Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

MoDem et Tunisie

16 Janvier 2011, 20:09pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.mediterraneeonline.com/photos/drapeaux/Tunisie-drapeau.jpg

15/01/2011 : 

Dans la crise tunisienne, la France n'a pas été à ce rendez-vous démocratique, ni hier ni les jours passés.


14/01/2011 :

C’est l’épilogue d’une situation de confiscation des pouvoirs et des libertés, conjuguée à la crise et au chômage qui était devenus insupportables aux Tunisiens. 

On peut se demander d’ailleurs pourquoi un pays comme la France n’a pas donné plus tôt les signes nécessaires pour que cet étau se desserre. 

Quoi qu’il en soit, les Tunisiens se sont libérés eux-mêmes au terme de journées où ils ont subi la violence de la répression et dans lesquelles on retiendra que, pour la première fois dans l’Histoire, Internet a joué un très grand rôle. 

Maintenant, il faut regarder l’avenir avec espoir en souhaitant que la démocratie s’installera et résistera aux dangers intégristes. La première étape à laquelle tous les pays doivent désormais contribuer, c’est éviter le chaos pour que la transition démocratique s’impose.

Marielle de Sarnez, Première vice-présidente du Mouvement Démocrate.

 

13/01/2011 :

Le silence complaisant, égrené de déclarations de certains de nos ministres frisant la provocation, pourrait bien finir par se transformer en complicité d'actes qu'il faut oser qualifier de crimes. Il n'est plus temps d'ignorer les cris d'une population qui veut sortir de la chape de plomb dans laquelle on estime nécessaire de les maintenir pour on ne sait quel intérêt supérieur. Et aucun intérêt supérieur ne peut se justifier à l'aide de balles réelles. 
 
La rue demande la démocratie parce qu'elle demande un développement débarrassé de la corruption. Il ne peut y avoir de développement sans démocratie et sans un haut respect des éléments les plus basiques des Droits de l'Homme. Certains pensaient que pour préserver la stabilité en Tunisie, il fallait protéger son président. Il devient terriblement évident que pour préserver la stabilité de la Tunisie aujourd'hui, il faut protéger les tunisiens contre la folie répressive de son président.


11/01/2011 :  

Ce qui se passe aujourd'hui en Tunisie est un mouvement de rue, celui d'une jeunesse qui n'a pas d'avenir.  Il ne s'agit pas encore d'une révolution mais le cri de la rue est bien plus fort qu'une simple révolte.

La réponse du Gouvernement tunisien et du président Ben Ali est la pire que des dirigeants puissent adresser dans une telle situation. La répression est à l'œuvre, dissimulée par le Président qui étouffe, par une série de discours, la réalité. Cet étouffement est cautionné par notre propre gouvernement qui tient des propos qui ne sont pas ceux que l'on devrait tenir en pareille circonstance. 


Notre intérêt, l'intérêt de la Méditerranée, l'intérêt de tous les pays lorsqu'une démocratie peut se mettre en mouvement, est de l'appuyer et de la soutenir. La Tunisie est mûre pour devenir une démocratie exemplaire qui rayonne sur toute l'Afrique du Nord. Sans démocratie, il n'y a pas de développement et la corruption gangrène la société. 

Nous ne pouvons pas faire la sourde oreille, nous ne pouvons pas nier la dictature et nous pouvons encore moins cautionner le maintien de l'ordre par les balles. Nous exprimer n’est pas faire preuve d’ingérence. Il s’agit d’envoyer un message à une population qui souhaite développer la démocratie et attend pour cela le soutien de la France. Arrêtons l’excuse de la menace islamiste. 

Les revendications du peuple tunisien sont légitimes et doivent être entendues.

 

Yann Wehrling, porte-parole du Mouvement Démocrate et membre du Shadow Cabinet

Commenter cet article