Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Les valeurs du "Projet Humaniste"

28 Décembre 2009, 23:59pm

Publié par MoDem-Colombes

Humanisme
Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie
prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en
même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la per-
sonne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement,
constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine,
quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte
en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en
conscience.
Démocratie
La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la
responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect
des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant
la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les orga-
nes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, finan-
ciers. L’État démocratique est un État impartial.
République
La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en
action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs
morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République
par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans
ces trois dimensions.
Justice
Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les tra-
vailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces
efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux
du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.
Europe
L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel
et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes
ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particuliè-
rement les Lumières, mais aussi les contacts historiques, de guerre ou de paix, avec
Humanisme
Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie
prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en
même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la per-
sonne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement,
constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine,
quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte
en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en
conscience.
Démocratie
La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la
responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect
des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant
la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les orga-
nes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, finan-
ciers. L’État démocratique est un État impartial.
République
La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en
action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs
morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République
par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans
ces trois dimensions.
Justice
Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les tra-
vailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces
efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux
du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.
Europe
L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel
et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes
ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particuliè-
rement les Lumières, mais aussi les contacts historiques, de guerre ou de paix, avec
Humanisme
Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie
prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en
même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la per-
sonne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement,
constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine,
quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte
en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en
conscience.
Démocratie
La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la
responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect
des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant
la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les orga-
nes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, finan-
ciers. L’État démocratique est un État impartial.
République
La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en
action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs
morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République
par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans
ces trois dimensions.
Justice
Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les tra-
vailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces
efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux
du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.
Europe
L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel
et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes
ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particuliè-
rement les Lumières, mais aussi les contacts historiques, de guerre ou de paix, avec
Humanisme
Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie
prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en
même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la per-
sonne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement,
constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine,
quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte
en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en
conscience.
Démocratie
La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la
responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect
des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant
la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les orga-
nes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, finan-
ciers. L’État démocratique est un État impartial.
République
La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en
action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs
morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République
par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans
ces trois dimensions.
Justice
Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les tra-
vailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces
efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux
du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.
Europe
L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel
et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes
ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particuliè-
rement les Lumières, mais aussi les contacts historiques, de guerre ou de paix, avec
Humanisme
Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie
prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en
même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la per-
sonne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement,
constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine,
quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte
en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en
conscience.
Démocratie
La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la
responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect
des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant
la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les orga-
nes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, finan-
ciers. L’État démocratique est un État impartial.
République
La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en
action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs
morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République
par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans
ces trois dimensions.
Justice
Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les tra-
vailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces
efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux

du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.


Europe
L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel
et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes
ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particuliè-

Humanisme

 

Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la personne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement, constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine, quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect. Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en conscience.


 

Démocratie

 

La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la responsabilité des citoyens. Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect des minorités. Ce pluralisme s’exerce en particulier dans l’information, en protégeant la liberté de la presse contre les concentrations abusives, et en garantissant les organes d’information contre les pressions des pouvoirs politiques, économiques, financiers. L’État démocratique est un État impartial.

 


République

 

La République n’est pas seulement une forme de gouvernement. Elle est un idéal en action. Sa devise « liberté, égalité, fraternité » n’est pas seulement un code de valeurs morales. Elle forme en fait un projet de société. La constitution définit la République par trois adjectifs : démocratique, laïque et sociale. Elle ne s’accomplit donc que dans ces trois dimensions.


 

Justice

 

Lorsqu’un pays vit des mutations profondes, chacun des citoyens, les familles, les travailleurs, doivent accepter d’importants efforts. Ils ne peuvent les accepter que si ces efforts sont équitablement répartis. La justice et l’équité sont les critères fondamentaux du jugement des citoyens sur les pouvoirs qui les dirigent.

 


Europe

 

L’Europe est pour nous une ardente obligation. D’abord c’est notre héritage culturel et de valeurs. La Grèce antique, l’empire romain, la religion chrétienne dans toutes ses confessions, la tradition juive, les grands mouvements philosophiques, particulièrement les Lumières, mais aussi les contacts historiques, de guerre ou de paix, avec d’autres cultures, notamment l’Islam, ont créé une civilisation qui a porté une vision de l’homme et rayonné dans le monde. L’Europe porte un modèle de société, où créativité, Europe économique, et solidarité, Europe sociale, sont intimement mêlés.  L’Union européenne est une communauté d’intérêts fondamentaux et de valeurs politiques dont la première est la démocratie. Aucun des pays européens ne peut, s’il demeure seul, défendre sa vision du monde et ses priorités face aux puissances planétaires. L’Europe politique est donc un impératif. Elle se construira en une démarche coopérative, dans laquelle chacun conserve son identité et sa volonté, et s’engage à préserver les identités des autres.

 


Écologie et développement durable

 

Le développement ne doit pas se juger seulement au présent. Il doit se juger au futur.  Les générations à venir sont concernées par nos décisions autant que les générations actuelles. Le seul vrai développement est donc le développement durable qui préserve le patrimoine naturel, les ressources naturelles, la terre, l’eau, le climat, les conditions de la vie en commun pour nos enfants et les enfants de nos enfants. Cela exige un mode de vie plus sobre, notamment en consommation d’énergie, un modèle économique qui donne la priorité au long terme sur le court terme, une croissance qualitative et pas seulement quantitative, une solidarité réelle entre les générations, une gestion responsable des finances publiques. Cela passe aussi par le refus du déséquilibre persistant, dramatique, entre le Nord et le Sud, dans lequel les pays développés portent une si lourde responsabilité. Cet engagement exige un changement du modèle économique dominant sur la planète.


 

Laïcité

 

La laïcité est une clé de voûte de notre modèle de société républicain. En séparant l’ordre de la foi religieuse, de la conviction philosophique, de l’ordre de la loi civile, la laïcité garantit la possibilité de vivre ensemble sous la règle d’or du respect mutuel.  Elle donne sa pleine puissance au débat démocratique et civique, puisqu’elle le libère des dogmes et du principe d’obéissance. Plus largement encore, la laïcité protège l’être humain de l’emprise de l’État sur sa conscience, sa vie privée et de famille, son cheminement philosophique, spirituel ou religieux. La laïcité républicaine est garantie d’émancipation.


 

Décentralisation, subsidiarité, confiance

 

La société que nous construisons est fondée sur la confiance. L’organisation politique doit garantir que les décisions se prennent au plus près des citoyens et des réalités de terrain. La centralisation excessive, le jacobinisme, la concentration du pouvoir vont à l’encontre de ce principe de confiance. Nous soutenons que ce principe de confiance, de délégation, de décentralisation doit s’imposer d’autant plus que ces organisations sont de grande taille. C’est particulièrement vrai pour l’Europe.  Le principe de subsidiarité, qui fait confiance au terrain et refuse de tout régenter d’en haut, est donc fondateur de la démarche communautaire européenne. Il sera nécessairement principe fondateur de l’action contre les grandes pandémies, le changement climatique, et pour le développement équilibré du monde.

 

Liberté d’entreprendre et de créer

 

L’épanouissement de l’être humain, c’est la création. C’est aussi la clé de l’épanouissement des sociétés et de la vitalité des économies. Il n’y a pas de création sans liberté, comme il n’y a pas de création sans risque. Nous voulons donc protéger et promouvoir la liberté de créer, que ce soit dans le domaine de l’art, dans le domaine de la recherche, dans le domaine de l’entreprise, dans le monde des associations.


 

Solidarité
 

La vertu principale de toute société, et même de toute communauté, c’est la solidarité.  La solidarité est une garantie contre les difficultés de la vie. Elle est en même temps un principe dynamique qui permet d’avancer, qui soutient les plus audacieux, puisqu’on sait que le succès des uns servira aussi aux autres. C’est pour cela que les inégalités, sociales ou culturelles, doivent être contenues et constamment réduites au travers du temps, et que cette réduction des inégalités est constitutive de tout projet humaniste.


 

Identité, identités

 

L’aspiration à voir reconnaître son identité est un besoin fondamental de l’être humain. C’est vrai d’un peuple, d’une communauté, comme cela est vrai d’une personne. L’histoire, la langue, la culture, les idéaux philosophiques ou religieux servent de repères pour constituer cette identité. Lorsque l’identité est niée, c’est un malaise profond : souvent, elle revient en boomerang, y compris sous forme d’intolérance ou de revendications violentes. Au contraire une reconnaissance sereine permet l’acceptation et la reconnaissance de l’autre. À l’intérieur d’un peuple, comme le peuple français, nous ne déclinons pas le mot « identité » au singulier. Chacun d’entre nous est fait de plusieurs identités d’origine, de culture, parfois de langue. Et il a le droit d’assumer ces identités au pluriel, de se sentir à la fois Français, Européen, originaire d’une région ou d’une histoire différentes, juif, musulman, chrétien, agnostique ou athée, aimant avec passion sa langue nationale et en même temps la langue de sa région ou de son pays d’origine. Tout cela est une richesse, le rayer ou l’effacer, ce serait une amputation.


 

Citoyenneté

 

La citoyenneté n’est pas seulement un droit : elle est une conquête de chaque jour. Elle oblige à passer de la passivité du spectateur à l’engagement de l’actif. Elle est le but de toute éducation.

Commenter cet article