Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Collecte de jouets

30 Novembre 2012, 13:53pm

Publié par MoDem-Colombes

Collecte jouets 20121201

Vous avez des jouets et des jeux qui ne servent plus? Ne les jetez pas, ils feront le bonheur de ceux à qui ils seront offerts!

Le Conseil de quartier de "La Petite Garenne" en collaboration avec les "Restos du coeur", organise

 

le Samedi 1er décembre de 14h à 19h - Place Jean Wiener, une collecte de jouets (tous types de jouets et de jeux complets et en bon état) au profit des enfants, de 1 à 12 ans, les plus défavorisés.

A partir de 16h - Arbre de Noël : Visite du Père Noël et photos pour les enfants, chorale et chocolat chaud.

Venez nombreux !.

 

Les restos du coeur à Colombes : 133, rue Gabriel Péri (tél. : 01.42.42.86.16) ouvert, pendant la campagne hivernale, les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 9h à 11h30 ainsi que, pour les bébés de moins de 18 mois, les mardis et vendredis de 13h30 à 16h.

Questions à Bayrou

29 Novembre 2012, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes



François Bayrou était hier l'invité de Questions d'Info sur LCP

Le président du MoDem François Bayrou assure pouvoir comprendre que l'ancien président Nicolas Sarkozy «essaie de remettre un minimum d'ordre» à l'UMP mais qu'il doit pour cela suspendre son appartenance au Conseil constitutionnel. «Je n'ai pas à m'exprimer sur la vie interne de l'UMP, mais nous sommes tous responsables de ce qu'il se passe en France. Et donc je comprends très bien que Nicolas Sarkozy essaie, comme Alain Juppé l'a fait, de remettre un minimum d'ordre dans la vie politique française», a expliqué l'ancien candidat à la présidentielle lors de "Questions d'Info" LCP/Le Monde/France Info/AFP. «Mais, la question de son appartenance au Conseil constitutionnel est évidemment posée», a-t-il ajouté.


 

Les foucades de Montebourg

28 Novembre 2012, 00:48am

Publié par MoDem-Colombes

bayrou-bfmtv



Le président du MoDem a estimé que la nationalisation temporaire du site ArcelorMittal de Florange proposée par le ministre du Redressement productif pouvait «être envisagée», tout en désapprouvant sa façon de procéder par «invectives».

Lire la suite

 

 

Fam. Impulsion vive et passagère, comportement capricieux. Synon. caprice, coup-de-tête, lubie, toquade.Il s'est emporté, c'était une foucade (Ac.1932).Gaspard ne se mettait contre personne. Il prenait tout bien, même les foucades et les fougues de Grange (PourratGaspard,1930, p. 86).Je regrette que le discours soit aussi suivi, qu'il n'y ait pas comme chez Montaigne des foucades, des écarts, de grandes divagations (GreenJournal,1949, p. 273)


"Le gouvernement doit être rééquilibré: ses décisions ne sont pas à la hauteur des orientations!"

Les Rendez-vous de la Démocratie

27 Novembre 2012, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

 

Au cœur de l'identité du Mouvement Démocrate, il y a le débat d'idées.
Débattre, réfléchir ensemble, c'est accepter les différences d'approches, confronter les analyses, et, au bout du compte, voir l'essentiel qui rassemble.
Ce débat d'idées sera particulièrement important dans les mois qui viennent, alors que la situation de la France et celle de l'Europe sont une préoccupation de plus en plus vive pour tous les citoyens. 

Nous avons donc décidé de reprendre les conférences débats de notre mouvement. Notre ambition est de les organiser une fois par mois, au 133bis rue de l'Université, et de les diffuser en différé sur internet. 

Ce seront les Rendez-vous de la Démocratie, de 19 h. précises à 20 h. précises. Trente minutes d'exposé de notre invité(e), suivi de vingt-cinq minutes de questions et de débats, et d'une conclusion de cinq minutes. 

Le premier de nos invités pour ces rencontres en 2012 sera :

 
 
   
   

JEAN PISANI-FERRY

 
   

Économiste, membre du Conseil d'analyse économique Directeur du centre de réflexion européen Bruegel Professeur associé à l'université de Paris-Dauphine

 

 
   
   

MARDI 27 NOVEMBRE 2012

 
   

de 19 h. précises à 20 h. précises
133bis rue de l'Université 75007 Paris
Salle Jean Lecanuet

 

Cette rencontre est ouverte. Elle accueille bien entendu nos adhérents et sympathisants, mais aussi toute personne de votre entourage qui serait intéressée. 


Une réserve parlementaire pour les colombiens

26 Novembre 2012, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.economiematin.fr/media/k2/items/cache/8ab790b9074fed051af256aa504a66b7_L.jpg


La réserve parlementaire (Assemblée Nationale et Sénat) c'est une enveloppe permettant, après étude du dossier, la subvention par les élus de projet locaux portés par des collectivités territoriales ou des associations, comme la restauration de l’église du village, la réparation de la toiture d'une salle des fêtes, l'achat de matériel pour une école).

 

Cette année, pour l'Assemblée Nationale, C. Bartolone a proposé que l'on procède à la répartition de ces crédits selon le principe de stricte équité (avant on tenait compte de l'ancienneté, l'enveloppe était supérieure pour les députés de la majorité et en fonction des réseaux ; opacité des montants accordés et de leur ventilation, ...).  En fin d'année, la liste exhaustive des subventions et des investissements soutenus par la réserve parlementaire sera intégralement publiée.

 

Chaque groupe politique se voit ainsi attribuer une part de la réserve au prorata de ses effectifs, pour une enveloppe moyenne par député de 130 000 euros, soit une ligne de crédit de 90 millions d'euros inscrite au budget de l'Etat (pas celui de l'Assemblée Nationale)

 

Les parlementaires communiquent la liste et le montant des subventions souhaitées. Ils peuvent avoir lancé au préalable un appel à projets dans leur circonscription. Cette demande est validée – souvent réduite – par le « responsable » de la réserve qui, en janvier, indique au parlementaire les montants finalement retenus. Lorsque le député connaît le montant de la subvention qui lui a été attribué, il invite alors les communes à élaborer un dossier, qui suit alors les règles classiques pour une demande de subvention d’État.  Ces sommes ne transitent pas sur les comptes des élus. 

 

A Colombes, cette semaine, il a été question à deux reprises de la réserve parlementaire du député Bachelay (Colombes Nord - Gennevilliers - Villeneuve La Garenne). 

 

Conseil municipal du 22 novembre

 

27500 Eur (sur un montant total de 80 000 Eur) pour des travaux d'espace vert sur la Crèche Françoise Dolto

http://www.dailymotion.com/video/xvbdbc_conseil-municipal-nov2012-sequence-6_news

 

(35000 Eur de la réserve du député Pietrasanta (Colombes Sud - Asnières) serviront à mettre en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (ascenseur notamment) le parking de l'Hôtel de Ville QPark - 700 000 Eur)

 

Le Parisien du 23 Novembre

 

Financement des travaux de changement de façade et d'enseigne pour la Laverie-Bouquiniste-Salon de Thé de la Gare du Stade, un projet de l'association TUMCLASST (Tout Un monde de Convivialité de Ludisme d'Animation et de Solidarité Sans Télé)

http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/la-laverie-fera-aussi-bouquiniste-et-salon-de-the-23-11-2012-2346815.php

 

En savoir plus : http://owni.fr/2012/11/14/les-150-millions-egares-de-la-republique/

Les chœurs du CSC des Fossés-Jean

25 Novembre 2012, 02:03am

Publié par MoDem-Colombes

Samson.jpg

 

Ce Wend-End à l'Avant-Seine / Théâtre de Colombes !

Samson et Dalila

avec les solistes : Malika Bellaribi le Moal, Georges Wanis, Alexandre Belikian, Christian le Moal, 
les chœurs du CSC des Fossés-Jean, de Paris et du CS des Petits Prés Sablière
et l'orchestre Ad Libitum dirigé par Eric Sprogis


1ère partie : chœur des enfants du CSC des Fossés-Jean et du CS des Petits-Prés Sablière de Créteil

DIMANCHE 25 NOVEMBRE A 16H00 !
5€

« Mon ambition est de démocratiser l’opéra, de changer le regard qu’ont les gens de lui pour le mettre à portée de tous, explique cette cantatrice devenue mezzo-soprano après avoir grandi dans les bidonvilles de Nanterre. Tout le monde n’a pas les moyens de faire le conservatoire, poursuit-elle. Ici, on peut chanter quels que soient son origine ou son âge… » Ces ateliers pédagogiques de quartier, elle les a mis en place à Créteil, Paris et Colombes, pour les petits et les grands, avant de réunir tous ces solistes en herbe lors de grands concerts.

Vers une reconnaissance du vote blanc

24 Novembre 2012, 09:54am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.w-a-d--o-n--ll.net/Bulletins_Nuls/imag/002.jpg

 

Moyen pour l'électeur de participer à un vote pour dire que l'offre politique ne lui convient pas, le vote blanc n'est actuellement pas reconnu en tant que tel en France, à la différence d'autres pays européens.  Les bulletins blancs sont assimilés à des bulletins nuls et ne sont pas pris en compte dans le résultat du dépouillement.

 

À la faveur d’une “niche parlementaire” réservée au groupe centriste UDI, l’Assemblée nationale vient d’adopter, ce 22 novembre 2012, une proposition de loi centriste prévoyant un timide début de reconnaissance du vote blanc aux élections. 

Chose rare, cette mesure a été approuvée à l’unanimité des députés présents (90 voix pour, 0 contre et… 487 députés absents !).

Ce texte doit entraîner une modification du Code électoral, qui précisera désormais que « les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal ». Un autre amendement stipulant qu’une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc a lui aussi obtenu l’aval de la représentation nationale.

En fait, cette innovation est à peu près sans conséquences. Car, faute de consensus des députés sur la question, la prise en compte du vote blanc pour la détermination des suffrages exprimés n’a pas été retenue. Or c’est bien là toute la question que pose la reconnaissance du vote blanc, qui est une nouvelle fois éludée.

Selon le texte voté, qui doit maintenant être débattu au Sénat, les bulletins blancs seront décomptés séparément des nuls lors du dépouillement des scrutins et la présentation des résultats électoraux fera expressément mention de leur nombre. Le vote blanc pourra prendre la forme d'une enveloppe contenant un papier blanc, comme actuellement, mais aussi d'une enveloppe vide glissée dans l'urne.

Le gouvernement avait donné un avis favorable à cette proposition mais à condition que les votes blancs ne soient pas pris en compte dans les suffrages exprimés, ce qui aurait entraîné des problèmes "politiques" et "juridiques" en conduisant notamment à modifier les règles de calcul de la majorité absolue. Cela aurait, entre autres, "conduit Jacques Chirac en 1995 et François Hollande cette année à accéder au pouvoir suprême sans majorité absolue".  Et cela aurait compliqué les référendums en obligeant à ce que les bulletins "oui" soient plus nombreux que les votes blancs et les "non" réunis.


Premier Marché de Noël à Colombes

23 Novembre 2012, 11:07am

Publié par MoDem-Colombes

 

 

Pour la troisième année consécutive, l’Association de La Petite Garenne organise un marché de Noël

à l’école Léon Bourgeois B

ce samedi 24 novembre 2012,

de 10h30 à 19h00.

Avec de nombreux commerçants du quartier de la Petite Garenne : Cadrature, Balthazar-Studio Décoration Interieure, Pâtisseries et Gourmandises par Stephane Glacier, Les Terres Colorées, Les mains créatives, Ni-Ro Créations, Macarons & Co, Toutanpapyrus, Farandoles, …..

La décomposition de la vie politique

22 Novembre 2012, 16:42pm

Publié par MoDem-Colombes

bayrou-bfmtv

 

François Bayrou ne veut pas se focaliser sur les turpitudes de l'élection pour la présidence de l'UMP. Invité de France 2 ce 22 novembre, le président du MoDem préfère élargir le champ et parler d'une "explosion qui touche les deux bords de la politique française". Il insiste ainsi sur les dissensions qui existent aussi au sein de la majorité de gauche.

 

Alors que le journaliste l'interroge sur sa vision de la situation à l'UMP, François Bayrou répond :  

Ce qui est frappant pour tous les Français qui regardent c’est l’immense explosion qui touche les deux bords de la politique française.

 Hier soir c’était l’UMP. Mais si ça ne s'était pas produit hier soir, vous n’auriez parlé que des affrontements à gauche autour du mariage homosexuel.

 

La veille, François Hollande a effectivement créé la polémique en évoquant une "liberté de conscience » pour les maires qui ne souhaiteront pas marier des couples homosexuels. Il a ensuite rassuré les associations pro-mariage en précisant qu'il n'y aurait pas de clause spécifique dans la loi.

 

François Bayrou estime que ce revirement présidentiel aurait fait la une des médias en d'autres circonstances. Et que la gauche est en tout aussi mauvais état que la droite :

A gauche, il y a un désaccord profond sur la ligne politique entre ceux qui voudraient que la France ouvre une voie nouvelle vers de nouveau la production, de nouveau le soutien à l’entreprise ... et ceux qui sont sur la sensibilité plus traditionnelle de la dépense publique. Ils s’affrontent aussi bien sur les sujets de société, que sur les problèmes écologiques …

 

Comme il a l'habitude de le répéter, François Bayrou estime que c'est l'organisation de l'échiquier politique qui est obsolète. Et se réfère même à la fin de la IVe République :

C’est une explosion en cours qui est très inquiétante et qui rappelle pour moi ce qui s’est passé à la fin de la IVe République, juste avant 1958, parce que la vie politique ne correspondait plus aux sensibilités du pays.

 

Le président du Modem estime donc qu'"au-delà de l'UMP, on assiste à une décompostion de la vie politique en France car tout le monde est pris dans un tourbillon de mésentente".

 

Sa solution ? Permettre une meilleure représentation "de courants principaux du pays qui sont absents à l'Assemblée nationale" - sous-entendu du MoDeM - pour que le débat politique "ait toute sa valeur".

 

 

La tentation d'une alliance avec le centre alarme l'aile gauche du PS

21 Novembre 2012, 01:24am

Publié par MoDem-Colombes

http://media.tumblr.com/tumblr_m224sjvMST1r238uv.jpg

 

A lire dans le monde du 20/11/12 :

 

Le tournant social-démocrate de François Hollande relance le débat sur les liens avec le MoDem.

 

L'inquiétude grandit au sein de l'aile gauche du PS. Ecartés de la direction socialiste, les amis d'Emmanuel Maurel redoutent de plus en plus un changement d'alliance du PS de la gauche vers le centre. "Au moment où la majorité connaît des tensions avec nos alliés écologistes et communistes, il ne faudrait pas que certains, au PS, préparent un renversement d'alliance avec le MoDem", prévient le vice-président du conseil régional d'Ile-de-France. Une crainte renforcée par la recomposition prévisible de la droite sur fond d'élection à l'arraché de Jean-François Copé, mardi 20 novembre.

En cause, le tournant clairement social-démocrate pris par François Hollande, dans la foulée du pacte de compétitivité de Jean-Marc Ayrault et du rapport Gallois. Autant d'étapes saluées par le MoDem de François Bayrou, mais critiquées par leParti communiste, le Parti de gauche, et un pan d'EELV. Pour la sénatrice deParis Marie-Noëlle Lienemann, proche de M. Maurel, "le nouveau discours de François Hollande rend possible un rapprochement avec le centre. La preuve, François Bayrou a été le premier à l'applaudir".

 

 PROXIMITÉ IDÉOLOGIQUE

 

Face à une droite qui semble de plus en plus se radicaliser, la question d'une main tendue socialiste au centre se pose pour deux raisons principales. La première, programmatique, découle de la proximité idéologique qui a toujours existé entre M. Bayrou et M. Hollande, héritier de Jacques Delors qui a défendu l'idée d'une "troisième force" française née de l'alliance entre socialistes et démocrates-chrétiens.

 

Dans un entretien au Parisien Dimanche, le 18 novembre, le leader du MoDem, qui a appelé à voter pour le candidat PS au second tour de l'élection présidentielle, a de nouveau soutenu le "cap" engagé par le chef de l'Etat, jugé "courageux" et"convaincant".

 

 TACTIQUE

 

La seconde raison est davantage tactique : du fait du changement de discours et de politique de M. Hollande, la majorité présidentielle peut-elle, à terme, rester la même qu'au lendemain du 6 mai ? Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon, les deux candidats qui avaient appelé à voter pour lui au second tour, sont aujourd'hui très critiques ; le Front de gauche est passé du soutien sans participation à l'opposition systématique, notamment au Parlement ; et les écologistes enchaînent les coups d'éclat.

 

Si M. Bayrou rappelle ne pas "appartenir à la majorité de gauche", certains, au MoDem, rêvent de relancer ce parti affaibli en coopérant avec le gouvernement au sein d'une grande coalition démocrate, comme son vice-président, Jean-Luc Bennahmias, qui estime que "bientôt se posera la question de savoir quelle est la vraie majorité". Les voix centristes pourraient par ailleurs être utiles aux socialistes pour le vote de textes législatifs sensibles, comme le droit de vote des étrangers ou le mariage pour tous, et la préparation des élections municipales de 2014.

 

"DES RELATIONS CLAIRES"

 

Des signes semblent aller déjà dans le sens d'un plus grand dialogue, comme la réception à l'Elysée, le 14 novembre, lendemain de la conférence de presse de M. Hollande, d'une dizaine d'élus MoDem par Bernard Poignant, conseiller proche du chef de l'Etat. Ou la démarche du président du Sénat, Jean-Pierre Bel, qui a récemment chargé la sénatrice MoDem Jacqueline Gourault, fidèle de M. Bayrou, de coproduire une proposition de loi sur le statut de l'élu avec le socialiste Jean-Pierre Sueur.

 

Pour l'heure, au PS, pas question d'évoquer un rapprochement. "Harlem Désir a pour seule tâche d'établir des relations régulières et claires avec nos partenaires radicaux et écologistes, mais aussi, quand c'est possible, avec le PCF et le Parti de gauche", explique son porte-parole, David Assouline, ajoutant néanmoins que les socialistes sont disposés à "discuter avec tous ceux qui peuvent serassembler, notamment au Parlement, sur nos positions". La porte n'est donc pas fermée au MoDem, à condition que les centristes s'alignent sur les mesures socialistes.

 

 "ON VERRA PLUS TARD"

 

Mais plusieurs responsables semblent déjà préparer l'avenir. Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, proche du chef de l'Etat, indique par exemple que la participation gouvernementale du MoDem "ne se pose pas encore". "On verra ça plus tard", ajoute un autre poids lourd. "Rien ne démontre, aujourd'hui, qu'on ait besoin demain du MoDem", estime Luc Carvounas, nouveau secrétaire national du PS aux relations extérieures.

 

D'autres prennent carrément date contre une évolution qu'ils condamnent d'avance, comme Benoît Hamon, classé à gauche dans le parti. "Je ne crois pas à un renversement d'alliance, mais si jamais il devait s'envisager, comptez sur moi pour m'y opposer", prévient le ministre délégué à l'économie sociale et solidaire.

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/20/au-ps-la-tentation-d-une-alliance-avec-le-centre-alarme-l-aile-gauche_1793125_823448.html