Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Je soutiens Alain Dolium

7 Février 2010, 12:54pm

Publié par MoDem-Colombes

JevoteAD
pour améliorer la qualité de la région autour de 3 axes clefs :

L'emploi,
le poumon de la vie

Il n'y a pas de qualité de vie sans emploi
Nous créerons 160000 emplois : c'est le coeur de notre projet pour l'Ile-de-France.  Les petites entreprises ont la volonté d'embaucher.
Le conseil régional doit davantage les soutenir et les accompagner.  Nous créerons l'assurance-recrutement pour que les entreprises embauchent sans crainte.
L’emploi, c’est le poumon de la vie, et le soutien à création d’emploi doit être une obsession pour la région. La formation, l’apprentissage, le soutien à la création d’emploi par les TPE, PME, PMI. Le travail comme élément clef de la qualité de vie seront au cœur de son projet pour la région Ile-de-France à la fois sur les secteurs traditionnels (tourisme, artisanat, commerce, économie solidaire,…) mais aussi sur les nouveaux gisements d’emplois tels que les emplois liés au développement durable et aux nouvelles technologies.


L'égalité des chances pour tous
Nous donnerons les clés de leur avenir à nos enfants
La découverte et l'orientation vers les métiers doivent être une priorité régionale.  Nous proposerons des formations et un apprentissage adaptés aux secteurs d'avenir.  Nous développerons les écoles de la seconde chance et les universités populaires du soir dans les lycées.
Accompagner et aider les personnes issues d’un milieu défavorisé en leur donnant des moyens de mieux s’intégrer grâce à la mise en œuvre des solidarités de proximité fondée sur la responsabilisation et le partage. Accroître au sein des quartiers « difficiles » la circulation de l’information sur toutes les voix scolaires gagnantes (études secondaires et supérieures). Favoriser la construction des logements étudiants. La formation et le soutien des jeunes issus de milieux défavorisés pour ne plus être en marge. La connaissance et le renouveau d’une éducation élargissant les bases de la réussite sont au cœur de son projet.

Plus de proximité pour mieux vivre
"Les services publics sont la seule richesse des plus démunis" (François Bayrou).
Nous réduirons le temps perdu dans les transports.  Nous organiserons le territoire afin que chaque francilien vive à moins de 30 minutes des services essentiels publics et privés.
Copenhague a certes posé des bases internationales, mais il pense qu’il nous faut agir sans attendre. Son objectif est de réduire de 30% nos émissions de CO2 d’ici 2020, sans attendre les décisions internationales, par des actions volontaristes sur les transports, l’urbanisme, le bâtiment.
Diminuer la demande de transports en rapprochant domicile et emplois au sein de vrais bassins de vie à moyen termes. A court termes, améliorer la qualité de service des lignes de transport existantes, désenclaver la banlieue avec des solutions de transport rapides à déployer, moins coûteuses par opposition aux uniques solutions ferroviaires telles les lignes de cars inter-banlieue (parfois avec des solutions à piles combustibles). En matière de logement, il souhaite agir en priorité sur les personnes les plus touchées par le problème du logement, à cause de leur situation financière ou familiale ; les étudiants, les jeunes couples avec enfants, les familles nombreuses, les personnes âgées et personnes handicapées.


Début de la campagne régionale du MoDem à Colombes, avec Laurent Trupin (n° 10) et Guénola de la Seiglière (n° 21), ce dimanche matin sur les marchés et mardi matin aux entrées des 4 gares !
Régionales : Les candidats de Colombes

alaindolium.fr

Lire la suite

Calendrier des Elections Régionales

6 Février 2010, 10:03am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/actualites/regionales-2010/dossier-presse-regionales-2010/downloadFile/photo/LOGO-REGIONALES-2010-800.jpg

Lundi 8 février : Ouverture du délai de dépôt des candidatures

Lundi 15 février à 12 h : Clôture du délai de dépôt des candidatures

Vendredi 19 février à 12 h :
Installation de la commission de propagande
Délai ultime pour la délivrance du récépissé aux listes de candidats

Samedi 20 février à 12 h :
Délai limite de retrait des listes complètes de candidats

Samedi 27 février :
Délai limite de notification et d’affichage par les maires des listes de candidats
Ouverture de la campagne électorale

Lundi 1er mars : Mise en place des panneaux d’affichage

Mardi 2 mars : Installation de la commission départementale de recensement des votes
Délai limite pour la publication éventuelle et l’affichage par les maires de l’arrêté modifiant les horaires du scrutin

Mardi 9 mars : Délai limite d'installation des commissions de contrôle des opérations de vote dans les communes de plus de 20 000 habitants

Mercredi 10 mars : Délai limite pour l’expédition aux électeurs et l’envoi aux mairies des documents de propagande et des bulletins de vote

Vendredi 12 mars à 18 h : Date limite de notification aux maires par les listes de candidats des noms de leurs assesseurs et de leurs délégués, y compris les suppléants éventuels

Samedi 13 mars :
à 12 h : Délai limite de remise aux maires, par les candidats désirant assurer directement ce dépôt, des bulletins de vote
à 24 h : Clôture de la campagne électorale

Dimanche 14 mars : Premier tour de scrutin

Lundi 15 mars :
à 0 h : Ouverture de la campagne électorale pour le second tour
à 18 h : Délai limite de clôture des travaux de la commission du département chef-lieu de région chargée du recensement général des votes si l'élection est acquise au premier tour - Proclamation des résultats

Mardi 16 mars à 18 h :
Délai limite de dépôt des candidatures en vue du second tour
Délai limite pour le retrait de listes complètes de candidats

Mercredi 17 mars :
Délai limite pour la notification et l’affichage par les maires des listes de candidats
Délai limite de remise à la commission de propagande des circulaires et bulletins de vote des listes de candidats

Jeudi 18 mars :
Délai limite pour l’expédition aux électeurs et l’envoi aux mairies des documents
de propagande et des bulletins de vote

Vendredi 19 mars à 18 h : Délai limite de notification aux maires par les listes de candidats des noms de leurs assesseurs et de leurs délégués, y compris les suppléants éventuels

Samedi 20 mars :
à 12 h : Délai limite de remise aux maires par les listes de candidats de leurs bulletins de vote
à 24 h : Clôture de la campagne électorale

Dimanche 21 mars : Second tour de scrutin

Lire la suite

Projet Humaniste : (5) Démocratie

5 Février 2010, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes



L'idéal démocratique est ancré au plus
profond de notre engagement politique. Dans son nom, le Mouvement Démocrate porte l’idée que la démocratie, ce n’est pas seulement l’attribution du pouvoir par le vote, mais également le système politique qui vise à porter au plus haut la conscience et la responsabilité des citoyens. Cette idée de démocratie se décline ainsi :
 

- le respect scrupuleux des droits de la personne humaine ;


- la séparation des pouvoirs politiques,
économiques et médiatiques ;


- le pluralisme ;


- le droit à l’information des citoyens,
responsables en droits et en devoirs.

 

5-1 Affirmer la séparation des pouvoirs

 

Pour nous, démocrates, la représentation, c’est l’idée que le pouvoir ne peut exister sans contre-pouvoirs puissants, que les corps intermédiaires et les collectivités locales sont reconnus comme des partenaires responsables de l’Etat, que la séparation des pouvoirs est une condition de la démocratie, le pluralisme une nécessité de l’Etat de droit, l’information un droit des citoyens.

 

La séparation des pouvoirs doit être effective.


Le pouvoir exécutif doit être équilibré, avec un Président qui détermine la politique de la Nation et un gouvernement, sous l’autorité du Premier ministre, qui la conduit. Le chef de l’Etat, ayant la charge de la nation, ne doit pas être l’homme d’un parti ni d’un clan, mais le porte-parole des citoyens. Le gouvernement est responsable devant le Parlement, soutenu par une majorité.
 

 

Responsable de l’administration, le gouvernement se doit de respecter et de protéger les fonctionnaires, garants de l’intérêt général et du service public. Cela signifie que l’Etat doit être impartial. Rien n’est plus étranger à la culture française que le système anglo-saxon, qui veut que les hauts fonctionnaires changent en fonction des majorités politiques. Or c’est ce qui se passe depuis deux ans. L’Etat impartial, à l’inverse, est celui qui garantit le fonctionnaire dans ses opinions, dès lors que l’on considère que la compétence prime sur l’inclinaison politique et que l’intérêt général l’emporte sur l’intérêt partisan.

 

Le pouvoir législatif doit être restauré dans sa triple mission : élaborer la loi, contrôler l’action du gouvernement, organiser le débat public. Le fait majoritaire instauré par la Ve République a bridé l’initiative et la liberté des parlementaires, soumis dans les faits aux injonctions et aux pressions du pouvoir exécutif. Pour nous, la clé de la revalorisation du Parlement passe inévitablement par une réforme du mode de scrutin. Celui-ci doit permettre de dégager une majorité et de représenter l’ensemble des Français.  

Nous voulons un scrutin qui combine vote uninominal majoritaire et scrutin proportionnel de liste, à l’image du mécanisme allemand.


Si ce système était appliqué dans notre pays, la responsabilité du gouvernement devant le parlement, telle qu’elle est organisée par l’article 49 de la Constitution, ne serait pas modifiée dans son principe.
Il conviendrait toutefois de développer la pratique des commissions d’enquête parlementaires.

 

Pour aller plus loin dans le contrôle, on pourrait envisager d’instaurer une procédure tendant à la mise en jeu de la responsabilité politique d’un ministre devant l’Assemblée nationale. A l’issue de cette procédure, le ministre pourrait être contraint de démissionner, sans que soit remise en cause l’existence du gouvernement.

 

Nous rappelons que nous sommes favorables à la reconnaissance du vote blanc.

 

Le pluralisme impose également une législation sur le statut de l’élu. Il convient de revaloriser le statut des élus des petites communes et ériger comme règle l’exemplarité des élus.  Nous voulons favoriser le renouvellement du personnel politique, imposer la parité dans les postes de décision et permettre une meilleure représentation de la diversité française. Ce statut de l’élu devra s’attacher à réformer le cumul des mandats, qui limite non seulement le cumul des fonctions, mais également le cumul des mandats dans le temps et le cumul d’une fonction élective et d’une activité privée susceptible de créer des conflits d’intérêts. En tout état de cause, il nous semble indispensable d’imposer le mandat unique pour les membres de l’Assemblée nationale.

 

Séparation des pouvoirs, pluralisme, représentation des corps intermédiaires… Cela vaut également pour les collectivités locales. Pour nous, la démocratie de proximité et les libertés locales sont tout aussi précieuses que les libertés individuelles. Elles doivent être protégées des tentatives de recentralisation de l’Etat comme des dangers de l’opacité et du gaspillage.

 

Aujourd’hui les collectivités locales, qui assurent déjà 73% de l’investissement public, ne cessent de prendre en charge, bon gré mal gré, de nouvelles missions qu’un Etat impécunieux ne veut ou ne peut plus assumer. Plus que jamais elles sont la clé de voûte de notre architecture administrative.

 

Elles sont prises dans un double mouvement : la recherche d’une taille critique pour affronter les nouveaux défis organisationnels, techniques, financiers et juridiques d’une part et le besoin de proximité, d’identité et de lisibilité d’autre part auquel aspire tout citoyen.

 

Toute réorganisation doit en tenir compte : les unités de base doivent subsister mais doivent en même temps se regrouper en communautés capables de se projeter sur le moyen et long terme et être globalement plus efficientes au regard de chaque euro d’impôt collecté.


Nous proposons une réorganisation territoriale autour de deux couples : le couple communes/intercommunalités et le couple départements/régions. Au sein de chacun de ces niveaux, les élus seraient les mêmes, siégeant soit en formation municipale, soit en formation intercommunale pour le premier couple, soit en formation départementale soit en formation régionale pour le second, selon la nature des affaires traitées.


Au sommet de l’édifice administratif, enfin, se situe l’Etat, ayant pour mission de corriger les disparités régionales à travers un mécanisme de péréquation financière ambitieux ou de stopper d’éventuelles dérives locales et coopérant avec les autres États européens au sein de l’Union européenne. 
 

Compte tenu de l’état des finances publiques, tant l’État que les collectivités locales doivent être soumis au principe de sobriété, de lutte contre les gaspillages  et de baisse des frais généraux exposés par les élus. De même, une réflexion doit  être menée pour réduire les doublons administratifs existant  entre les services décentralisés et les services déconcentrés.


A chaque échelon territorial, priment
 ainsi des exigences de bonne gestion et 
de transparence pour améliorer le quotidien d’une population et son cadre de vie habituel. Seul un scrutin avec une forte composante de proportionnelle permet l’élection d’instances  véritablement représentatives de la population locale et garantissant une parité  homme/femme. Ce type de scrutin devra s’appliquer aux deux couples d’organisation territoriale définis ci-dessus.

 

 

5-2 Rendre à la justice son indépendance

 

Le pouvoir judiciaire doit retrouver son indépendance, et les citoyens confiance dans leur justice.
Pour cela, le Garde des Sceaux ne doit pas être un ministre comme les autres.  Parce qu’il est le responsable de la politique pénale et que d'une certaine  manière c'est vers lui qu’on tourne les regards lorsqu'il y a un besoin, une  revendication, une attente du côté de l'indépendance, le Garde des Sceaux, premier magistrat de France, doit être investi par un  vote du Congrès à la majorité qualifiée. Le Garde des sceaux devra  également présider le Conseil supérieur de la magistrature.   


Par ailleurs, la complexité, voire même la contradiction, entre certains textes de lois  nous amène à penser que l'égalité entre justiciables et l'intelligibilité des décisions  de justice dans les affaires judiciaires ne sont plus toujours assurées.  


Un travail profond de simplification et
de rationalisation des textes du 
droit en vigueur doit être conduit, dans le respect de la réalité judiciaire,  c'est-à-dire que le législateur doit veiller à respecter les jurisprudences souvent  anciennes qui ont su faire évoluer l’application des textes de droit avec la société.
La rationalisation et la simplification du droit, c’est un Parlement qui s’engage à légiférer en adoptant des  textes courts qui se limitent à l’écriture des grands principes de loi, et qui laissent à la jurisprudence le soin de les appliquer et de les faire évoluer avec  notre société. Limiter le nombre de textes de loi c’est faire confiance à notre justice  et respecter nos citoyens.


De même, la restauration du lien de confiance entre les Français et leur justice  passe également par une réduction des délais de traitement des  plaintes. La lenteur de la justice, bien trop souvent, pénalise les victimes mais épargne les coupables.  

 

Un dernier point doit être abordé : celui de l’état lamentable de notre système  carcéral, en tous points indigne d’une grande démocratie. Deux pistes doivent  être explorées : celle de la ré-humanisation des lieux d’emprisonnement et la  recherche de toutes les alternatives à la détention, notamment pour les jeunes.


La loi doit assurer le respect de
l'Etat de droit dans la prison : 
confidentialité, rencontres régulières entre détenus et personnels pénitentiaires, droit de vote effectif… Toute personne détenue devrait pouvoir exercer  une activité avec une juste rémunération, une formation ou un travail. Les conditions de visite des familles doivent être améliorées, et le nombre d’heures de visites autorisées augmenté.


Le sentiment d’insécurité est fort chez nos concitoyens, mais il ne doit pas engendrer de réponses démagogiques. Il doit au contraire entraîner une réponse pragmatique, par laquelle l’Etat prouve sa
ferme intention de faire respecter la loi, dans le plus strict respect du droit des personnes.


Cela nécessite un meilleur équilibre entre
 
sécurité et liberté, et pose la question de la proportionnalité des atteintes individuelles au regard des risques de troubles à l'ordre public. Face à de nombreuses mesures contraignantes pour l’individu, il convient de s’assurer que ces mesures sont :

 - réversibles, proportionnées à leur
finalité et non susceptibles de détournement ;


 - encadrées par des autorités qui dispo
sent d’une indépendance et de pouvoirs  suffisants pour limiter les risques pour les individus.


Nous voulons des contre-pouvoirs effica
ces. Nous sommes inquiets de la disparition de la Commission nationale de déontologie de la sécurité ou de l’affaiblissement des pouvoirs de la Commission nationale de l’informatique et des libertés…


Par ailleurs en tant que démocrates, nous
ne pouvons accepter la pratique des "contrôles au faciès", forme particulièrement humiliante de discrimination, qui frappe en particulier les jeunes de familles issues de l'immigration.


Au delà des contre-pouvoirs, la sécurité
doit redevenir une question humaine : si l’Etat se doit d’assurer notre protection (prévention et répression), c’est aussi à l’individu d’adopter un comportement responsable : c’est l’éducation et la responsabilisation dès le plus jeune âge qui permet d’éviter les déviances et l’insécurité.


Un service civique, à terme euro
péen, doit permettre à tous les jeunes d’effectuer une action de solidarité ou une action citoyenne, dans n’importe quel pays de l’Union.


Dans le même temps, la sanction,
lorsqu’elle est prononcée, doit être réelle et effectivement appliquée. Pour les jeunes, en particulier, la sanction doit être ultrarapide et éducative.

Nous sommes favorables à des sanctions qui mettront le jeune au contact de l'autorité, avec rigueur, et qui soient aussi éducatives, comme de vrais travaux d’intérêt général (TIG). Il pourrait également être placé temporairement dans un pensionnat de collège ou de lycée disposant de l'encadrement nécessaire.


Aujourd’hui, le rapport entre Police et
population, et notamment avec les jeunes, subit une dégradation dont il importe de se préoccuper. Elle relève sans doute largement des évolutions de la société, mais aussi des conditions d’exercice d’un métier difficile. Nous ne croyons pas aux effets d’une politique sécuritaire qui privilégie les indicateurs de résultats destinés à rassurer l’opinion, au risque de délaisser le service qualitatif de la paix publique et du lien social.
 

La seule crainte que doit inspirer la police est celle de l’autorité légitime, pas celle de l’abus ni de l’injustice. Plus d’échanges et de proximité entre la police et les justiciables permettrait une meilleure compréhension et davantage de respect. C’est tout l’intérêt de la police de proximité que nous voulons réinstaurer.

 

 

5-3 Garantir une information libre et pluraliste

 

La séparation des pouvoirs et le pluralisme concernent enfin tout particulièrement le monde médiatique.

 

Ni la démocratie ni la République ne peuvent s'accommoder de ce que les médias soient sous le contrôle d'un réseau de proximité avec le Président de la République, quels que soient les moyens financiers dont ce réseau dispose.

 

Une loi devra être votée pour assurer l’autonomie de la sphère médiatique. En particulier, des groupes de presse ne doivent pas dépendre de groupes industriels en affaire avec l’État. Le principe qui sera suivi par cette législation sera celui du Conseil national de la Résistance : « mettre la presse à l’abri des influences étrangères, de l’État et des puissances d’argent ». La nomination des responsables de l’audiovisuel public sera enlevée à l’exécutif, et rendue à une procédure transparente, au sein d’un Conseil où seront représentés les grands courants démocratiques du pays et les auditeurs et téléspectateurs du service public.

 

L’indépendance de l’Agence France Presse, dont le rôle notamment pour la presse quotidienne régionale est essentiel, et qui participe au rayonnement national, doit être assurée alors que se profile à nouveau la tentation d’en réduire l’influence voire de la soumettre à des intérêts privés. Il n'y a pas lieu de la transformer en société anonyme, même à capitaux majoritairement publics.

 

Plus largement, nous continuerons à demander à la Commission européenne un projet de directive sur le pluralisme, qui est menacé au-delà de la France dans plusieurs autres pays.

 

L’information des citoyens passe enfin par les sondages d’opinion, qui font partie de l’information quotidienne. Leur place est probablement excessive, la France possède à cet égard un record de nombre de sondages publiés. Une mauvaise utilisation de ces sondages joue contre la démocratie, en particulier lorsqu’un résultat annoncé semble clore tout débat avant même qu’il ait été lancé.

(Par exemple « les Français sont contre la création d’un impôt européen. »).

 

Mais le problème principal concerne certainement les sondages à caractère politique pour lesquels les règles déontologiques sont notablement insuffisantes.

 

Nous voulons une transparence totale sur ceux qui donnent lien à publication dans la presse ou sur Internet. On est en droit de connaître qui les a commandés et qui les a financés. De plus, les résultats sensibles doivent être publiés avec leur marge d’erreur (par exemple 49 + ou – 2%). La Commission nationale de contrôle des sondages doit être réformée afin de disposer de pouvoirs étendus et de compétences techniques susceptibles d’accroître sa légitimité.

 

Lire la suite

Lancement Régionales MoDem 92

4 Février 2010, 09:42am

Publié par MoDem-Colombes

http://modem-vanves.fr/dotclear2/public/regionales/.creusetbraultdolium_m.jpg
Pierre Creuzet - Chantal Brault - Alain Dolium

Alain Dolium sera ce soir à Sceaux avec Chantal Brault et Pierre Creuzet, pour lancer la campagne des Régionales dans notre Département, auprès de tous les militants !

Cette campagne fortement marquée par cette personnalité hors norme qu’est Alain, nous allons la prolonger, dans la tonalité qui est la sienne, avec la cohérence qu’il y a installée, tout en y apportant, bien évidemment nos touches personnelles, liées à notre expérience, à nos domaines de compétences et aux spécificités de notre département. Cette campagne, nous la mènerons dans la fraternité de combat de ceux qui partagent une cause commune, celle de la démocratie, de l’humanisme, de la citoyenneté, du rassemblement, du renouvellement.


Nous souhaitons donc que cette campagne corresponde à vos préoccupations, aux inquiétudes de vos familles, aux espoirs de vos collègues, aux initiatives positives de vos voisins. Nous comptons donc sur votre active participation, et surtout, sur votre expression.


Nous vous serons à chaque fois reconnaissants de poser vos questions, de proposer des suggestions dans la conduite de la campagne.

Avec la désignation d’Alain Dolium, c’est toute une dynamique nouvelle qui s’enclenche dans notre région : un style simple et direct, concret, dynamique ; un candidat qui symbolise à la fois la modestie et les exigences de « l’adhérent de base », à la fois l’ambition et les compétences d’un véritable dirigeant, d’un Président pour notre région ; un projet détaillé, original, répondant aux principales préoccupations des franciliens, et totalement réaliste.

 

Nous vous invitons à manifester d’emblée votre volonté de vous inscrire dans cette campagne en participant à notre réunion de lancement :

Jeudi  le 4 février prochain à 20h30

Ancienne Mairie de Sceaux

68 rue Houdan, Place de l’Eglise
(entrée vitrée face au marché - 1er étage )

SCEAUX

Ce sera l’occasion de tracer le sens politique de la campagne, de vous donner toutes les informations sur son déroulement.


Merci de mettre vos compétences, vos disponibilités, mais aussi vos différences au service de cette campagne.
  


Nous nous engageons avec enthousiasme. Un enthousiasme que nous avons tellement envie de partager !


Chantal Brault et Pierre Creuzet

Lire la suite

Régionales : Les candidats de Colombes

4 Février 2010, 00:02am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/actualites/regionales-2010/dossier-presse-regionales-2010/downloadFile/photo/LOGO-REGIONALES-2010-800.jpg

Voici les sites web des principales listes présentes aux prochaines élections régionales et les candidats de Colombes :

UMP-NC :
http://www.pecresse-iledefrance.fr/
n° 2 : Rama Yade, conseillère municipale

PS :
http://www.huchon2010.fr/
n° 20 : Joëlle Vasnier, secrétaire de la section PS de Colombes

Europe-Ecologie :
http://ile-de-france.regions-europe-ecologie.fr/
n° 9 : Frédéric-Farid Sarkis, conseiller municipal  
n° 20 : Catherine Bernard, maire-adjointe
n° 24 : Claire Gagnière, conseillère municipale 

MoDem :
http://iledefrancedemocrate.fr/
n° 10 : Laurent Trupin, Président du Groupe MoDem au conseil municipal
n° 19 : Guénola de la Seiglière, vice-présidente de la section MoDem de Colombes

Front de Gauche :
http://iledefrance.frontdegauche.eu/
n° 27 : Michèle Fritsch, Conseillère générale, maire-adjointe, PCF

Lire la suite

Colombes, repaire de bobos épicuriens

3 Février 2010, 17:35pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.lefigaro.fr/medias/2010/02/03/53e60fb2-0fe6-11df-8afe-2f904d2b9d37.jpg

La plus grande cité pavillonnaire de la petite couronne est loin d'être une ville endormie. Balade au charme provincial, à dix minutes de la gare Saint-Lazare.

La Voie Lactée

À Colombes, tous les chemins mènent à La Voie Lactée ! Faites le test en demandant une bonne adresse à l'un des habitants : cette jolie minifromagerie, ouverte il y a quatre ans (à l'époque, il n'y en avait pas d'autre dans la ville !) par deux reines mages - pardon ! expertes en fromages - rallie tous les suffrages. Il faut dire que Sylvie et Sylvie, l'une venue du monde des assurances, l'autre dans le métier depuis trente-sept ans, savent transmettre leur passion de la chose lactée : ici, on ne propose que des produits de saison (peu de chèvres en hiver, donc, mais une tomme des Bauges, du mont-d'or, du reblochon fermier…), ainsi que des recettes à base de lait préparées sur place. Chaque mois, une thématique (« fromages monastiques », « Italie », « Fromages et bière ») est prétexte à de nouvelles découvertes. Et, aux beaux jours, une petite terrasse permet aux clients de profiter du bel emplacement.

La Voie Lactée, 3, place Maurice-Chavany. Tél. : 01 47 82 92 95.

 

Le Comptoir du Jambonneur

Une immense grange transformée en restaurant dédié au jambon : c'est l'originalité de cette adresse inaugurée il y a deux ans en plein quartier du « village » et très courue par les bobos de Colombes (publicitaires, journalistes, artistes…). On peut y composer son assiette en choisissant parmi 16 jambons de différents terroirs, italiens, espagnols et français, et autant de variétés de saucissons. Les connaisseurs trouveront le nec plus ultra : jambon ibérique Bellota, Noir de Bigorre, Culatello… Quant aux réfractaires à l'ambiance Jamon Jamon, ils peuvent aussi trouver leur bonheur : ce Jambonneur à la déco baroque propose toutes sortes d'alternatives dans l'assiette, comme sur les étagères de sa dépaysante épicerie. Ne pas rater la salle à l'étage, dotée d'une impressionnante charpente !

Le Comptoir du Jambonneur, 1, place Maurice-Chavany. Tél. : 01 57 67 88 08.

 

Embruns d'encre
Embruns d'encre Crédits photo : Vincent BOISOT / Riva Press

 

 

Embruns d'encre

Sa façade rouge sent encore la peinture fraîche… Cette librairie, tenue par un couple de jeunes bouquinistes, est la dernière enseigne ouverte sur cette charmante petite place piétonne de création récente, à deux pas de la rue Saint-Denis, la plus commerçante de Colombes. Du livre d'occasion (beaucoup de neuf soldé, avec des prix démarrant à 50 centimes) au livre rare (comme une Sainte Semaine datant de 1750 et estimée à 2 500 €), du polar à la SF, du document d'actu à l'album pour enfant, le choix est riche. On aimerait tout feuilleter dans les travées de cette grande mansarde aux fenêtres inclinées…

Embruns d'encre, place Maurice-Chavany. Tél. : 01 41 19 66 23.

 

Pâtisseries & Gourmandises par Stéphane Glacier

 

Ouvrir sa première enseigne ici, dans une rue excentrée de Colombes, lorsqu'on est l'un des jeunes pâtissiers les plus en vue de la planète gastronomique, il fallait oser ! C'était en mai 2008 et depuis, ce « meilleur ouvrier de France », consultant auprès de marques renommées et auteur à succès de livres de recettes, a gagné son pari : du mercredi au dimanche matin, on vient de loin pour son petit-antoine, sa tarte macarons et autres tendresses… Gros rush le samedi après-midi, où sont organisés, dans la partie labo, des cours de pâtisserie pour adultes (mercredi pour les enfants). Incontournable !

Pâtisseries & Gourmandises par Stéphane Glacier, 66, rue du Progrès. Tél. : 01 47 82 70 08.

 

Mademoiselle Bulle

 

Voici une adresse prisée de toutes les Colombiennes qui aiment la mode : seule boutique de jeunes créateurs dans la ville, Mademoiselle Bulle (alias Marie Jeandel, styliste reconvertie en découvreuse de talents) est une sorte de dressing acidulé qui invite à la flânerie. Aux cintres, une sélection de marques à découvrir (Mamatayoe, Pura Vida, Smach…), toutes très colorées, ludiques et décalées, à l'image de cette baignoire rose qui trône à côté des cabines d'essayage et des tapisseries murales qui donnent au lieu une atmosphère magique.

Mademoiselle Bulle, 4 bis, rue des Glycines. Tél. : 09 63 20 53 77.

 

Cadrature
Cadrature Crédits photo : Vincent BOISOT / Riva Press

 

 

Cadrature, Laurence Guillon

 

Tandis que son frère est connu pour ses corrosives mises en boîte, Laurence Guillon, elle, est réputée, dans le monde de l'art et de la décoration pour ses talents d'encadreuse. Débordante d'énergie et de bonne humeur, cette jeune femme aux doigts de fée ouvre au public son accueillant atelier - situé à deux pas de la gare de Colombes - pour des stages d'encadrement et cartonnages divers. L'adresse sert également de showroom à sa marque Cadrature, qui propose notamment bijoux et abat-jour poétiques et colorés. S'aventurer ici est l'occasion de découvrir une autre facette de Colombes, où travaillent et vivent de nombreux artistes et artisans.

Cadrature, 26, avenue de l'Agent-Sarre. Tél. : 01 41 30 78 51.

 

L'Avant-Seine Théâtre

 

De la musique (Admiral T en mars, Benjamin Biolay en avril…), du théâtre (Une maison de poupées, Le Diable rouge, parmi les nombreux spectacles à venir), de la danse (comme le ballet high-tech Entity, en avril prochain), de l'humour, des spectacles familiaux : la qualité et la diversité de la programmation de ce théâtre, vaste espace moderne en verre et métal pouvant accueillir près d'un millier de spectateurs, en fait l'un des établissements culturels majeurs du Grand Ouest parisien. C'est aussi un lieu de rendez-vous du Tout-Colombes, et son espace de restauration est l'endroit idéal pour observer un joyeux mélange de bourgeois et de bobos, d'artisans et d'aristos, de commerçants et d'artistes…

L'Avant-Seine Théâtre, 88, rue Saint-Denis. Tél. : 01 56 05 00 76.

 

L'École buissonnière

 

Voici l'une de ces adresses que l'on aimerait garder secrète (elle est d'ailleurs sur liste rouge), pour la préserver de tout changement. Cuisine créative, fraîche et généreuse, accueil souriant et convivial, déco sobre et élégante, formule à petits prix : ce restaurant de poche (une trentaine de couverts) est sans conteste la table la plus savoureuse de la ville. La carte varie chaque semaine, avec toujours trois poissons et un plat traditionnel. Réservation conseillée, midi et soir (fermé le week-end).

L'École buissonnière, 2, rue des Anciens-Combattants. Tél. : 01 47 84 25 80.

 

L'Atelier du confiseur

 

Faire « un produit de luxe dans un lieu qui ne l'est pas, et ainsi proposer aux particuliers des prix 30 % moins chers » que chez les chocolatiers de prestige : c'est l'une des fiertés de Rémi Henry, confiseur de renom qui, depuis son atelier-boutique sans prétention, installé depuis vingt ans dans le quartier populaire de la Gare du Stade de Colombes, continue d'approvisionner les grands hôtels parisiens (François Ier, Hilton, Mariott…). Références s'il en est, Mme Chirac et Mme Ventura adorent ses célèbres ganaches à l'eau minérale et ses palets confits d'agrumes (ceux à la bergamote ou au citron sont à tomber !). Une institution pour tous les Colombiens et une adresse culte pour les amateurs de chocolat.

L'Atelier du confiseur, 3, avenue Jean-Jaurès. Tél. : 01 47 81 33 61.

 

L'Esperluette
L'Esperluette Crédits photo : Vincent BOISOT / Riva Press

 

 

L'Esperluette

 

Une oasis de douceur décorée comme un boudoir cosy, dans le joli quartier résidentiel et huppé des Vallées : voici l'esprit du salon de thé-épicerie fine ouvert par Marie (une ex du Elle Déco) et sa famille (mari et enfants). On y déguste des tartes maison et des soupes du jour, on y savoure une variété de thés et de cafés impressionnante, on y lit la presse du jour ou des bouquins mis à disposition, on y découvre des artistes exposés aux murs (la liste des accrochages est bouclée jusqu'en 2011 !), on y achète des confitures, on y écoute des poèmes et autres lectures le samedi après-midi… Faites comme les habituées (la clientèle est majoritairement féminine), qui réservent volontiers la petite table de l'arrière-salle aux murs revêtus de toile de Jouy, près de la cheminée aux bûches artificielles, idéale pour papoter en toute quiétude.

L'Esperluette, 36, rue des Vallées. Tél. : 09 53 20 34 45.

 

Le Pic à glace

 

Glace au foie gras ou roquefort, sorbet fenouil, sorbet tomate… : il y a de quoi devenir givré chez ce jeune artisan glacier qui propose à sa clientèle de quartier, mais aussi à de nombreux restaurants parisiens, ses créations insolites. Une originalité doublée d'une réputation de grande qualité : chaque parfum est travaillé ici de façon artisanale, de la noix de coco infusée sur place à la fraise, pour laquelle n'est utilisée que de la Mara des Bois, en passant par la griotte ou les pétales de roses… Une adresse totalement excentrée dans le sud de la ville, mais qui vaut le détour (en profiter pour aller chez le boucher d'en face, Chez Lucy).

Le Pic à Glace, 141, rue Moslard. Tél. : 01 47 69 13 00.

 

Chez Lucy

 

Mordus de bœufs, cette adresse est pour vous : si la viande de cet établissement est exceptionnelle, c'est parce qu'elle provient du propre élevage bovin de cette famille d'éleveurs bouchers dont la ferme se situe dans le Perche. De la vache d'Aubrac pour laquelle on ferait des kilomètres ! Une adresse précieuse que les Colombiens se transmettent de génération en génération et de dîner en dîner…

Chez Lucy, 148, rue Moslard. Tél. : 01 47 80 53 95

Le Figaro.fr
Emmanuelle Bosc (Figaroscope)
02/02/2010

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2010/02/03/03013-20100203ARTFIG00012-colombes-repaire-de-bobos-epicuriens-.php

Lire la suite

Lettre ouverte aux conseillers généraux : il faut garder le Racing à Colombes !

2 Février 2010, 00:36am

Publié par MoDem-Colombes



Monsieur le Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine,
Mesdames, Messieurs les Conseillers Généraux,

Nous voulons attirer votre attention sur un sujet qui inquiète tous les Colombiens : le départ annoncé de l'équipe de rugby, le Racing-Métro 92, du stade Yves-du-Manoir, pour un stade, l'Aréna 92, qui reste à édifier, à Nanterre.

Le nouveau projet d’Aréna 92 porté par le club du Racing-Métro 92 était d’abord destiné à Colombes, en lieu et place du stade Yves-du-Manoir. Ses composantes ont été présentées en séance publique au Conseil Général le 23 juin 2006 : un stade de 20 000 places, au toit rétractable, associé à une galerie commerciale centrée sur le sport, un hôtel, des terrains sportifs, etc… Pour Colombes, c’était la renaissance d’Yves-du-Manoir.

Cette idée découlait naturellement du retour de l’équipe du racing-Métro à Colombes après le rachat au Racing Club de France du stade par le Conseil Général, en 2003.

Le parcours sportif prodigieux de l’équipe de rugby, fruit de la volonté et de l’engagement du président Lorenzetti, rencontre, depuis, un public de plus en plus nombreux à suivre les dernières saisons de Pro D2 et bien sûr, cette première partie du Top 14, faisant de Colombes une ville de Rugby citée dans toute la France.

Mai 2008, tout change. Une autre direction se dessine. L’Aréna s’érigerait à Nanterre. Plus grande (30 à 40 000 places), elle nécessiterait davantage de transports en commun, nous dit-on… Nous pensons que cette décision tient davantage à l’adresse, celle de l’Arche de la Défense, plus prestigieuse et au public plus pécunieux qui lui est attaché, que celle des quartiers Nord de Colombes, moins desservis, aujourd’hui (le tramway T1 est espéré autour de 2015) et moins promptes à débourser la somme nécessaire pour garnir les gradins. Ce n’est plus en effet un stade de rugby qui doit s’ériger, mais une enceinte de spectacles où le sport n’aurait plus qu’une part réduite à la portion congrue. tout ceci pour permettre à l’équipement de se rentabiliser. Le départ de l’équipe pour cette nouvelle Aréna semble donc aujourd'hui prévu pour 2014.

Nous ne sommes pas d’accord. Près de 6000 personnes ont déjà signé les pétitions qui appellent à se mobiliser contre cette décision.

Ce départ signerait la fin d’une histoire prestigieuse entre Yves-du-Manoir, le rugby et Colombes. Notre ville perdrait cette chance prodigieuse de voir évoluer en son sein une des plus belles équipes de rugby de France.

Nous ne pouvons accepter cela.

Nous demandons instamment, avec l’appui de tous ceux qui ont signé et qui continuent à croire que rien n’est irrémédiable, que les discussions reprennent pour envisager la construction de l’Aréna 92 à Colombes, à Yves-du-Manoir.

Les obstacles techniques peuvent être levés si toutes les parties s’associent et pèsent pour que des solutions soient trouvées.

On nous dit que ce projet est privé et ne concerne pas les pouvoirs publics. Le président Jacky Lorenzetti a fait beaucoup, et s’engage encore, complètement et financièrement, au bénéfice de son équipe, de son public et de son stade. Il reste que les terrains concernés (Colombes ou Nanterre) sont publics et que leur aménagement ne pourrait s’exécuter que dans un cadre légal qui donne à la puissance publique un pouvoir de contrôle.

Enfin, la perspective d’une opération purement commerciale que constituerait le nouveau projet d’Aréna 92 à Nanterre, sur un terrain public concédé, ne manquerait pas de susciter des interrogations quant à l’utilisation des biens communs au bénéfice d’une société d’abord préoccupée de rentabilité.

Nous souhaitons donc vous rencontrer au plus tôt, Monsieur le Président du Conseil Général et, Mesdames et Messieurs les Conseillers Généraux, afin d’échanger ensemble autour de ce projet et vous présenter chacun de nos arguments.

Nous tenons également à souligner que notre objectif n’est aucunement de freiner l’extraordinaire développement du club qui justifie de grandes ambitions pour le stade qui les accueillera.

Il nous incombe simplement de relayer les mots simples des Colombiens et de tous ceux qui sont attachés à Yves-du-Manoir. Nous voulons continuer l’histoire du stade de Colombes avec le Racing !

Le Président de la section MoDem de Colombes
Michel MOME
http://modem-colombes.fr/

Le Président du groupe MoDem au Conseil Municipal de Colombes
Laurent TRUPIN
http://laurenttrupin.org/

Lire la suite

2010, un budget de projets

1 Février 2010, 23:06pm

Publié par MoDem-Colombes

Psarre.jpg

Dans le Mosaïque de Février, le Maire de Colombes annonce les principaux changements pour 2010 à Colombes :

 - Amélioration de l'espace urbain à la Gare du Stade, aux Vallées et en Centre Ville
 - Rénovation, extension et construction de bâtiments scolaires
 - Livraison de logements (conventionné et accession à la propriété)
 - Etablissement de programmes de planification urbaine à travers le PLU (Plan Local d'Urbanisme) et le PDC (Plan de Déplacement de Colombes)
 - Poursuite de la rénovation urbaine aux Petit Colombes/Grève, Fossés-Jean et Île Marante
 - Début des travaux de l'éco-quartier de Marine
 - Engagement des premières actions concrètes de l'Agenda 21
 - Poursuite de travail avec les villes de la Boucle Nord de la Seine en vue de la construction d'une structure intercommunale.

Pour mettre en oeuvre ces changements, il annonce un "budget de projets" qui va financer les grands choix de la mandature.
"Ce budget se fera dans un cadre contraint.  Moindres recettes dues à la crise, réforme de la taxe professionnelle, transferts de charges non compensés par l'Etat.  Le contexte nous oblige à la vigilance."

Le débat d'orientations budgétaires (DOB) aura lieu au début du prochain conseil municipal du 4 février 2010.

Lire la suite

MoDem Colombes : Voeux et Galette

1 Février 2010, 09:00am

Publié par MoDem-Colombes

Ce soir, toute la Section MoDem de Colombes est réunie !

A l'ordre du jour :

- Voeux du Bureau et des Elus
- Point sur la Campagne régionale en Ile-de-France ;
- Point sur la Pétition Yves-du-Manoir 
- Préparation du Conseil municipal du Jeudi 4 février
 
Cette réunion sera suivie du partage de la traditionnelle Galette des Rois !
 
Alors, si vous souhaitez rejoindre le MoDem, n'hésitez pas à venir dès ce soir ! 
Appelez le 06 03 35 05 49.

Rendez-vous à 20h30 au 18, rue Rouget de Lisle.

Christian Don, Bruno Gouallou, Florence Lhomme, Michel Môme et Laurent Trupin.

Lire la suite

L'humanisme, un projet de société

31 Janvier 2010, 13:41pm

Publié par MoDem-Colombes

bayrou-portrait-small.jpg

François Bayrou était l'invité hier du Rendez-vous politique de France Culture.

Il a notamment répondu aux questions relatives aux élections régionales, à l'indépendance des médias, et sur les connivences entre le pouvoir et le groupe du "Fouquet's".

François Bayrou est aussi revenu sur la définition de l'humanisme en politique.

Pour réécouter l'émission :
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/rdv_politiques/index.php?emission_id=35060155

Lire la suite