Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Un jugement infiniment troublant

5 Octobre 2010, 17:38pm

Publié par MoDem-Colombes

 

 

François Bayrou a qualifié ce mardi d'"infiniment troublant" le jugement du tribunal correctionnel de Paris condamnant l'ex-trader de la Société générale, Jérôme Kerviel, à cinq ans de prison, dont trois ferme, et à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

"Je sais bien que la tradition est de ne pas commenter les décisions de justice. Mais ici, on a affaire à un jugement qui est infiniment troublant", a estimé François Bayrou, ajoutant que "ce jeune trader, Jérôme Kerviel, est condamné à une importante peine de prison mais plus encore à la somme extravagante de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, un montant évidemment hors de portée de qui que ce soit par son travail ou ses efforts".

Il a ajouté : "Est-ce que la France en est arrivée à la tradition juridique américaine qui condamne à 150 ou 250 ans de prison?", précisant que "d'autre part, la commission bancaire elle-même avait diagnostiqué de graves défaillances dans le contrôle exercé par la banque sur ses traders".


"Comment, par exemple, a-t-elle pu considérer que les bénéfices importants, 1,4 milliard réalisés l'année précédente par Kerviel, avaient pu être enregistrés sans une prise de risque excessive?", a encore affirmé François Bayrou, sachant que "le jugement prononcé semble faire porter au seul prévenu la totalité de la responsabilité".

"Est-ce équitable, est-ce responsable? En tout cas, on voit bien que les règles de précautions nécessaires demeurent en question", a conclu François Bayrou.

Commenter cet article

Charles 06/10/2010 11:38



Selon que vous soyez puissant ou misérable, port de terre ou pot de fer, la justice ne sera pas la même et l'actualité est criante...



Axel 05/10/2010 19:27



Commenter une décision de justice, en ce moment, l'exemple vient de haut je crois...


Si tout le monde commentait avec autant de retenue et de correction - tout en disant exactement ce que beaucoup ressentent, nous nous en porterions tous bien mieux. Car en l'occurence, cette
décision appelle nécessairement une réflexion individuelle comme collective.