Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Bayrou : entretien à Marianne

4 Février 2012, 10:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.marianne2.fr/photo/art/default/947580-1122522.jpg?v=1328266210

 

Fidèle à sa volonté de se démarquer à la fois de la droite et de la gauche, c'est aujourd'hui à François Hollande que François Bayrou s'attaque dans les colonnes de Marianne. "Si le programme de François Hollandeétait appliqué, la catastrophe arriverait. Comme j'ai prédit il y a cinq ans la catastrophe de Nicolas Sarkozy", avance le leader centriste dans cette interview. "J'ai lu attentivement le programme du PS. A chaque ligne il y a des promesses de distribution. (...) Comme si on n'était pas un pays en situation critique ! Au fond, c'est le programme de 2007 à quelques nuances près".

 

Comme on lui demande si cette attaque en règle s'inscrit dans une stratégie plus droitière visant à accéder au second tour face àFrançois Hollande, au détriment de Nicolas Sarkozy, François Bayrounie farouchement. "J'ai fait des gestes ces dernières années à l'égard du PS, en croyant à son évolution (...). En réalité, le PS a renoncé à se transformer. J'ai proposé un dialogue, qu'il a refusé", explique le leader centriste. "Quant àNicolas Sarkozy, j'ai mené contre lui des combats qu'aucun des hommes politiques français n'a menés", fait-il valoir.

 

Le "troisième homme" de la présidentielle de 2007 réaffirme à Mariannesa conviction qu'il est en mesure de remporter le scrutin de 2012. "Avoir reconstitué un socle à 15% avant même d'être entré en campagne, c'est avoir rempli la première partie du contrat. A partir de là, nous allons livrer la bataille. Et, je crois, la gagner", dit-il, notant n'avoir "aucun doute qu'un vrai centre est en train de se reconstituer".

 

Revenant sur son projet de "produire en France" - "la question centrale de l'avenir du pays" - François Bayrou accorde aussi une large place à sa vision de l'Europe. "Si je peux réconcilier l'idée nationale et l'idée européenne : c'est le rêve de ma vie", clame-t-il.

 

Il se prononce en faveur d'une "reconstruction nécessaire" de l'Europe. "Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont pris de mauvaises orientations. Ils ont choisi pour les institutions européennes des dirigeants sur un seul critère: qu'ils ne leur fassent pas d'ombre. Pour moi, il faut au contraire des dirigeants identifiés, à la personnalité forte".

Commenter cet article