Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

(2) Instruire (2e)

17 Novembre 2011, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBnq0F6iyNdsUGcafI4jn6XqiSyhxM6NuM_mqVy_1a0-SXDZ0guGmCNCxc

 

Je dis qu'à ces enfants-là il faut proposer une scolarité particulière, adaptée, que j'avais nommée, comme ministre de l'éducation nationale quand j'en ai établi le plan : « collège hors les murs ». Une scolarité qui vise non pas à bannir, mais à rendre à ces garçons et à ces filles les chances nécessaires pour reprendre le cours de la scolarité normale, donc la paix civile et la civilité. 

Puis, ensuite, il y a une organisation de la scolarisation, peut-être les horaires de travail. Je dois avouer que je pense souvent qu'il est anormal que les enfants aient plus d'heures de travail que leurs parents qui doivent faire 35 heures. Je trouve que cela ne va pas parce que si vous additionnez temps de transport, horaires de cours, devoirs qu'il faut faire à la maison, et de plus en plus souvent, honteusement, leçons particulières que toutes les familles sont obligées de donner à leurs enfants pour leur rendre les chances élémentaires de suivre à l'école, ceci n'est pas un régime acceptable, humain tout simplement, respectueux pour les enfants et pour l'idée que nous nous faisons de l'école. 

Donc, des devoirs faits en classe, surveillés. Il y a des centaines de milliers d'étudiants qui ont besoin de recevoir une aide, un soutien pour continuer leurs études. Eh bien, faisons à la fois des bourses et demandons à ces étudiants d'assumer des responsabilités de tuteurs, de répétiteurs, de surveiller les devoirs en classe. Ce sera infiniment plus utile et plus précieux pour leur formation que ce que l'on est en train de préparer maintenant et que l'on ne mettra pas en place. 

Troisièmement, le lycée : la question du lycée, c'est l'orientation et l’autonomie. La question de l'orientation commence au lycée et se poursuit naturellement dans l'enseignement supérieur. Le problème majeur est la fracture entre le lycée et l'université. Je dis qu'il faut que la Terminale devienne une propédeutique, une préparation à l'enseignement supérieur. Il faut orienter notre réflexion sur l'organisation de cette classe en se demandant ce que l'on peut apporter aux élèves en train de devenir étudiants. Puis-je rappeler pour ceux qui ont le culte de la tradition, j'en suis aussi, que le Baccalauréat est le premier titre de l'enseignement supérieur ? Traditionnellement, en France, c'est cela. Eh bien, prenons au sérieux les définitions que nous formons nous-mêmes. Je demande donc que la Terminale devienne cette préparation à l'enseignement supérieur. 

À l'université -si cela vous intéresse vous trouverez cela dans mon livre- la question de l'orientation et une question beaucoup plus importante encore ; qui est l'organisation de la formation professionnelle après obtention du diplôme d'enseignement général, parce que les étudiants croient et leurs familles croient davantage encore qu'un diplôme devrait valoir un travail. 

Eh bien, il faut que nous arrivions à comprendre tous ensemble qu'un diplôme doit être suivi d'une spécialisation et d'une formation professionnelle, comme cela se passe par exemple pour le métier d'avocat, de notaire. On fait du droit, puis on choisit l'école professionnelle qui correspond à cela. Je pense que ce modèle est valable pour bien des formations universitaires. 

Voilà pour l'école. 

Commenter cet article