Le Blog du MoDem de Colombes

Mariage homosexuel : vers un au-delà des mots ?

31 Octobre 2012, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.contre-info.com/wp-content/uploads/2010/07/large_514005.jpg

 

François Bayrou, président du MoDem, revient sur le sujet du mariage homosexuel, à une heure où la problématique semble atteindre un stade de visibilité assez conséquent. Nous avions jusqu'ici l'habitude des prises de positions, qu'elles soient de nature culturelles, sociales voire polémiques avec les propos tenus par Msgr Barbarin. Monsieur Bayrou se livre alors à l'exercice d'une redéfinition terminologique, en proposant non plus l'usage du mot, le mariage, pour ce qui concernerait les couples de même sexe, mais celui d'union.

"Une union, c'est bien, parce que ça respecte le droit à la reconnaissance, à un certain nombre d'avantages et, en même temps, il est bien de respecter aussi ceux qui ont sur eux le poids fertile de la tradition"

Le glissement semble assez habile, puisqu'il permet ainsi la définition à part entière du couple homosexuel et regroupe derrière un mot différent tout un ensemble de possibilités. Si la pomme de discorde est bien le terme du mariage, alors la solution d'un mot nouveau pourrait constituer une échappatoire finalement assez constructive. Dans cette optique, les défenseurs du mariage jugé "traditionnel" n'auraient ainsi plus rien à revendiquer concernant le conflit des notions (pour peut-être laisser place au seul vrai problème : celui d'une acceptation culturelle). François Bayrou entend bel et bien assumer ce dédoublement des termes, au sens où il permettrait de "rendre justice aux deux sensibilités".

Toute la question est alors de savoir ce que l'on peut ranger derrière ce terme d'union. Jusqu'à quel point faut-il séparer les deux notions de mariage et d'union ? La séparation apparaît comme une réelle nécessité pour l'auteur de ces propos, qui qualifie le thème du mariage homosexuel d'explosif à l'heure actuelle. Écran de fumée rhétorique, ou désamorçage fructueux ? Le développement mériterait qu'on s'y attarde.

Source :

http://www.za-gay.org/actu/3987/mariage-homosexuel-vers-un-au-dela-des-mots-/

 

 

Maintes fois reporté, le texte devait être présenté en conseil des ministres le 7 novembre prochain pour arriver au Parlement d'ici la fin de l'année.

Rochefort souhaite des débats avec l'UDI

30 Octobre 2012, 11:31am

Publié par MoDem-Colombes


Robert Rochefort : «Il faut un autre espace... par lefigaro

Robert Rochefort

Député européen et vice-président du MoDem

Robert Rochefort : "Quand je vois l'UDI faire des effets d'opposition face à l'UMP, je trouve qu'on reste dans une façon trop classique de faire de la politique."

 

 

Au Modem, Robert Rochefort souhaite des débats avec l'UDI en vue des européennes

 
 

L'eurodéputé Robert Rochefort s'est prononcé hier pour l'ouverture de « débats et de discussions » entre le Modem de François Bayrou et l'UDI de Jean-Louis Borloo, notamment dans la perspective des échéances européennes de 2014. « Je souhaite qu'il y ait des débats et des discussions entre nous », a dit le vice-président du Modem, représentant de la gauche du parti, au Talk Orange-« Le Figaro », en excluant cependant « pour l'instant » que le parti de François Bayrou rejoigne celui de Jean-Louis Borloo. « Nous ne pouvons pas à la fois dire que nous voulons pacifier les relations politiques entre la droite et la gauche, et dans le même temps, ne pas être capables de pacifier, ou en tout cas de chercher les possibilités de dialogue et de débats », fait valoir l'économiste.

 

http://actu.orange.fr/le-talk/le-talk-orange-le-figaro-du-29-octobre-interview-robert-rochefort-lefigaro-interview_1158060.html

 

42èmes rencontres de danse de la Toussaint

29 Octobre 2012, 00:09am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.mjctheatre.com/Toussaint600.jpg

 

 

Comme chaque année, la MJC-Théâtre de Colombes vit d'intenses journées chorégraphiques, avec son cocktail de stages le jour et de représentations le soir !

 

 

Le 30 octobre à 20h00, Simhamed Benhalima, issu du mouvement hip-hop, témoignera une nouvelle fois de la capacité du hip-hop à se laisser teinter par des cultures et des corporéités diverses : il présentera " EXISTE ", qui expose la progressive connexion entre des corps et des sensibilités différentes : "A un instant T de leur vie, une interrogation commune les animait. Etre... et ensemble... Ils sont différents, pourtant ils doivent communiquer. Paix, amour, patience, don de soir et adaptation sont les lumières pour trouver la source d'inspiration qui les mènera à la connexion.

 

Et le 31 octobre à 20h30, pour clore ces Rencontres en beauté, Patrice Valéro présentera " FANTAISIE BAROCK' ", qui joue sur un univers musical rock et des personnages débridés pour interroger, derrière les excès et le désir de performance, la solitude et la sensibilité : "Fantaisie Barock' propose une image glamour et décalée d'une époque où la performance se veut rock, théâtrale et baroque.  Confrontation de quatre personnages aux personnalités complexes où va se décliner, tel un jeu de cartes à l'issue sombre, le destin de ces fausses idoles travesties aux allures androgynes dans un univers musical rock et décadent et qui ne fera, finalement, que souligner la dure réalité de leurs solitudes et les conduira peut à peu sur le chemin des excès."

 

http://www.mjctheatre.com/stages/docToussaint.pdf

 

 

 

 

 

 

Vers une Alliance mondiale des Partis Démocrates

28 Octobre 2012, 08:22am

Publié par MoDem-Colombes

http://badre.typepad.com/.a/6a01538dffab1f970b017c32bd9ce6970b-800wi

 

Denis Badré - membre honoraire du Sénat - a participé la semaine dernière à Chypre a une rencontre du PDE - Parti Démocrate Européen, dont François Bayrou partage la présidence avec l'Italien Francesco Rutelli. 

Denis Badré a été chargé par le PDE de réfléchir à la création d'un réseau mondial des démocrates : l'Alliance Démocrate rassemblera les partis démocrates des différents continents, dont notamment le parti démocrate américain.

Le Parti Démocrate Européen félicite ses partenaires de l’EAJ-PNV pour leur victoire à l’occasion des élections régionales au Pays Basque. Avec 34,5 % des suffrages et 27 sièges sur 75 au Parlement basque, le PNV s’impose une fois de plus comme la principale force politique de la communauté autonome et assumera la responsabilité décisive pour le gouvernement du Pays Basque. Toutefois, ce résultat est aussi marqué par la percée des indépendantistes.


À l’occasion de son Conseil qui se tenait à Nicosie (Chypre) vendredi 19 octobre, le PDE a longuement évoqué les tensions identitaires qui s’exacerbent en Europe. L’Union européenne ne doit pas nier les identités locales mais au contraire leur permettre de prendre leur pleine mesure dans un espace plus large qui les protège en tant que partie intégrante d’une Europe dynamique. François Bayrou a estimé que « cette immense architecture qu’est l’Europe permet aux différences de s’exprimer plus librement ». Ces identités locales sont complémentaires avec une identité européenne dont il faut réinventer le cadre et la perspective.


Ces tensions trouvent une partie de leur résonnance à la faveur de la crise économique et politique que connaissent nos pays. Cependant la victoire d’Iñigo Urkullu et du PNV démontre que les problématiques primordiales pour l’avenir des Basques et des Européens sont la lutte contre le chômage et la reprise de l’activité économique. Véritable garantie de la sauvegarde de notre modèle social, ce retour de la croissance doit se faire dans l’établissement d’un nouveau modèle économique et industriel. Celui-ci, basé sur un développement durable rentable, sera le facteur d’une compétitivité génératrice de nouveaux emplois et de nouvelles professions.


Pour François Bayrou, « le Parti Démocrate Européen ne doit pas avoir peur d’être une avant-garde » car il est le plus à même de répondre à ces questions que se posent les Européens. Francesco Rutelli a pour sa part réaffirmé la nécessité pour le PDE de « proposer une vision d’un centre politique qui lutte contre les populismes de gauche et de droite et qui prenne le leadership démocratique de l’Europe du XXIe siècle ». Ces thèmes seront les axes majeurs des groupes de travail créés à l’occasion du Congrès du PDE du 6 décembre prochain à Bruxelles.

 

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/121022-badre-prix-nobel.html

A J-23, le tram T2 marche à blanc

26 Octobre 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

027

 

 

A partir de ce samedi 27 octobre, le tramway T2 circule en conditions réelles entre La Défense et Bezons : il s’agit de la marche à blanc qui permet de réaliser les dernières mises au point avant la mise en service pour les voyageurs le 19 novembre prochain (à 11h30).  Il transportera alors les voyageurs de 5 heures à 1 heure en semaine et jusqu’à 2 heures les vendredis, samedis et veilles de jours fériés.

 

Voitures, vélos et piétons vont donc devoir s'habituer à  ce tramway, toujours prioritaire, et aux nouvelles signalisations.


Des tramways circulent donc, de jour et de nuit, toutes les 4 minutes aux heures de pointe et toutes les 8 minutes aux heures creuses, entre La Défense et la future station Pont de Bezons.  

 

Quelques règles à respecter :

- LES RAMES NE TRANSPORTERONT AUCUN VOYAGEUR. Merci de ne pas essayer de monter dans les rames.

- LE STATIONNEMENT EST STRICTEMENT INTERDIT SUR LA PLATE-FORME. L'enlèvement des véhicules sera systématiquement demandé.

- DES RAMES SERONT EN CIRCULATION REGULIERE : pour votre sécurité, respectez la signalisation et anticipez les passages du tramway.

 

 

Les dix nouvelles stations du tramway T1, soit 4,9 km entre Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Asnières-les Courtilles, seront quant à elles mises en service le 15 novembre.  A l’horizon 2019, le T1 reliera Colombes


 

Le T2 arrive plus tôt que prévu !

 

Un Puce à Colombes !

25 Octobre 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.les-horaires.fr/images/commerces/120012/1325286717741.jpeg

 

Mais de quoi s'agit-il ?

Une délibération a été rajoutée hier en dernière minute lors du conseil municipal.

Elle concerne une demande d'obtention auprès du Préfet d'une dérogation pendant 5 ans pour l'ouverture dominicale par la création d'un PUCE = périmètre d’usage de consommation exceptionnel.

Les PUCE sont créées par le préfet à l'intiative des conseils municipaux  : dans ces zones, les commerces peuvent ouvrir leurs portes tous les dimanches pendant 5 ans.

Si ne pas travailler le dimanche reste la règle en France, la loi d'août 2009 (Loi Mallié) élargit les possibilités d'y déroger.  Si, dans la loi, les jardineries et les magasins d’ameublement ont désormais le droit d’ouvrir le dimanche, les textes sont plus réglementés pour les enseignes de bricolage. 

Si le magasin de bricolage Bricorama, déjà ouvert le dimanche depuis ses débuts, a demandé la classification en PUCE de sa zone commerciale, la délibération d'hier concerne l'ensemble de Colombes.

Cette délibération a été adoptée à la majorité, mais l'élue du Front de Gauche a voté contre,  et les élus PCF et les élus EELV se sont abstenus.

Les 8 magasins Bricorama des Hauts-de-Seine se trouve actuellement hors d'un Puce.

Force Ouvrière réclame plus de 18 M€ aux 31 magasins Bricorama d'Ile de France pour n’avoir pas respecté l’interdiction d’ouvrir le dimanche : http://www.lsa-conso.fr/le-combat-de-bricorama-pour-l-ouverture-du-dimanche-scelle-la-semaine-prochaine,134393

Les Coptes de Colombes manifestent

24 Octobre 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

 

 

Si un nouveau pape copte doit être désigné le 4 novembre 2012, l'actualité copte est tout autre à Colombes.

 

L’église Copte Orthodoxe de Colombes souhaitait acquérir un terrain attenant à son batiment principal situé au 40 bis Rue Jean-Jacques Rousseau et avait obtenu l'accord du vendeur.

 

Mais, lors du conseil municipal du 27 septembre dernier, le Maire de Colombes a décidé de préempter ce terrain, sans qu'un projet précis n'y soit encore véritablement finalisé.  Ce pourrait être un parking dépose-minute pour les établissements public voisins : crèche,  école, centre de loisirs ...   

 

Le Maire a avancé qu'il n'était pas raisonnable que l'Eglise Copte puisse s'étendre, les riverains ayant déjà soulevé à de nombreuses reprises les difficultés liées au stationnement autour de l'église. 

 

Une manifestation est prévue ce jeudi 25 octobre 2012 : le rassemblement aura lieu à 18h devant la paroisse Saint Mina & Saint Mercure au 40 bis Rue Jean-Jacques Rousseau à Colombes, puis se rendra ensuite à la Mairie de Colombes aux alentours de 19h, juste avant le début du Conseil Municipal ...

 

Affaires Sarre c/Yade (2)

24 Octobre 2012, 21:22pm

Publié par MoDem-Colombes

Après le jugement en diffamation du 6 novembre pour ses propos tenus sur son blog au sujet du maire PS de Colombes (Affaire Sarre c/Yade ), Rama Yade va aussi être jugée devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour faux et inscription indue sur les listes électorales de Colombes, où elle est élue depuis 2008. 


Si elle était reconnue coupable, l'ancienne benjamine du gouvernement Fillon encourrait jusqu'à un an de prison ferme pour le volet «faux», et 3 ans et 45.000 euros d'amende pour l'infraction au code électoral. Selon l'avocate de la jeune femme, Rama Yade n'a commis aucune fraude mais pâtit d'une «interprétation totalement contestable des textes de loi» de la part du ministère public.

Ce passage devant le tribunal, dont on ne connaît pas la date, est la dernière étape du bras de fer que se livrent Rama Yade et le maire socialiste de Colombes, Philippe Sarre.   Fin décembre, l'édile avait alerté le parquet peu après la radiation des listes électorales de Rama Yade. La commission de révision des listes avait alors estimé que rien ne prouvait que Rama Yade résidait bien à son adresse de Colombes. «L'adresse fournie est celle de son association Agir pour Colombes. C'est un simple local de campagne avec un rideau de fer. Elle ne possède aucune propriété ni activité lui permettant d'attester le paiement de la taxe foncière ou d'habitation», avait expliqué à l'époque Philippe Sarre au Figaro.fr.

Dans un premier temps, Rama Yade avait contesté sa radiation, invoquant un «simple changement de bureau de vote consécutif à un changement d'adresse». A nouveau propriétaire d'un logement sur Colombes, la proche de Jean-Louis Borloo avait engagé les démarches pour être inscrite dans un autre bureau de la ville. Mais la commission de révision des listes électorales de Colombes avait refusé début janvier sa réinscription. Rama Yade avait alors saisi le tribunal d'instance pour contester cette décision. Le 23 janvier, le tribunal rejetait cependant sa demande, au motif que l'affectation du logement qu'elle avait déclaré à Colombes à l'usage de domicile «n'était pas encore réalisée». Dans le même temps, trois électeurs de la ville, proches du PS, ont déposé plainte pour «faux» accusant Rama Yade d'avoir produit une «copie falsifiée» d'un contrat de location

Rama Yade cherche depuis 2007 à s'implanter dans le département des Hauts-de-Seine. Élue au conseil municipal de Colombes en 2008, puis au conseil régional d'Ile-de-France en 2010, elle s'était présentée aux législatives de juin mais avait été éliminée dès le premier tour avec 13,84% des voix.

 Pour son avocate, Me Florence Bourg, il n'y a eu «ni faux, ni fraude, ni inscription indue» mais une «interprétation totalement contestable des textes de loi» de la part du ministère public. «Comme tout citoyen, Rama Yade a rempli un formulaire et a fourni une quittance pour pouvoir s'inscrire sur les listes électorales. On lui a demandé de produire un contrat de bail et elle l'a fait. L'authencité de ces documents n'est pas remise en cause», a-t-elle estimé.


Confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), les investigations étaient à l'origine centrées sur la domiciliation «réelle» de Rama Yade, motif de sa radiation des listes électorales

 

(c) Le Figaro

Bayrou : Borloo rallume la guerre des droites

21 Octobre 2012, 23:32pm

Publié par MoDem-Colombes

http://touspolitiques.franceinter.fr/wp-content/uploads/2012/10/bayrou_6401.jpg

 

François Bayrou a estimé que le lancement  de l'UDI autour de Jean-Louis Borloo équivalait à "faire repartir la guerre des droites pour conquérir la prééminence sur ce camp".

 

"Ce que j'entends" à l'UDI, c'est "'nous faisons un mouvement à droite, nous allons ouvrir la compétition avec l'UMP et nous allons prendre le pas sur l'UMP qui, d'ailleurs va exploser'", a déclaré le leader centriste. Selon François Bayrou, "c'est l'annonce d'une compétition-affrontement" à droite.

"La grande différence entre cette démarche de Jean-Louis Borloo et la mienne, c'est que je ne crois pas que le centre puisse se résumer à la droite" car "pour moi, si le centre existe, il est différent de la droite, comme il est différent de la gauche", a répété l'ex-candidat à la présidentielle, qui continue de refuser de "(se) laisser enfermer dans un camp". Selon lui, "faire repartir la guerre des trois droites", en comptant le Front national, "pour conquérir la prééminence sur ce camp, c'est à des années-lumière de l'angoisse, de l'intérêt du pays".

François Bayrou, qui prône depuis des années un rassemblement des forces de gauche, du centre et de droite, s’est dit prêt à des partenariats avec ce nouveau parti, « à condition que ces partenariats soient réciproques ». Il s’est aussi dit prêt à entrer dans un gouvernement sous le quinquennat de François Hollande : « On doit trouver des réponses en permettant aux grands courants du pays de travailler ensemble, qu’ils viennent de la droite républicaine, du centre ou de la gauche républicaine ».

 

 

http://touspolitiques.franceinter.fr/emissions/francois-bayrou-president-du-modem

 

 

Sur les questions européennes et économiques, François Bayrou s’est montré plus critique. Si l’accord bancaire conclu vendredi à Bruxelles « va dans le bon sens », le leader centriste déplore toutefois l’absence de ses modalités d’application. Déjà dans l’optique des élections européennes de 2014, c’est, selon lui, la question d’une légitimité démocratique de l’Europe, qui sera au cœur du prochain scrutin.

Quant à la situation économique de la France, les solutions choisies par le gouvernement ne sont, selon François Bayrou, pas les bonnes. Plutôt que de continuer à contracter des crédits pour rembourser les précédents emprunts, ce qui revient à « du crédit revolving » selon lui, il prône une réduction des dépenses.

 

Quand un gouvernement propose une mesure courageuse, l'opposition la flingue aussitôt. Puisque le rôle de l'opposition n'est pas que le pays réussisse mais que le gouvernement tombe.  Il y a là quelque chose absolument désespérant. 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog