Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

A quoi sert l'IRFM ? (2/5)

31 Juillet 2012, 14:30pm

Publié par MoDem-Colombes

http://s1.lemde.fr/image/2012/07/19/540x270/1736025_3_c140_l-assemblee-nationale-mercredi-18-juillet_920619a9f0eb053d86a623ee3d654364.jpg

Les députés ont en effet d'autres sommes à disposition, via deux lignes de crédit spécifiques :

Le "crédit affecté à la rémunération de collaborateurs", qui leur permet de rémunérer des employés. Il se monte à 9 138 euros brut par mois, à charge ensuite pour le député de les répartir et de gérer embauches ou licenciements. Ils peuvent en outre reverser une partie de ce crédit dans leur indemnité représentative de frais de mandat.

L'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), de 6 412 euros brut, est destinée à permettre aux parlementaires de "faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée". C'est une indemnité assimilable à une allocation pour frais d'emplois. Elle est soumise à la CSG et à la CRDS, mais échappe à l'impôt et à tout contrôle fiscal.

Son usage est souple, sachant qu'un député bénéficie déjà de la prise en charge intégrale de ses déplacements. Elle sert à régler le loyer d'une permanence parlementaire, les frais d'habillement, de dépenses courantes... Mais pas seulement. L'IRFM peut servir à revaloriser ses assistants parlementaires au-delà de l'enveloppe prévue pour cela.

En fait, elle peut servir a beaucoup de choses, pour une raison simple : il n'y a que très peu de contrôle sur son utilisation. En principe, elle correspond à des frais. En pratique, c'est plus flou, comme Mediapart l'avait montré en prenant l'exemple du député PS d'Ardèche Pascal Terrasse, qui avait utilisé l'IRFM pour régler unvoyage en famille. Et, si l'on en croit les déclarations de M. de Courson, certains députés utilisent en partie l'IRFM comme un complément de revenu.

M. de Courson proposait donc de soumettre à l'impôt la part non utilisée de l'IRFM. Une idée qui n'a pas la faveur de la plupart des députés, y compris de ceux qui militent pour plus de transparence. Notamment car fiscaliser la part restante ne garantit en rien la transparence de la part initiale, et risque d'avoir pour effet pervers de pousser les députés à dépenser l'intégralité de l'IRFM. Jean-Louis Borloo et d'autres ont recommandé de mettre en place un contrôle via la questure de l'Assemblée. Mais les employés de ladite questure restent dépendants des parlementaires.

Comment est indemnisé un député ? (1/5)

Comment est indemnisé un député ? (1/5)

30 Juillet 2012, 22:59pm

Publié par MoDem-Colombes

http://s1.lemde.fr/image/2012/07/19/540x270/1736025_3_c140_l-assemblee-nationale-mercredi-18-juillet_920619a9f0eb053d86a623ee3d654364.jpg

 

Première question, qui fait l'objet de beaucoup de fantasmes et de contre-vérités : le "salaire" des députés. Il est composé de trois éléments : d'une part l'indemnité parlementaire dite "de base", calculée en fonction des grilles des hauts fonctionnaires – elle est est de 5 514,68 euros. S'y ajoutent une indemnité de résidence destinée à leur permettre de venir à Paris, d'un montant de 3 % de l'indemnité de base, soit 165,44 euros. Enfin, un député touche une indemnité "de fonction", égale à 25 % de l'indemnité de base plus une indemnité de résidence : 1 420,03 euros.

Chaque mois, un député touche donc 7 100,15 euros brut. Sur lesquels il paye des charges. Tout d'abord, durant ses quinze premières années de mandat, une cotisation mensuelle relativement élevée à la caisse des pensions, qui gère les retraites des parlementaires : 1 280,5 € (qui leur donne droit à un régime spécial de retraite plutôt avantageux). Ils paient ensuite contribution sociale généralisée (CSG) et contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), qui sont prélevés sur quasiment tous les revenus en France, et leur coûtent 568,01 € par mois. Ils versent enfin 27,57 € à un "fonds de garantie des ressources", une caisse destinée à verser une allocation d'aide au retour à l'emploi aux anciens députés qui cherchent du travail.

Net par mois, un député gagne donc 5 189,27 € (l'indemnité d'un sénateur se situe dans les mêmes ordres de grandeur). Un salaire confortable, qui n'atteint pas le niveau des 1 % de Français les mieux payés (7 300 euros net par mois, selon l'observatoire des inégalités), mais se situe au-delà des 5 % (4 000 euros par mois net), soit l'équivalent de ce que gagne un cadre supérieur. Et qui, contrairement à une légende tenace sur Internet, n'est pas net d'impôts. Les députés s'acquittent, comme tout un chacun, de l'impôt sur le revenu, mais sur ces 5 189, 27 € mensuels, pas sur la totalité des sommes dont ils bénéficient.

(c)LeMonde

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (5/10)

29 Juillet 2012, 22:59pm

Publié par MoDem-Colombes

Photo 003

 

Dimanche, 19h00 : les militants UMP de Colombes reçoivent un mystérieux message Spam signé d'un groupuscule "lesamisdenicolegoueta".

Dimanche, 11h00 : le dernier film des studios Pixar "Rebelle" est projeté en avant-première au cinéma Les Quatre-Clubs, l'histoire de la fille d'un roi qui refuse son destin de devenir princesse ...

 

Vendredi, 22h00 : 88 ans après Colombes, c'est Londres qui reçoit les JO d'été (27 juillet 1924 à Colombes : Cérémonie de clôture des Jeux Olympiques)

Vendredi, 17h30 : le Centre Municipal de Santé ferme pour travaux.  Il rouvrira ses portes le lundi 20 août à 8h30.

Vendredi, Salem Belgourch annonce sur son nouveau blog, une réunion publique de Laurent Trupin le 19 septembre 2012.

Jeudi : le Club de football en salle COLOMBES ATLETIC FUTSAL CLUB 92 obtient la mise à disposition du Gymnase Maupassant le vendredi soir de 21h00 à 22h30.  Voir les échanges tendus avec la mairie sur http://cafc92.footeo.com/actualite.html

Mercredi, 15h00 : Premières interventions d'Alexis Bachelay à l'Assemblée Nationale, sur l'abrogation de la loi relative à la majoration des droits à construire. http://www.nosdeputes.fr/14/alexis-bachelay/dossier/178

Mardi : Une pétition qui fait flop - 4 signatures en 20 jours:  http://www.petitionduweb.com/Petition_une_primaire_municipale_a_droite_pour_gagner-19869.html

Lundi, Mardi, 16h00 : au Parc Gustave Caillebotte - et jusqu'au 17 août -, l'association Strata'j'm avec Colombes Habitat Public propose des animations gratuites pour les locataires, petits et grands, qui ne partent pas en vacances d'été.  Les 9 jeux proposés rappellent les gestes propres à la préservation de notre planète et à un développement durable de notre environnement (Ma planète se vén’air, La pêche en eaux troubles, Combien j’y gagne…et ma planète y gagne, Le puzzle H2 O, La course du petit-pois, Le méli-mélo des saisons, One, two, tri, Test à l’aveugle, Mission transport : trace ta ligne !) 

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (4/10)

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (3/10)

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (2/10)

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (1/10)

La nuit où Bayrou a choisi Hollande

28 Juillet 2012, 11:18am

Publié par MoDem-Colombes

Bayrou-copie-1.jpg

Retour sur l'un des moments forts de la campagne présidentielle 2012 : Lorsque François Bayrou annonce avoir choisi de voter Hollande au second tour de l'élection présidentielle, la décision est longuement mûrie...

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir, puis sur la loupe pour zoomer)

27 juillet 1924 à Colombes : Cérémonie de clôture des Jeux Olympiques

27 Juillet 2012, 05:39am

Publié par MoDem-Colombes

 

http://www.racing-metro92.com/uploads/images/YDM/Stade11.jpg

 

La désignation de Paris pour l’organisation des 8e Olympiades a posé la question d'un grand stade à Paris. Après de nombreux projets, c’est le site du Stade de Colombes qui est choisi grâce notamment au poids du Racing-Club qui a joué un rôle dans son choix pour les Jeux Olympiques d'été de 1924. Désigné comme stade olympique principal, Colombes a profité des fonds débloqués pour porter sa capacité de 20 000 places à plus de 40 000 places, malgré un projet initial de 100 000 places !   Hippodrome transformé en stade, le site a accueilli des compétitions d'athlétisme, de rugby et de football depuis 1907.


 Le village olympique : 

La décision de confier au Comité d'organisation des jeux le logement des délégations fut prise en 1923 lors du congrès olympique de Rome. La ville de Colombes accueille donc le premier village olympique (3000 athlètes venus de 44 pays) constitué de baraquements en bois construits à côté du stade : ils sont pourvus de chambres meublées à trois lits, avec à disposition des lavabos avec eau courante et des douches. Les athlètes ont à disposition un bureau de change, un salon de coiffure, un bureau de poste, un kiosque à journaux, un service de blanchisserie et un service de garde des objets de valeur. Des salles de restaurant sont également prévues : trois repas par jour sont offerts.  Tradition française oblige, chaque sportif a droit à sa demi-bouteille de vin, rouge ou blanc, au déjeuner. Les Britanniques acceptent les conditions offertes à condition d'avoir droit à un cuisinier britannique. Les Américains préfèrent s'installer dans le parc du château de Rocquencourt.

 

Le stade olympique :

Pariant sur les vertus du « Grand Paris », le comité d'organisation opte pour le choix de bâtir le stade olympique à Colombes et pas au parc des Princes ou au stade Pershing, autres sites candidats. Pershing est évoqué en 1921, puis le Parc des Princes, sur décision du gouvernement, semble être d'abord favori. La ville de Paris refuse de financer les travaux au Parc, et on se replie alors en banlieue. En 1922, on évoque même un temps le retrait des Jeux de Paris pour les donner à Lyon. Le stade de Colombes, ex-stade du Matin (1907), est doté de 45 000 places dont 20 000 assises grâce au financement du Racing club de France qui obtient 50% des recettes des Jeux.

 

Cérémonie d’ouverture :

Le 5 juillet 1924, la cérémonie d'ouverture se tient au Stade de Colombes devant 40 000 spectateurs. Les 44 délégations pénètrent dans le stade par ordre alphabétique. L'Afrique du Sud est la première nation à défiler et la Yougoslavie la dernière. Les délégations les plus applaudies furent la France, le Royaume-Uni et les États-Unis. Gaston Doumergue, nouveau président de la République française, proclame officiellement l'ouverture des Jeux olympiques de 1924 en présence des membres du Comité international olympique, en particulier de son président, la baron Pierre de Coubertin. Après une sonnerie de trompette et un coup de canon, la drapeau olympique est hissé au sommet du mât central du stade. La cérémonie se termine par un discours du comte Clary, président du Comité d'organisation. Enfin, le serment olympique des athlètes est prêté par le français Géo André, ancien médaillé olympique en 1908 et 1920.

La cérémonie de clôture du 27 juillet inaugure un nouveau rituel lors des Jeux olympiques en hissant trois drapeaux dans le stade  : celui du Comité international olympique, celui du pays hôte et celui du prochain pays à accueillir les Jeux.


Jean François-Poncet

26 Juillet 2012, 16:15pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.septgratuit.fr/media/fp__044510900_1705_26072012.jpg

Décédé la semaine dernière à l'âge de 83 ans, l'ancien ministre des Affaires Etrangères Jean François-Poncet est inhumé aujourd'hui à l'issue d'une cérémonie religieuse à Agen.  François Bayrou lui avait rendu un hommage appuyé mercredi dernier.

"Cet homme de passion, plongé dans la vie du monde, Européen engagé" fut "le plus jeune des participants à la rédaction du traité de Rome", qui institua la Communauté économique européenne en 1956, rappelle François Bayrou dans un communiqué. "Partout, il défendra la même idée intransigeante du destin européen, de la démarche de l'Europe politique", ajoute-t-il en retraçant le parcours du disparu. 

Mais Jean François-Poncet fut également un "homme du centre", participant en 1965 à la campagne de Jean Lecanuet, avant de s'engager à l'UDF, "comme élu national et comme élu local, à la tête de l'UDA (Union pour le développement de l'Aquitaine)", souligne aussi le président du MoDem, évoquant un "combattant à l'esprit caustique" et un "amoureux de la région qui l'avait élu". 

Né le 8 décembre 1928, M. François-Poncet a été secrétaire général de l'Elysée (1976-1978) sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, avant de devenir son ministre des Affaires étrangères (novembre 1978-mai 1981). Elu sénateur du Lot-et-Garonne en 1983, il avait été réélu en 1992, puis en 2001. Il ne s'était pas représenté en 2011.

Yves du Manoir

25 Juillet 2012, 12:30pm

Publié par MoDem-Colombes

2012-4071.JPG

 

Suite aux études réalisées en 2012, le Syndicat mixte Yves du Manoir a approuvé le programme du nouveau Centre national de Handball au stade Yves du Manoir à Colombes dans lequel sera installé le siège de la Fédération Française de handball.  

Le Syndicat mixte Yves du Manoir, composé du Conseil général des Hauts-de-Seine et de la ville de Colombes, veut développer un projet sur ce site de 25 hectares qui renoue avec son passé sportif mythique, modernise les infrastructures sportives, et offre un lieu de vie attractif et rayonnant au plan local et national.

Le programme retenu par le syndicat mixte comprend : 

- Le Centre National du Handball pour lequel un protocole d'accord a été signé en mars 2011 entre le Syndicat et la Fédération Française de Handball comportant le siège de la FFHB, une résidence pour les équipes de France masculines et féminines, des installations d'entraînement ainsi qu'un centre de formation ;

- Une salle d'une jauge de 8 000 places, complémentaire des autres projets de salle en cours en Ile-de-France, pourra accueillir de grandes compétitions nationales et internationales de handball et de nombreux autres sports indoor ainsi que des manifestations culturelles..

- La rénovation complète du parc départemental des sports ;

- Un parcours sportif et d'interprétation : parcours balisé circulant sur l'ensemble du site et proposant des éléments de mémoire associés à des activités sportives à caractère ludique.

- Un pôle immobilier sur un secteur de Colombes en plein renouvellement avec un programme urbain mixte composé de bureaux, de commerces et de logements.

La livraison devrait avoir lieu en 2016 pour que cet équipement puisse être totalement opérationnel lors du Championnal du monde messieurs en janvier 2017 qui se déroulera en France.

-----

Restent pas mal de questions en suspens :

 - Le choix de la formule contractuelle de réalisation de l’équipement : Maîtrise d'Ouvrage Public ou Partenariat Public Privé ?

- L'enceinte sportive portera-t-elle le nom d'une marque ou d'une société ?

- Y-aura-t-il une équipe résidente ?

- Et pour la partie "pôle immobilier" de Colombes, quel sera le nombre de logements et la nature des commerces ?  On sait que le Maire s'est dit opposé à une grande surface alimentaire accompagnée d'une galerie commerciale...


 

Colombes Blog Story (22)

24 Juillet 2012, 09:00am

Publié par MoDem-Colombes

blog-story.jpg

 

Pour cette nouvelle édition (la 22ème, 70 blogs annoncés en 4 ans) :

deux nouveaux blogs :

- Le blog du conseiller municipal Salem Belgourch : http://salem-belgourch.fr/

- Le blog de l'agence immobilière Century 21 Beaurepaire : http://ilovecolombes.fr/

et en séance de rattrapage :

 - Le site du Baseball Club de Colombes "Les WildCats" : http://www.baseball92.com/wordpress/

 - Le blog d'une "sacré râleuse" : http://facheriesetengouements.blogspot.fr/

 

La salve précédente

Colombes Zapping

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (4/10)

22 Juillet 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

Photo 003

 

Le MoDem Colombes remercie les 150 visiteurs quotidiens de son blog qui va fêter ses 5 ans d'existence (moyenne observée sur les 6 derniers mois).

Dimanche : C'est la traditionnelle commémoration de la Rafle du Vel'd'Hiv avenue Henri Barbusse à Colombes, en présence de nos deux nouveaux députés.  Une inauguration de plaque commémorative au Stade de Colombes - Camp des Indésirables - le Dimanche 14 octobre a été annoncée par l'élue déléguée aux manifesations mémorielles.

25°C, temps ensoleillé : l'été arrive enfin à Colombes !

Vendredi : Atteint de plusieurs balles au niveau des jambes, un jeune homme de 26 ans est déposé  - au cours de la nuit de vendredi à samedi - devant l'hôpital Louis-Mourier.  La victime dit avoir été blessé à Argenteuil, mais ne pas connaître son agresseur : les policiers doutent de ses propos sur ce point, des coups de feu ayant été entendus vers 2h00 par des témoins à Colombes. Pas moins de onze règlements de comptes à l’arme à feu sur fond de trafic de drogue ont eu lieu depuis l’automne à Colombes.

Vendredi : Vers 20h30, le gérant d'un bar-tabac de la rue Salvador Allende est la cible d'une attaque à main armée.  Deux hommes attendent sa sortie et s'emparent de sa saccoche.

Jeudi : L'ours polaire de Greenpeace a encore frappé ! L'animal, qui sillonne les capitales d'Europe depuis un mois, investit jeudi matin les locaux de Shell France à Colombes : 23 militants de Greenpeace occupent le siège de la compagnie et certains d'entre eux, déguisés en ours blanc, tentent d'y installer «un sanctuaire pour les ours polaires» avec de la neige artificielle.  Des ours polaires à Colombes !

Jeudi : Nouvelles violences à Colombes : en début d’après-midi, un homme est blessé à la cuisse de deux coups de couteau place Aragon au cours d’un affrontement impliquant plusieurs personnes. Les blessures de la victime, transportée à l’hôpital, sont superficielles.

Mercredi : Un homme se présente de lui-même à l’hôpital pour faire soigner une éraflure au talon, vraisemblablement causée par un coup de feu.  Aucun élément de contexte n’est récolté, la victime ne coopérant pas. 

Mardi : 21 jeunes peintres venant de toute la France, vainqueurs des sélections régionales dans le métier Peinture & Décoration se retrouvent jusqu'à jeudi à l'École de Formation Technique PPG au 165 Bld de Valmy à Colombes pour un stage de perfectionnement technique, avant de s'affronter lors des Finales Nationales des 42èmes Olympiades des Métiers qui se tiendront en novembre à Clermont-Ferrand.

Lundi : Une discussion entre voisins dégénère : vers 21 heures, une querelle oppose deux hommes dans la rue du Président Allende. La querelle vire à la bagarre, le plus vieux s’étant emparé d’un maillet.

Commémoration de la Rafle du Vel'd'Hiv

21 Juillet 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.francetvinfo.fr/image/74rbuujqx-e848/570/320/691393.jpg

Initiée à Colombes depuis de nombreuses années par l’AFMA92 (Association Fonds Mémoire d’Auschwitz) et son président Serge Frydman, la cérémonie de commémoration de la Rafle du Vélodrome d’Hiver des 16 et 17 juillet 1942 se déroulera ce dimanche 22 juillet 2012 à 16h00 à Colombes, à l’angle de l’avenue Henri Barbusse et de la rue Bouin, dans le cadre de la journée nationale du 16 juillet dédiée à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français sous le régime de Vichy et d'hommage aux "Justes" de France.

Pour ce 70ème anniversaire, après les traditionnels dépôts de gerbes et allocutions, il y aura des témoignages d'anciens combattants et de victimes.

Sur les 13 152 personnes arrêtées par la police française lors de ce qui fut la plus grande rafle de juifs en France sous l'Occupation, 8 160 furent enfermées au Vélodrome d'Hiver. Retenus dans des conditions inhumaines pendant quatre jours, 1 129 hommes, 2 916 femmes et 4 115 enfants furent entassés sur les gradins de ce stade voué aux courses cyclistes, avant d'être emmenés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers (Loiret). Là, quelque 3 000 enfants en bas âge furent brutalement séparés de leurs parents, et déportés les premiers vers Auschwitz via Drancy.

Une commémoration officielle a lieu ce matin sur l'emplacement du Vel' d'Hiv', à Paris, détruit en 1959, en présence du Président de la République.

Selon un sondage CSA paru lundi 16 juillet, une majorité des moins de 35 ans ne sait pas ce qu'est la rafle du Vel d'Hiv.