Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

La Tireuse de Cartes

2 Septembre 2011, 13:35pm

Publié par MoDem-Colombes

Ribot_Tireuse_de_cartes.jpg

 

Il y a 120 ans, le peintre Théodule Ribot (1823-1891) s’éteignait, le 11 septembre 1891. Colombes a été durant 20 ans le lieu de création de Théodule Ribot, peintre admiré du XIXe siècle.  Son atelier se tenait au 127, rue Victor-Hugo.

 

Marquées d’un clair-obscur rappelant l’école flamande, ses toiles sont aujourd’hui très prisées et se retrouvent dans bon nombre de grands musées.

 

Achetée à la galerie Normand, à Paris, en décembre 2010 par la Ville de Colombes, La Tireuse de cartes de Théodule Ribot a rejoint le Musée municipal d’Art et d’Histoire en janvier 2011, qui possédait plusieurs gravures de l’artiste ainsi qu’un autoportrait, dépôt du Musée d’Orsay. Mise aux enchères chez Sotheby’s Paris en juin 2010, elle était estimée entre 15 000 et 20 000 euros mais resta invendue.

 

La tireuse de cartes, très probablement exécutée durant la période colombienne, est une oeuvre de premier plan qui constitue désormais une des pièces majeures de la collection du musée.

 

Dans un lieu neutre, presque lugubre, et sous une lumière contrastée, il met en scène trois personnages : une tireuse de cartes, une personne qui vient la consulter et une vieille femme patibulaire, chaperon ou chapardeuse. Le peintre ne s’attache pas à détailler les vêtements de chaque figure, au contraire, il les habille d’un voile ample, simple et sombre, qui leur confère mystère et secret, et permet de mettre en valeur l’expression de leur visage traité avec réalisme et l’éloquence de leurs mains.

 

Après la fermeture d'été, le musée municipal réouvre mercredi 7 septembre 2011, du mercredi au samedi de 14h à 18h.  Entrée gratuite.

 

Né dans l’Eure à Saint-Nicolas-d’Attez, c'est un peintre réaliste influencé par les Hollandais et les Espagnols du XVIIe siècle, Ribera notamment.  Après un séjour de trois ans en Allemagne, il revient à Paris en 1851 et subsiste en exécutant le jour des copies de Watteau pour les États-Unis et de nuit, il peint pour lui-même en s’éclairant à la chandelle. En 1861, après avoir travaillé dans l’atelier de Glaize, il débute au Salon avec quatre toiles qui le font connaître du grand public. Il aborde dans son œuvre la peinture d’histoire, la peinture religieuse et le portrait.  Ribot finit ses jours à Colombes.

 

Théodule Ribot (1823-1891)
La Tireuse de cartes
Huile sur toile - 96,5 x 130 cm
Colombes, Musée municipal d’Art et d’Histoire
Photo : Musée municipal d’Art et d’Histoire

 

Commenter cet article