Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Articles avec #actualites de la section

Soutien à Alain Juppé

22 Novembre 2016, 19:16pm

Publié par MoDem-Colombes

Dimanche dernier, le vote du 1er tour de la primaire de la droite et du centre a mis clairement l'église au milieu du village.

 

Dimanche prochain, il faudra mettre la République au milieu de la France.

 

Celui qui sera élu aura la lourde tâche de rassembler.

 

Le vote de plus de 4 millions d'électeurs, aussi impressionnant que cela puisse paraître, est aussi fort de ses faiblesses.

 

Les Françaises et les Français ne vivent pas tous dans une France traditionnelle où le dimanche est le jour du Seigneur, le feu crépite dans la cheminée et l'horloge de la salle égrène les heures à coup de carillon. 

 

IL FAUT REGARDER L'AVENIR

 

La posture de François Fillon, avec son programme de rupture, bloquera sans nul doute une société française qui l'est déjà trop.

 

C'est pour cela que nous avons besoin d'un candidat qui rassemble le plus possible.

 

 

NOUS DEVONS FAIRE BOUGER LA FRANCE !

 

Je vous invite à lire ou à relire les propositions d'Alain Juppé.

 

C'est en le faisant que je vous appelle, pour le second tour, à VOTER - une nouvelle fois pour ceux qui l'ont déjà fait et à ceux qui ne l'auraient pas fait -  

 

POUR ALAIN JUPPÉ !

 

Michel Mome

Section MoDem de Colombes

 

Résultats du 1er tour de la primaire à Colombes :
Inscrits : 46583
Votants : 6556 (14,1%)
Bulletins Nuls : 12
François Fillon : 43,1%
Alain Juppé : 33,5%
Nicolas Sarkozy : 14,8%
Nathalie Kosciusko-Morizet : 4,5%
Jean-Frédric Poisson : 2%
Bruno Le Maire : 1,8%
Jean-François Copé : 0,3%

Lire la suite

La majorité large sera la clef du succès du prochain quinquennat

18 Novembre 2016, 22:08pm

Publié par MoDem-Colombes

Chère amie, cher ami,

Le premier tour de la primaire de la droite et du centre se déroule ce dimanche 20 novembre 2016 de 8h à 19h. 

Tous les Français peuvent y participer, à condition :
- d’être inscrit sur les listes électorales ;
- de signer la charte de l’alternance ;
- de verser 2€ ;
- et bien sûr d’aller voter !

Plus de 10 000 bureaux de vote seront ouverts à travers la France, dont 15 à Colombes. Pour trouver celui qui vous permettra de voter, 
il vous suffit de suivre ce lien ou d’appeler le 0821 20 2016. 

Attention, votre bureau de vote « traditionnel » ne correspond pas forcément à celui dans lequel il vous sera possible de voter dimanche.Afin d'être certain de ne pas vous tromper, 
des documents clairs - pages 1, 2, 4 et 5 pour Colombes - établissent ici la correspondance entre bureaux de vote classiques et bureaux de vote de la primaire pour chaque département. Ces affichettes étant « neutres », n'hésitez pas à les mettre en avant dans votre commune et sur les portes des bureaux de vote traditionnels le jour du scrutin !

Chaque voix va compter : votre mobilisation est très importante pour rendre possible, demain, autour d’Alain Juppé, le rassemblement large que nous savons nécessaire pour le redressement du pays. À l’heure où le pays traverse une crise très profonde, le choix que nous allons faire dimanche prochain va être déterminant.

Nous comptons sur vous.

Bien amicalement,
L'équipe du MoDem Colombes

La majorité large sera la clef du succès du prochain quinquennat

Lire la suite

Voeux du MoDem 92

24 Janvier 2013, 22:15pm

Publié par MoDem-Colombes

http://democrate.typepad.fr/.a/6a0133f57f28ce970b017ee772fd9a970d-800wi

Les conseillers nationaux et membres bureau du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine vous convient aux voeux du Modem 92, jeudi 31 janvier 2013 à partir de 19h30, Hall du Palais des Congrès de Nanterre.

Invitation en pdf :  Téléchargement Modem92 voeux2013 invit

Lien Google : Palais des Congrès de Nanterre

Merci de faire suivre à vos contacts Modem : http://www.modem92.fr/2013/01/voeux-2013.html
Amitiés démocrates,

Lire la suite

MoDem 92 : les adresses internet

15 Décembre 2012, 11:57am

Publié par MoDem-Colombes

MoDem92.jpg

 

Le site : http://www.modem92.fr

La page sur Facebook : http://www.facebook.com/Mouvement.Democrate.92

Le compte twitter : http://twitter.com/modem92

La lettre d'information : http://groups.google.com/group/modem92/

NOUVEAU ! Un groupe sur Dailymotion pour regrouper nos vidéos : http://www.dailymotion.com/group/modem92

Lire la suite

Démission de Chantal Brault

3 Novembre 2012, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/images_evenements/image013.jpg

 

Le Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine que nous avons reconstruit ensemble dans une cohésion et un engagement total, a été à la hauteur des enjeux qui furent notre grande motivation. A quelques exceptions près, les responsables nommés sur l’ensemble de notre département ont été des relais et des acteurs essentiels, dignes de la mission qui leur était confiée.


Scrutin après scrutin, nous avons souffert des échecs successifs qui ont parfois atteint nos forces malgré nos résultats toujours au-dessus de la moyenne nationale et avec la bonne volonté de tous et le travail de terrain inlassablement accompli pour faire triompher le projet de François Bayrou et notre idéal.

 

Aujourd’hui sans perspective et sans direction claire, sans message de confiance des instances nationales, je ne vois plus de raison de poursuivre ma tâche.

 

Aussi j’ai remis au Secrétaire national de notre mouvement, sous le contrôle du Délégué départemental, le mandat que les militants MoDem du 92 m’avaient très clairement confié, ils statueront donc des suites à donner de cette décision.   

 

Merci à vous tous pour votre militantisme, votre fidélité et la confiance que vous avez bien voulu me faire en toutes circonstances.

 

Je garde pour la majorité d’entre vous, une vraie amitié, sans oublier jamais la force que François Bayrou nous a transmise à tous.

 

Chantal BRAULT

Lire la suite

Lettre de François Bayrou aux adhérents et sympathisants

6 Juillet 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Chers amis,

 

L’année 2011-2012 aura été une année chargée : la longue campagne de l’élection présidentielle, puis les élections législatives auront représenté pour nous autant d’engagements et de défis.

 

Le résultat de l’élection présidentielle (3 millions 300 000 voix et 9,2 % des suffrages), s’il n’a pas été à la hauteur de toutes nos espérances, a été cependant honorable. Mais les élections législatives ont été particulièrement difficiles. Je veux féliciter Jean Lassalle et Thierry Robert qui ont su forcer le destin, dans les Pyrénées-Atlantiques et à la Réunion, et rendre hommage aux candidats valeureux qui ont réalisé en moyenne un score de 3,3 % dans les quelque 400 circonscriptions où nous les soutenions. Pour ma part, comme vous le savez, au terme d’une triangulaire, j’ai été battu par la candidate PS.

 

Notre Conseil National a débattu de cette situation samedi. Je veux vous dire après une telle année et en cette veille de vacances, mon analyse et ma conviction.

 

Et d’abord vous dire ma détermination. Les combats que nous avons menés ont été des combats justes et les Français ne tarderont pas à s’en apercevoir. Je les assume tous.

 

C’est une grande fierté pour moi que d’avoir, sur tous les sujets, et depuis des années, dit la vérité à notre pays. Je continuerai à la dire. Dans quelques mois, devant l’évidence de la situation, nos concitoyens se poseront, de manière brûlante, cette question de la vérité.

 

Vérité sur le bilan du pouvoir précédent : le rapport de la Cour des Comptes, rendu public hier, met en lumière une fois de plus la gravité de la situation de notre pays ; et les chiffres du chômage, ceux de la croissance, ceux du commerce extérieur, vont dans le même sens.

 

Et vérité sur la situation réelle de la France sous la responsabilité du nouveau pouvoir. Chaque jour, le gouvernement annonce les coupes les plus sévères dans la dépense publique. C’était inévitable. Mais ce n’était pas annoncé. Les Français vont mesurer, dans leur propre vie, la distance entre les mots et les faits, entre les promesses et la réalité.

 

Dans peu de temps, ils regarderont le passé proche en se posant la question : « qui nous a dit la vérité quand il était encore temps ? ». Et ils sauront que nous ne nous sommes pas dérobés.

 

Ils n’ont pas suivi la proposition que nous leur faisions. Mais ils l’ont entendue, je le crois. Ils ne l’oublieront pas quand l’heure de vérité sera venue.

 

C’est en tout cas la confiance qui m’anime. Je sais et nous savons tous l’ampleur des changements que la France va devoir conduire : la crise obligera à repenser nos cadres de vie habituels. Si elle veut éviter le péril des extrêmes, il lui faudra se rassembler. J’aiderai à cette prise de conscience et à ces rassemblements.

 

Président de notre mouvement, en charge des grandes orientations, je m’adresserai à vous et à nos concitoyens sur tous les sujets essentiels.

 

Car il est des sujets qui vont devenir brûlants. La grande question européenne va exiger des réponses inédites. On voit bien que tous les dirigeants buttent sur une absence de vision de ce que peut être demain la vraie nature d’un tel ensemble, de sa gouvernance, et de ce que doivent être ses vrais périmètres d’action. C’est d’une vision nouvelle que nous aurons besoin. Je souhaite contribuer à cette réflexion.

 

C’est aussi vrai de la question de la relance de la production, de la défense des PME, de notre modèle social, de la place du travail, de l’avenir de l’intégration, de la refondation à concevoir de l’éducation, de la maternelle au collège de France. Je m’exprimerai sur ces sujets.

 

Mais je n’ai pas l’intention, dans les quelques mois qui viennent, de participer en première ligne aux affrontements et aux polémiques. J’ai la certitude que les déclarations sur l’actualité immédiate seront désormais moins éloquentes que les faits. C’est la réalité qui sera le juge de paix des débats du pays.

 

Chaque fois que l’actualité l’exigera, les vice-présidents de notre mouvement, Marielle de Sarnez, Jacqueline Gourault, Jean-Luc Bennhamias, Jean-Marie Vanlerenberghe, Robert Rochefort et Jean Lassalle, et notre porte-parole Yann Werhling occuperont cette première ligne, et ce sera avec pertinence et talent.

 

Des questions d’organisation se posent pour le MoDem. Il faut les identifier et les résoudre. La préparation des élections à venir, notamment des élections municipales, impose une méthode nouvelle pour repérer, ville par ville, et aussitôt que possible les personnalités, dans nos rangs ou proches de nous, à soutenir et à aider. J’ai demandé à Marc Fesneau de former une équipe de « quadras » pour conduire cette réflexion et faire à notre mouvement des propositions pratiques pour changer et améliorer notre vie commune. Vous pourrez participer, directement, à cette réflexion.

 

Il est un débat stratégique dans nos rangs qu’il faudra conduire jusqu’à sa conclusion.

 

Certains pensent que notre vocation, maintenant qu’une majorité nouvelle est en place est de nous rapprocher d’elle le plus vite possible.

 

D’autres, constatant nos difficultés électorales, plaident pour une réorientation au centre-droit.

 

Et nous sommes nombreux à penser au contraire que la bipolarisation dans laquelle on voudrait à toutes forces nous enfermer est une mauvaise chose pour la France, même si elle paraît provisoirement triompher.

 

Ce débat mérite d’être conduit avec sérieux et respect mutuel. En tout état de cause, ce débat dépend aussi de l’évolution des forces politiques autour de nous.

 

L’indépendance, ce n’est pas le refus des alliances. Mais je vous le dis avec certitude, la condition sine qua non de toute alliance, c’est l’existence et donc l’indépendance.

 

L’indépendance, c’est aussi la condition du dialogue. J’en donne ici l’assurance : si le dialogue est possible avec les courants politiques proches de nous ou compatibles, organisés ou inorganisés, nous sommes prêts à ouvrir ce dialogue avec eux. Cela vaut pour tous ceux qui se réclament des mêmes valeurs ou de valeurs proches des nôtres, qu’ils soient sur notre droite ou sur notre gauche. Car ma conviction est que le jour venu, tous ceux-là devront se rassembler pour participer au redressement de la France.

 

Les mois qui viennent vont être des mois de débats entre nous, à travers tout le pays. Chacun pourra s’exprimer. Nos moyens financiers vont être limités, bien sûr. Mais notre dévouement, notre engagement, notre imagination ne le seront pas.

 

Avec l’alternance au pouvoir, une période s’est achevée. Une nouvelle ère commence. Les solutions d’hier vont apparaître insuffisantes et inadaptées. Il va falloir que les Français réinventent un nouveau modèle pour la France et pour l’Europe. Devant ce défi, parce que nous sommes plus libres que d’autres, nous serons en première ligne.

 

Vous pouvez compter sur moi. Et je vous le dis avec la même franchise : j’ai besoin de vous, besoin de votre présence et de votre soutien.

 

Vous savez ma fidélité et mon amitié.

 

François Bayrou

Lire la suite

Message de Laurent Trupin aux Colombiens (1° et 2° circonscriptions)

29 Mai 2012, 22:19pm

Publié par MoDem-Colombes

LaurentTrupin2-copie-1.jpg

Laurent Trupin revient sur son blog sur ses 8 années d'investissement à l'UDF et au MoDem et annonce son combat pour l'élection municipale de 2014, en tant qu'indépendant et en défense des intérêts locaux.

Pour les législatives de Juin 2012, sur la 1° circonscription (cantons Nord de Colombes), il soutient sans réserve ses amis Karim Yahiaoui et Guénola de la Seiglière ; et sur la 2° circonscription (canton Sud de Colombes), le MoDem ayant été écarté, il ne donne pas de consigne de vote, chacun s'exprimant en conscience.

Lire l'article de Laurent Trupin

La section MoDem de Colombes soutient Laurent dans sa démarche et appelle les Colombiens à voter massivement pour Karim sur la 1° circonscription.  Son article poignant, salué par tous, fait le buzz en ce moment à Colombes.

Lire la suite

10 candidats "Le Centre pour la France" dans le 92

22 Mai 2012, 14:30pm

Publié par MoDem-Colombes

 

 

 

Le "Centre pour la France", le label du MoDem pour les élections législatives 2012, apporte son soutien à 400 candidats dont 40% des femmes. 25% d'entre eux n'appartiennent pas au Mouvement Démocrate de François Bayrou.

 

Ainsi, selon les départements, le Centre pour la France est allié avec différentes formations du "spectre centriste": avec le PRG en Aveyron, avec le PR, le Nouveau Centre et l'Alliance Centriste en Haute-Garonne, etc.

 

Les instances nationales du Mouvement Démocrate présentent 10 candidats aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012 dans le département des Hauts-de-Seine.

Ces hommes et ces femmes se présentent sous l'étiquette "Le Centre Pour la France" et ont pour mot d'ordre : "Nous voulons être utiles à la France, pour qu’elle échappe à ses divisions".

 

Les quatre priorités que défendront les candidats sont : la dette, le redressement économique, l’Europe et la moralisation de la vie politique.

 

Quand le pays va mal, l’heure est à l’unité et au rassemblement afin de penser à l’intérêt général.  Nous voulons être une force alternative à tous les sectarismes, de droite et de gauche. Nous voulons être constructifs et attentifs sur ce qui se fera au Parlement. Nous ne serons ni dans le soutien indéfectible, ni dans l’opposition systématique.  Les législatives, ce n’est pas seulement voter pour donner ou non une majorité au président, c’est aussi voter pour redonner une utilité au Parlement.

 

 - 1ère circonscription (Colombes, Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne) : Karim Yahiaoui  (conseiller municipal de Villeneuve-la-Garenne), suppléante : Guénola de la Séglière.

 - 4e circonscription (Nanterre-Nord et Suresnes) : David Morgant, suppléante : Dominique Bara.

 

 - 5e circonscription (Clichy et Levallois-Perret) : Alvine Moutongo-Black (adjointe au maire de Clichy), suppléant : Agnès Breteau.

 

 - 6e circonscription (Neuilly-sur-Seine, Puteaux et Courbevoie) : Franck Faveur, suppléante : Claudine Viard.

 - 7e circonscription (Garches, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud) : Olivier Hosteins (conseiller municipal de Saint-Cloud), suppléante : Françoise Brisset-Vigneau.

 - 8e circonscription (Meudon, Sèvres, Chaville) : Nadia Mordelet-Carrière, suppléant : Daniel Dubois.
 
 - 10e circonscription (Boulogne-Billancourt-Sud, Issy-les-Moulineaux et Vanves) : Fabienne Gambiez (conseillère municipale d'Issy-les-Moulineaux), suppléant : Bernard Léon.

 - 11e circonscription (Bagneux, Malakoff, Montrouge) : Mehdi Benhabri, suppléant : Boris Gillet.

 

 - 12e circonscription (Châtillon, Clamart, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson) : Christian Delom (conseiller municipal de Clamart), suppléant : Frédéric Garcia.

- 13e circonscription (Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Sceaux) : Paul Cassia, suppléante : Laure Thibaut (conseillère municipale de Bourg-la-Reine).


Les instances nationales du Modem ont décidé de n'investir aucun candidat sur les circonscriptions

2 (Asnières et Colombes-Sud), 3 (Bois-Colombes, Courbevoie et la Garenne-Colombes) et 9 (Boulogne-Billancourt).

Lire la suite

Appel à voter Hollande

30 Avril 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.gaullisme.fr/wp-content/uploads/2012/04/Sarkozy-Bayrou-Hollande590.jpg

 

Sans attendre la prise de position de François Bayrou, Olivier Henno, patron du MoDem dans le Nord, espère faire école en ralliant au sein de son parti ceux qui disent clairement qu'ils voteront François Hollande au second tour de la présidentielle. Quelle stratégie, quels enjeux pour le conseiller général, vice-président à la communauté urbaine et maire de Saint-André ?  Il a répondu au journal La Voix du Nord.

 

- Où en êtes vous depuis dimanche soir ?

« Avec un noyau d'élus du MoDem qui étaient déterminés à prendre position pour François Hollande, on vient de tenir un point presse à Paris. Compte tenu de la gravité de la situation, on a un devoir de prendre position. Ce n'est pas en soi une surprise, le processus a été entamé maintenant depuis plusieurs années : cela fait 5 ans qu'on est en situation d'opposition à Nicolas Sarkozy. Nos parlementaires n'ont voté aucun budget. »

 

- Êtes-vous nombreux ?

« Une cinquantaine d'élus pour l'instant en France. À mon côté par exemple, cet après midi, il y avait Pierre Yana de Dunkerque. Les déclarations de Nicolas Sarkozy, hier (dimanche) ont encore accentué le clivage. Nous ne pouvons le suivre quand il avance les thèmes de l'immigration, alors que la question, c'est l'intégration des descendants d'immigrés d'hier. Quand il dit qu'il faut mieux fermer les frontières, c'est une remise en cause de la liberté de circulation des personnes. Il me semble que notre devoir moral est d'être partie prenante de la nouvelle majorité présidentielle. Et c'est François Hollande qui doit donner naissance à cette nouvelle majorité. »

 

- Que voulez-vous dire par « partie prenante » ?

 « Qu'on doit être une des composantes de cette majorité présidentielle, participer au désir du changement. »

 

- Comme avoir un poste au gouvernement ?

« Non. On en est à se positionner sur le socle des valeurs. C'est à François Hollande, ensuite, de définir les contours. Ça n'aurait pas de sens de vouloir négocier aujourd'hui. On en est vraiment au contenu. Car non seulement nous sommes en situation de crise économique, mais aussi de crise morale. Si notre pays connaît des tensions aussi fortes, on pense que Nicolas Sarkozy y est pour beaucoup. Alors que le devoir d'un président est de rassembler, lui instrumentalise pour parvenir à ses fins. Cette attitude explique aussi la montée du Front national. »

 

- Que répondez-vous aux attaques de M.-Ph. Daubresse, qui vous a qualifié de « traître » ?

« On a ici affaire à un spécialiste. Je rappellerai simplement qu'en 2002, il avait eu l'inélégance d'annoncer son soutien à Jacques Chirac le jour même où François Bayrou se déplaçait dans le Nord pour faire campagne. Et l'on était pas après le premier tour, »


- Localement, on pense forcément aux législatives. Votre idée n'est-elle pas d'être le candidat d'une union avec le PS ?

« On formule l'espérance qu'il y aura une alternance le 6 mai prochain. Après, on tirera les conclusions, il sera toujours temps. Ce n'est pas l'enjeu d'aujourd'hui, au moment où les Français pourraient en prendre encore pour 5 ans. »

 

- Le MoDem ne risque-t-il pas d'exploser ? Dans le Pas-de-Calais par exemple, il y a beaucoup de centristes qui penchent à droite...

« Je respecte toutes les positions, il y a un certain nombre d'élus ou de militants qui vont attendre la prise de position de François Bayrou. Pourquoi retenir ce que j'ai sur le coeur pour des raisons partisanes, pour le fonctionnement d'un parti ? En faisant ce choix, j'ai le sentiment d'être totalement fidèle aux convictions qui m'ont amené à m'engager au CDS en 1982 auprès d'André Diligent et de Georges Delfosse. Est-ce qu'à l'époque on aurait pu penser que des militants de ce parti puissent partager les idées de Nicolas Sarkozy sur l'immigration, les frontières, les lois sécuritaires... ? J'ai rêvé que François Bayrou soit président de la République, j'ai toujours voté pour lui, mais à un moment donné, quand on a le sentiment qu'il s'agit de l'intérêt national... Ou alors c'est la politique qui perd de son sens. Le MoDem ne s'est pas réuni pour définir une position, ce que j'espère secrètement, c'est que nous soyons des éclaireurs, une avant-garde. »

 

- Vous avez parlé avec François Bayrou récemment ?

 « Oui, vendredi, pour lui dire que j'espérais encore qu'il gagne. Je lui ai dit que ce qui avait été publié (sur le site du Nouvel Observateur) était un document de travail. »

 

- Le MoDem a encore un avenir ?

« Les structures partisanes sont l'expression de courants politiques qui viennent de très loin, il y a eu le CDS, la nouvelle UDF, le MoDem... Si François Bayrou prend une position qui est conforme à la majorité du MoDem, bien sûr qu'il a un avenir. On verra cela dans les jours qui viennent. En tout cas, ce dont je suis sûr, c'est que les idées que nous portons ont de l'avenir, il s'agit de celles de la démocratie chrétienne et de la philosophie des Lumières. »

 

- Revenons au local : en tant que maire, comment considérez vous votre opposition PS ?

« Ce n'est pas à moi de me positionner, mais à eux. J'ai rassemblé une équipe qui a des spécificités sur un projet local, il n'y a pas de raison d'en changer. Nous avons fait 65 % des voix au premier tour, notre légitimité est suffisante pour agir ».

 

- N'avez-vous pas peur de ne plus être lisible pour les électeurs ?

 « Si je disais "et bien oui on ne partage pas les valeurs de Nicolas Sarkozy mais on ne se prononce pas", le serais-je davantage ?

 

Appel à voter Sarkozy

Appel à voter blanc

 

 

François Bayrou et le Conseil National du Mouvement Démocrate débattront le 3 mai au soir et indiqueront leur position, qui ne sera pas une consigne de vote, mais simplement un avis et qui n'engagera pas chaque adhérent.  Selon un sondage paru Dimanche, 30 % des électeurs de François Bayrou au 1er tour voteraient Hollande, 31 % Sarkozy, 39 % s'abstiendraient ou voteraient blanc ou nul.

Lire la suite

Appel à voter blanc

30 Avril 2012, 08:59am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.gaullisme.fr/wp-content/uploads/2012/04/Sarkozy-Bayrou-Hollande590.jpg

 

Alain Lambert, ancien Ministre du budget et Président du Conseil Général de l'Orne, qui a soutenu François Bayrou au 1er tour, a publié samedi un communiqué qui précise sans ambiguïté les sentiments qui l’habitent et la décision qu'il a prise de ne pas participer au vote, autrement que par un bulletin blanc, ne souhaitant cautionner ni la candidature de l’un ni le programme de l’autre.

La Constitution ne permet qu’à 2 candidats seulement de rester en lice au 2nd tour de cette Présidentielle. 

J’ai fait campagne au 1er tour pour François Bayrou et je suis fier de sa contribution à notre démocratie. Ensemble, nous avons fait vivre des idées capitales pour l’avenir de la France - Le redressement de nos finances publiques, condition préalable de la protection sociale - La relance de la production, seule arme contre le chômage - La moralisation de la vie publique, gage d’une démocratie saine et responsable - L'euro et l’Europe sans lesquels il n’existe aucun avenir pour la France. 

Je regrette qu'il n’ait pas connu le soutien populaire que j'espérais, car le chemin de redressement qu'il a tracé deviendra, quoiqu’il arrive, incontournable dans les mois à venir. 

A ce jour, aucun des deux candidats au 2ème tour ne répond pleinement à mes attentes, pour des motifs très différents. J’aurai pu choisir la facilité en me claquemurant, jusqu’au résultat, pour éviter d’avoir à me dévoiler. Ce n’est pas ma conception de l’honneur et de la responsabilité. J’aurais pu, hypocritement, appeler à voter pour le président sortant, alors que j'ai regretté ses pratiques de gouvernement. Et depuis 3 ans au moins, je ne cesse de mettre en garde sur le désaveu qui le menace. J’aurais pu voler au secours de la victoire en rejoignant François Hollande, en faisant semblant de ne rien craindre de ses alliances qui constituent pourtant un risque réel.

Mon sentiment est que le système politique français ne peut plus fonctionner «à l’ancienne» et qu’il nous faut en passer, pendant deux ans et demi, par une coalition très large entre la gauche responsable, le centre et la droite modérée et ensuite les clivages pourront reprendre leurs cours, au gré des fantaisies de chaque camp. 

 

Dès lors, dans l’état actuel des choses, je ne prendrai pas part au vote et je militerai pour un changement de notre Constitution. Telle qu'elle est actuellement, et au fil du temps, elle aboutit, une fois encore, à fracturer en deux la France, à dresser un camp contre l’autre, à écraser les familles politiques modérées qui plaident pourtant la concorde et le rassemblement. De nouvelles perspectives doivent donc être ouvertes notamment sur la durée du mandat présidentiel et le mode d’élection  afin de permettre au Président une distance et une hauteur de vue qui a manqué ces dernières années. 

Dans les temps difficiles qui s’annoncent, je resterai aux côtés de ceux qui voudront bien, le temps du redressement, faire passer l’intérêt supérieur du Pays avant celui de leurs partis. 

J’espère, après les élections, que s’organisera un rassemblement informel mais massif de tous les Français de bonne volonté, des modérés de tous bords qui veulent le succès de la France avant celui de la gauche ou de la droite.


Appel à voter Sarkozy  

Appel à voter Hollande

 

François Bayrou et le Conseil National du Mouvement Démocrate débattront le 3 mai au soir et indiqueront leur position, qui ne sera pas une consigne de vote, mais simplement un avis et qui n'engagera pas chaque adhérent.  Selon un sondage paru Dimanche, 30 % des électeurs de François Bayrou au 1er tour voteraient Hollande, 31 % Sarkozy, 39 % s'abstiendraient ou voteraient blanc ou nul.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>