Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

L'Avant-Seine menacée

4 Mai 2010, 14:16pm

Publié par MoDem-Colombes

 

L'analyse des comptes de l'association "Avant-Seine/Théâtre de Colombes" révèle l'existence d'un déficit cumulé important : 320 000 EUR environ à fin 2008.

 

Cette situation génère des difficultés de fonctionnement récurrentes pour l'association et pourrait, si elle n'est pas prise en compte, menacer la pérennité de la structure.

 

Lors du Conseil Municipal du 6 mai, un plan triennal de résorption du déficit va être établi sur la base d'un partage de l'effort entre la Ville et l'association, à parts égales.

La Ville doit accorder à l'association une subvention exceptionelle de 55 000 EUR en 2010, l'Association devant pour sa part dégager un excédent financier au moins égal à 18 000 EUR.

 

Subvention versée par le Ville en 2008 : 1 400 000 EUR

Subvention versée par la Ville en 2009 : 1 400 000 EUR

Subvention versée par la Ville en 2010 : 1 400 000 EUR

 

 

Commenter cet article

Fred de Carpentier 20/06/2010 23:44



C'est vraiment dommage qu'il n'y ai pas un retour a l'equilibre, nous l'avions fait en 2002/2003 ( seule année non-deficitaire), avec une programmation adaptée a ce lieu. Cela est facile avec une
programmation adequate, non pas adpatée a la direction et la mairie en place, mais a la salle et son public. Les productions ne rapportent rien et coute trés cher,est-ce le but de l'avant-seine?
ma reponse est non, c'est une scene pour faire du "Show"


Signé : un ex president de l'avant seine



Jacques Bodécot 05/05/2010 11:17



Si la notion de déficit n'est pas (ou peu) admissible d'une manière générale (voir l'actualité de ces derniers jours) et s'il est vrai qu'un bon gestionnaire ne devrait dépenser que ce
qui est dans ses moyens, lorsqu'il s'agit de culture on ne peut être aussi rigoureux. Faire de la "culture rentable", ce serait bien, mais ce n'est pas toujours possible. C'est comme si on
demandait à l'école d'être rentable. Sur quels critères? Nous ne vivons plus malheureusement que dans le quantifiable!


Alors, le théatre cumule 320000 euros de déficit. C'est beaucoup, soit. C'est trop, sans doute. Mais plutôt que de s'interroger sur la pérenntié de l'Avant-Seine regardons plutôt de quels côtés
des économies pourraient être faites sans pour cela remettre en cause son existence. La programmation est peut-être à revoir. Sur les 46 spectacles de cette saison, le quart est
coproduit par l'Avant-Seine. Quel est le coût d'une coproduction? Est-il nécessaire d'aller si loin dans l'investissement? Il y a parmi celles-ci, c'est évident, des spectacles qui ne doivent pas
remplir la salle, non du fait de leur qualité, mais de la confidentialité du public auxquels ils s'adressent. Peut-être d'autre pistes sont à explorer en matière de politique tarifaire, ou sur le
prix de la location de la salle. Et pourquoi pas supprimer le pot de présentation de la saison à venir, ou éditer un catalogue moins luxueux. 1000 euros par ci, 1000 euros par là...


Je ne pense pas comme Ahmed, que la proximité de Paris fait de l'ombre à ces salles de spectacle de la banlieue proche où l'on peut venir voir et entendre des des artistes "connus" à bien moindre
coût, avec plus de chance d'obtenir un billet et sans les inconvénients en temps et en argent d'un déplacement à Paris le soir. Je ne crois pas non plus que la création de l'Avant-Seine ait
été une folie disproportionnée pour une ville de 80000 habitants, pas plus que celle du nouveau conservatoire plus tard.


Menaces sur le théatre, la patinoire et pourqoi pas bientôt le musée et les bibliothèques, instruments culturels budgétivores eux aussi!. Colombes est déjà assez triste comme cela! Certes, on
doit faire le maximum pour que les dépenses de la culture soient les plus raisonnables possibles et en adéquation avec les ambitions que la municipalité lui aura fixée. Mais évitons-lui la
dictature des chiffres.



Ahmed Beribeche 04/05/2010 23:42



L'avant-seine les pieds dans l'eau! C'est une "autre histoire" qui a débuté du temps de Frelaut. Folie de fin de reigne dont nous héritons des dettes. Espèrons qu'il y aura un "apres-seine" les
pieds au sec pour les finances de la ville. Pourtant l'Avantscène est un lieu de culture comdamné du fait de la proximité de Paris, ville de lumières et de spectacles, cela, à la manière de
la disparition des petits commerces de proximité face à la grande distribution. La culture oui mais pas à n'importe quel prix.