Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Vivement Dimanche (Prochain)

5 Décembre 2010, 00:22am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.lefigaro.fr/medias/2010/12/03/9b0dd4d2-ff1a-11df-9178-dc633a08810b.jpg

 

Ce Dimanche 5 décembre 2010 sur France 2, François BAYROU est pour la deuxième fois (la première fois en 2000) l'invité du Dimanche de Michel Drucker :

- 14h10-16h20 : à Vivement Dimanche ; et 

18h50-19h50 : à Vivement Dimanche Prochain (avec Claude Sérillon, Jean-Pierre Coffe, Nicolas Canteloup).

 

Le président du MoDem, invité de «Vivement dimanche» sur France 2, confie qu'il a voté blanc au second tour de la présidentielle de 2007. 

Des semaines qu'il s'y préparait. Dix ans qu'il n'y était pas revenu. Dimanche, sur France 2, François Bayrou sera pour la deuxième fois l'invité de Michel Drucker pour l'émission dominicale (et familiale) «Vivement dimanche». L'enregistrement a eu lieu mercredi au studio Gabriel, situé à deux pas… du Palais de l'Élysée. Certes, le hasard n'est que géographique ! Mais, dans l'esprit du président du MoDem, le symbole est peut-être présent…

Depuis sa venue sur ce plateau, en 2000 donc, deux présidentielles ont eu lieu. Pour autant, Bayrou a gardé son ambition intacte. Si «physiquement» il n'a pas changé, comme le lui dit Drucker, le député du Béarn a depuis peaufiné sa stratégie. En 2002, sa candidature (6,84 %) fut une candidature de «témoignage». En 2007 (18,57 %), elle «aurait pu l'emporter (s'il avait) été au second tour». D'où sa certitude, confiée au public de Drucker, que son «lien» avec les Français serait intact. «Ceux qui ont fait 2007 - Sarkozy, Royal et moi-même - ont tissé un lien avec les Français qui n'est pas facilement effaçable», dit-il. Traduction : il devrait remettre en jeu ce lien en 2012.

Si l'émission porte officiellement sur l'homme, l'enfant qu'il a été ou ses amis, le chef du MoDem n'a pu s'empêcher de parler politique. La tribune, ou plutôt l'occasion, était unique. Entre deux personnalités du show-biz, le dernier invité politique fut, début novembre, le leader du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui fit un «grand bond médiatique en avant» avec près de 3,7 millions de télé spectateurs. François Bayrou en a conscience. Une telle tribune ne se laisse pas passer.

Entre deux photos de ses parents - son père, «un homme qui lisait beaucoup», sa mère, dont c'est «le premier anniversaire de la mort» -, François Bayrou se montre proche des gens. Il est filmé en pull-over dans son Béarn natal et on le voit, dans un reportage, tutoyer ses «copains», des gens simples, ou parler à l'oreille de ses chevaux qui «lui offrent un accès au beau». Mais, derrière ces scènes de la vie ordinaire, l'auteur du livre Abus de pouvoir - qui fut une charge contre le style du chef de l'État - offre avant tout une image à l'opposé du bling-bling.

 

La devise du bon roi Henri IV 

 

Probable candidat en 2012, Bayrou, le terrien, garde donc les pieds sur terre. Sur ses anciens amis centristes qui ont rejoint la majorité, il se montre sans pitié : «Ils sont morts, absorbés, digérés, évacués.» Le PS ? «Pas facile de faire vivre une famille politique quand il n'y a pas un leader affirmé ni de ligne commune.» Pour la première fois, du moins publiquement, il avoue avoir voté blanc en 2007, pour ne pas avoir à choisir au second tour entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. «Vous ne me demandez pas pourquoi ?», demande François Bayrou. «Pas le temps !», tranche Claude Sérillon. Tant pis pour les téléspectateurs ! DSK en 2012 ? Bayrou confie avoir «fait partie de ceux qui pensaient qu'il n'irait pas». Mais, aujourd'hui, DSK «a la pression des sondages» .

Questionné sur la faiblesse de ses troupes, le patron du MoDem affirme qu'«avant d'être majoritaire, on est toujours minoritaire». L'enfant du Béarn dit avoir fait sienne une devise du bon roi Henri IV : «Ce qui doit arriver ne peut pas manquer»…

Commenter cet article

André CHAZE 08/12/2010 21:38



Monsieur Bayrou restez ainsi, garder la fermeté sur votre ligne, au PS  c'est déjas la grande baguare, qui peut croire qu'un tel partit puisse un jour gouverner le pays.


Votre vision sur la dette de la france m'inspire confience.


La france a besoin d'un homme du terroir, de qui connait la vie des petits Paysans (je suis fils de pays et fier de l'étre) des petits ouvriers, des petites économies.... du respect
d'autruit et faire respecter les régles fondamantales dans une société. Je compte sur vous et les fancais pour 2012.



Jacques Bodécot 06/12/2010 17:47



Un homme rassurant qui défend les savoirs, l'acquisition des savoirs, qui défend les livres et aussi d'ailleurs les moyens informatiques, ce qui n'est pas incompatible. Une "force tranquille"
qu'il est bon d'entendre. Les lettrés se font rares à la télé!


Mais je m'étonne qu'il défende à ce point Wikipedia. Cette encyclopédie ouverte, et les autres aussi d'ailleurs, ne peut être considérée comme un référence. Chacun peut en effet y mettre ce qu'il
sait ou ce qu'il CROIT savoir sans qu'aucune autorité compétente vienne valider sa contribution. Alors, c'est vrai, il y a des pages sérieuses, il
y a des pages qui ne valent rien qui ont pourtant demandé beaucoup de travail à leur auteur, et, entre les deux, des pages où on peut prendre et laisser sans pouvoir séparer le bon grain de
l'ivraie. Mais le plus grave c'est qu'il y a des aussi des pages qui peuvent être orientées. Oh, insidieusement, par le biais d'une bibliographie choisie, par exemple. En histoire,
c'est grave. Aussi je m'étonne des couronne tresseés à Wikipedia devant cette dame, représentante française de Wikipedia qui a soigneusement éludé la question de Michel Drucker concernant la
fiabilité. Or la fiabilité, c'est justement le point faible de ces encyclopédie ouvertes. Comme tout le monde j'ouvre souvent Wikipedia quand j'ai
besoin d'un à peu près rapide sur un sujet mais je garde envers ce que je lis une extrème réserve.


Voyons, monsieur Bayrou, vous qui êtes un homme de réflexion et de précision, comment pouvez-vous faire l'éloge de l'approximatif?