Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Popularité : Sarkozy perd 5 points, Bayrou en gagne 5 !

10 Novembre 2009, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes



Selon le baromètre Ipsos-Paris Match à paraître jeudi, le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a perdu cinq points de cote de popularité en un mois, tandis que son Premier ministre François Fillon en a gagné un.
Ainsi, 39% des personnes interrogées en novembre disent avoir un point de vue "très" ou "plutôt" favorable sur l'action du président de la république, contre 44% en octobre.
Les jugements défavorables augmentent quant à eux de six points, à 60%. C'est la troisième fois depuis son accession à l'Elysée en mai 2007 que le chef de l'Etat atteint ce seuil de 60% d'opinions négatives. Du coup, l'écart entre opinions défavorables et favorables vis-à-vis du président se creuse à 21 points, contre 10 en octobre.
Le Premier ministre au contraire gagne un point à 46% d'opinions favorables. Un nombre de personnes à peu près équivalent (47%) porte un jugement négatif sur son action,
Pour Ipsos, "ces évolutions divergentes de popularités" entre les deux têtes de l'exécutif "accréditent l'hypothèse" d'une baisse de Nicolas Sarkozy "avant tout liée à la polémique" très vive autour de l'accession à la tête de l'Epad (Etablissement public de l'aménagement du quartier d'affaires de La Défense) de son fils Jean.

Rama Yade toujours la personnalité politique préférée des Français
La benjamine du gouvernement Rama Yade garde, dans ce même sondage, la tête du palmarès des personnalités politiques, gagnant deux points de popularité. Cible de critiques au sein du gouvernement, la secrétaire d'Etat aux Sports engrange 61% d'opinions favorables, contre 59% en octobre. C'est le quatrième mois consécutif qu'elle est en tête du palmarès.
A la deuxième place figure le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë (58%, +2 points). A 54% (+1), le directeur général du FMI, Dominique Strauss Kahn (PS), s'installe à la troisième place (sixième dans le classement précédent).
La plus forte baisse est subie par Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la Ville (-5 points à 51%), ce qui la fait passer de la troisième à la septième marche.
Laurent Fabius (PS) enregistre le plus fort gain (7 points, à 31%).

Le président du MoDem, François Bayrou, gagne 5 points à 44%, tout comme l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin (35%).
Décidément, après le sondage qui le crédite de 14 % d’intentions de vote si la présidentielle avait lieu demain et l'autre qui le présente comme le plus dangereux challengeur de Nicolas Sarkozy après Dominique Strauss-Kahn (face à Bayrou, Sarkozy ne l’emporterait que par 51% à 49% selon CSA/LCP), François Bayrou confirme la « force de son lien avec les Français »

Commenter cet article

xavier 14/11/2009 17:25


Si les produits toxiques ne sont pas enlevés des banques (par une commission d'enquête parlementaire sur la crise financière non terminée) et si le système monétaire n'est pas contrôlé par les élus
du peuple, aucune autre politique économique sérieuse ne peut être envisagée.
De nouveaux accords de Bretton Woods doivent inviter tous les pays les plus puissants du monde à faire pareil notamment pour reprendre leur totale souveraineté.
Vous êtes avertis : un fascisme mondial dictatorial est en cours de construction (perte des libertés et du standard de vie au nom de pandémies, crises économiques, déréglement climatique,
terrorisme) et se sert notamment des médias dans le monde.
Les Etats-Unis devraient être les premiers à s'y convertir de force d'ici 10 ans (sauf si le réveil massif du citoyen vient), l'Europe suivant après.
La vérité rend libre.


Jacques Bodécot 10/11/2009 08:00


Ces résultats encourageants accréditent sans doute la constatation par les citoyens d'un déficit de démocratie dans le pays. Mais par pitié, ne tombons pas de suite dans des projections
présidentielles pour 2012 ! Il y a encore le temps. Et avant tout l'échéance des Régionales où le programme défendu par le MoDem doit être audible. Et pas seulement sur
l'Internet, c'est la télé qui compte.
Si débats télévisés il y a au sujet de ces élections, choisir les intervenants au sein des canddats régionaux plutôt que des responsables nationaux qui n'ont pas forcément la maîtrise des
dossiers. Souvenons nous des Européennes. F. Bayrou est excellent lors des interviews mais il est vite déstabilisé lorsqu'il y a débat sur un sujet qu'il ne maîtrise pas.