femmes et 4 hommes, ou 4 femmes et 5 hommes, présentés sur la liste dans l'ordre souhaité.

L'ordre des candidats de cette liste d'adjoints peut donc être tout à fait différent de l'ordre de la liste présentée aux électeurs.

 

Si, après 2 tours, aucune liste n'a obtenu la majorité absolue, il est procédé à un troisième tour et l'élection a lieu à la majorité relative. En cas d'élection d'un seul adjoint, il est élu au scrutin secret et à la majorité absolue.

 

3. L'ordre du tableau

« Après le maire, prennent rang, dans l'ordre du tableau, les adjoints puis les conseillers municipaux » (article R. 2121-2 du CGCT).

Pour les adjoints, « l'ordre du tableau est déterminé (...) par l'ordre de nomination et, entre adjoints élus sur une même liste, par l'ordre de présentation sur la liste » (article R. 2121-3 du CGCT).

 

Cela signifie que, sur la liste d'adjoints, la personne qui occupe le 1er rang sur la liste (on parle bien ici de la liste des adjoints) sera automatiquement le 1er adjoint, celle qui occupe le 2ème rang sur la liste sera le 2ème adjoint, et ainsi de suite.

 

Avant ces dispositions, les adjoints prenaient rang dans l'ordre du tableau dans l'ordre de leur nomination. C'est ceci qui a été modifié, les adjoints étant désormais élus au scrutin de liste. 

C'est arrivé cette année !

28 Décembre 2007, 10:01am

Publié par MoDem-Colombes

potrait-fb-petit.jpgFrançois Bayrou sera l'invité, samedi 29 décembre 2007, à 9h05, de Fabien Namias sur Europe 1, lors de l'émission "C'est arrivé cette année!" consacrée à l'année 2007 commentée par de grands témoins.
Il y aura aussi une interview de Jacques Séguéla, à l'origine du dîner au cours duquel Nicolas Sarkozy et Carla Bruni se sont rencontrés.

En avant Colombes ! Réunions des 21 et 22/12

26 Décembre 2007, 21:00pm

Publié par MoDem-Colombes

IMG-9339.JPGIMG-9337.JPGIMG-9346.JPGIMG-9351.JPGIMG-9367.JPGundefinedundefined
undefined












La section MoDem de Colombes s'est réunie Vendredi dernier, pour la première fois après l'investiture officielle de Laurent Trupin.  Le lendemain, les référents des 11 ateliers de travail, mis en place dès Juillet 2007, se sont retrouvés pour un séminaire de travail samedi 22 décembre 2007. 
Les ateliers (et leurs référents) sont les suivants : 

1-     Culture (Charles Ham)

2-     Sport (Pascal Bourgeois)

3-     Finances locales et intercommunalité (Erwann Le Guern)

4-     Education (de la maternelle au lycée) (Clotilde de Pastors)

5-     Sécurité des personnes et des biens (Jean Claude Nicoli)

6-     Urbanisme et architecture (Benoît Andrier)

7-     Développement durable et cadre de vie (Christian Don)

8-     Entreprises, commerces, animation des quartiers (Michel Mome)

9-     Affaires sociales (petites enfance, personnes âgées, handicap, aide sociale…) (Bernadette Samama)

10- Démocratie locale et associations (Florence Lhomme)

11- Transports (collectifs et individuels) (Laurent Trupin)

En avant Colombes !

Temps de la ville contre temps politique

26 Décembre 2007, 11:39am

Publié par MoDem-Colombes

Une bonne centaine de personnes des Hauts de Seine, de Paris et autres départements franciliens se sont rendus mardi 18 à Clamart, à l’invitation des Jeunes du Mouvement Démocrate pour participer à un café politique sur le « développement durable ».

Frédéric Badina, responsable des jeunes de Cap 21, Géographe aménageur, Diplomé ESSEC, en Mastère Spécialisé management urbain, a pris la parole pour un état des lieux des principes de développement durable dans une ville. Six sont prévalents : le principe de précaution, de prévention, l’économie et la bonne gestion, la responsabilité du citoyen et des élus, la participation des citoyens, la solidarité (des individus, des systèmes : subsidiarité, le retour !). Cap 21, axe sa réflexion pour les villes sur trois de ces principes :
1)     L’économie et la bonne gestion : dans une commune, on fait des choix, on planifie, on valide un budget, on gère les ressources et les personnes. Il faut mettre au cœur de la réflexion la durabilité des choix au-delà d’un mandat de six ans et agir plutôt à 15 ou 20 ans. Il s’agit de se caler sur le temps de la ville plus que sur le temps politique.

2)    
La responsabilité : toutes les communautés ont, par exemple, des activités polluantes. Le plan de financement doit intégrer cette contrainte. Un sujet tabou : le coût sociétal des comportements irresponsables. Exemple, la pose d’un dos d’âne coûteux pour éviter les excès de vitesse dans un centre ville. Il faut donc aider à changer les comportements ! Côté élu, la responsabilité signifie rendre compte, jouer la clarté et la transparence.

3)    
La participation : La transparence dans les choix au niveau des élus permet de restaurer le lien de confiance fondamental entre les citoyens et le politique. Mais le citoyen doit être impliqué en amont dans la prise de décision car il connaît, pour les vivre de l’intérieur, les problèmes collectifs, les besoins de développement urbain. Il peut aussi avoir une expertise dans un domaine. Il faut donc mieux prendre en compte la valeur ajoutée de l’expertise de chacun dans les espaces de vie participative, comme les conseils de quartier.

En savoir plus : http://www.modem92.net/article-14863174.html

Non-assistance à humanité en danger

24 Décembre 2007, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

Les peuples de la Terre peuvent aujourd'hui accuser les gouvernants participants à la conférence de Bali , en fait, plus précisément ceux qui ont délibérément torpillé tout accord permettant de  prendre date, sur des bases chiffrées , en vue d'un accord à Copenhague en 2009 prenant la suite de l'accord de Kyoto. Ce qui vient de se passer apparaîtra très certainement dans les années qui viennent comme une preuve supplémentaire de l'égoïsme et de la cécité de ceux qui ont décidé de  l'avenir du monde en fonction de leurs intérêts propres et immédiats. En effet, les dernières conclusions du GIEC, qui pour la première fois parlent d'irréversibilité, les constatations d'ordre scientifique sur l'évolution du Groenland ou de l'Arctique, l'accumulation des preuves du changement climatique et du risque qu'il fait courir à l'humanité, permettant aujourd'hui de parler en ce qui concerne cette question d'application du principe de prévention et même plus du principe de précaution, les messages de détresse lancés par les populations de Papouasie et d'autres iles qui constituent les premiers réfugiés climatiques et qui ne peuvent déjà plus se nourrir normalement n'auraient pas dû laisser le moindre choix aux responsables réunis à Bali. Or, malgré les efforts du secrétaire général de l'ONU, malgré la position unitaire et ferme de l'Europe, cette réunion a accouché d'une demie souris. La seule avancée réelle concerne l'avancée du projet Reed dont l'objectif est  de financer les pays du Sud pour qu'ils conservent  leurs forêts ou reboisent .Il faut rappeler que la déforestation représente 27 % du total des émissions de CO2, soit plus que le transport et que la valeur de la forêt n'est pas seulement d'ordre écologique entame de séquestration de carbone mais également le lieu majeur de la biodiversité est un lieu de vie essentielle. La banque mondiale a consacré 208 millions d'euros à des projets pilote de surveillance ce qui est loin des 5 milliards de dollars auquel Nicolas Stern évaluait les moyens nécessaires à mettre en place. Une seconde avancée , plus modeste,consiste en la mise en place d'un fonds d'adaptation, sous la tutelle du fonds mondial pour l'environnement, destiné à financer des  transferts de technologie. Pour le reste, l'obstruction américaine a plombé tout accord ce qui conduit à s'interroger sur le point de savoir qui gouverne vraiment le monde et quelles solutions on pourrait proposer pour mettre un terme au crime de non-assistance à humanité en danger.

Le blocage de George Bush sur le sujet du climat, contraire à la position de la Cour Suprême, mais qui trouve bien évidemment sa source dans la volonté de certaines sociétés pétrolières est un point central. Rappelons qu'Exxon a financé depuis des années le lobby de « la machine à nier », instrumentalisant des centaines de centres de recherche et d'association plus ou moins bidons dont l'objectif était  identique : faire du changement climatique une hypothèse et non un fait. La proposition d'Al Gore de conclure un accord en laissant de côté les États-Unis avec comme objectif probable de stigmatiser cette attitude inadmissible mais ne permettait pas de faire réellement avancer la position internationale. En effet, les États-Unis ne sont pas seuls, malheureusement. Le Canada et l'Australie soutiennent une position très proche, pour des raisons d'intérêt économique immédiat cependant que les pays pétroliers et leurs alliés traditionnels ont toujours pris la position la plus favorable à l'or noir. Or, si l'on se place au niveau des résultats concrets, un accord a certes été trouvé mais sur la base de la position la plus faible c'est-à-dire celle qui ne contient aucun engagement précis. Lorsqu'on en est en effet à refuser de faire figurer les conclusions du GIEC autrement qu'en note de bas de page, pour être certain  qu'aucun engagement concernant une réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020 pour les pays industrialisés et de 50 % pour le monde entier en 2050 ne soient pris, il est clair que l'on est en présence d'un déni de réalité voire d'un cynisme poussé à l'extrême qui conduit a accepter, de mettre en péril ses propres enfants pour être certain de pouvoir soi-même accroître encore son propre confort.

Ce comportement est la négation même du politique dont la fonction , si elle existe, consiste précisément à organiser la vie de la cité pour lui permettre la pérennité. Cela signifie que la politique, au niveau international n'a strictement plus aucun sens, en ce qui concerne au moins un des périls majeurs qui menacent l'humanité. Cela signifie que les représentants des terriens, élus ou autoproclamés pour certains, font des choix qui s'inscrivent délibérément à l'encontre des intérêts premiers des populations qu'ils sont censés représentés. Cela signifie par conséquent que la représentation actuelle de la société internationale ne peut plus prétendre représenter les intérêts des femmes et des hommes présents et à venir, mais s'est soumise à d'autres maîtres du monde dont on se pose parfois la question de savoir s'ils ont encore conscience d'être des humains.

Dès lors c'est bien la question de la gouvernance mondiale lorsqu'il s'agit de questions planétaires qui intéressent tous les humains comme la question climatique qui est en cause. La faiblesse du conseil de sécurité de l'ONU est difficilement supportable lorsqu'il s'agit de guerre et de massacres impliquant des milliers, voire des centaines de milliers de personnes. Mais, elle ne l'est plus du tout lorsqu'il s'agit de la survie de l'humanité dans son ensemble. Cela signifie donc que c'est à la société civile de  prendre son destin en main puisque ses responsables politiques ne sont pas capables de le faire pour elle.. Ce sont aux milliers d'associations de défense de l'environnement, de développement, de consommateurs, voire aux syndicats professionnels et  au monde économique et financier dans la partie qui est demanderesse à une véritable révolution pour permettre la réorientation de l'économie, de s'organiser pour imposer le changement qui nous est refusé. Nous avons l'ardente obligation de refuser l'attitude suicidaire que quelques dirigeants ont décidé d'adopter. A la non assistance à humanité en danger, nous devons répondre par la mobilisation  de toutes les consciences et les volontés humaines
 
Corinne Lepage - 17/12/07 

Réunion du Parti Démocrate Européen

23 Décembre 2007, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes


Le Parti Démocrate Européen dont le Mouvement démocrate est l'un des membres actifs se réunissait mercredi 19 décembre à Bruxelles : au programme, discussion sur les statuts, sur le budget ou sur l'adhésion de nouveaux membres... Le débat a également porté sur la situation politique dans différents pays. Le ministre de la culture italien, Fransceco Rutelli a notamment décrit la situation de son pays et l'état des forces en présence. Le président du Mouvement Démocrate, François Bayrou a également réaffirmé la nécessité de porter une vision différente face au modèle dominant d'inégalités croissantes dans la mondialisation. Il a souligné que ce projet alternatif pouvait être porté avec force au sein du Parti Démocrate Européen.

François Bayrou récupère son tracteur rénové par des lycéens

22 Décembre 2007, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

ALeqM5j-Yl7ZCtikcPMJlEoI4W6iecNN-A.jpgCHATEAUDUN (AFP 20.12.07) — François Bayrou est allé jeudi récupérer son tracteur, un Pony datant de 1952, rénové par les élèves d'un lycée agricole de Châteaudun (Eure-et-Loir), a constaté un journaliste de l'AFP.

La remise en état de l'engin a nécessité deux ans. Le moteur Simca a été entièrement restauré, l'embrayage et les soupapes remplacés, et tout le circuit électrique réparé.

"C'est extrêmement émouvant pour moi de revoir le tracteur de mon enfance", a déclaré le président du Mouvement démocrate en découvrant le Pony.

"J'avais cinq ans lorsque ce tracteur est arrivé à la ferme. Je me souviens encore de l'image du tracteur rutilant se refléter dans l'oeil du cheval qu'il allait remplacer. Je suis sûr que mon père, là où il est, le regarde et est très content", a-t-il ajouté devant les élèves réunis dans un atelier.

"Nous avons réussi ce challenge en récupérant des pièces un peu partout. Des collectionneurs nous ont contactés pour nous aider dans la restauration de ce Pony. C'est la solidarité agricole qui a joué", a déclaré Elisabeth Beaudoux, directrice de l'établissement.

Après avoir examiné les moindres recoins de la mécanique, François Bayrou a fait démarrer son tracteur et a fait quelques tours de cour.

Le tracteur doit repartir dans son Béarn natal dans les prochaines semaines, transporté par un camion.

Il ira soit au musée agricole de Laas, soit dans une grange de la propriété de M. Bayrou à Bordères, a indiqué le député des Pyrénées-Atlantiques, qui a promis dans ce cas de le faire tourner au moins une fois par mois.

L'"affrontement" Droite/Gauche à Colombes, c'est fini !

21 Décembre 2007, 00:02am

Publié par MoDem-Colombes

undefinedLaurent Trupin : La commission nationale des investitures du Mouvement Démocrate a confirmé mardi mon investiture comme tête de liste à Colombes.  C’est une étape importante et je tiens à remercier François Bayrou et les membres de la commission de la confiance qui m’est ainsi faite. ...
Suite sur le blog de Laurent