Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Bayrou : Il faut construire une proposition politique, une opposition différente.

18 Septembre 2013, 19:38pm

Publié par MoDem Colombes

Bayrou : Il faut construire une proposition politique, une opposition différente.

Le président du MoDem, soutien enthousiaste de François Hollande au début de son mandat, se définit désormais comme un "opposant" à la politique du gouvernement. LeJDD.fr revient sur les différentes étapes de ce revirement.

Les choses sont désormais très claires. François Bayrou se définit comme un "opposant" à François Hollande. "Rien n'a changé chez moi en un an mais le gouvernement ne fait pas face aux obligations qui sont les siennes, aux engagements qu'il avait pris", a déclaré le président du MoDem sur France Info mercredi. "Ces engagements ne sont pas respectés. Voilà pourquoi je suis un opposant", a-t-il ajouté. Avant de dénoncer un gouvernement "enfermé dans une impasse, enlisé, où aucune promesse n'est respectée".

3 mai 2012 : Bayrou vote Hollande
La tonalité du discours de François Bayrou était pourtant il y a quelques mois bien différente. En mai 2012, le candidat du MoDem, arrivé cinquième (9%) au premier tour de la présidentielle annonce qu'il votera pour François Hollande le 6 mai 2012. "Le vote Hollande, c'est le choix que je fais", déclare-t-il. Il n'appelle toutefois ses électeurs à l'imiter se refusant à donner une consigne de vote.

Août 2012 : le Modem "disponible pour élargir l'équipe gouvernementale"
Le parti de François Bayrou est "disponible pour élargir l'équipe gouvernementale", déclare son vice-président, Robert Rochefort,dans une interview au quotidien La Croix. Il estime que "c'est dans l'intérêt de la France que François Hollande élargisse son équipe".

Hiver 2012 : Bayrou multiplie les encouragements au gouvernement
Sur le "pacte de compétitivité", le budget 2013, ou la commission Jospin, le leader centriste multiplie les satisfécits face à la politique menée par François Hollande. Et ne cache pas qu'il s'entretient régulièrement avec le président. Exemple, le 13 novembre : François Bayrou juge François Hollande "convaincant" lors de sa première conférence de presse, ajoutant que la politique de soutien aux entreprises du gouvernement est "celle que nous attendions". François Hollande "a été à la hauteur de la fonction, il a été précis, maîtrisé dans son expression et montrant sa connaissance des sujets qu'il abordait et donc au bout du compte convaincant", ajoute le centriste.

Mars 2013 : Hollande, un homme "intelligent, vif"
"François Hollande est intelligent, vif, esprit volontiers caustique, et assez secret pour être intéressant." C’est le jugement que livre François Bayrou dans son essai De la vérité en politique. Le leader centriste y explique ne pas regretter son choix d’avoir voté pour François Hollande en croyant toujours à la possibilité d’une une politique "d'urgence nationale" qui pourrait être menée avec une "majorité", celle "de la gauche réformiste, du centre réformateur et de la droite républicaine".

Août 2013 : Borloo tend la main à Bayrou
Pour Jean-Louis Borloo, François Bayrou est "le dernier qui manque" au rassemblement de la famille centriste à l'approche des élections européennes et municipales. "On a reconstitué le centre, qui est l'allié de la droite républicaine, qui s'appelle l'UDI. En neuf mois, on a bâti cette famille, il y a 70 parlementaires (...) ça fonctionne", explique-t-il fin août sur TF1. "Quel est notre désaccord avec le MoDem, c'est que nous sommes clairement dans l'opposition", poursuit-il, relevant cependant que François Bayrou s'était fait "très critique à l'égard du gouvernement" ces derniers temps.

Août 2013 : Bayrou charge Hollande sur la Syrie
Le président du MoDem François Bayrou reproche à François Hollande de se préparer à intervenir militairement en Syrie pour la "donner à des forces fondamentalistes engagées dans une entreprise globale d’instauration de l’islamisme politique", dans une "Lettre ouverte au président de la République" publiée par le JDD. "Vous annoncez que vous ne voulez pas renverser Assad et peser sur l’issue du conflit C’est une déclaration diplomatiquement hypocrite et qui n’a pas de crédibilité", écrit l’ancien candidat à l’Elysée.

8 Septembre 2013 : Bayrou dans une"opposition constructive"
François Bayrou, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI plaide à son tour pour un grand rassemblement des centristes, se plaçant dans une "opposition constructive" à François Hollande. Le leader centriste estime que "le gouvernement ne fait pas face à sa responsabilité de reconstruction de la France". Il appelle le Centre à "se réunir et avancer vers une proposition différente".

16 Septembre 2013 : Hollande, président sans"vision"
Sur BFMTV et RMC, Bayrou raille l’interview de François Hollande sur TF1. "C'était une émission en défense", le chef de l'Etat "se défendait de jugements sur l'attitude de la France en Syrie, sur les impôts", explique-t-il. "Il n'y avait pas la vision d'avenir nécessaire, qui devrait s'imposer", regrette le dirigeant centriste. Il se déclare aussi frappé par "l'omniprésence des ors de la République, flamboyants, étincelants", et par "la distance qu'il y avait entre les signes extérieurs du pouvoir de la Ve République, de la toute puissance supposée" du président "et l'incapacité où on était à dire qu'on construisait un nouveau monde".

Commenter cet article