Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Quelque chose d’infiniment troublant (màj)

15 Mai 2011, 23:04pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Lundi : Le président du MoDem François Bayrou a jugé "glaçantes", lundi, les images de Dominique Strauss-Khan menotté, affirmant qu'elles faisaient penser à un mélange de "tragédie grecque et de séries américaines". "C'est terrible. Ces images sont glaçantes. C'étaient des images de tragédie grecque mélangées à celles des séries américaines", a dit M. Bayrou lors d'un point de presse à La Réunion, où il se trouve en déplacement. "Tous ceux qui ont vu ces images ont eu la gorge serrée, tant elles étaient saisissantes et confondantes. C'est le destin d'un homme qui bascule avec des conséquences très importantes pour les siens, son parti, son pays", a-t-il ajouté.

Le président du MoDem a affirmé qu'il serait "déplacé et en même temps prématuré" de faire une "interprétation électorale" pour la campagne présidentielle. "C'est infiniment plus grave. C'est un événement qui trouble les Français dans leur sensibilité", a-t-il dit. François Bayrou, qui se rendait pour la sixième fois à La Réunion, a par ailleurs affirmé qu'il n'était "pas en campagne électorale". "La vraie campagne, c'est à partir du début du mois de janvier. J'annoncerai ma décision avant" cette date, a-t-il noté.

Il s'est félicité qu'à La Réunion des élus du MoDem siègent au conseil général dans une majorité, aux côtés des élus de gauche et des divers droite. "Cette exigence se traduira aussi un jour nationalement", a-t-il avancé. La section MoDem de La Réunion est l'une des plus importantes de France avec 1 300 adhérents, selon son président Thierry Robert, maire et conseiller général de Saint-Leu. Elle compte une sénatrice, trois conseillers généraux, dont deux vice-présidents et un conseiller régional. Elle a tenu ce week-end sa convention en présence de François Bayrou.

 

Dimanche : Bayrou, troublé et navré. Le président du MoDem, François Bayrou, a qualifié dimanche "de confondant, navrant et infiniment troublant" l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol, soulignant l'exigence de "responsabilité" d'un homme politique. "C'est une information infiniment troublante", a réagi l'ancien candidat à la présidence de la République en déplacement sur l'île de la Réunion. "Bien sûr il faut que l'enquête se déroule mais d'ores et déjà on mesure les conséquences à la fois pour un homme, pour son parti mais aussi pour l'image de la France dans le monde", a-t-il expliqué. "Si les faits sont vérifiés, ce sont des comportements dégradants à l'égard de cette jeune femme et des femmes en général et j'image que beaucoup d'entre elles en seront blessées", a-t-il ajouté.

"C'est une immense surprise". "Ma réaction n'est pas politique essentiellement, mais ce qui me frappe, c'est que c'est très lourd pour un homme, pour un parti, mais aussi pour l'image de la France", a déclaré le patron du Modem, sur Europe 1. "Un élu ce n'est pas seulement quelqu'un qui prend des décisions, c'est quelqu'un qui porte une image de la vie. Je suis sur que beaucoup de femmes ses sentent blessées", a-t-il poursuivi. "C'est grave pour nous tous, pour les citoyens, pour le rapport de confiance qui devrait exister", a-t-il poursuivi.

Lire la suite

Sondage du JDD à J-342

15 Mai 2011, 08:27am

Publié par MoDem-Colombes

  • http://img.ozap.com/03C003C001713118-photo-le-logo-du-journal-du-dimanche.jpg
    Si le premier tour de l'élection présidentielle devait se dérouler ce dimanche, pour lequel des candidats suivants y aurait-il le plus de chances que vous votiez ?
    23%
    23% - François Hollande

    François Hollande

  • 23%
    23% - Marine Le Pen

    Marine Le Pen

  • 22%
    22% - Nicolas Sarkozy

    Nicolas Sarkozy

  • 7.5%
    7.5% - Nicolas Hulot

    Nicolas Hulot

  • 6.5%
    6.5% - Jean-Louis Borloo

    Jean-Louis Borloo

  • 6%
    6% - François Bayrou

    François Bayrou

  • 5%
    5% - Jean-Luc Mélenchon

    Jean-Luc Mélenchon

  • 3.5%
    3.5% - Dominique de Villepin

    Dominique de Villepin

  • 1.5%
    1.5% - Jean-Pierre Chevènement

    Jean-Pierre Chevènement

  • 1%
    1% - Un candidat ou une candidate du NPA

    Un candidat ou une candidate du NPA

  • 0.5%
    0.5% - Nathalie Arthaud

    Nathalie Arthaud

  • 0.5%
    0.5% - Nicolas Dupont-Aignan

    Nicolas Dupont-Aignan


Lire la suite

MoDem 92 : Les candidatures aux élections départementales

13 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

MoDem 92 bis

 

La procédure mise en place pour recueillir les candidatures aux élections internes de notre mouvement départemental est arrivée à son terme mercredi 11 mai dernier à 20 heures.

 

Les candidatures sont les suivantes : 

 

Candidature pour la présidence du Mouvement Départemental des Hauts-de-Seine :

Une candidature reçue : Madame Chantal BRAULT

 

Candidature, sous forme de liste, pour le conseil départemental des Hauts-de-Seine :

Une candidature reçue : Liste conduite par Madame Chantal BRAULT

(Vous trouverez ici la composition de la liste)

 

Les scrutins auront lieu  au siège du Mouvement Démocrate, 133 bis, rue de l’université  à Paris 

 

1 er tour le mercredi 8 juin 2011 de 10 heures à 21 heures

2 eme tour (s’il y a lieu) le mercredi 15 juin 2011 de 10 heures à 21 heures.


Colombes sera donc représentée par Michel MOME (Président de la section) et Christian DON (vice-Président).

 

Lire la suite

Colombes : le T1 ne passerait plus au centre

13 Mai 2011, 08:06am

Publié par MoDem-Colombes

 

En plus du doublon que créerait une gare du Grand Paris Express à Colombes ( Grand Paris Express : un Arc Est passerait par Colombes après 2025 ! ), le passage du futur tramway T1 en centre-ville est aussi compromis par des impératifs techniques (l'avenue de l'Agent-Sarre n'est pas assez large selon les dernières études du STIF) et l’itinéraire au nord de Colombes — par la ZAC Kléber — pourrait redevenir d’actualité

Un scénario qui rendrait les (futurs) ex-bâtiments Thales bien mieux desservis, et bien plus alléchants pour de possibles repreneurs

On reviendrait donc à l'itinéraire alternatif proposé par Nicole Gouéta en 2001

On sait que la municipalité de Colombes s’active pour rechercher des repreneurs aux mètres carrés de bureaux après le départ de l’entreprise Thalès : le site souffre d’une mauvaise desserte par les transports en commun.

Cela pourrait changer si le passage du futur tramway T1 en centre ville est définitivement abandonné.

Mais sans doute pas avant 2020 ...  Le STIF doit organiser à l'automne une concertation publique avec présentation des deux tracés.

La majorité municipale avait expliqué en Juillet 2009 que le tracé en centre ville avait été imposé par la RATP et que le Conseil Régional et le Conseil Général étaient d'accord.

Le Groupe MoDem avait voté contre le passage en centre ville : http://modem-colombes.over-blog.com/article-33583356.html

 

La proposition votée au Conseil municipal

 

http://laurent.trupin.over-blog.com/article-t1-histoire-d-un-echec-de-communication-39008721.html


Lire la suite

Grand Paris Express : un Arc Est passerait par Colombes après 2025 !

12 Mai 2011, 10:53am

Publié par MoDem-Colombes

http://photo.lejdd.fr/media/images/jdd-paris/plan-supermetro/4304657-1-fre-FR/Plan-supermetro.jpg

 

Mercredi 10 mai, à l'issue de la première réunion du comité de suivi de l'accord Etat-Région sur les transports en Ile-de-France (26 janvier dernier), le Grand Paris Express se met en ordre de marche. Les élus et l'Etat ont présenté leurs orientations sur le prolongement de la ligne 14 jusqu'à Saint-Denis Pleyel , la réalisation d'un 'Arc Est et la desserte de Saclay.

Bonne nouvelle a priori pour Colombes : un Arc Est en proche couronne reliant Saint-Denis Pleyel et Noisy-Champs (en passant par le Stade de France, Aubervilliers, Bobigny, Bondy, Rosny, Neully-sur-Marne) sera intégré au Grand Paris Express. La Seine-Saint-Denis est le grand bénéficiaire de cette opération (chiffrée à deux milliards d'euros). Il est également proposé de relier Val de Fontenay à la rocade sud via Champigny-le-Plan. L'Arc Est pourra être prolongé à l'ouest, après 2025, jusqu'à Nanterre-Préfecture via Colombes. C'est le Stif qui en assurera la maîtrise d'ouvrage, la Société du Grand Paris s'y étant montrée opposée. Les 900 millions d'euros que les collectivités avaient initialement prévus pour la rocade sud seront transférés sur l'Arc Est.

"Comme la Société du Grand Paris ne tient pas à lancer l'Arc Est en même temps que l'Arc Sud, nous reprenons l'Arc Est en lui consacrant les 900 millions d'euros de l'Arc Sud. C'est un jeu à somme nulle", a expliqué Jean-Paul Huchon. "Les études vont être lancées dès maintenant, il faut très vite avancer", a-t-il assuré.

 

Le 26 mai, le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris votera un tracé et 60 gares. En juillet, cela sera officialisé par décret. Durant l'été, la convention qui prévoit 1,08 milliards d'euros pour les RER devrait être signée entre l'Etat et la région. La  prolongation de la ligne 14 jusqu'à la mairie de Saint-Ouen devrait être réalisée pour 2017.

Lire la suite

Démocratie et langue commune

10 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/images/photos-personnalites/bentolila.jpgMercredi 11 mai, de 19h à 20h30, Alain Bentolila, professeur à l'université Paris V-Descartes et auteur deParle à ceux que tu n'aimes pas. Le défi de Babel (Odile Jacob), animera une nouvelle session de l'Université populaire consacrée au thème "Démocratie et langue commune".

Il s’agit de mesurer la place du français et de son apprentissage dans notre démocratie, de poser la question des autres langues, de rappeler le rôle indispensable du langage dans la construction d’un rapport démocratique de l’Un à l’Autre, pour lutter contre la dispersion et l’enfermement. 

Une fois encore, Alain Bentolila rappellera le courage qui fait parler vrai et dira combien la règle sémantique est une liberté. 

Les sessions de l'Université populaire se déroulent au siège du Mouvement Démocrate, 133 bis rue de l'Université, dans le 7e arrondissement de Paris. 

Inscription et renseignements à l'adresse : 
universitepopulaire@lesdemocrates.fr

Lire la suite

Centre : Bayrou le mieux placé

9 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Dans une étude de l'institut IFOP sur la personnalité politique qui incarne le mieux les idées et les valeurs du Centre, François Bayrou figure largement en tête avec 37%. 
Jean-Louis Borloo du Parti radical chute à 33%. Un revers qui intervient tout juste un mois après son coup de com' sur le plateau de l'émission A vous de juger. Vient ensuite Dominique de Villepin de République Solidaire (19%) et Hervé Morin du Nouveau Centre (6% -1).
La marge d'erreur est de 2,8 points.
Dans un contexte de négociations entre les mouvances du centre sur la configuration à adopter pour la présidentielle de 2012, François Bayrou ne semble donc pas, pour le moment, pâtir de son refus de s'associer à la confédération des centres.
Pour le MoDem, ce résultat démontre que François Bayrou est aux yeux des Français le seul leader centriste capable d'incarner une alternative crédible au PS et à l'UMP. Il conforte par ailleurs le chemin parcouru depuis 2007 et son choix d'une parfaite indépendance vis-à-vis des deux blocs traditionnels.
 
 

 

Lire la suite

Interview de Bayrou au Figaro Magazine

8 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/05/0ff269e8-7720-11e0-8f65-b567a6f67734.jpg

 

Finissons-en avec la conception d'un Etat magicien et rendons à la société confiance en elle-même.

 

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, a accordé un entretien au Figaro Magazine le vendredi 6 mai, dans lequel il revient sur les grands sujets d'actualité du moment. 

 

Il y réaffirme sa volonté d'un Centre indépendant et rassemblé à l'occasion de la prochaine élection présidentielle. Il revient également sur son attachement aux questions écologiques et l'importance d'un projet pour la France qui prenne en compte un développement maîtrisé et durable. 

 

Le Figaro: Quelles conséquences tirer de la mort de Ben Laden? 


François Bayrou: Première leçon : dans la lutte à mort entre terrorisme et démocraties, ce sont les démocraties qui gagneront. Deuxième leçon : la vraie puissance est dans la persévérance. Les Etats-Unis ont su poursuivre une action déterminée pendant dix ans, malgré les changements de majorité, sans se laisser distraire une seconde de leur but. Cela fait toute la différence entre la volonté et la velléité. C'est une leçon qui vaut aussi pour nous. Nous ne sommes pas une grande puissance par les moyens mais nous pouvons l'être par la volonté. 

Le Figaro: Cette mort doit-elle conduire la France à retirer ses troupes d'Afghanistan? 

François Bayrou: Notre présence en Afghanistan, décidée sous gouvernement Jospin, maintenue depuis, pour poursuivre les auteurs du 11 septembre et priver le terrorisme de sa base arrière, est justifiée. J'ai voté en faveur de cette action et ne le renie pas. Le jour où la coalition sortira d’Afghanistan, et tout le monde souhaite que ce jour ne tarde pas, il faut que la transition se fasse dans l’ordre et que soit transmis aux Afghans eux-mêmes un pays sécurisé, ou au moins sécurisable. 

Le Figaro: Jean-Louis Borloo et ses amis veulent créer une confédération des centres. En serez-vous? 

François Bayrou: Non. 

Le Figaro: Pourquoi? 

François Bayrou: Parce que tout cela n’a de centre que le nom. Si les mots ont un sens, le centre veut dire qu'on récuse la guerre des deux camps. Or que disent ceux qui veulent constituer cette confédération ? Qu'ils sont dans le camp de la majorité. Un groupuscule de plus, cela ne sert à rien. Je veux qu’on sorte de cet affrontement caricatural. En vérité, chacun des camps est malade. La poussée de l’extrême droite ruine l’idée d’une droite unique. Le Front national fait tanguer l’UMP. Les divisions de la gauche apparaissent au grand jour. Qu’y a-t-il de commun entre Mélenchon et Strauss-Kahn ? Aucun des deux camps divisés ne peut répondre aux problèmes du pays. S’ils l’emportent, l’impuissance est garantie. Il faut donc une nouvelle vision de notre démocratie, et une majorité nouvelle 

Le Figaro: Vous ne travaillerez pas avec eux ? 

François Bayrou: Si ces hommes politiques reconnaissent un jour qu'ils se sont trompés, je serai attentif. Mais il faut des explications : on ne peut pas avoir été cinq ans ministre de Chirac, puis quatre ans ministre d'Etat de Sarkozy, avoir été candidat à Matignon, et en quelques semaines ouvrir la guerre à l’intérieur de la majorité sans clarification ! 

Le Figaro: Vous vous retrouverez un jour? 

François Bayrou: J’ai conservé pour beaucoup d’entre eux de l’affection, et pour ceux qui le méritent de l’estime. Nous parlons ensemble bien plus qu’on ne le croit. Je n'ai aucun doute que nous nous retrouverons. Nous avons bien des convictions en commun. J’ai conservé avec Michel Mercier, le garde des sceaux, des liens d’amitié qui ne se sont jamais démentis. Idem avec Jean Arthuis, dont je pense qu’il fait un bon travail à la Commission des finances du Sénat. Je n’oublie jamais que tous nous appartenons au même courant politique, même s’il est provisoirement divisé, et que donc notre avenir est forcément ensemble. 

Le Figaro: Avant la campagne présidentielle? 

François Bayrou: Je le souhaite, bien sûr. Je ne vis pas de ressentiment. Ma seule exigence est de clarté. Ce courant politique, le courant démocrate, n’est pas soluble dans la majorité, et est différent du socialisme. Il est indispensable à l’avenir de notre pays. Certes, le chemin d'indépendance que nous avons choisi a été difficile à expliquer à beaucoup de nos électeurs et de nos élus. Certains ont cru que nous changions de camp. Ils savent aujourd’hui que ce n'était pas le cas. Le dialogue en sera facilité. 

Le Figaro: Dans les sondages, il y a une percée de Borloo... 

François Bayrou: Ce qui comptera pour les électeurs, c’est la cohérence. 

Le Figaro: Le MoDem compte peu d'élus. Comment réunirez vous les parrainages nécessaires à votre candidature en 2012 ? 

François Bayrou: Les élus indépendants et les élus du centre se comptent par milliers. Ils ne se laisseront pas intimider. Nous avons bâti un courant politique qui a les moyens de son indépendance politique et financière. Nous avons tenu le cap sans jamais en changer. Et le pays a le plus grand besoin de ce renouvellement. Il a besoin de gouvernants nouveaux, courageux et crédibles. Et il a besoin de réponses nettes sur tous les grands chapitres de son avenir. 

Le Figaro: Quand prendrez vous votre décision définitive ? 

François Bayrou: Ma décision définitive mûrit depuis longtemps. Mais je ne veux pas entrer dans le jeu de ces candidatures qui poussent comme des champignons, semaine après semaine. 

Le Figaro: Votre détermination est totale et ne dépend pas des scores potentiels d'autres candidats ? 

François Bayrou: Non. Je suis et je serai au rendez-vous. Le temps viendra. 

Le Figaro: Hulot est sur la même ligne que la vôtre qui récuse la bataille des deux camps. Sa candidature vous inquiète? 

François Bayrou: J'ai de bonnes relations avec Nicolas Hulot. Je pense simplement que ses valeurs sont antagonistes avec l'appareil des Verts. Cette contradiction est trop forte pour que cette alliance fonctionne bien. 

Le Figaro: Ses valeurs sont compatibles avec les vôtres ? 

François Bayrou: Dans la classe politique, je suis l'un de ceux qui est depuis longtemps le plus sensible aux questions écologiques. Ma jeunesse dès mes 18 ans c’était auprès de la communauté de l'Arche, une des sources de ce que devint ensuite l'écologie. J'étais un étudiant admiratif de Jacques Ellul, qui en fut une autre source. Je sais ce que représente la terre, les écosystèmes, et par toutes mes fibres j’y tiens. Ma différence, sur un point fondamental, avec certains d’entre eux, c’est un certain malthusianisme, la mise en doute de l’action de l’homme dans le monde. Pour moi, l’humanité peut, par la science, la recherche, la conscience, faire du bien à la planète. Et même la planète Terre, c’est la nature, le cosmos plus l’homme. Sans homme, il n’y a pas de nature au sens où nous l’entendons. 

Le Figaro: Que retenez vous des quatre premières années de Nicolas Sarkozy à l'Elysée? 

François Bayrou: Nicolas Sarkozy est un homme politique doué d'une grande énergie, qui ne baisse pas les bras, qui croit à l’action. C’est à mettre à son crédit. Mais le bilan est cruel. Je ne vois pas un seul chapitre de la vie nationale qui aille mieux en 2011 qu'il n'allait en 2007. L'éducation ne va pas mieux. Notre économie est, dans bien des secteurs, en péril. L'emploi souffre. Le secteur de la santé est en doute. La sécurité ne s’est pas améliorée. La justice est dans une crise sans précédent. Les membres de la fonction publique se sentent abandonnés. Les choix initiaux du quinquennat expliquent cette impasse. 

Le Figaro: Sur le fond, pourquoi vous êtes-vous opposé à lui ? 

François Bayrou: De tout ce que j'ai écrit dans Abus de pouvoir il n'est pas une page qui se soit révélée fausse. Au-delà de ses qualités de combattant, il a porté deux grandes erreurs. La première est dans son système de valeurs. Il porte respect et considération à des choses qui n’en méritent guère : l’arrogance de l’argent et la notoriété. Toute la fausse monnaie dont notre monde est remplie. C’est cela qui lui parle. Tout le reste, la recherche, la science, la philosophie, la culture, la création, le profond de la vie, il l'a mis au second plan. Deuxième erreur, il a fait de la fonction présidentielle, une fonction partisane. Organiser à l'Elysée les réunions de son parti, aller caresser dans le sens du poil les donateurs, multiplier les nominations de complaisance. Partout où il aurait du choisir l'Etat impartial, il a choisi l'Etat arbitraire ou partisan. 

Le Figaro: Mais il a nommé un socialiste comme président de la Cour des comptes et un autre à la commission des Finances... 

François Bayrou: Oui. Je ne sais d’ailleurs pas si être socialiste est un critère suffisant… (sourire). Mais décider de nommer le président des chaînes publiques de télévision et de radio à l'Elysée est une régression que la France n’aurait pas dû accepter. Et l’arbitraire d’État ! Dans l'affaire Tapie, le contribuable français a été spolié de 250 millions d'euros. 250 millions c'est deux années pleine des salaires des 15000 postes d'enseignants supprimés ! 

Le Figaro: S'agissant des réformes que Nicolas Sarkozy a engagées, reconnaissez-vous au président le courage de les avoir menés jusqu'au bout ? 

François Bayrou: Le courage vaut si l'on va dans la bonne direction. Il y a – heureusement !- des points positifs. Le statut d’auto entrepreneur, une certaine autonomie de gestion des universités. Mais les mesures les plus significatives répondaient à une logique profondément inégalitaire. Que Madame Bettencourt ait payé proportionnellement moins d'impôt qu'un smicard grâce au bouclier fiscal était une faute grave. Laisser filer le déficit et la dette pendant des années, nous chargera longtemps. La réforme des retraites n’est pas financée et elle frappe le plus gravement les femmes de plus de 65 ans qui n’ont pas les annuités. 

Le Figaro: Vous approuvez le statut d’auto entrepreneur, c'est pourtant l'aspect le plus libéral de sa politique ? 

François Bayrou: Oui, parce que cela multiplie les créations d'entreprise et cela libère les énergies. 

Le Figaro: Comment réagissez vous à la défiance des peuples qui s'expriment à travers la montée de l'extrême droite partout en Europe ? 

François Bayrou: Les peuples ont le sentiment qu'ils n'ont plus de prise sur leur destin. Et hélas !, même les institutions européennes sont devenues un labyrinthe illisible pour la plupart des citoyens. 

Le Figaro: Vous comprenez dès lors que les électeurs, déboussolés, se tournent vers des partis comme le Front national ? 

François Bayrou: Qu'ils se tournent vers ces mouvements, je ne l’accepte pas et je le combattrai. Car c’est à eux-mêmes qu’ils risquent de nuire. Le FN propose comme potion magique, deux poisons mortels : il oppose entre eux les Français en fonction de leur origine, de leur religion, de la consonance de leur nom… Aucun pays ne peut vivre diviser contre lui-même. Le deuxième poison consiste à vouloir sortir de l'euro. Si par malheur, on se trouvait en situation d'avoir un gouvernement assez fou pour le décider, alors on vivrait la misère. Avoir à payer en monnaie faible une montagne de dettes libellée en monnaie forte, c’est la misère pour tous, et le drame pour les plus pauvres. 

Le Figaro: La prime aux salariés voulue par le président dans les entreprises qui voient leur dividende augmenter, est-ce une bonne mesure ? 

François Bayrou: C'est tout mélanger ! D’abord parce que ce n'est pas à l'Elysée que doit se décider la politique salariale des entreprises. Comment voulez-vous qu’un pays marche comme cela, à coups de foucades ? Prendre des mesures spectaculaires dans l’espoir d’améliorer l’image, c’est forcément désordonné et à courte vue. Mais cela aboutit à des absurdités : par exemple parmi les entreprises qui n’auront rien à payer il y a Total !... Et une entreprise qui ne payait pas de dividendes depuis des années sera elle mise à contribution ! Si l'on avait voulu poser cette question légitimement, profondément, même moins spectaculairement, il suffisait d’améliorer la loi sur l'intéressement. Au bout du compte, il restera un mauvais précédent et bien des frustrations. 

Le Figaro: Il y a un autre anniversaire. C'est celui du 10 mai 1981. Pour vous, les socialistes sont ils une force crédible d'alternance ? 

François Bayrou: Dans le programme du PS, il y a des choses positives ou acceptables, bien sûr, que nous défendons depuis longtemps, notamment sur les institutions. Mais je suis en désaccord avec l’inspiration générale qui s'en remet à l'Etat, toujours, pour résoudre les problèmes. L’État qui recrée des emplois jeunes, l’État qui encadre les loyers, l’État qui règlemente à tour de bras. En réalité, ce qu’il faut c’est que l’État donne aux Français les moyens de résoudre leurs problèmes eux-mêmes, qu’il les soutienne, en particulier lorsqu’ils entreprennent, lorsqu’ils créent, lorsqu’ils portent un service public. Il faut en finir avec la conception d'un Etat magicien et rendre à la société confiance en elle-même.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/05/05/01002-20110505ARTFIG00606-francois-bayrou-je-suis-et-je-serai-au-rendez-vous.php

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-lefigaro-060511.html


Lire la suite

Colombes : un 8 mai très éclectique

7 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/0/0f/Logo_colombes.jpg/130px-Logo_colombes.jpg

8h00 avenue Ménelotte :  Brocante du GACI (Association des Commerçants de Colombes), sur le parking SNCF de la gare de Colombes Centre. 

9h00 à l'Ecole Hoche : Vide-greniers, 119, rue Hoche.

11h00 au Monument aux morts : commémorations - dépôts de gerbes avec les anciens combattants : Des enfants de deux classes de cours moyen de l'école Ambroise Paré ont effectué un travail pédagogique de mémoire toute l'année en lien avec l'Union des Anciens combattants de Colombes. Ils viendront lire des poèmes de circonstance et remettront une gerbe.

11h45 dans les Salons d'Honneur de la Mairie :  des enfants remettront aux anciens combattants des objets évoquant l'époque 39-45 et confectionnés par eux ; les anciens combattant 1939-1945 reçoivent des diplômes d'honneur

14h00 à l'Espace des 4 Chemins : une Diva, Emmanuelle Naharro, conduira sa troupe atypique (avec l’artiste Jean-Marc Paumier) dans le quartier du Petit-Colombes,  le temps d’un récital qui réconcilie l’art lyrique et la culture populaire.

14h00 dans les Salons d'Honneur de la Mairie  : dans le cadre d'un prochain jumelage avec une ville protugaise, une chorale Portugaise « Cantadeiras do Neiva » (Viana do castelo), avec la Chorale de l'ACTIFS, jumelée avec l'association portugaise.

15h00 au Conservatoire: une chorale Ukrainienne (4 sopranons et un pianiste) avec l'Orchestre d'Harmonie

16h00 à l'Avant-Seine : Un groupe chilien « voix de l’Amérique latine », les Quilapayun.

18h00 au Tapis Rouge : Le combo jazz caraïbes de la chanteuse Tangora, avec le grand Mario Canonge au piano nous invite à un brunch créole 

18h00 au Conservatoire : une « Diva dans les quartiers », Malika Bellaribi-Le Moal, posera ses bagages au Conservatoire.

 

Lire la suite

Colombes : 1er festival de la voix

6 Mai 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

A travers son premier festival de la Voix les 6,7 et 8 mai,  la Ville de Colombes propose un parcours dépaysant dans tous les quartiers, à la rencontre de projets aux formes multiples : chant bien sûr, mais aussi spectacles, concerts, performances, et même une balade à vélo !


Le  festival de la Voix à Colombes, c’est une chorale des bébés et la « Baronnade » intergénérationnelle qui prennent possession de la rue Colombienne.

C’est la gouaille d’un Christian Paccoud, chanteur et accordéoniste au Gros Cœur qui rencontre Marc Zammit du théâtre du Conte Amer pour une soirée de joutes verbales et musicales dont vous sortirez  à coup sûr goguenard et groggy (vendredi 6 mai à 19h au Tapis Rouge).

C’est aussi la valorisation du patrimoine de la ville lors d’une « Balade à vélo » en famille avec nos talentueux  comédiens de rue de la Cave à théâtre, du Collectif Masque et de Trottoir Express (samedi 7 mai à 16h devant l’Hôtel de Ville).

La Compagnie Le Temps de vivre honore quant à elle l’hospitalité des gens du voyage pour une soirée d’échanges artistiques mêlant conteurs, deejay, comédiens et chanteurs (samedi 7 mai à 19h sur l’aire d’accueil des gens du voyage, 78 rue des Côtes d’Auty).

C’est encore un chœur de 200 jeunes musiciens en herbe du Conservatoire partageant la scène avec le Trio Esperança, qui pour ses 20 ans nous emmène en voyage musical de « Bach à Jobim » (samedi 7 mai à 20h à L’Avant-Seine).

Et comme le cœur de Colombes ne bat jamais aussi fort que lorsqu’il s’ouvre au Monde, nous accueillerons :

Une chanteuse américaine élevée à la bonne école du jazz US qui fait de la voix un instrument à part entière, Michele Hendricks et son quintet (vendredi 6 mai à 21h au Conservatoire).

Une chorale Portugaise « Cantadeiras do Neiva » (dimanche 8 mai à 14h dans les salons d’honneur de la Mairie), une chorale Ukrainienne (dimanche 8 mai à 15h au Conservatoire).

Un écrivain Sénégalais, Insa Sané, porte parole de toute une jeunesse des cités d’ici et d’ailleurs (rencontre et slam session - samedi 7 mai à 15h à l’Espace des 4 Chemins).

Un groupe chilien « voix de l’Amérique latine », les Quilapayun, qui participe à une pièce de théâtre inédite : « Les Funérailles de Néruda » avec la Compagnie Umbral (samedi 7 mai à 18h au Conservatoire) et donne un concert très attendu pour le festival (dimanche 8 mai à 16h à L’Avant-Seine).

Le combo jazz caraïbes de la sublime chanteuse Tangora, avec le grand Mario Canonge au piano nous invite à un brunch créole (dimanche 8 mai à 18h au Tapis Rouge).

Il paraît même qu’une « Diva dans les quartiers », Malika Bellaribi-Le Moal, posera ses bagages au Conservatoire (dimanche 8 mai à 18h au Conservatoire) tandis qu’une autre Diva, Emmanuelle Naharro, conduira sa troupe atypique (avec l’artiste Jean-Marc Paumier) dans le quartier du Petit-Colombes (dimanche 8 mai à 14h à l’Espace des 4 Chemins), le temps d’un récital qui réconcilie l’art lyrique et la culture populaire.

Le 1er festival de la Voix à Colombes, c’est tout ça et plus encore, de la gouaille et des divas !

Et au fait : Tout est gratuit dans la limite des places disponibles sauf le concert de Quilapayun à L’Avant-Seine (10€ tarif plein et 5€ tarif réduit). Pour plus de renseignements, contacter le 01 47 60 82 96

Lire la suite