Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

UMP : parti sans (mot rayé) du Président

25 Janvier 2009, 15:26pm

Publié par MoDem-Colombes



Ne cherchez pas le nouveau Président de l'UMP, il n'y en a pas ; depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP en 2004, les adhérents n'ont jamais été consultés pour le choix de leur chef.


"Le Président de l’UMP est élu au suffrage universel, par l’ensemble des adhérents, au scrutin majoritaire à deux tours (Article 26 des statuts de l'UMP) ; Lorsque le Président en exercice de l’UMP devient Président de la République, la direction de l’UMP est assurée par un Secrétariat général composé d’un Secrétaire Général et de deux Secrétaires Généraux Adjoints et d'un Bureau du Conseil National, composé d’un premier vice-président et de deux vice-présidents (Article 48)"

On a bien vu hier que le vrai patron de l'UMP est son ancien Président devenu Président de la République. 

Mais comment peut-on accepter statutairement, juridiquement, et tout simplement démocratiquement, qu'un parti soit dirigé de l'extérieur, qui plus est par le Président de la République qui devrait être neutre dans la formation des partis ?

 - Il choisit le nouveau Secrétaire Général, les 4 Secrétaires Adjoints, les 4 Vice-Présidents, ... : les instances n'ont plus qu'à confirmer ces choix.  

 - Comme il y a six mois, il fait le déplacement pour s'exprimer devant sa famille politique alors que le Président de la République n'est pas l'homme d'un parti.

 - Selon les statuts, il n’y a que deux secrétaires généraux adjoints, il a décidé qu'il y en aurait quatre ; 

 - Il choisit les têtes de listes aux européennes, faisant de cette élection un "pour ou contre" Sarkozy.

 - Il a décidé qu'Eric Besson brûlerait les étapes : à peine adhérent, il devient secrétaire adjoint.  Dans quel autre parti peut-on postuler à un poste à responsabilité sans que soit imposée une présence suffisamment ancienne ?

Nouvel organigramme officiel (au 24 janvier) :

Secrétaire général du parti : Xavier Bertrand

Secrétaires généraux adjoints :
Eric Besson (ex-PS)
Marc-Philippe Daubresse (ex-UDF, centriste)
Nathalie Kosciusko-Morizet (ex-chiraquienne devenue sarkozyste)
Axel Poniatowski (ex-UDF, libéral)

Vice-présidents du conseil national :
Jean-Louis Borloo (radical valoisien)
Michèle Alliot-Marie (gaulliste chiraquienne)
Brice Hortefeux (très sarkozyste)
Jean-Pierre Raffarin (ex-UDF, libéral)

Les têtes de listes UMP pour les élections européennes sont
Michel BARNIER (Ile-de-France) ; Joseph DAUL (Est) ; Dominique RIQUET (Nord – Ouest) ; Dominique BAUDIS (Sud-ouest) ; Françoise GROSSETETE (Sud-est) ; Jean Pierre AUDY (Centre) ; Christophe BECHU (Ouest) ; Margie SUDRE (Outre – Mer / Océan Indien) ; Maurice PONGA (Outre – Mer/ Pacifique) ; Marie - Luce PENCHARD (Outre – Mer / Atlantique).

Commenter cet article

Jérôme 27/01/2009 19:13

Y a que des ex dans les secrétaires généraux adjoints ! Bon, sinon, sur le fait que le président devrait être au dessus des partis, c'est une vaste plaisanterie et ça ne me choque absolument pas que Sarkozy tire les ficelles de son parti de manière visible (si c'était en coulisses, on le villipenderait encore plus).Après, de voir comment il arrive à museler ses opposants à l'UMP, ça pourrait nous permettre de nous gausser du fonctionnement démocratique de ce parti, si la terrible efficacité qui en résulte ne conduisait pas au dramatique résultat que l'on sait.