Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

L'Alliance Centriste se rapproche du MoDem

5 Novembre 2011, 12:30pm

Publié par MoDem-Colombes

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-07/2011-07-02/article_bayrouetarthuis.jpg

 

François Bayrou, désormais débarrassé de la menace d'une candidature concurrente de Jean-Louis Borloo à la présidentielle, répète qu'il entend"rassembler" la famille éclatée du centre. Le sénateur de la Mayenne Jean Arthuis, ancien ministre des finances d'Alain Juppé (d'août 1995 à juin 1997), est la première personnalité centriste à officialiser son rapprochement avec le président du MoDem. Son parti, l'Alliance centriste, devait se prononcer, samedi 5 novembre, en comité exécutif, en ce sens. "Ce n'est pas un chèque en blanc", prévient cependant M. Arthuis, qui attend que M. Bayrou porte ses idées.

 

Interrogé par l’AFP, François Bayrou s’est félicité de la perspective de ce rapprochement, se disant persuadé que "dans les semaines et mois qui viennent la diaspora centriste se réunira en acceptant ses différences légitimes, dans un esprit d’amitié et d’ambition".

Pourquoi soutenez-vous François Bayrou ?

Ce qui compte, c'est de rassembler les centristes et de mettre un terme à la centrifugation commencée en 2002 et amplifiée en 2007. La voix de notre famille est devenue largement inaudible. En 2008, j'avais pris mes distances par rapport à François Bayrou et nous avons constitué une association qui s'est appelée Rassembler les centristes, puis Alliance centriste. L'article premier des statuts de notre parti prévoit de le fondre le plus tôt possible dans la famille reconstituée.

Nous avons multiplié les rencontres avec le Nouveau Centre d'Hervé Morin et le Parti radical de Jean-Louis Borloo, sans rompre les liens avec le MoDem. Le paysage s'est clarifié dès lors que M. Borloo a renoncé à se présenter à l'élection présidentielle. J'avais dit que j'étais équidistant de M. Borloo et M. Bayrou. Le rapprochement est forcément sensible avec M. Bayrou… Je propose désormais defaire mouvement pour que se constitue un noyau de cristallisation du rassemblement. Dans l'attente de la création d'une confédération qui ait vocation àdevenir un parti politique, comme l'UDF. Une maison commune qui rassemble les centristes.

Que va-t-il se passer ?

On va créer un comité directeur avec le MoDem pour animer cette maison commune. On va lui donner une consistance, travailler sur le programme.

Votre "maison commune" est-elle ouverte aux membres de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale (ARES) ?

Bien sûr. Il faut tourner les pages de 2002 et de 2007. En 2002, Jacques Chirac avait créé l'UMP en disant aux centristes : "Si vous ne venez pas avec nous, vous aurez des candidats contre vous aux législatives." Une partie de nos amis députés nous ont quittés. En 2007, François Bayrou a commis l'erreur de ne pas prévoir ce qui allait se passer entre les deux tours, tout en donnant après le premier tour l'impression qu'il était encore en compétition, alors que la plupart des députés étaient déjà partis chez Nicolas Sarkozy. Il y a eu une faille de gouvernance.

Cette fois, nous voulons être ensemble avant l'élection présidentielle, ensemble entre les deux tours pour décider collégialement de l'attitude à tenir, et ensemble au-delà du second tour pour présenter des candidats communs aux législatives. Il y a un François Bayrou nouveau, plus à l'écoute.

Toutes les tentatives de large rassemblement lancées jusqu'ici ont été des échecs…

On voit que se dessine aujourd'hui une sorte de bipolarisation. La primaire socialiste a participé à la transformation du paysage politique. Ou bien on considère que c'est une fatalité, et chacun choisira son camp, ou bien, au contraire, on pense qu'il y a des réformes qui doivent être d'urgence mises en œuvre, qui ne peuventréussir si elles sont portées par un camp contre l'autre.

Pourquoi jugez-vous une candidature centriste nécessaire ?

Notre marqueur fondamental, c'est une exigence de vérité. La droite et la gauche ont largement pratiqué le déni de réalité. La mondialisation a tout changé. Il fautréformer les prélèvements obligatoires. C'est une illusion de laisser croire qu'il y a des impôts payés par les entreprises et d'autres payés par les ménages. Les impôts payés par les entreprises finissent par se retrouver dans le prix demandé aux ménages. Et imposer la production, c'est organiser méthodiquement la délocalisation des entreprises et des emplois. D'où l'idée d'une TVA que l'on peut appeler sociale, anti-délocalisations, ou autrement, peu importe. Qu'on ose ce débat.

Si on doit augmenter la TVA, il faut qu'elle corresponde à l'euro près à la baisse des charges sociales pesant sur les entreprises. Il faut aussi remettre en cause la durée du travail à 35 heures. Dans la sphère publique, les 35 heures correspondent à des dépenses annuelles supplémentaires de 25 milliards.

Quelles idées doit porter le centre, proeuropéen, à l'heure de la crise grecque ?

J'ai honte de la gouvernance européenne. J'ai participé à la création de l'euro et à la définition du pacte de solidarité et de croissance, qui était une sorte de règlement de copropriété de la monnaie unique. La discipline budgétaire a été presque immédiatement transgressée par les Etats. La Grèce maquillait ses comptes. Parce qu'on avait institué un principe de souveraineté, on considérait que tout Etat membre présentait des comptes souverainement sincères…

Ensuite, les banquiers, constatant que les taux d'intérêts étaient élevés sur les titres émis par la Grèce, n'ont pas hésité à souscrire, en partant de l'idée que, si la Grèce était en difficulté, l'Union européenne jouerait la solidarité. C'était une assurance qui ne coûtait rien. Aider la Grèce, n'est-ce pas une façon d'aider les banques et les assurances qui ont souscrit des emprunts souverains grecs ? N'était-ce pas mieux de demander à ceux qui ont prêté de prendre leurs pertes ? Si des établissements sont en difficulté, on peut les aider à se recapitaliser, quitte à ce que l'Etat puisse y prendre des participations significatives et réorienter leur politique.

LeMonde.fr


Le sénateur Jean Arthuis, président de l'Alliance centriste (AC), proposera demain à son parti de rejoindre le MoDem de François Bayrou dans "une maison commune", dans la perspective de la présidentielle et des législatives de 2012.

"Je vais plaider auprès de mes amis samedi, lors d'un comité exécutif de l'AC, pour qu'on puisse se retrouver avec les gens du MoDem dans une maison commune, ouverte à l'ensemble des centristes", a expliqué vendredi Jean Arthuis à l'AFP.

"A terme, cette maison commune pourra devenir une confédération car, si la présidentielle est importante, il y aura les législatives derrière. Et je souhaite qu'il y ait un candidat centriste dans toutes les circonscriptions. Pour que cela soit possible il faut le préparer maintenant et donc faire mouvement", a-t-il résumé.

Fervent défenseur de la réunion des membres de la famille centriste de l'ex-UDF, aujourd'hui dispersée, Jean Arthuis n'avait cependant pas souhaité rejoindre l'Alliance républicaine écologiste et sociale, initiée par Jean-Louis Borloo (Radical), Hervé Morin (Nouveau Centre), Jean-Marie Bockel (Gauche moderne) et Hervé de Charette (Convention démocrate).

L'ancien président de la commission des Finances du Sénat reprochait à cette autre alliance du centre son manque d'indépendance car elle se situait d'emblée dans le cadre de la majorité présidentielle.

(c) LeFigaro.fr


Commenter cet article