Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Bayrou prêt à "relever le défi de l'Europe"

23 Juin 2013, 08:11am

Publié par MoDem Colombes

Bayrou prêt à "relever le défi de l'Europe"

Sans dire s'il sera lui-même candidat aux élections européennes de mai 2014, le président du MoDem invite tous les «pro-européens» à débattre ensemble.

Promis, l'heure n'est pas aux calculs personnels. Un an après sa défaite aux législatives, l'ancien député des Pyrénées-AtlantiquesFrançois Bayrou 1assure ne pas penser à lui-même. Et refuse donc de confirmer, ou d'infirmer, s'il pourrait être candidat aux élections européennes de mai 2014. Samedi, devant plus de 500 personnes réunies à Paris pour un forum du Parti démocrate européen (PDE), dont est membre le MoDem, François Bayrou a préféré parler de sa vision de l'Europe. Une Europe qu'il souhaite «plus politique».

Aux cotés de l'ancien maire de Rome Francesco Rutelli, co-président du PDE, ou encore de l'ancien premier ministre de Belgique, Guy Verhofstadt, président du groupe ADLE au Parlement européen, le leader centriste français a appelé «à rendre la souveraineté du citoyen européen à l'intérieur de l'Europe si on veut sauver le projet européen». «Pour réconcilier les citoyens avec l'Europe, il faut expliquer ce qui s'y décide dans ses instances», dit-il en substance.

Première vice-présidente du MoDem et députée européenne, Marielle de Sarnez ne dit pas autre chose. Pour elle, le «maître mot» de la prochaine campagne des européennes est simple. «Il faut que les peuples européens se ré-approprient l'Europe. L'Europe, insiste-t-elle, ce n'est pas de la politique étrangère. C'est nous...» Sarnez défend ainsi l'idée de faire «élire directement par les citoyens européens le président» de l'Union.

Pour le parti de François Bayrou, dont la construction européenne est inscrite dans les gènes, la séquence électorale de mai 2014 s'annonce pourtant à haut risque. Les cadres du MoDem en ont conscience. En 2009, déjà, son parti, avec six élus seulement au Parlement européen de Strasbourg, avait essuyé un sérieux revers électoral. Cette année encore, entre la montée des partis populistes d'un coté - Front national et Front de Gauche -, un risque sévère d'abstention massive de l'autre, voire encore un rejet massif de l'idée même d'Europe sur fond de crise financière mondiale, une nouvelle claque électorale n'est pas à exclure. D'autant que pour l'heure, les «cousins» de l'UDI, le nouveau parti de Jean-Louis Borloo, entendent eux aussi monter leurs propres listes autonomes.

Qu'importe les écueils. Samedi, devant ses cadres, François Bayrou s'est dit prêt «à relever le défi du débat sur l'Europe que nous voulons». «L'Europe a besoin d'élan, de conviction, de certitudes. Ce ne sont pas les Européens honteux qui relancerons l'idée européenne», a-t-il lancé à la salle. L'ancien candidat à la présidentielle va encore plus loin et appelle «tous les européens de toutes tendances à se rassembler pour réfléchir au projet européen». «Si les pro-européens ne se rassemblent pas, ils laissent le champ libre aux anti», complète Marielle de Sarnez.

Invité de ce Forum du PDE, le commissaire européen et ancien ministre UMP Michel Barnier a ainsi salué la «témérité» de François Bayrou. «Je dis à mes amis de l'UMP, si vous cherchez à être populistes, vous ne le ferez jamais aussi bien que les vrais populistes». A l'applaudimètre, la salle semble est d'accord.

Commenter cet article