Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Peillon appelle le PS à s'ouvrir au centre

13 Mai 2012, 22:59pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Le socialiste Vincent Peillon a appelé, dimanche sur Radio J, son camp à "ne pas rater" la possibilité d'élargir aux centristes la future majorité présidentielle, voyant dans le vote de François Bayrou en faveur de François Hollande "une nouveauté politique considérable". Sans évoquer directement les élections législatives de juin, ni l'attitude du PS face aux candidats du MoDem de François Bayrou, le conseiller éducation de François Hollande a suggéré l'idée d'un "rassemblement des progressistes" intégrant tous ceux, y compris dans les rangs centristes, qui ont soutenu le président élu.

 

"Ne ratons pas cette nouveauté de la vie politique française qui est la possibilité de faire un rassemblement des progressistes en France qui aille au-delà du Parti socialiste et qui inclue les démocrates de François Bayrou", a-t-il déclaré. Vincent Peillon a rappelé les expériences qu'il avait lui-même tentées en 2009 de rassembler sur une même estrade des responsables socialistes, écologistes, du PRG, du MoDem et même l'ex-communiste Robert Hue pour créer la "matrice de la gauche de demain".

 

Selon l'eurodéputé socialiste, l'annonce par François Bayrou, dans l'entre-deux-tours de la présidentielle, qu'il voterait Hollande au second tour constitue "une nouveauté politique considérable". "Pour la première fois, le centre français, qui a toujours été un centre droit, a appelé, par la personne de François Bayrou, à voter pour le candidat de gauche", a-t-il souligné. "Il faut être en capacité d'accueillir la nouveauté et peut-être même la favoriser", a poursuivi Vincent Peillon. "Cette nouveauté peut être utile à la France et tous ceux qui freinent des quatre fers ont tort de le faire", a-t-il estimé.

 

Pour lui, dès lors que "des gens vous soutiennent, vous aident sur vos idées à vous faire élire", la règle, c'est de leur faire une place "dans une majorité présidentielle" et de ne pas les exclure. "Si on reprend les réformes fondamentales, la réforme fiscale, l'éducation, le produire en France, nous sommes capables de construire des convergences", a encore dit Vincent Peillon. "Sortons de la naphtaline, n'écrivons pas le XXIe siècle avec les partis du XXe, soyons capables de dépasser nos intérêts de boutique !" a-t-il souhaité

Commenter cet article