Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Jean-Luc Bennahmias

17 Mars 2010, 20:36pm

Publié par MoDem-Colombes

http://nt2.ggpht.com/news/tbn/ah6d51QGl_w0gM/0.jpg

Comment réagissez-vous à la démission de Corinne Lepage ?

Elle est libre de faire ce qu’elle veut, mais elle aurait dû le faire plus tôt, ou au moins se mettre en retrait pendant la campagne des régionales : elle a pris du temps d’antenne au Modem et a brouillé notre message. Elle n’est bien sûr pas responsable de notre score médiocre, mais elle a sérieusement pollué l’ambiance générale. Quand on est vice-président d’un parti, il vaut le mieux soutenir que le critiquer. Depuis début septembre, Corinne Lepage n’a participé à aucune instance du mouvement démocrate. Quoi qu’on pense de la façon dont il est dirigé, l’expression publique au Modem est totalement libre. Si on a envie de dire des choses dans un parti politique, on peut certes le faire dans la presse, mais on peut aussi le faire dans les phases publiques, comme les universités d’été de la grande Motte ou le congrès d’Arras.

Son départ est un coup dur pour le Modem ?
Je ne vois pas plus gros coup dur que le résultat du Modem à ces élections. Après, le fait que des gens démissionnent est dommageable, surtout quand il s’agit d’un cofondateur. Mais à un moment donné, il faut que les choses se clarifient. Qu’il y ait dans une formation jeune, nouvelle, des gens qui soient déçus par rapport à tel mode de fonctionnement, telle ou telle stratégie, ça me semble extrêmement naturel.

Pour Corinne Lepage, "l’obsession présidentielle" de François Bayrou est responsable des déboires du Modem. Quel est votre sentiment ?
Depuis le départ, c’est un secret de polichinelle : oui, François Bayrou est candidat aux présidentielles. Le fait de répéter qu’il est bizarre que ce soit central dans ce qu’il fait est une lapalissade. Evidemment, c’est ce qu’il a dans la tête, comme beaucoup d’autres. Pour moi, ce qui a particulièrement plombé le Modem, c’est l’erreur faite par François Bayrou, qu’on a réglé très vite après, d’attaquer Daniel Cohn-Bendit lors du débat des européennes sur France 2. Ça a déçu, désarçonné un certain nombre de nos sympathisants, qui appréciaient le côté démocrate, écolo, qui bouge les lignes, représenté par le Modem.

Pour vous, la responsabilité est collective dans l’échec de dimanche ?
Bien évidemment. Le choix de la stratégie d’autonomie a été voté par toutes les instances du parti. Après, on suit la ligne.

Le positionnement ni droite ni gauche du Modem, n’est-il pas mal compris par les électeurs?
Si on suit ce que j’ai fait avec Marielle de Sarnez et la direction du Modem, l’opération avec Daniel Cohn-Bendit, Vincent Peillon et François Rebsamen, on ne peut pas dire que c’est un positionnement ni droite ni gauche. C’est un positionnement qui bouge les lignes. Ce n’est pas qu’on est à gauche, c’est qu’on est prêt à travailler l’alternative politique avec tous ceux qui pensent que le sarkozysme anciennement triomphant, l’hégémonie UMP, ne sont pas bons pour la France et la République. Le Modem a pour velléité, et c’est la difficulté, de se positionner comme le parti démocrate du XXIe siècle, qui casse les vielles alliances. Je suis d’ailleurs de ceux qui pensent que l’union de la gauche telle qu’elle est bâtie aujourd’hui a très peu de chance de gagner la présidentielle. Il faut l’élargir.

François Bayrou est-il toujours présidentiable ?
Si j’en crois les sondages sur 2012 réalisés avant les régionales, il me semble que oui. Il y a de toute façon une terrible déconnexion, due à la présidentialisation générale du pays, entre le vote par rapport aux partis politiques et le vote par rapport aux individus aux présidentielles.
Après, à quelle hauteur François Bayrou va se retrouver dans deux semaines quand il y aura un nouveau sondage? Je n’en sais rien. C’est la même chose pour les deux autres perdants des régionales, Nicolas Sarkozy et Olivier Besancenot.

Avec très peu d’élus locaux et ce score de 4% aux régionales, le Modem ne sera pas gravement handicapé pour la présidentielle ?
Je n’en sais rien. Je préférerais bien sûr qu’on est plein d’élus, c’est d’ailleurs la fonction d’un parti politique. Mais la logique dans laquelle nous nous retrouvons sur l’espace démocrate, et cette nécessité dans ce pays d’avoir des paroles neuves, un peu plus lucides, je ne les vois que chez François Bayrou.



http://www.metrofrance.com/info/jean-luc-bennahmias-corinne-lepage-aurait-du-demissionner-plus-tot/pjcq!QP@v3nA9o3HXoOsF395ZxQ/index.xml

Commenter cet article

Jérôme 20/03/2010 00:52


Charles,
J'ai récemment écrit un billet sur Frèche, je ne sais pas si tu y trouveras des réponses à tes interrogations. En tout cas, je ne suis vraiment pas mal à l'aise avec ce sujet.
Pour autant que je sache :
- est toujours de gauche ? oui
- est toujours socialiste ? à mon avis, oui
- est toujours membre du PS ? clairement non
Et tu vois, quand Frèche a été exclu du PS (qu'en penses-tu, de cette exclusion ?), le PS ne lui a pas demandé de démissionner des mandats qu'il avait reçu en tant qu'étiquetté PS.
Il se trouve que mes parents sont de Montpellier, j'ai eu l'occasion de discuter avec eux et ils hésitent beaucoup pour le second tour, entre un vote blanc ou nul et un vote Frèche. Assurément, le
PS et EE auraient vraiment mieux fait de faire liste commune au premier tour (à situation exceptionnelle, pratique exceptionnelle), ce qui aurait évité ce genre de situation douloureuse.
En tout état de cause, je suis partisan du moindre mal. J'ai voté Chirac en 2002 sans hésitation. Je suis content d'être à Colombes et de savoir que je vais voter Huchon pour ne pas être dans la
douloureuse situation des gens de gauche du Languedoc-Roussillon qui n'aiment pas Frèche pour son autocratie.


Charles 19/03/2010 11:36


Jérôme, est-ce que Georges Frêche, putativement renouvellé dans ses fonctions de président de la région Languedoc-Roussillon :
- est toujours de gauche ? 
- est toujours socialiste ?
- est toujours membre du PS ?
"Les idées avant le parti", non ?  


Jérôme 19/03/2010 00:02


Je me demandais ce que pensaient les adhérents « de base » à cette histoire et à en croire les commentaires ci-dessus, c'est plutôt anti-Lepage. (Je ne suis pas trop d'accord avec Charles qui la
traite de moule et je pense qu'elle devrait rester à son poste d'élue, car après tout elle représente bien les idées sur lesquelles elle a été élue, les idées avant le parti, non ?)
À vrai dire, sur les reproches fait quant au fonctionnement du Modem, je ne sais pas s'ils sont fondés ou non, et je pense au commentaire fait ici par Christophe Ginesty qui mettait farouchement en
cause le mode de désignation de la tête de liste Modem en IDF. Ne vous laissez pas faire, les gars ! Vous êtes un parti jeune, construisez sur du solide, pas sur des fondations véreuses !


Pline le souple 18/03/2010 12:17


A la suite de Jacques, je dirai que Corinne lepage s'est grillée tout seule. Bien entendu qu'elle a le droit de quitter un parti avec lequel elle ne serait pas d'accord. Néanmoins, le plus
méprisable, le plus veule a été de tirer sur son propre camp, de placer des militants Cap 21 sur 4 listes d'Europe écologie et, par exemple, d'aller soutenir ouvertement la liste Europe écologie
contre la liste régionale du moDem AVANT le premier tour de scrutin. Soyons clairs, la duplicité semble être une seconde nature chez cette personne. Si Bayrou a "merdé", Lepage a trahi.


jacques Bodécot 18/03/2010 07:29


Ouf! Enfin, elle est partie.
Effectivement, elle devrait démissionner de son mandat de députée européenne! Le MoDem lui aura au moins offert ce cadeau même si elle doit trouver que le mouvement n'est pas l'outil adéquat
pour satisfaire ses ambitions personnelles. Je doute que les ayatollahs d'Europe Ecologie lui en offrent autant, si d'aventure - et c'est probable - elle se tourne de ce côté-là.