Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Bayrou compare crise au Japon et 11/09

16 Mars 2011, 11:18am

Publié par MoDem-Colombes

Le président du MoDem, François Bayrou, a estimé aujourd'hui sur Canal + que la catastrophe au Japon était de la dimension de l'ébranlement provoqué par les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et a appelé à "mettre en cause le choix 100% nucléaire" qui fut celui de la France.

Le drame qui touche le Japon est "au moins aussi important que ce qu'on a vécu le 11 septembre 2001", a déclaré M. Bayrou qui a expliqué: "C'est une remise en question de toute notre manière de voir le monde, le progrès, le développement de nos pays". En effet, si dans "le pays le plus technologiquement avancé de la planète, on a le drame, le dérapage général devant lequel on se trouve, alors naturellement ça remet en question y compris notre manière de voir les choses", a-t-il ajouté.

Aujourd'hui, selon le président du Mouvement démocrate, "la réflexion doit mettre en cause le choix 100% nucléaire qui avait été celui de la France". "Il y a deux choses à faire qui sont très urgentes", a-t-il expliqué : premièrement "un test de résistance sur toutes les centrales nucléaires européennes, pas seulement françaises. Deuxièmement, un débat général sur quelle énergie nous voulons". Il faut aussi "mettre en cause les centrales les plus anciennes en France" comme celle de Fessenheim, a-t-il dit.

Quant au référendum sur le nucléaire, réclamé par les écologistes, il ne peut peut intervenir "qu'au bout du chemin", a-t-il estimé prônant d'abord "une concertation qui engagera tous les acteurs français", "les scientifiques, les associations".

Commenter cet article

jacques Bodécot 16/03/2011 14:33



L'affreuse situation japonaise doit certes nous inciter à réfléchir sur des choix futurs. Il faut néanmoins assumer ceux qui ont été faits auparavant et qui assurent notre égoïste confort.


Force est de constater qu'on nous incite à consommer toujours plus d'électricité. Au-delà de la multiplication à l'intérieur de chaque foyer, des téléphones, ordinateurs et récepteurs
de médias divers qu'il faut sans cesse recharger, pourquoi ne limite-t-on pas la puissance de certains appareils? Impossible aujourd'hui de trouver bouilloires électriques et cafetières de
moins de 2 KW alors que la moitié suffirait; il faudrait un peu plus de temps pour faire bouillir l'eau et l'énergie consommée au total serait la même, mais la puissance instantanée demandée
au réseau deux fois moindre.


Que dire de la voiture électrique, cette panacée universelle qu'on nous promet, qui certes n'émettra pas de CO² mais dont il faudra recharger fréquemment les batteries? Imagine-on les
centaines de milliers de chargeurs tirant simultanément sur le réseau le soir?


Cette électricité, il faut la produire. Si à terme, on compte que 20% sera d'origine renouvelable et peut-être 10% d'hydraulique, avec quoi produit-on le reste? Les Ecologistes ne veulent pas des
énergies fossiles, polluantes et d'avenir limité, ni de nucléaire car dangereux, ce qui paraît incontestable. Alors quoi?


Ce n'est évidemment pas en diminuant la puissance des cafetières qu'on économisera une centrale. Mais ce n'est pas non plus en continuant de nous "forcer" à acheter un maximum d'appareils
électriques qu'on trouvera une solution. S'interroger sur les moyens de produire de l'énergie passe d'abord par la remise en question d'une société de consommation qui a trouvé ses limites.