Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Révélations sur la Police Municipale

12 Décembre 2008, 10:41am

Publié par MoDem-Colombes

Un audit a été présenté hier soir au Conseil Muncipal de 22h à minuit (fin du Conseil à 2h du mat !).

"Absentéisme, fautes non sanctionnées, formation insuffisante : la mairie socialiste de Colombes a publié jeudi 11 décembre un audit sévère sur la police municipale de la ville de 80.000 habitants, gérée par l'UMP de 2001 à 2008.

Après sa victoire aux élections municipales de mars 2008 contre le maire sortant UMP, Nicole Goueta, le socialiste Philippe Sarre, s'était distingué retirant les armes à feu aux policiers municipaux, créant un certain émoi au sein du service. Dans la foulée, il avait commandé un audit à Michel Piquemal, ancien inspecteur général de la police nationale (IGPN), dont les critiques les plus dures portent sur la discipline.

"Les tiroirs de la direction de la sécurité regorgent de dossiers qui n'ont reçu aucune suite (...) L'impunité a engendré des comportements déviants sur lesquels pesait la loi du silence", explique le rapport, dont le contenu a été débattu au conseil municipal de Colombes dans la soirée. "Aucune sanction" Michel Piquemal regrette qu'"aucune sanction (n'ait) été prononcée" contre "des fautes avérées et connues" comme l'"usage injustifié de moyens lacrymogènes" ou la "sortie intempestive de l'arme de service". On a souvent préféré une solution "à l'amiable", en recourant à une mutation dans une autre ville: ainsi "l'agent - qui n'est pas devenu meilleur - se retrouve dans une autre commune sans que son nouvel employeur ait eu vent de son comportement", estime l'auteur. Michel Piquemal pointe également une formation des personnels "globalement très insuffisante", un absentéisme pour cause de maladie "bien au-dessus de la moyenne constatée chez les autres agents communaux" et une "atmosphère délétère" au sein du service. 

Lors du débat, le maire PS a reconnu une "fonte des effectifs" (de 46 au 1er janvier 2008 à environ 25 en décembre), "car les orientations que nous avons données ne convenaient pas à certains qui sont partis". Il a ajouté que de nouveaux recrutements seraient effectués. Son opposant Lionel Rainfray (UMP) s'est demandé s'il voulait "vraiment maintenir une vraie police municipale dans cette ville" et a ajouté: "vous aurez beaucoup de mal à recruter des fonctionnaires sans les armer".

(Reuters)

Le malaise semble remonter à 2005, d'après une note interne d'un directeur de Cabinet adjoint de Nicole Gouéta, dont le contenu a été lu hier soir.
Philippe Sarre a aussi annoncé la création d'une commission à laquelle tous les partis politiques le souhaitant pourront participer.
Un audit sur la vidéosurveillance est en cours.
Le Mosaïque de Février sera consacré à la Police Municipale.

Commenter cet article