Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Persévérance ...

17 Juin 2008, 23:03pm

Publié par MoDem-Colombes

En 2007, apparaît sur internet un phénomène : un blog tenu de manière anonyme par un hyper initié, sous la signature apocryphe « François Mitterrand 2007 », décrypte la campagne présidentielle en temps réel et de l'intérieur.

Aujourd'hui disparu, le blog renaît de ses cendres. Il réapparaît dans ce livre et son auteur reprend la plume pour décrire avec minutie la première année du sarkozysme présidentiel et d'une gauche en lambeaux.

En voici quelques extraits : 


Sur le Parti Socialiste après l'échec de Ségolène Royal aux présidentielles :

 «Tels que je connais les socialistes, pourtant, les véritables leçons de ce scrutin ne seront pas tirées. On invoquera l'unité du Parti à préserver, la nécessité d'une réflexion à mener dans la sérénité, la rude exigence du devoir d'opposition qu'il faut assumer, bref, on procrastinera».

Sur Arnaud Montebourg lors la Fête de Frangy-en-Bresse :

«Cette année, Manuel Valls était l'un des invités d'honneur. Montebourg-Valls, voilà un attelage qui devrait durer encore quinze jours, durée de vie moyenne des alliances conclues par Montebourg».

Sur François Bayrou et le Modem :

«Pour aller loin en politique, il faut être doté d'une qualité qui, en cedomaine de l'action humaine, s'avère supérieure à toutes les autres : la persévérance. sans persévérance, on ne va nulle part. Le talent, le génie, l'intelligence, la culture, tout cela est bien joli mais ne sert à rien si l'on ne possède pas, chevillé au corps et à l'esprit, l'instinct de persévérance. Bayrou en est un bon exemple. En six mois, il a tout perdu. L'élection présidentielle, les élections législatives, son parti, ses élus, ses amis, ses fidélités... Il ne lui reste rien, hormis son parti croupion avec ce nom ridicule, le MoDem, Marielle de Sarnez, sa fidèle collaboratrice (autant dire un boulet qu'il s'est attaché au pied et qu'il va traîner longtemps, et sa persévérance. (...) Bayrou s'est autoproclamé candidat permanent à la Présidence de la République et il a bien raison, car c'est à force de persévérance qu'il finira par arriver à quelque chose. Ce trait de caractère lui permet d'espérer encore aujourd'hui, à la place qui est la sienne, là où tant d'autres de sa génération ont déjà été emportés par le vent de l'Histoire».

Sur Nicolas Sarkozy : «Celui que les Français ont choisi cette année devrait réexaminer avec l'intérêt l'élection présidentielle de 1920. Cette année-là, la bataille pour la Présidence de la République opposa Clemenceau (76 ans) à Deschanel (63 ans). Deschanel fut élu par les parlementaires et on s'aperçut un peu plus tard qu'il n'avait pas toute sa tête. Il démissionna après quelques épisodes où le ridicule le disputa au tragique, parvenant même à tomber d'un train vêtu d'un simple pyjama, exploit jamais réédité à ce jour. Clemenceau, lui, avait déjà, bien avant cette lamentable issue, tiré les leçons de sa défaite : "Ils avaient peur d'un gâteux ; ils ont un dingue." En 2007, ils ont eu peur d'une femme.»
Commenter cet article