Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Le bonheur est de retour !

30 Avril 2013, 07:38am

Publié par MoDem_Colombes

Le bonheur est de retour !

Dans le langage des fleurs, le muguet signifie «retour de bonheur».

Le muguet est connu en France depuis le Moyen-Âge, où il annonçait le début des réjouissances de printemps, destinées à favoriser l'abondance des récoltes. Espèce spontanée de sous-bois, elle apparaît dans les jardins au XVIe siècle. Dès lors, le muguet devient la fleur de la chance par excellence.

Mais cette tradition du muguet du 1er mai remonterait à la Renaissance : Charles IX, ayant reçu le 1er mai 1561 un brin de muguet en guise de porte-bonheur, décide d'en offrir chaque 1er mai aux dames de la cour.

Le muguet fleurit au printemps, c'est donc une plante idéale pour célébrer cette occasion. Ce n'est qu'au début du XXe siècle qu'il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889.

Il est dit que celui qui trouve un brin de muguet à 13 clochettes sera tout particulièrement favorisé par le destin !

Seule la vente de muguet sauvage (issu des jardins ou des sous-bois) est tolérée uniquement le 1er mai sur la voie publique.

10 jeunes colombiens vont à Pornic à vélo !

29 Avril 2013, 00:18am

Publié par MoDem_Colombes

10 jeunes colombiens vont à Pornic à vélo !

C'est le début des vacances de Printemps !

Pour la 9ème année, le service Jeunesse de Colombes propose un challenge vélo.

Ce lundi 29 avril, 10 jeunes colombiens âgés de 15 à 17 ans, accompagnés de trois encadrants, prennent la route pour rallier cette année la ville de Pornic à vélo, en sept étapes, d'ici le 9 mai.

Pornic est située à 450 km de Colombes.

Pornic, perle de la « Côte de Jade », avec son château, ses halles situées au coeur de la ville… et le centre de vacances municipal de Sainte-Marie-sur-Mer !

Le projet répond à un double objectif : sensibiliser les jeunes à l’écologie à travers un déplacement propre et développer une action de prévention à la sécurité routière.

Souhaitons-leur bonne chance pour ce challenge !

Bayrou à C/Politique sur France 5

27 Avril 2013, 16:08pm

Publié par MoDem_Colombes

Bayrou à C/Politique sur France 5

Selon le sondage Ifop réalisé pour le JDD, 78% des sondés sont favorables à la mise en place par François Hollande d'un gouvernement d'union nationale, alors que, paradoxalement, le clivage droite-gauche n'a jamais été aussi électrique.

Parmi les personnalités qu'ils souhaiteraient voir accéder à l'exécutif, François Bayrou arrive en tête (1 français sur 2), puis Martine Aubry et Louis Gallois ...

François Bayrou a rappelé que former un gouvernement d'union nationale était l'une de ses propositions de campagne. Le sondage révèle, selon lui, un sentiment d'exclusion, de "spoliation du droit du citoyen", qu'éprouveraient des millions d'électeurs non représentés dans les institutions, dont ceux du MoDem. Il a également estimé que l'étude d'opinion traduit une "perte de confiance pour les faux antagonismes" du clivage gauche-droite. Entre gauche et droite, "ça fait 20 ans qu'on passe de l'un à l'autre et puis de l'autre à l'un, et le résultat que nous avons sous les yeux est inacceptable, intolérable", selon lui.

Dimanche 28 avril, à 17h50, François Bayrou répond aux questions de Caroline Roux.

Les reportages

– La marche de Jean Lassalle
– Jérôme Cahuzac
– Radicalisation du conflit à PSA
– Le salon du mariage gay

Batuca, Batuc'ados de Colombes

27 Avril 2013, 13:13pm

Publié par MoDem_Colombes

Batuca, Batuc'ados de Colombes

La fine fleur des groupes de percus s'est donnée rendez-vous samedi dernier au Cabaret Sauvage pour la 9e édition du concours de batucadas.

L’année passée, les ados de Colombes « Batuc’ados » avaient raflé la mise en surprenant tout son auditoire par leur audace et leur force de caractère. Cette année, les jeunes cèdent la place aux innovants Muleketu.

Mais les Ados sortent avec les honneurs et conservent la deuxième place !

En 2014, je serai avec Laurent Trupin, "Le meilleur pour Tous".

26 Avril 2013, 23:29pm

Publié par Beribeche Ahmed

Cet article est reposté depuis Le blog de Beribeche Ahmed.


Je n’ai pas cessé de mettre en avant mes idées avant mes convictions politiques. Chevènementiste de cœur, je crois profondément  que la Vérité en politique n’est ni à gauche, ni à droite,
c’est une question de bon sens. Ainsi, j’ai pu défendre à 20 ans, une gauche alternative et citoyenne auprès de Djamila Douiss et à 35 ans me retrouver contre Philippe Sarre dans une liste de
droite  aux municipales de 2008. Nicole Gouéta présentait un bon bilan et un projet qui l’engageait vis-à-vis des quartiers avec l’obtention de l’ANRU pour les Fossés Jean, Europe île
marante et les Grèves.


La majorité actuelle a gagné en jouant sur la faiblesse de Nicole, un autoritarisme et une équipe loin des préoccupations populaires.  Philippe Sarre  avait fait une bonne campagne
basée sur le rejet de la « mère fouétard », d’un usage habile des nouveaux moyens de communications et  sur la constitution d’une équipe « mosaïque » qui rompait avec
l’époque Frelaut. A un moins d’un an des prochaines élections, il y a tant de promesses dans son programme et tant d’espoirs déçus.


Au lendemain de la défaite de 2008, j’ai  tenu à rencontrer Laurent Trupin. Je lui  ai évoqué mon désir  de se retrouver  en 2014 en fonction des résultants de François
Bayrou  à la présidentielle de 2012. La ligne du Modem ne me plaisait pas pourtant j’appréciais les membres de la section locale comme Michel, Christian ou Guénola que je jugeais sincères et engagés.


Laurent a tiré les conclusions que j’attendais de l’aventure Bayrou, la France n’est pas prête à se lancer dans une 3ème voie qui soit ni de droite, ni de gauche.


Laurent Trupin veut réunir des colombiens et des colombiennes qui ont des convictions politiques, des compétences professionnelles et personnelles dont  Colombes a besoin. Laurent a décidé
de se lancer avec un positionnement au centre et à droite sans pour autant faire ressusciter  l’UDF. Cette position à droite a l’intérêt de réunir les électeurs qui veulent gagner au second
tour. Car ni Nicole malgré sa force de caractère, ni Lionnel Rainfray ne parviendront  à rassembler tous les électeurs de droite au second tour face à Philippe Sarre qui a pourtant un bilan
mitigé à défendre. Pourquoi ?  Parce que l’UMP locale n’a pas pansé ses plaies d’autrefois. En 2001, il y avait deux listes à droite, Nicole contre Arnold. Ils ont gagné la mairie car
une partie de la gauche avait intérêt  à laisser la droite assurée un intérim pour mettre fin à l’hégémonie des communistes. On retrouve en 2013 les mêmes lignes de fractures entre les
copéistes de Nicole face aux fillonistes d’Arnold et Lionnel. L’exemple le plus flagrant est la déroute de Nora Djellab à  la législative de 2012. Lionnel l’avait envoyé comme faire valoir
aux yeux des quartiers nord mais aussi car il ne voulait sans doute pas endosser un échec électoral supplémentaire. « Une beurette » en gage de ses bons sentiments mais c’était sans
compter une partie de la droite locale qui n’avait pas digéré l’éviction de son candidat favori, Denis Butaye. Je pense qu’il aurait effectivement fait mieux sans que cela n’accable les bonnes
volontés de Nora. Cette division a donné la victoire à Alexis Bachelay, un outsider dont le score de 100% au second tour illustre les chances de faire gagner la droite en pareille circonstance.
Colombes est sociologiquement une ville de gauche mais la déception de la gauche «  caviar » locale est une occasion de proposer aux colombiens une alternative politique qui ne fasse
pas peur. C’est pourquoi, il faudra que Laurent Trupin soit en tête du premier tour pour gagner au second tour face à Philippe Sarre. Il ne faut pas céder au piège du vote utile du premier tour
car c’est au second tour que tout se joue. Lui seul peut réconcilier les divers courants de droite en offrant à Colombes une droite ouverte vers les autres, responsable et capable de proposer
le meilleur pour tous.


C’est pour cela que j’ai rejoint l’équipe de Laurent Trupin. C’est une équipe de colombiens et de colombiennes à l’écoute des habitants et nous organisons des commissions sur des thèmes de
campagne et lors desquelles nous associons le plus grand nombre possible pour que notre projet pour Colombes soit le fruit de la réflexion des habitants eux-mêmes. On ne proposera pas un
programme venu d’en haut et diffusé dans toutes les villes de France que l’on soit de Marseille de Lille ou de Colombes. On ne devrait plus voir les enjeux d’une municipalité sous l’angle des
querelles idéologiques qui opposent les appareils politiques dirigés de Paris et appuyés leur think tank. Colombes a souffert de cet abus démocratique en 2008 car l’enjeux local autour de Rama a
transformé le vote en un référendum pour ou contre Sarkozy.


Avec Laurent Trupin, nous avons une occasion de dépasser les clivages politiques comme du temps de Frelaut lorsque les électeurs de droite le préféraient à Alain Aubert. Laurent Trupin est un
énarque qui met actuellement ses compétences au service d’une entreprise, père de trois enfants il saura géré la ville comme un bon père de famille. J’en  veux pour preuve que le service de
collecte des ordures était confié à la société Onyx du temps de Madame Gouéta mais avec la nouvelle majorité le contrat est passé à la SITA. Comment savoir si ces choix ont été fait dans
l’intérêt des colombiens?


Nous ne ferons pas de promesses ni de grandes déclarations de bonnes intentions .Par contre l’analyse de la situation de Colombes au regard du bilan de Philippe Sarre nous conduit  à dégager
d’ores et déjà des lignes et des propositions incontournables, les colombiens ont droit d’espérer le  « Meilleur pour
tous ».  C’est bien plus qu’un simple slogan de campagne, c’est un objectif vers lequel il faut tendre. Nous ne sommes pas utopistes car il évident qu’on ne pourra pas
offrir le meilleur à tous par contre chaque colombien doit avoir les mêmes chances face au meilleur, c’est une question d’Egalité des chances dans le traitement des demandes et donc de justice.


Un exemple qui peut se décliner dans d’autres domaines, concernant l’attribution des places en crèche j’ai été confronté à cette problématique en tant que Président d’une association de parents
des crèches de Colombes. La ville n’a pas usé de tous les moyens dont elle disposait pour faire de notre association de parents un acteur à part entière dans la vie des crèche. Nous avons été
invité une fois à la commission d’attribution des places de printemps. Puis, alors que nous voulions engager une réflexion  concernant les critères d’attribution, la municipalité a jugé que
son devoir de transparence était rempli, ainsi, nous n’avons pas été sollicité pour poursuivre la réflexion. La demande est si grande et la frustration des familles en fait un moyen de peser
politiquement, or je n’avais pas créé cette association pour m’en servir politiquement. Cette expérience m’a permis de constater que les demandes des familles n’ont pas les mêmes chances avec
l’application des critères en vigueur. Mlle Akharaz à l’époque n’a pas voulu donner suite à nos propositions. Qu’en est-il des critères d’attribution pour le logement ou bien pour les places en
centre de vacances ? On pourrait multiplier les sujets de mécontentements des colombiens et l’on serait obliger d’établir un catalogue à la façon de Jaques Prévert : stationnement,
secteurs d’intervention de la police municipale, les décorations de noël, le nettoyage des rues, les subventions aux association, les créneaux sport et de cars pour les école, ……….


 Les colombiens qui contribuent fiscalement au développement de la ville n’en ont pas pour leur Argent. La ville dispose évidemment de moyens limités pour contenter toutes les demandes dans
tous ces domaines c’est pourquoi le sentiment d’injustice grandit pour les colombiens qui se sentent lésés. Madame Gouéta a perdu car on l’accusait de n’avoir rien fait pour les quartiers
périphériques. Philippe Sarre a suivi les projets initiés de Madame Gouéta en apportant une touch perso qui a eu pour conséquence de retarder les projets des Fossés Jean dont les travaux
commencent à peine. Le tramway T1 a été lamentablement retardé à cause de l’opposition de la gauche municipale à l’époque où elle était dans l’opposition mais  une fois au pouvoir
celle-ci  se ralliera au tracé de la droite et du centre, c’est la preuve qu’il faut en finir avec les oppositions partisanes. Laurent Trupin a conduit son groupe dans une opposition
constructive. Il a su distinguer l’intérêt de Colombes pour ne pas entrer dans une opposition de principe.


N’oublions pas que les élections municipales sont avant tout des élections locales où la personnalité du maire est importante, sa capacité d’écoute est nécessaire et sa volonté que chacun puisse
vivre ensemble sans avoir l’impression que la victoire des uns sonne comme la défaite des autres. C’est dans cet esprit que je m’engage auprès de l’équipe qui se réunit autour de Laurent Trupin.

Violent accident de circulation à Colombes

26 Avril 2013, 22:25pm

Publié par MoDem_Colombes

Violent accident de circulation à Colombes

Qui a vu l’accident qui s’est déroulé la nuit dernière sur l’autoroute A86 ?

Deux voitures sont entrées en collision ce jeudi à 1h30 dans le sens Saint-Denis-Rueil-Malmaison au niveau de la bretelle de sortie 2, direction Colombes-Petit-Colombes sur la commune de Colombes.

Ce violent accident a provoqué la coupure de la circulation sur l’autoroute A86.

Une voiture, arrêtée, est en travers sur la voie de droite. Un deuxième véhicule arrive à vive allure et percute violemment le premier. L’homme, qui se trouvait à l’intérieur de celle-ci, est éjecté et est retrouvé quelques dizaines de mètres plus loin sur le sol, en arrêt cardio-respiratoire.

Les engins des centres de secours Nanterre, Puteaux et Colombes sont envoyés sur les lieux. Ils sont accompagnés par un véhicule du SAMU et d’une ambulance de réanimation. Malgré l’action des secours, l’homme décède peu après et la conductrice de l’autre véhicule, est transportée dans un état grave vers l’hôpital le plus proche. L’intervention aura duré 2 heures au total, et mobilisé pas moins de 27 sapeurs-pompiers et 8 engins.

Si vous avez été témoin de cette accident, vous pouvez joindre la CRS autoroutière ouest au tel. 01.41.91.70.44.

La Cuisine de l'Avant Seine

24 Avril 2013, 22:59pm

Publié par MoDem_Colombes

La Cuisine de l'Avant Seine

Patrick Devedjian, député et président du Conseil général, et Jean Sarkozy, vice-président en charge de l’Économie Sociale et Solidaire et de l’Insertion par l’Économie, lancent le 3e appel à projets d’Économie Sociale et Solidaire, cet après-midi du jeudi 25 avril, au café culturel du théâtre de l’Avant-Seine, "La Cuisine de l’Avant-Seine".

À l'occasion du lancement du 3e appel à projets d'Économie Sociale et Solidaire du Conseil général , "La Cuisine de l’Avant-Seine", le café culturel du théâtre de l’Avant-Seine à Colombes, lauréat de l’appel à projets ESS en 2012, sera présenté.

Ce café culturel propose des produits respectueux de l’environnement, solidaires, éthiques et issus des commerces équitables. Tous les bénéfices sont investis dans des projets culturels du théâtre. Des personnes en insertion professionnelle ont été recrutées pour former la brigade en cuisine et le service en salle.

Le Conseil général a subventionné ce projet lauréat à hauteur de 30 000 euros.

Débat sur le mariage pour tous: "La République doit avoir le dernier mot !"

23 Avril 2013, 01:17am

Publié par MoDem_Colombes

Débat sur le mariage pour tous: "La République doit avoir le dernier mot !"

Jean-François Martins, conseiller de Paris, co-signe sur Mediapart une tribune transpartisane pour dénoncer "la radicalisation" des opposants au mariage pour tous et "refuser sur les listes aux municipales la présence de ces éléments".

Cette tribune publiée par Mediapart est co-signée par Aurore Bergé (UMP), Joshua Adel (PS) et Jean-François Martins (MoDem). Vous pouvez également la lire et la commenter sur le site internet de Mediapart.

"La République est assiégée par les loups !" Pour exaltée qu’elle paraisse, cette crainte est aujourd’hui dans toutes les têtes. D’aucuns, parmi les plus anciens, les plus raisonnables ou les mieux installés dans le système, nous reprocheront là un accès de grandiloquence lié à notre jeunesse militante qui, au moindre coup de force, se croit en "résistance" ou se prend à rêver des barricades.

On connaît l’histoire de l’enfant qui criait au loup. Il y a onze ans, au soir d’un 21-Avril resté comme une tentative de suicide de la démocratie, le loup est vraiment venu. Jean-Marie Le Pen, candidat du FN héritier du régime de Vichy et de l’Algérie française, se qualifiait légalement pour le second tour de l’élection présidentielle. Jacques Chirac avait alors refusé le débat d’entre-deux-tours : on ne discute pas recettes de cuisine avec un anthropophage.

Le même esprit de "front républicain" nous guide aujourd’hui face à la radicalisation de la "Manif pour tous" et à la structuration d’une extrême droite en ballerines, sous-entendu respectable, à travers le "Printemps Français".

Le "mariage pour tous" est une conquête, celle de l’égalité des droits. Une conquête de la République qui donne à tous ses citoyens les mêmes droits, accorde à tous ses enfants les mêmes protections.

On peut marcher pour l’égalité des droits, on ne peut pas marcher contre.

On peut manifester, on ne peut tolérer ceux pour qui la haine de l’autre, pour ce qu’il est, conduit à tabasser des homosexuels, à intimider des ministres, des élus et des journalistes. On ne peut appeler au "sang" et à la "guerre civile", on ne peut attaquer les forces de l’ordre aux cris de "CRS SS".

On peut demander des clarifications nettes sur la PMA et la GPA, on ne peut citer "les lois naturelles" qui nous commanderaient et excluraient alors des millions de Français du fait de leur orientation sexuelle.

On peut s’opposer, pied à pied, dans l’hémicycle, dénoncer l’accélération du calendrier, on ne peut parler de "coup d’État" ou considérer que le "pays légal" est illégitime, ou alors la politique est morte.

Nous avons en partage un héritage commun qui nous oblige, celui du Conseil national de la Résistance et de la Libération. Nous avons Jaurès, Mendès France et de Gaulle, et non la gauche, le centre ou la droite.

Nous avons la République.

Face aux débordements, le gouvernement doit rétablir l’ordre républicain, sans ambiguïté. La "Manif pour tous" a le droit de manifester dans la rue, mais pas de verser dans la violence. L’action de la police républicaine ne suffira pas à apaiser le pays ; cette bataille se joue sur le terrain des valeurs. En laissant au « Printemps Français » le soin de prendre la rue et d’y rester, d’occuper le terrain médiatique et les esprits, nos états-majors politiques portent une lourde responsabilité dans ce climat délétère. L’allusion aux "années 1930" est sur toutes les lèvres, bien qu’elle soit exagérée sur le plan historique. Nous avons plutôt en tête le contexte où Marc Bloch, historien et Résistant, écrivait L’Étrange défaite à l’été 1940:"Les ressorts profonds de notre peuple sont intacts et prêts à rebondir". Les raisons d’un sursaut démocratique sont en nous-mêmes.

Nous en sommes là.

Dans la continuité du combat des "fils de 1789" contre les fils des "fauteurs de Contre-Révolution", dont parle Clemenceau dans un discours mémorable à la Chambre : "La Révolution est un bloc indivisible". Nous sommes restés les mêmes, nos ennemis - ceux de la République et de la démocratie - n’ont pas changé.

Nous militons chacun dans des formations politiques s’affrontant sans concession. Mais nous faisons aujourd’hui le choix de dépasser nos clivages partisans pour fédérer nos forces sur l’essentiel : fille de la Révolution française, la République a conquis sa légalité dans la rue ; elle doit retrouver sa légitimité dans la rue face à ceux qui la défient et se voient comme le "pays réel". Nous devons tirer toutes les conséquences politiques légitimes des collusions auxquelles nous assistons entre certaines franges de la droite extrême et l’extrême droite radical-chic de Marine et Marion Le Pen. À ce titre, l’appel de Frigide Barjot à présenter des candidats "Manif pour tous" aux municipales confirme nos craintes et nos analyses. Il en va de même pour toutes les formations à l’extrême gauche adhérant à la violence et pour les partis régionalistes qui auront à se présenter aux suffrages des Français aux élections municipales de mars 2014. Nous appelons les candidats républicains de nos partis à refuser sur leurs listes aux municipales des éléments issus des "Manif pour tous" et du Printemps Français, ainsi que les éléments issus de groupuscules révolutionnaires à l’extrême gauche.

La République aura probablement le dernier mot dans cette histoire. Mais rien n’est certain. Elle pourrait vaciller faute de républicains prompts à la défendre. Dans l’hémicycle comme dans la rue.

Cette tribune publiée par Mediapart est co-signée par Aurore Bergé (UMP), Joshua Adel (PS) et Jean-François Martins (MoDem). Vous pouvez également la lire et la commenter sur le site internet de Mediapart. Pour aller plus loin : le blog de Jean-François Martins, conseiller de Paris.

Patricia Pacary, nouvelle maire-adjointe à Colombes

22 Avril 2013, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

Patricia Pacary, nouvelle maire-adjointe à Colombes

Après la démission de Bernard Destrem, il fallait bien conserver l'équilibre PS-PCF au sein de la majorité municipale, surtout à 10 mois des élections municipales (9 et 16 mars 2014).

Ainsi, lors du prochain Conseil Municipal du 25 avril 2013 (ordre du jour ci-joint), Patricia Pacary, va devenir, après un vote à scrutin secret, la 17ème adjointe au maire, chargée de la démocratie locale, la vie des quartiers et la citoyenneté.

Aïssa Ben Braham prend la délégation des travaux, de la voirie et des bâtiments et passe au 5ème rang du tableau des adjoints - on peut se poser la question de la légalité de cette décision, l'ordre chronologique des élections devant être respecté.

Agée de 48 ans, Patricia Pacary était jusqu'ici conseillère municipale déléguée aux centres de vacances. Elle appartient au Groupe Communiste, Républicain, Parti de Gauche et apparentés.

Son père, Jean Pacary, décédé fin décembre 2011, militant actif du PCF depuis 1949, a été adjoint au maire de Dominique Frelaut en 1977. Il avait en charge l’urbanisme et l’habitat, puis lors, d'un second mandat, la voirie et la circulation.

Tel père, telle fille, dit-on !

Patricia Pacary, à gauche sur la photo

Patricia Pacary, à gauche sur la photo

Bye Bye le hand à Colombes !

21 Avril 2013, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

Bye Bye le hand à Colombes !

Cette fois ce n'est pas un poisson d'avril !

Le président de la FFHB, Joel Delplanque, a annoncé par courrier il y a 2 jours au président du Conseil Général des Haut-de-Seine, Patrick Devedjian, qu’il ne souhaitait pas donner suite au projet de construction du centre technique du handball français prévu sur le site du stade de rugby Yves du Manoir.

Annoncé en grandes pompes il y a presque 2 ans au monde du handball, l’annulation de ce projet est le premier gros revers du président depuis son arrivée à la présidence en 2008. Construction annoncée pour 2017 et le championnat du monde masculin, celui-ci ne verrait pas le jour avant 2018 et dans une configuration bien différente que celle annoncée initialement par les politiques. Joel Delplanque confirme au journal le Parisien : « Nous renonçons car les délais de réalisation sont trop loin pour nous (NDLR : pas avant 2018), le modèle économique va au-delà des moyens dont nous disposons, et on passerait d’un statut de propriétaire aujourd’hui à celui de locataire ».

« C’était un beau projet, mais je comprends la décision de la Fédération, constate le maire PS de Colombes, Philippe Sarre. Compte tenu des délais de livraison, on savait que ce serait impossible. On était prêt à assurer un investissement important avec le conseil général, mais pas au point de ne recevoir aucun argent de la FFHB. Maintenant, nous allons repartir sur un autre projet sur le stade Yves-du-Manoir. »

De son côté les dirigeants du 92 vont néanmoins continuer à réfléchir à un autre projet mais en aucun cas lié au handball. A noter la réaction de Patrick Devedjian », le président UMP du conseil général du 92, propriétaire du stade Yves-du-Manoir. « Je n’ai pas changé d’avis, mais moi, je ne lie pas les projets que je lance à la durée de mon mandat », tacle d’ailleurs Devedjian à l’encontre du président Delplanque qui faisait de ce projet l’acte de son 2ème mandat à la tête du handball français.

La FFHB va devoir essayer de trouver une nouvelle solution de repli mais sera t-elle prête pour 2017 ? En effet il avait été annoncé, à l’époque en 2001, d’organiser le 1er mondial dépassant les 500 000 spectateurs. Avec l’annulation de ce projet, cet objectif risque d’être compliqué à atteindre !

La solution envisagée pour le moment est le projet du site de la halle Carpentier qui devrait voir le jour dans les prochaines années, notamment avec une salle de 4800 places et des infrastructures permettant l’accueil des locaux de la FFHB. Comme toujours ce genre de projet est très lié à l’étiquette politique de la ville, il ne faudrait donc plus trop tarder avant les échéances des municipales l’année prochaine.

En attendant le handball continuera à évoluer dans la salle de Bercy pour ses grands rdv…salle qui a déjà plus de 30 ans.

Source : http://handnews.fr/2013/salle-bye-bye-la-maison-du-handball/

Bye Bye le hand à Colombes !