Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

la vie a colombes

Blog Story (3)

7 Octobre 2008, 23:01pm

Publié par MoDem-Colombes

Après Blog Story 1 et Blog Story 2, voici encore quelques nouveaux blogs à Colombes :

Association des riverains du viaduc SNCF de Colombes

Colombiens Réunis par les Idées et le Coeur - CRIC


Les Batuc'ados de Colombes

Club vélo du LSOC

et un blog non signalé pendant la campagne municipale, dommage !  :
Un candidat virtuel à la mairie de Colombes 

Pour celui-là pas de commentaire !

Lire la suite

Désignation des membres des conseils de quartier

7 Octobre 2008, 08:42am

Publié par MoDem-Colombes

Les compositions des dix Conseils de Quartier de Colombes sont maintenant connues : 93 habitants élus sur 300 candidats, 45 associations !

Centre-ville (10/32 habitants - 10 associations)
Agent Sarre (10/32 habitants - 3 associations)
Fossés-Jean/Bouviers (12/42 habitants - 7 associations)
Stade (7/18 habitants - 5 associations)
Europe (11/27 habitants - 8 associations)
Grèves/Plateau (7/17 habitants - 3 associations)
Charles-De-Gaulle (10/35 habitants - 6 associations)
Henri Martin/Estienne d’Orves (9/31 habitants - 5 associations)
Petite-Garenne (10/31 habitants - 5 associations)
Vallées (7/35 habitants - 3 associations)

Les groupes ainsi constitués (entre 21 et 35 membres) devront se réunir au moins quatre fois par an et rendre compte de leurs travaux au moins deux fois dans l’année aux habitants du quartier.

A l'ordre du jour des premiers Conseils (cette semaine et la semaine prochaine)
- mise en place d'une charte commune qui régira leur fonctionnement ;
- choix du nom du Conseil de Quartier ;
- élection du Président du Conseil (membre du Collège habitant).

Laurent Trupin siègera en tant qu'élu de quartier de l'opposition dans le quartier Agent Sarre.
 

Lire la suite

Taser: Sarre refuse d'équiper sa police

5 Octobre 2008, 23:01pm

Publié par MoDem-Colombes

Avec le fichier Edvige, une autre mesure, visant à assurer une meilleure sécurité, a été prise cette été par simple décret (publié le 23 septembre), celle qui autorise l’utilisation du pistolet à impulsions électriques (PIE) de type Taser aux 20 000 policiers municipaux.

Depuis le décret 200-276 du 24 mars 2000 (sous le gouvernement de Lionel Jospin), les policiers municipaux sont déjà autorisés à porter des pistolets et revolvers.

Notons que l'amée, la police nationale et la gendarmerie nationale ont l’autorisation de s’en servir depuis septembre 2006.  4 600 gendarmes et policiers en sont déjà équipés.

Le modèle prévu, le Taser X26, envoie à dix mètres deux dards sur l’individu cible qui lui transpercent la peau, ce qui lui occasionne une décharge électrique de 50 000 volts avec une très faible intensité, de deux milliampères. Les conséquences : la décharge agit sur le système nerveux et tétanise l’individu plus de cinq secondes (coupant temporairement les liaisons entre le cerveau et les muscles), le rendant hors d’état de nuire et facile à neutraliser.

Hier, dans l'émission Dimanche+, dans un reportage consacré au Taser, Philippe Sarre, a confirmé que les armes  à feux qui ont été retirées des Policiers municipaux à Colombes, ne seraient pas remplacées par le Taser.

"Je trouve que c'est quelque chose quand même d'assez fort.  Il paraît même qu'il y a eu des morts
Aujourd'hui par exemple, je croise encore des gens qui me disent "écoutez, c'est pas normal, vous avez un commerce de drogue important à tel endroit, et vos policiers municipaux, on ne les voit pas,'  Mais je m'évertue à leur dire "mais vous ne les verrez pas, je ne les enverrai surtout pas sur ce type de mission, parce que ce sont des missions pour lesquelles ils ne sont pas formés.  C'est à la Police Nationale d'assurer."

Martine Aubry n'équipera pas non plus du Taser la police municipale de Lille, pour les mêmes raisons que Philippe Sarre.

A propos de la police municipale, à Pau, François Bayrou avait parlé "des pratiques de sécurité, pour rassurer les gens, dans certains lieux, qui devraient être assumées sous cette forme, sous la forme d’une veille dont le but n’est pas la répression, mais la prévention. Je crois donc que l’on devrait développer en ce sens cette veille."  Il s'était prononcé contre les armes à feux.  « Je ne veux pas armer la police municipale. Pour moi, c’est pour la ville ce que les gardes champêtres étaient autrefois dans les villages ».

Dans un rapport remis le 8 février 2008 au Haut commissariat aux Droits de l’Homme et au groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies par le Réseau d’alerte et d’intervention pour les Droits de l’Homme (RAIDH), il a été constaté l’usage disproportionné du Taser par la gendarmerie nationale : 83% des usages du Taser X26 n’ont pas respecté le cadre envisagé par les procédures internes, à savoir la légitime défense et l’état de nécessité.

Dans le même rapport, il a été présenté le cas d’un malade mental qui a reçu le 12 mai 2006 six fois une décharge de Taser utilisé par un membre de la police nationale et qui a fait un arrêt cardio-vasculaire.

Par ailleurs, le Taser est considéré par le Comité contre la torture de l’ONU depuis le 22 novembre 2007 comme une arme de torture pouvant tuer : « L’usage de ces armes provoque une douleur aiguë, constituant une forme de torture, et (…) dans certains cas, il peut même causer la mort, ainsi que l’ont révélé des études fiables et des faits récents survenus dans la pratique. ».

Mais, selon une étude publiée en septembre 2007 par la revue des Samu de France, l'innocuité du Taser paraît confirmée "lorsque les précautions d'utilisation sont strictement respectées".

Taser… Edvige… Pourquoi signer des décrets sans réflexions plus approfondies : quelle société voulons-nous ? sommes-nous prêts à réduire nos libertés pour assurer notre sécurité ? ou au contraire, préférons-nous préserver nos valeurs fondamentales ?

Lire la suite

L'énigme du jour

5 Octobre 2008, 20:42pm

Publié par MoDem-Colombes


Colombes aux cotés de Valérie Pecresse
envoyé par lesamisdevaleriepecresse

Valérie Pécresse viendra-t-elle à Colombes et pour quelle élection ?

Lire la suite

Intercommunalité Boucle Nord

3 Octobre 2008, 08:02am

Publié par MoDem-Colombes

Une première réunion pour relancer l'intercommunalité de la boucle nord des Hauts-de-Seine se tient ce matin à la mairie de Colombes.

Philippe SARRE a invité ses collègues de Gennevilliers, Clichy, Asnières-sur-Seine, Villeneuve-la-Garenne, Bois-Colombes et de la Garenne-Colombes pour un premier tour d'horizon sur les projets qui pourraient faire l'objet d'une dynamique commune.

Les villes de la boucle nord évoquent l’intercommunalité

Lire la suite

Commissions municipales

2 Octobre 2008, 23:01pm

Publié par MoDem-Colombes

Lors du dernier conseil municipal , le nombre des commissions municipales a été ramené à 3.  En voici les noms et les membres :

Commission Finances, Administration et Sécurité
incluant AFFAIRES GENERALES, AFFAIRES ECONOMIQUES

TITULAIRES - SUPPLÉANT(E)S
Maurice LOBRY - Bernard DANILO
Viviane LE GUENNEC-SARRE - Kamel ESSAIED
Julien GAUTIER - Philippe LE PREVOST
Yahia BOUCHOUICHA - Michèle FRITSCH
Nicole MARLIAC - Bernard DESTREM
Patricia PACARY - Evelyne BOUCHOUICHA
Patrick CHAIMOVITCH - Dominique FRAGER
Frédéric SARKIS - Claire GAGNIERE
Edouard PHANOR - Véronique MONGE
Philippe PATTIER - Elizabeth CHOQUET
Laurent TRUPIN - Bruno GOUALLOU
Lionnel RAINFRAY - Véronique VIGNON
Nicole GOUETA - Arnold BAUER
Caroline COBLENTZ - José BONICI

Commission Aménagement et Développement Durables
incluant TRAVAUX, VOIRIE

TITULAIRES - SUPPLÉANT(E)S
Alexis BACHELAY - Christelle VETIZOUT
Bernard DANILO - Viviane LE GUENNEC-SARRE
Yaye Amy DIOP - Salem BELGOURCH
Bernard DESTREM - Yahia BOUCHOUICHA
Habib BENBELAÏD - Catherine LAIGLE
Michelle MACE - Nicole MARLIAC
Claire GAGNIÈRE - Patrick CHAIMOVITCH
Catherine BERNARD - Frédéric SARKIS
Véronique MONGE - Kamel BOUHALOUFA
Elizabeth CHOQUET - Edouard PHANOR
Bruno GOUALLOU - Laurent TRUPIN
Caroline COBLENTZ - Lionnel RAINFRAY
Arnold BAUER - Véronique VIGNON
Nicole GOUETA - Leïla LEGHMARA

Commission Démocratie et Services de Proximité 
incluant AFFAIRES SCOLAIRES, PERI-SCOLAIRES, SPORTS, JEUNESSE , AFFAIRES SANITAIRES et SOCIALES, PETITE ENFANCE, FAMILLE,  PERSONNES AGEES CULTURE, VIE ASSOCIATIVE, FETES et CEREMONIES

TITULAIRES - SUPPLÉANT(E)S
Michèle ETCHEBERRY - Christiane CHOMBEAU-SOUDAIS
Zineb AKHARRAZ - Nora DJEBARRI
Chantal BARTHELEMY-RUIZ - Martine ANTOGNAZZA
Michèle FRITSCH - Catherine LAIGLE
Evelyne BOUCHOUICHA - Patricia PACARY
Aïssa BEN BRAHAM - Michelle MACE
Dominique FRAGER - Patrick CHAIMOVITCH
Frédéric SARKIS - Claire GAGNIÈRE
Noël ARCEDIANO - Philippe PATTIER
Kamel BOUHALOUFA - Edouard PHANOR
Laurent TRUPIN - Bruno GOUALLOU
Leïla LEGHMARA -Caroline COBLENTZ
Lionnel RAINFRAY - Véronique VIGNON
José BONICI - Nicole GOUETA

Lire la suite

Conseil Municipal du 24/09/08 comme si vous y étiez!

2 Octobre 2008, 16:40pm

Publié par MoDem-Colombes

Lire la suite

Election municipale annulée à Villeneuve La Garenne

26 Septembre 2008, 22:39pm

Publié par MoDem-Colombes

L'élection municipale de Villeneuve-la-Garenne (1ère circonscription des Hauts-de-Seine avec Colombes et Gennevilliers), où l'UMP Roger Karoutchi avait été élu sur la liste du maire sortant Alain-Bernard Boulanger, a été annulée par le tribunal administratif de Versailles, a annoncé le 25 septembre 2008 la mairie.

"La décision nous a été notifiée mais nous n'avons pas encore le jugement" rendu le 23 septembre 2008 par le tribunal administratif de Versailles, a déclaré le directeur de cabinet du maire, Claude Eliaszewicz, confirmant une information de l'édition des Hauts-de-Seine du quotidien Le Parisien. La mairie a ajouté qu'elle ferait appel de cette décision devant le Conseil d'Etat. Une décision "d'autant plus surprenante, vu l'écart de voix et le fait que le commissaire du gouvernement (qui dit le droit, ndr) avait conclu au rejet de la demande", a ajouté le directeur du cabinet.

Le maire sortant divers-droite Alain-Bernard Boulanger avait été élu dès le premier tour de l'élection, le 9 mars, avec 52,34% des suffrages exprimés (3.060 voix), contre 36,47% (2.132 voix) pour la tête de liste PS Arnaud Péricard, qui avait déposé un recours devant le tribunal administratif de Versailles. Roger Karoutchi figurait en 22e position sur la liste d’Alain-Bernard Boulanger. Il est aujourd'hui 9e maire-adjoint.
"Je suis pleinement solidaire d'Alain-Bernard Boulanger, qui est quelqu'un d'extrêmement rigoureux et d'une honnêteté scrupuleuse", a déclaré le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement.

Dans sa requête, le candidat malheureux du PS évoquait "plusieurs irrégularités" entachant selon lui la validité du scrutin. Selon Arnaud Péricard, la mairie avait notamment fait sa publicité lors d'un "forum de quartier", alors que "le code électoral interdit toute campagne de promotion de la ville dans les six mois précédant le scrutin". Des "dîners-débats" organisés par des associations et pendant lesquels le maire avait pris la parole sont également visés, le candidat socialiste y voyant une infraction à l'article 52-8 du code électoral sur les dons de personnes morales.

Dernier point, "particulièrement choquant" selon Arnaud Péricard, la tenue, huit jours avant le scrutin, d'un concert au centre culturel, pour lequel une association proche de la ville aurait acheté 285 places qu'elle aurait distribuées gratuitement aux habitants.


Source : La Gazette des Communes

Lire la suite

Le Parisien Spécial Sarre

25 Septembre 2008, 19:47pm

Publié par MoDem-Colombes

Philippe Sarre met la barre à gauche à Colombes

Est-ce un héritage du communisme dans cette ville qui fut bastion du PC pendant 36 ans ? En tout cas, depuis son élection à la mairie de Colombes, Philippe Sarre, plutôt apparenté strauss-kahnien, n’a pas appliqué un socialisme tiède. L’édile a mis franchement la barre à gauche. En témoignent plusieurs mesures, aussi concrètes que profondément symboliques : baisse des impôts, refonte du calcul des quotients familiaux, gel des loyers dans le parc HLM de la ville, désarmement de la police municipale… Comme un petit « Front populaire » colombien.

« Nous avons choisi le frein »

« J’ai souvent pensé que la moralité consiste essentiellement en le courage de faire un choix », disait Léon Blum. Philippe Sarre a suivi le conseil : « En tant que commune, on ne peut pas tout résoudre. Mais on peut choisir d’appuyer sur l’accélérateur ou sur le frein. Nous avons choisi le frein. »

Pour l’épauler, un cabinet savamment partagé entre spécialistes des enjeux globaux et fins connaisseurs des problématiques locales. Rodolphe Kauffmann, directeur de cabinet et plume du maire, apporte sa science « des jeux institutionnels et des rapports de force ».

Âgé de 37 ans, il a fréquenté différents cabinets, à l’échelon communal, départemental au conseil général de l’Oise et à la région Ile-de-France. « Tous les cabinets sauf ministériels, résume-t-il en souriant, mais c’est le problème de la gauche depuis quelques années… »

En charge des problématiques plus locales, Sandrine Mullard, chef de cabinet, ainsi que Jean-Philippe Alquier et Zohra Snani, chargés de mission. Associer mesures concrètes et vision d’ensemble, « c’est un des points forts de Philippe Sarre, à la fois ancré dans la vie de sa commune mais pas localo-localiste dans les jeux d’acteurs », souligne Rodolphe Kauffmann. L’avenir le dira, par exemple sur les dossiers de l’intercommunalité ou du Grand Paris… Le nouveau maire, lui, aborde la suite de son mandat avec sérénité : « J’ai l’impression que le climat est en train de changer, dans la ville et dans l’opposition. »

« C’est la même équipe que par le passé »

Nicole Goueta (UMP), ex-maire

Lionel Rainfray, le président du groupe UMP En avant pour gagner, refuse d’endosser le costume de l’opposant excédé, préférant au contraire « une vision apaisée pour une ville ni complètement à gauche ni complètement à droite ». La première date décisive dans le mandat du nouveau maire, il la situe en novembre prochain, au moment du débat d’orientation budgétaire : « Là, nous verrons dans quel sens Philippe Sarre veut vraiment tirer la commune.»

En attendant, Lionel Rainfray regrette le « désarmement de la police municipale » et « l’affaiblissement du programme de vidéosurveillance ». Surtout, ce sont les « premières mesures sociales » qui l’inquiètent, « pas sur la forme mais sur le fond », car prises « dans un cadre non maîtrisé ». « Le gel des loyers et la refonte des quotients familiaux vont coûter beaucoup d’argent à la commune. »

Le budget 2008 tablait sur une épargne nette prévisionnelle de 1,5 million d’euros. L’élu soupire : « En deux décisions, Philippe Sarre en a brûlé la moitié ».

« Philippe Sarre a du mal à tenir son équipe et sa majorité, estime l’ancienne maire Nicole Goueta. On a déjà vu au conseil municipal des gens de sa majorité voter contre ses projets. » Et de pronostiquer : « Ils vont surtout virer encore davantage à gauche. La municipalité actuelle est la même que par le passé. Ils ont changé la tête pour rassurer, mais l’équipe n’a pas changé. »

Colombes : engagements

ECONOMIE :

-  Ce qui a été promis  : une politique fiscale juste et mesurée.
-  Ce qui a été réalisé  : refonte du calcul des quotients familiaux.
-  Ce qui va être fait  : baisse régulière des impôts de 2 % chaque année

DEMOCRATIE :

-  Ce qui a été promis  : une vie démocratique apaisée, des droits accrus pour l’opposition.
-  Ce qui a été réalisé  : mise en place des conseils de quartier, visites de quartier hebdomadaires, plus de temps de parole pour l’opposition au conseil municipal.
-  Ce qui va être fait  : création d’un nouveau journal municipal.

LOGEMENT :

-  Ce qui a été promis  : plus de logements sociaux et de transparence dans leur attribution.
-  Ce qui a été réalisé  : gel des loyers dans le parc HLM de la ville.
-  Ce qui va être fait  : remise à plat des critères d’attribution des logements sociaux.

ENVIRONNEMENT :

-  Ce qui a été promis  : un aménagement équilibré.
-  Ce qui a été réalisé  : extension de la zone 30 au centre-ville, mise en place d’une déchetterie mobile.
-  Ce qui va être fait  : assises locales pour une ville écologique, création d’un agenda 21 en collaboration avec les habitants.

SECURITE :

-  Ce qui a été promis  : retour de la police de proximité.
-  Ce qui a été réalisé  : désarmement de la police municipale, redéfinition de ses missions et horaires. Audit sur la vidéosurveillance et révision du programme d’installation de nouvelles caméras.
-  Ce qui va être fait  : réouverture des commissariats de quartier avec des postes conjoints police nationale-police municipale. 

Le Parisien Matthieu Pelloli | 25.09.2008

Lire la suite

Le cri d'alarme des villes pauvres

24 Septembre 2008, 07:13am

Publié par MoDem-Colombes

Ils sont sept ! Sept à avoir signé conjointement hier un communiqué en forme de cri d’alarme. Ce sont sept des huit maires* des villes des Hauts-de-Seine menacées par la réforme de la DSU, la dotation de solidarité urbaine. « Dans le cadre du budget 2009, le gouvernement s’apprête à réexaminer les critères d’attribution en supprimant le critère part des logements sociaux et en réduisant le poids des critères de zonage.

Si cette réforme est mise en place, 238 communes vont, sans aucune concertation, être exclues du bénéfice de cette dotation… C’est profondément injuste ! » dénoncent Jacques Bourgouin, Marie-Hélène Amiable, Catherine Margaté et Patrick Jarry, respectivement maires PC de Gennevilliers, Bagneux, Malakoff et Nanterre, ainsi que Gilles Catoire, Pascal Buchet et Philippe Sarre, maires PS de Clichy, Fontenay et Colombes. « Cette réforme va encore un peu plus creuser les inégalités sociales et territoriales. »

Pourtant, précise le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre de Bousquet : « Il n’est pas question de priver les villes de banlieue d’une aide financière mais bien de renforcer les moyens pour les communes les plus en difficulté. » Et d’ajouter : « Retenir le critère du nombre de personnes bénéficiant d’aides au logement dans une commune est bien plus pertinent que de se fonder sur celui du seul nombre de logements sociaux. »
Des arguments qui sont loin de convaincre les intéressés. Des villes comme Bagneux y perdraient 200 000 €. Une somme dans le budget d’une ville de 38 000 habitants qui ne bénéficie pas d’une grosse taxe professionnelle. « Cette réforme exclut de la solidarité les communes qui ont construit et qui continuent à réaliser des logements sociaux et à développer des politiques solidaires », concluent les signataires, qui disent refuser d’être mis sur le même pied d’égalité que « des villes comme Neuilly qui ont fait le choix de refuser de construire du logement social ».

* Le maire UMP de Châtenay-Malabry, huitième ville concernée, n’a pas signé. Son opposante PS, Michèle Canet, s’est jointe en revanche à ses collègues maires de gauche.

Le Parisien 24/09/08

En savoir plus

Lire la suite