Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Vide-greniers à Colombes en Octobre

30 Septembre 2013, 01:51am

Publié par MoDem Colombes

Vide-greniers à Colombes en Octobre

Samedi 5 octobre : Broc'aux livres au Tapis rouge 9h00-18h00 (50 exposants)

organisée par les Médiathèques de Colombes.

A la fois pour les adultes et les enfants, des particuliers vendent à petit prix des livres, revues, CD, DVD et les médiathèques vendent les livres, CD et disques vinyle retirés des fonds .

Dimanche 6 octobre : vide-greniers à l’école Hoche, de 8h à 18h,
organisé par l’association APR Hoche (140 exposants)


Dimanche 6 octobre : vide-greniers au patio Michelet de 8h à 18h,

organisé par l’association La Lumière de Colombes

Du Vendredi 11 au Dimanche 13 octobre : Les collections de s'exposent au Tapis Rouge

http://www.multicollection.fr/

Dimanche 13 octobre : braderie d’automne du Secours Populaire Français, de 8h à 18h

au Gymnase de l’école Maintenon.

Bayrou sur LCP ce dimanche vers midi

29 Septembre 2013, 07:15am

Publié par MoDem Colombes

Bayrou sur LCP ce dimanche vers midi

François Bayrou, Président du MoDem, prononcera le discours de clôture de l’Université de rentrée du MoDem. A suivre ce dimanche sur LCP et les chaînes d'infos à partir de 11h30.

Suivez en direct les discours de clôture de l'Université de rentrée.

Yoni Roch de Colombes : le plus haut saut à l’élastique en étant enflammé !

27 Septembre 2013, 23:07pm

Publié par MoDem Colombes

Yoni Roch de Colombes : le plus haut saut à l’élastique en étant enflammé !

Né le 21 juin 1978 à Nanterre, mais habitant à Colombes depuis toujours, Yoni Roch - surnommé l'homme torche - est cascadeur, champion de France de boxe chinoise et chorégraphe de scènes d’action et de scènes de combat au cinéma depuis 1997. Il a notamment réalisé les cascades d'Arthur et la guerre des deux mondes, du Goût des autres, et d'Indigènes.

Sa société de Cascadeurs Professionnels (effets spéciaux de câbles, chutes de hauteur, combats tout styles, chutes d'escalier, doublage acteur, doublage enfants, torche humaine, explosion, percution de véhicule), est située 19, rue de Légnano à Colombes.

Ainsi, il s'est élancé dans le vide le 14 septembre 2012, à plus de 65 m du sol, embrasé comme une torche. C'était au viaduc de la Souleuvre (en Normandie)

Dans l'’édition 2013 du Livre Guinness des Records, dévoilée le 10 septembre dernier à Londres, on peut lire à la page 101 : "Le plus haut saut à l’élastique en étant enflammé : Yoni Roch, 65.09 m".

Il profite de la médiatisation de ses exploits et performances pour prendre la parole et défendre la cause des papas privés de leurs enfants

Depuis 5 ans, Yoni se bat devant – et même avec, comme il rajoute avec un petit sourire – les juges pour avoir le droit de voir son fils Tim.

« Depuis la séparation de la mère de Tim, je voyais mon fils un week-end sur deux. Cela paraît normal, c’est le sort de beaucoup de pères. Mais un week-end sur deux est une expression trompeuse ; en réalité, on voit son enfant 4 jours par mois! Pour un père moderne, qui aime son enfant et s’en occupe comme une mère, c’est l’enfer. C’est inacceptable, il faut que cela change! »

Rassemblement du Centre : "Nous pouvons nous allier sans être soumis"

27 Septembre 2013, 20:48pm

Publié par MoDem Colombes

Rassemblement du Centre : "Nous pouvons nous allier sans être soumis"

Dans une interview à Direct Matin, François Bayrou détaille sa méthode pour un partenariat entre le MoDem et l'UDI : "Il faut des alliances, mais sans être soumis et sans perdre sa liberté de jugement."

Direct Matin - En vous rapprochant de l’UDI, ne renoncez-vous pas à un centre indépendant de l’UMP ?

François Bayrou - Si le centre est le centre, il est indépendant. Entre l’UDI et le MoDem, les points de vue se sont rapprochés. Jean-Louis Borloo a jugé que l’UMP ne pouvait plus représenter "la droite et le centre". Et le pouvoir actuel est si décevant que je suis un opposant. Le centre peut donc se rassembler. Bien sûr il faut des alliances, mais sans être soumis et sans perdre sa liberté de jugement.

Certains au sein de vos troupes sont tout de même inquiets...

On ne peut pas prétendre rassembler les Français si on ne rassemble pas les plus proches de soi, ceux avec qui on partage une certaine vision de la France, de l’Europe, des priorités de l’action publique, de l’économie.

Qu’est-ce que le MoDem peut apporter à l’UDI ?

L’UDI a une sensibilité de centre droit. Le MoDem de son côté apporte la garantie d’un centre indépendant. Si nous additionnons nos forces, il y aura du changement dans la politique française.

En quoi ferez-vous la différence par rapport aux autres partis ?

Aujourd’hui, il y a 70% des Français qui sont désespérés de la politique parce que les deux grands partis les ont déçus. Le rapprochement du MoDem et l’UDI peut faire naître un organisme vivant mieux adapté aux temps qui viennent. En nous rapprochant, nous montrons que nous mettons les ambitions personnelles au second plan. C’est une entreprise de rénovation civique.

Où en sont vos négociations concernant les élections municipales et européennes ?

La première marche de notre rassemblement s’est évidemment formée autour de la perspective des élections européennes. Au printemps, le débat européen promet d’être rude. Il faut donc être ensemble pour le défendre et le rénover. Mais cela ne peut se faire que dans un projet de long terme. Pour les municipales, le MoDem et l’UDI ont une ligne commune dans 90% des villes.

Vous songez à vous présenter à la mairie de Pau ?

Quand je parlerai des élections à Pau, je le ferai de Pau. C’est la ville de ma vie. Elle a besoin d’une nouvelle convivialité, d’un nouveau rayonnement. Il faut donc un changement dans sa gestion. Mais pour obtenir ce changement, il faut écarter les divisions. Mon rôle actuel, c’est d’être un fédérateur.

Que contiendra la charte que vous allez signer en novembre?

Ce texte doit rappeler nos valeurs communes, préciser notre méthode politique, et dire quelle forme d’organisation nous allons adopter. Chacun doit être respecté dans son histoire, son identité et sa fierté.

A quoi ressemblera cette nouvelle force politique ? Cela signifie-t-il la fin du MoDem et de l’UDI ?

L’organisation de notre maison commune doit être amicale, solide et souple. C’est en tout cas comme cela que je le vois. Le MoDem et l’UDI ont chacun leurs vertus, leur originalité. Il faut les additionner, leur permettre de se découvrir, avec les équipes, les projets qui sont les leurs. Réunis, ils iront plus loin que séparés et ils intéresseront davantage les Français.

Vous avez été le troisième homme en 2007. N’êtes-vous pas le candidat naturel du centre pour 2017 ?

Il n’y a pas de candidat naturel. Et ce n’est pas mon but dans cette construction d’une force nouvelle. L’élection présidentielle est une échéance cruciale pour un mouvement politique, mais il ne faut pas en faire une obsession.

Le chômage a baissé. Croyez-vous à l’inversion de la courbe avant la fin de l’année ?

Par les emplois aidés, et par des dizaines de milliers de radiation de Pôle emploi, on obtient une inflexion dans les chiffres. Mais la vraie réalité du chômage ne change pas. Je ne serai pas satisfait tant qu’il n’y aura pas une inversion réelle du chômage sur le terrain. C’est cette solution durable qui n’apparaît pas.

Vous placer dans l’opposition à François Hollande, est-ce admettre que vous vous êtes trompé en vous prononçant pour lui lors de la présidentielle ?

Des millions de Français voulaient une alternance. Y compris parmi ceux qui n’étaient pas de gauche. Ils voyaient les tensions monter. C’est un grand danger en temps de crise. Mais ils attendaient aussi que le nouveau pouvoir prenne à bras le corps les problèmes du pays. François Hollande n’est pas à ce rendez-vous, alors qu’il avait beaucoup d’atouts. La politique suivie ne va pas dans le bon sens. J’en suis donc un opposant.

Manuel Valls estime que l’intégration des Roms est illusoire. Quelle est votre position?

D’abord l’urgence ! Il faut poursuivre réellement les réseaux qui exploitent la misère des femmes et des enfants en les installant sur le trottoir soit pour la mendicité agressive, pour le vol ou, encore plus grave, pour la prostitution. Quant à leur intégration, il faut la garantir d’abord dans leur pays d’origine, où ils sont si souvent dans la misère noire et la plus terrible discrimination.

La Maison de l'Image de Colombes

27 Septembre 2013, 00:01am

Publié par MoDem Colombes

La Maison de l'Image de Colombes

La Maison de l’Image et du Multimédia, existant depuis septembre 2011, maintenant située au 17, rue Taillade, est une structure dépendant de la direction de la Jeunesse de la Ville de Colombes, dédiée aux jeunes entre 11 et 20 ans intéressés par l’image et les arts numériques. Son objectif est d’éduquer et de diffuser du contenu audiovisuel à valeur culturelle, éducative et instructive.

Ce travail se traduit par la mise en œuvre d’ateliers d’initiation à la vidéo numérique, à la photo numérique, au travail du montage, à la programmation, à l’infographie.

De manière pratique, les groupes (pas plus de 8) qui se forment selon les projets développés par la structure réalisent des documentaires, courts et moyens métrages, fiction, clips vidéo, et peuvent participer à des stages de montage vidéo avec différents partenaires.

C'est le mercredi et le samedi de 13h30 à 19h00, les mardi, jeudi et vendredi de 17h30 à 19h00 et pendant les vacances scolaires.

Le but est de valoriser les techniques (prise de son, montage, etc.) apprises durant les tournages et les ateliers en diffusant publiquement les réalisations effectuées, dans des concours et festivals de courts-métrages, au cinéma Les 4 Clubs ou à la MJC-TC.

Grâce au matériel acheté (3 caméras, des ordinateurs, des micros, des logiciels de montage photo et vidéo) et avec l'aide d'intervenants spécialisés, les jeunes réalisent des clips et des documentaires.

Les jeunes sont accompagnés dans leurs projets de films, dans toutes les étapes : l'invention de l'histoire, le scénario (les "chapitres", les paroles des personnages), la réalisation (prises de vue, durée des enregistrements), le montage final.

Accès payant selon le quotient familial.

L'inauguration des nouveaux locaux de la Maison de l'Image et du dispositif "Hors les Murs" aura lieu le 28 septembre à 11h00, 17 rue Taillade.

A six mois des élections municipales !

25 Septembre 2013, 20:02pm

Publié par MoDem Colombes

A six mois des élections municipales !

C'est désormais officiel, les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars prochain. L'annonce a été faite ce matin en Conseil des ministres. Pour favoriser la participation dans les 36.681 communes de France, le gouvernement a retenu le couple de dates permettant qu'aucune zone ne se trouve en période de congés scolaires.

«Pour la première fois en 2014, souligne par ailleurs le décret, les électeurs des communes de 1000 habitants et plus éliront, en même temps que les conseillers municipaux, et par le même bulletin de vote, le ou les conseillers communautaires représentant leur commune au sein des organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (communautés de communes, communautés d'agglomération, communautés urbaines et métropoles).»

En 2008, le taux de participation aux municipales en France avait été de 66,54% et 65,20%, à Colombes de 59,4% et 66,2%, respectivement au premier puis au second tour.

Les candidats connus à ce jour pour Colombes :

- Philippe Sarre, qui est candidat à la candidature PS

- Laurent Trupin, qui entame ses réunions publiques (samedi 5 et 12 octobre)

- Nicole Goueta, qui vient de remporter la primaire UMP.

A l’exception de certains départements et collectivités d’outre-mer, le scrutin des Européennes aura lieu en France le dimanche 25 mai 2014.

Colombes : A la découverte du patrimoine cet automne

25 Septembre 2013, 00:29am

Publié par MoDem Colombes

Colombes : A la découverte du patrimoine cet automne

Huit dates à retenir en septembre, octobre et novembre pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine et l’architecture de Colombes, proposées par le service Valorisation du Patrimoine (Tél : 01 47 60 83 08)

Ces visites thématiques sont doublées (l'une un vendredi à 14h30 et une autre un samedi à 15h00)

Elles sont gratuites et ouvertes à tous sans besoin de s'inscrire !

- Vendredi 27 septembre à 14h30 et samedi 16 novembre 2013 à 15h

« Céramiques décoratives »

Les villas et les pavillons de Colombes conservent un nombre impressionnant de pièces de céramique des années 1895-1914, à découvrir le long d’un parcours d’1h30 environ, sous la conduite d’un guide. Certains fabricants seront à l’honneur, dont le peintre Dolis, auteur de nombreuses pièces de Colombes et des villes voisines.

Rdv devant la gare de Colombes, au bas de la rue Saint-Denis

- Samedi 28 septembre 2013 à 15h et vendredi 15 novembre à 14h30

« Une maison à soi » / Nouveau circuit sur l’habitat individuel

Avec l’industrialisation, Colombes a attiré une population nouvelle, suscitant des constructions privées variées, qui expriment souvent le rêve de leurs propriétaires, tant le logement condense un idéal personnel et intime.

Rdv à l’angle des rues des Renouillers et du Président Salvador Allende (en face de la rue Charles-Péguy)

- Vendredi 4 octobre à 14h30 et samedi 9 novembre 2013 à 15h

« Le logement social, un laboratoire architectural » / Nouveau circuit

Nouveau circuit sur l’innovation dans l’architecture, tout au long du XXe siècle : alors que la promotion privée sacrifie parfois la qualité à la rentabilité, la maîtrise d’ouvrage publique offre depuis l’origine aux architectes un champ d’expérimentation inouï.

Rdv rue Saint-Denis, à l’intersection de la rue de Strasbourg

- Samedi 5 octobre 2013 à 15h et vendredi 18 octobre à 14h30

« L’invention du patrimoine » Nouveau !

Ce circuit questionne le sens de l’architecture du passé aujourd’hui, à l’heure où l’on dénonce le « tout patrimoine ». Pour relever du patrimoine, le bâti doit nous interpeller, nous parler. Promenade émaillée de points de méthode, pour observer avec l’aide des participants comment se « fabrique » le patrimoine, pour quoi et pour qui.

Rdv à l’angle de la rue Saint-Denis et de la rue Saint-Hilaire

MoDem_Colombes : le seuil des 500 abonnés sur Twitter franchi ce week-end !

23 Septembre 2013, 01:17am

Publié par MoDem Colombes

MoDem_Colombes : le seuil des 500 abonnés sur Twitter franchi ce week-end !
Le réseau social Twitter a été lancé le 21 mars 2006. Depuis, plus de 170 milliards de tweets (messages limités à 140 caractères) ont été écrits par 500 millions d'utilisateurs. L'utilisateur moyen de Twitter a 208 followers (abonnés) et passe 6 minutes par jour sur le site https://twitter.com/‎.
Créé le 28 janvier 2009 (2 ans après la création du MoDem), le compte Twitter du MoDem Colombes est un véritable succès et compte aujourd’hui plus de 500 followers, parmi lesquels les principaux twittos colombiens.
Merci à toutes et à tous !
Merci de votre confiance et continuez à vous abonner !
Alors pour ne rien rater de l’actualité à Colombes, c’est ici : @Modem_Colombes
Qui m’aime me suive comme le dit l’adage !
En route pour atteindre les 1000 ! Barack Obama (@barackobama) a 36.865.648 followers !
Merci aussi à vous pour votre fidélité grandissante au blog du MoDem Colombes qui fête aujourd'hui ses six ans d'existence !

L'amour est comme l'oiseau de Twitter
On est bleu de lui, seulement pour 48h
D'abord on s'affilie, ensuite on se follow
On en devient fêlé, et on finit solo

Prends garde à toi
Et à tous ceux qui vous like
Les sourires en plastiques sont souvent des coups d’hashtag
Prends garde à toi
Ah les amis, les potes ou les followers
Vous faites erreurs, vous avez juste la côte

Extrait de "Carmen" par Stromae

Grande interview de François Bayrou dans Le Parisien dimanche

22 Septembre 2013, 20:42pm

Publié par MoDem Colombes

"Les obstacles entre les différentes familles centristes ont presque disparu"

Le Parisien - Avec votre rapprochement avec l’UDI de Jean-Louis Borloo, une nouvelle dynamique au centre est-elle vraiment enclenchée ?

François Bayrou - Je le crois. Les obstacles les plus importants entre les différentes familles centristes ont presque disparu : pour ceux qui avaient les yeux fixés sur l’UMP, l’idée d’un parti unique de la droite et du centre s’est dissipée. Sous la pression de l’extrême droite, le climat, de ce côté, est plutôt à l’explosion. Du côté du pouvoir socialiste, c’est la glaciation : on refuse les réformes nécessaires et on oublie les engagements de changement politique. L’attente est forte d’une réponse politique originale et qui donne espoir. C’est pour cela que nous, au Centre, avons décidé de mettre les rivalités personnelles et le bal des egos au second plan.

Le bal des egos pourtant est inhérent aux institutions de la Vème ?

Je ne le crois pas. L’élection présidentielle est un rendez-vous mais elle ne viendra que dans trois ans. Nous avons bien autre chose à construire avant.

Ne craignez-vous pas qu'on vous taxe d'opportunisme? Les noms d'oiseaux n’ont pas manqué...

Peu importe. Vient un moment où il faut savoir finir la guerre de cent ans. Quand on a un pays à reconstruire, il faut faire passer les histoires de personnes et de tendances au second plan.

François Fillon a t il dérapé ?

Je ne crois pas aux dérapages. Devant la question de l’électorat FN, il faut décider si on le légitime en le suivant ou si on résiste en présentant une autre vision. Il y a une inflammation de la société, troublée par la crise, le chômage, par l’immigration mal intégrée, par le surgissement de l’Islam. Une approche nouvelle, courageuse et imaginative, doit permettre d’aborder ces questions sans obsession. Il y a une exaspération à l’égard de la politique. J’ai proposé de répondre par un référendum de moralisation de la vie publique. François Hollande s’y était engagé auprès de moi en cas de blocage du parlement. Il n’en a rien fait. Et même ce qu’il y a de plus choquant demeure inchangé.

Trop de dérogations et de privilèges ?

La moindre des choses serait par exemple que les parlementaires qui votent l’impôt soient soumis aux mêmes règles fiscales que les autres contribuables. Or ils bénéficient d’un régime dérogatoire qui fait qu’une part de leurs indemnités n’est ni imposée ni contrôlée. Le Sénat vient de repousser le non cumul des mandats. C’est la même logique : faites ce que je dis, pas ce que je fais. Voyez le nombre de parlementaires PS, députés et sénateurs, qui se présentent aux élections municipales, contrairement à leurs engagements, dans l’espoir qu’une dérogation viendra encore retarder les choses !

Vous croyez au retour de Nicolas Sarkozy ?

Qu’il veuille revenir ne fait aucun doute : il envoie régulièrement des signaux explicites.

A t il changé ?

Les hommes changent-ils vraiment ? Je n’en suis pas sûr… Mais il ne faut rien exclure. Moi-même parfois… (rires).

Qu’est ce qui fait changer les hommes politiques ?

Les difficultés, les défaites qui obligent à réfléchir. Et l’expérience…

La perte de votre circonscription à Pau en fait partie ?

J’ai perdu une élection, pas ma région, pas mon pays, pas mes amis. Car pour moi le Béarn est d’abord une famille humaine. Pas un territoire politique.

Avez-vous une envie de reconquête à Pau ?

Je parlerai de Pau… à Pau.

Qu’en sera t il de vos alliances avec la gauche aux prochaines municipales ?

Au Mouvement Démocrate, nous croyons que les élections locales traitent de problèmes locaux et peuvent faire naître des majorités locales, pas le décalque perpétuel de la guerre droite contre gauche. Nous sommes fiers de ce principe. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans la plupart des villes petites et moyennes. Cela dit, quand je regarde le terrain, ville par ville, nos équipes locales sont d’accord dans la plupart des cas. Et quand ce ne sera pas le cas, nous en parlerons et nous assumerons.

Que reprochez-vous le plus à François Hollande ?

De ne pas affronter l’exigence vitale de réformes sur les grands sujets du pays. La réforme des retraites n’en est pas une. Or, ne rien faire tout en prétendant que l’on fait une réforme, c’est épuiser l’énergie du pays et au bout du compte le désespérer. Car lorsqu’on s’apercevra dans quelques mois qu’il faut encore une réforme, que diront les Français ?

Qu’est-ce qui le contraint selon vous à l’immobilisme ?

Sa majorité. C’est hélas le sujet dont il s’occupe le plus. Il donne l’impression de se déterminer à partir des enjeux intérieurs à la gauche : les courants du PS, les alliés du PS, les satellites du PS, y compris les ultimatums des écologistes ! Tout cela donne une impression d’improvisation et de désordre. Pas de réforme de l’Etat ni de moralisation de la politique, pas de réforme des collectivités locales, pas de vision ou de pensée nouvelle sur la sécurité sociale. Il élude les questions essentielles.

Hollande n’est pas à la hauteur ?

Je ne veux pas employer de mots blessants. Mais plusieurs millions de ceux qui ont voté pour lui, qui n’étaient pas de gauche, attendaient du courage et des décisions. Il avait des atouts pour le faire, par exemple un climat de confiance avec les syndicats. François Hollande élu pouvait tracer un horizon, créer les conditions d’une majorité réformiste. Il a choisi de n’en rien faire.

Vous n’aviez pas négocié votre appel en sa faveur au second tour de la présidentielle ?

Jamais. Le marchandage n’est pas dans ma pratique. La liberté ne se divise pas.

Sous Hollande comme sous Sarkozy on constate une usure rapide des présidents dans l’opinion…

Il y a d’autant plus d’usure lorsqu’ils n’assument pas leur mission. Le rôle du président de la République c’est d’affronter ce que personne n’ose affronter, de montrer le chemin au pays. De créer les conditions des mutations nécessaires. Prenez de Gaulle, ou même Giscard : une partie de l’opinion résistait aux mutations pourtant nécessaires, eh bien ils ont entraîné le pays à passer l’obstacle. C’est cela, président de la République.

Les programmes d’histoire-géo ont été réaménagés. Qu’en pensez-vous ?

Les programmes sont souvent trop lourds. Mais je crois surtout que l’enseignement de l’histoire est trop abstrait, désincarné. Je suis sûr qu’il faudra en revenir à la chronologie, aux dates, et aux grandes figures, femmes et hommes de chair, de sang et de conscience, qui l’ont faite.

Une réélection de la chancelière Angela Merkel serait-elle une chance ou un risque pour la France, et l’Europe ?

Ce serait une chance. Angela Merkel est une femme construite, persévérante, qui peut assumer une majorité plurielle, tournée vers l’Europe et qui peut être le partenaire fiable dont la France a besoin en Europe.

Grande interview de François Bayrou dans Le Parisien dimanche

Dernier jour de l'été, premier jour de l'automne à Colombes !

20 Septembre 2013, 20:53pm

Publié par MoDem Colombes

Dernier jour de l'été, premier jour de l'automne à Colombes !

Bon week-end en perspective pour fêter à Colombes le dernier jour de l'été ou le premier jour de l'automne ! Et avec le soleil !

Samedi 21 septembre :

14h00 - 18h00 : pour les amateurs de patrimoine, c'est le dernier jour pour visiter l'expo "Rue Saint-Denis, Retour vers le Futur" au Musée.

14h00-17h00 : pour les amateurs de nature, le Centre Nature est ouvert : avec l'expo Chauve-Souris, une visite guidée du jardin botanique, et la découverte des talents de Prosper, artiste togolais de passage à Colombes

15h00 - 19h00 : pour les amateurs de Hip Hop, Techno, Trap, Raggaeton, Futurebeats, c'est la 1ère édition du "CarnaBalHype" avec 1963, Knight, Chrisrough et Alliance Crew, sur le Parvis des Droits de l'Homme (gratuit).

18h30 : pour les amateurs de rugby, le Racing Metro 92 reçoit Bordeaux-Bègles au stade Yves-du-Manoir

21h00 : pour les lycéens, c'est le Tremplin "Les Lycéens en cavale" Saison 3.2 au Tapis rouge, organisé par les Zulus.

Dimanche 22 septembre :

7h30 - 9h00 : pour les amateurs de vélo, c'est la 29è édition de la Randonnée cycliste du LSOC avec 3 parcours de 35, 70 ou 100 km au choix, départ au Club House Charles Péguy,

8h00 - 18h00 : pour les amateurs de chine, c'est la 31ème édition de la Brocante des ACTIFS avec près 250 exposants dans la rue de Seine (près A86 et hôpital Louis Mourier).