Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Installation de Monsieur Christian Don en qualité de Conseiller Municipal

30 Septembre 2015, 01:33am

Publié par MoDem Colombes

Installation de Monsieur Christian Don en qualité de Conseiller Municipal

Madame le Maire,

Mes Chers Collègues,

Par cette délibération, je suis donc installé ce soir comme nouveau Conseiller Municipal de notre ville de Colombes.

Je remercie vivement Madame Le Maire de me permettre ainsi de participer à la gestion de Colombes et de relayer les préoccupations de ses citoyens.

C’est évidemment avec joie et fierté que j’ai accepté de siéger au Conseil Municipal et que je rejoins naturellement le groupe majoritaire LR – UDI – MoDem.

J’en profite pour saluer le travail accompli par Anne que je remplace et à qui je souhaite une très bonne et heureuse continuation dans ses nouveaux projets à Saint-Gély-du-Fesc.

Permettez-moi aussi de saluer la mémoire de mes parents qui auraient été fiers de me voir à cette place. Je fais également à cette occasion un petit clin d’œil à mon frère Philippe, lui aussi conseiller municipal à Melle.

J’ai aussi une pensée vers ceux qui ont accompagné ou accompagnent encore ma passion pour l’action locale et je pense en particulier à Michel et Laurent, ainsi qu’à tous mes amis personnels, et ceux du monde associatif et du monde politique qui se reconnaîtront et dont certains sont présents ici et dans le public ce soir.

Je transmets également mes salutations républicaines aux élus de l’opposition.

Encore une fois merci à tous de m’accueillir au sein de cette Assemblée Municipale.

Je suis heureux d’être ici avec vous. Comme vous, je n’ai qu’une seule ambition, celle que nos décisions continuent à refléter les aspirations des habitants de Colombes.

Merci de votre attention.

Christian Don

Conseiller Municipal

Installation de Monsieur Christian Don en qualité de Conseiller Municipal

Colombes, Conseil Municipal du Mardi 29 septembre 2015 à 19h00

Installation de Monsieur Christian Don en qualité de Conseiller Municipal

Accord LR-UDI-MoDem pour les Régionales en Ile-de-France

19 Septembre 2015, 22:49pm

Publié par MoDem Colombes

Accord LR-UDI-MoDem pour les Régionales en Ile-de-France

Message aux adhérents MoDem d'Ile-de-France

Chers amis,

Comme vous le savez, depuis le lancement de notre campagne en Ile-de-France, nous avons appelé à un rassemblement le plus large possible. En effet, nous sommes convaincus que notre région a un besoin urgent d'une équipe renouvelée et d'un projet différent, au service des franciliens.

L'Ile-de-France doit devenir la référence, en France et en Europe, dans le développement économique et le soutien aux PME, l'apprentissage, le logement, les transports, et la protection de notre environnement. Le projet que nous avons élaboré et enrichi avec vous avant l'été synthétise cette vision que nous portons pour l'Ile-de-France.

Nous avons engagé des discussions avec Valérie Pécresse afin de permettre ce rassemblement nécessaire à notre région. Nous avons conclu un accord équilibré qui nous permettra de porter la voix de notre famille politique et nos propositions au sein d'une majorité renouvelée.

Nous vous remercions de votre engagement et comptons sur votre implication pour porter haut notre projet.

Bien cordialement,
Marielle de Sarnez et Yann Wehrling

Le Responsable du MoDem Colombes

Accord LR-UDI-MoDem pour les Régionales en Ile-de-France
Accord LR-UDI-MoDem pour les Régionales en Ile-de-France

Les Journées du Patrimoine 2015 à Colombes

12 Septembre 2015, 23:25pm

Publié par MoDem Colombes

Les Journées du Patrimoine 2015 à Colombes

Comme chaque année, de nombreuses structures colombiennes se mobilisent pour proposer aux colombiens circuits et animations variés :

  • Le Service Archives / Valorisation du Patrimoine
  • Le Service Ecologie Urbaine (Centre Nature / Coulée Verte)
  • Le Musée d'Art et d'Histoire
  • La Maison de l'Image
  • Le Conseil des Sages
  • Le Caf'Muz
  • La Médiathèque de la Marine
  • Le Conservatoire de Musique et de Danse (Hervé Barreau)
  • Le Cinéma L'Hélios
  • Le Cimetière
  • Les Amis du Musée d'Art et d'Histoire de Colombes
  • L'Association du Centre Nature de Colombes
  • Les Amis du Modélisme ferroviaire du 92-AMF92
  • La Compagnie Le Temps de Vivre
  • La Compagnie Label Fée
  • La Cité de l'Eau et de l'Assainissement du SIAAP
  • Le Lycée Garamont
  • L'Institution Jeanne d'Arc
  • L'Eglise St-Pierre-St Paul
  • La Chapelle St-Etienne - St-Henri
  • Le Centre Communautaire Israélite
  • La Mosquée Mohammed V

​La 32ème édition des Journées européennes du patrimoine se déroule cette année les 19 et 20 septembre, de 14h00 à 20h00 et a pour thème " Le patrimoine du XXIᵉ siècle, une histoire d’avenir "

À noter : le Rallye « Patrimoine en famille » en centre-ville, le parcours ludique « Sur les traces de Félix » le long de la rue Saint-Denis, le concert de musique ancienne à la Chapelle Saint-Etienne Saint-Henri, le "chamamémusette" au Caf’Muz et la « nocturne patrimoniale » au Cimetière !

Voici le programme complet à Colombes avec visites guidées, circuits, conférences, ateliers, concerts, spectacles, portes ouvertes et expositions dans tous les quartiers !

Le programme complet à Colombes

Les Journées du Patrimoine 2015 à Colombes

Brocantes, braderies et autres vide-greniers à #Colombes en Septembre

10 Septembre 2015, 21:22pm

Publié par MoDem Colombes

Brcantes Vide-greniers Colombes
Brcantes Vide-greniers Colombes

Il y aura pas moins de 8 vide-greniers à Colombes d'ici la fin du mois !

  • Dimanche 13 septembre, de 8h à 18h

Organisé par l’ACQV (Association des Commerçants du Quartier des Vallées)

Rues des Vallées, Félix-Faure, PierreVirol et Pauline

  • Dimanche 13 septembre, de 9h à 17h

Organisé par le Secours Populaire

Gymnase Maintenon (rue Saint-Denis)

  • Dimanche 20 septembre, de 8h à 18h

Organisé par l’ACTIFS (Association de Colombiens au Tempérament Inventif Festif et Solidaire)

Rue de Seine (ZI La Prairie)

  • Dimanche 20 septembre, de 9h à 18h30

"Broc' des Bleuets"

Avenue des Bleuets

  • Dimanche 27 septembre, de 8h à 17h

Organisé par l’UPIC (Union des Parents Indépendants de Colombes)

École et Passage Marcel-Pagnol (110 Rue d'Estienne d'Orves)

  • Dimanche 27 septembre, de 9h à 18h

Organisé par l’association Léon/ Renault/Foucault/Charlotte/Jeanne,

Avenues Léon Renault, Foucault, Charlotte, Jeanne (derrière MJC)

  • Dimanche 27 septembre, de 8h à 19h

Oganisé par les riverains de l'Avenue Charles AUGUSTE

Avenue Charles Auguste (quartier "Petite Garenne")

  • Dimanche 27 septembre, de 9h à 18h

Organisé par l'Association des Habitants Béranger Ferry

Rue Béranger

et Samedi 3 octobre Broc'aux livres organisée par les médiathèques de Colombes (au Tapis Rouge)

et dimanche 4 octobre Brocante organisée par AGIR près stade Yves du Manoir (Boulevard Pierre de Coubertin)

et dimanche 15 novembre, 16ème Bourse des Collectionneurs (APCE) à école Léon Bourgeois B (3 Rue Eugène Besançon)

Bon chinage à tous !

Projet pour l'Ile-de-France : 5.4 Un recyclage des déchets qui reste faible #MoDem #Colombes

8 Septembre 2015, 23:37pm

Publié par MoDem Colombes

Projet pour l'Ile-de-France : 5.4 Un recyclage des déchets qui reste faible #MoDem #Colombes

5. Environnement et développement durable, un devoir d’exemplarité

5.4 Un recyclage des déchets qui reste faible

Constats :

Un francilien génère en moyenne moins de déchets ménagers et assimilés qu’un Français moyen, soit 480 kg par an contre 617 kg hors Île -de-France, mais il recycle moins bien : en 2011, 27 % des déchets collectés ont été recyclés contre 40 % en province (deuxième taux le plus faible de métropole). Effet de la densité de l’habitat, la valorisation des déchets est le plus souvent tournée vers la récupération énergétique : près de 60 % des déchets ménagers franciliens ont été incinérés en 2011 (contre 27 % en province) et 99 % de l’énergie a été redirigée vers des réseaux de chaleur. Globalement, entre 2005 et 2011, les quantités totales de déchets collectées par habitant sont en baisse (- 2,7 %) dans la région alors qu’elles augmentent en province (+ 3,2 %).

De nombreuses actions ont été développées pour la réduction des déchets à l’horizon 2015 au travers des « Plan et programme de prévention des déchets » (issus du Grenelle de l’environnement). La lutte contre le gaspillage alimentaire, les activités de réutilisation, les ressourceries, le soutien de l’éco-conception et du compostage de proximité font parties du panel des actions mises en œuvre. Pour autant, des marges de progrès notables existent encore dans le recyclage.

Les objectifs de réalisation du Grand Paris, en termes de logements, bureaux, gares, équipements et infrastructures associés, vont entraîner à l’horizon 2030 une masse importante de déchets de chantiers, et aussi une consommation annuelle accrue en matériaux de construction. Dans le cadre de la mission d’expertise sur la soutenabilité du Grand Paris, la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) a réalisé un diagnostic : il souligne l’importance du développement du recyclage des matériaux de construction, ce qui permettra aussi de réduire le problème des déchets de BTP et simultanément de freiner la dégradation du taux de dépendance de l'Île-de-France aux apports extérieurs (actuellement aux alentours de 45 %).

Propositions :

La valorisation des déchets représente un gisement considérable, à exploiter sous toutes ses formes :

  • tout ce qui est fermentescible (environ un quart des déchets collectés) doit être exploité, soit en compostage soit, et surtout, en méthanisation et production de biogaz. L’exemple de Lille, où l’alimentation d’une flotte de bus au biogaz est assurée par le traitement des déchets alimentaires issus des supermarchés et des restaurations collectives, doit servir de référence. Nous nous donnons pour objectif, en 5 ans, d’orienter une majorité des déchets verts (issus de la restauration, des supermarchés, puis à terme des déchets ménagers) vers la production d’énergie sous la forme de méthanisation et de biogaz. Cette énergie, comme à Lille, alimentera un parc de bus.
  • Le Plan Régional d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PREDMA) est à rendre plus cohérent, voire plus contraignant, pour améliorer la rentabilité tant en collecte qu’en traitement.
  • Les initiatives locales de l’économie circulaire (recyclage, réparation, valorisation, économie de la fonctionnalité, écoconception, écologie industrielle, éco-consommation, achats responsables…) sont relativement nombreuses, mais il faut les faire connaître et les démultiplier pour dynamiser les filières. C’est le rôle de la région de coordonner et mutualiser les actions. La région se dotera d’un schéma régional de développement de l’économie circulaire. -
  • les solutions de renforcement du tri sont à privilégier plutôt que les structures d’incinération. La fiscalité incitative peine à s’installer. La région coordonnera valorisera les efforts des collectivités qui cherchent à mettre en place une telle fiscalité récompensant les ménages les moins producteurs de déchets.

Projet pour l'Ile-de-France : 5-3 Climat et énergie : une région au gisement d’économie d’énergie énorme #MoDem #Colombes

7 Septembre 2015, 23:40pm

Publié par MoDem Colombes

Projet pour l'Ile-de-France : 5-3 Climat et énergie : une région au gisement d’économie d’énergie énorme #MoDem #Colombes

5. Environnement et développement durable, un devoir d’exemplarité

5-3 Climat et énergie : une région au gisement d’économie d’énergie énorme

Constats :

La concentration de population et d’activités dans la région Île de France en fait la région de France la plus consommatrices en énergie avec 15% de la consommation nationale en énergie finale (16% de la consommation électrique française en 2012).

De fait, le gisement d’économies potentielles n’en est que plus considérable.

Les objectifs généraux d’économie d’énergie visant à réduire notre dépendance énergétique, notre facture énergétique, et nos émissions de gaz à effet de serre a tout son sens en Île de France.

Notre consommation est par ailleurs très dépendante d’une production énergétique extra-régionale. Cette situation associant forte consommation et dépendance aux importations d’énergie rend le territoire francilien particulièrement vulnérable à tout dommage causé à la production ou aux réseaux d’approvisionnement d’énergie dont il dépend.

Cet enjeu sera d’autant plus crucial que de nouveaux besoins vont naître : augmentation de la demande estivale pour le rafraichissement (climatisation et ventilation des bâtiments et des transports), augmentation de la dépendance générale des activités aux technologies numériques consommatrices d’énergie. Par exemple, le projet du Grand Paris Express induit une hausse d'environ 20% de la puissance installée pour parer à l'augmentation des besoins énergétiques hors changement climatique.

Mais à ce jour, la consommation totale d’énergie par habitant est quasi stable en Île-de-France depuis 1990, et inférieure à celle des autres régions. Toutefois l’habitat résidentiel et les bâtiments non résidentiels (commerces, bureaux) regroupent près de 60 % de la consommation d’énergie de la région (42 % pour la métropole).

Le parc résidentiel francilien est majoritairement constitué de logements anciens et médiocres en termes de performance énergétique. Le logement est donc le principal potentiel de réduction de la consommation énergétique. Le Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) de l’Île-de-France prévoit 25 % de réhabilitations de type « Bâtiment basse consommation » d’ici 2020. Il mise aussi sur un comportement éco-citoyen, visant à réduire de 5 % les demandes en énergie. Toutefois, les communes, mises en tension par la réduction des 27 dotations, peinent à considérer cet enjeu comme prioritaire et « rentable » et ne jouent pas encore suffisamment le rôle moteur qui leur incombe.

Nous poursuivrons et développerons une politique volontariste d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables

Propositions :

La région doit avoir un rôle plus incitatif auprès des collectivités territoriales, pour qu’elles se saisissent des Plans Climat Energie Territoriaux comme de vrais instruments d’aide à la décision en matière d’investissement et de développement économique durable.

Les axes à poursuivre :

  • accélérer l’atteinte des objectifs de 25% de rénovation thermique du bâtiment pour être au rdv à l’horizon 2020. Publier chaque année des évaluations permettant de vérifier le rythme des rénovations ;
  • atteindre les objectifs contenus dans le schéma Climat Air Energie régional dans le domaine des énergies renouvelables. Les gisements géothermique et de méthanisation des déchets verts sont les deux gisements à développer considérablement ;
  • développer et déployer des réseaux intelligents (smart grids) qui permettent notamment une gestion fine de l'offre et de la demande, afin de faire face aux pics de consommation.
  • mettre en place, à l’échelle de chaque territoire francilien (à l’échelle des plans climat) des « grenelle du climat territoriaux » (associant les collectivités, l’Etat, la Région, les associations et les entreprises) chargés de suivre la déclinaison territoriale du SRCAE ;
  • créer, à titre d’incitation à l’action vertueuse, une « green card ». Il s’agira d’une carte à l’image d’une carte de fidélité, qui, à chaque acte « vertueux d’un point de vue environnemental », et notamment ceux qui réduisent les émissions de polluants de l’air, vous êtes crédités de points échangeables en cadeaux, bons de réduction ou en services. Des enseignes commerciales et des établissements publics seront sollicités pour offrir ces cadeaux, réductions ou ses services. A titre d’exemple, vous prenez un vélib ou achetez un vélo, prenez un transport en commun, vous recourrez à l’autopartage ou au covoiturage, votre carte est créditée de points échangeables.

Projet pour l'Ile de France : 5-2 Une qualité de l’eau qui se dégrade

5 Septembre 2015, 23:28pm

Publié par MoDem Colombes

5. Environnement et développement durable, un devoir d’exemplarité

5.2 Une qualité de l’eau qui se dégrade

Constats :

Notre région est la première en ce qui concerne les volumes liés à la consommation en eau : autour de 900 milliards de litres d’eau potable sont prélevés dans la région, soit 1,4 fois plus que la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, deuxième plus gros préleveur. Mais une fois rapportés au nombre d’habitants, les indicateurs franciliens sont les plus faibles des régions de France métropolitaine.

Au cœur de la région, l’eau souterraine est insuffisante en quantité et en qualité, la petite couronne dépend à 90 % de ses cours d’eau. En grande couronne en revanche, l’eau potable provient majoritairement d’eau souterraine.

L’état qualitatif de ces masses d’eau souterraines est globalement mauvais. Les teneurs en pesticides et nitrates dans les eaux augmentent. Les départements de Seine et Marne et du Val d’Oise sont les plus touchés. L’Agence SeineNormandie, en charge de la protection de l’eau sur un territoire qui court de la Manche à la Côte d’Or, dispose d’un budget de 900 millions €/an, financé par les redevances prélevées sur les factures des usagers. 60 % de ce budget est affecté à l’Île-de-France, dont 340 millions sont utilisés pour améliorer la qualité de l’eau.

La gestion de la ressource à long terme et ses enjeux environnementaux (voire géopolitiques) dépassent les frontières locales.

Le traitement des produits émergents, des micropolluants vont nécessiter des études et des décisions macro-économiques et territoriales d’ampleur.

Avec les EPTB départementaux et autres commissions locales de l’eau (CLE), des doublons se sont installés qu’il faudrait rationnaliser pour gagner en clarté et efficacité pour une opérabilité réelle et citoyenne des Schémas d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SAGE).

La multiplicité des acteurs et des moyens a provoqué une vétusté chronique et disparate des réseaux nécessitant une gestion patrimoniale efficiente et concertée, comme l’est la gestion des milieux aquatiques et des risques d’inondation.

Le rapport d’étude régionale IDF des impacts socio-économiques à l’adaptation au changement climatique (oct.2012) montre une exposition moyenne au manque d’eau, avec un équilibre qui demeure toutefois fragile et sur lequel le réchauffement climatique ne sera pas sans conséquence (effets d'îlot de chaleur urbain, risque sanitaire en périodes de canicules, etc.).

Simultanément, les risques d’inondations accrus sont renforcés par l’imperméabilisation des sols : la région Île-de-France est la région la plus artificialisée (20 % de sa superficie totale) devant Nord-Pas-de-Calais (17 %). Cependant, le territoire est inégalement bâti ; il l’est à plus de 80 % dans les départements de petite couronne et Paris, contre moins de 20 % dans ceux de grande couronne.

Sur le plan qualitatif, les deux textes fondamentaux sur lesquels s’appuient les services régionaux de l’état pour leur action dans le domaine de l’eau sont :

- la directive cadre européenne sur l’eau (DCE), adoptée par les états membres de l’union européenne en octobre 2000 et qui établit un cadre communautaire pour la protection et la gestion des eaux ; les prescriptions générales applicables aux opérations d’entretien de cours d’eau, etc.)

- la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA), adoptée en décembre 2004 et qui met notamment en place des outils permettant à l’administration, aux collectivités territoriales et aux acteurs de l’eau en général d’atteindre les objectifs de bon état écologique fixés par la DCE.

Le résultat recherché dans le cadre de ces deux lois est d’arriver au bon état écologique à l’horizon 2021, l’objectif 2015 (il est passé de 15% à 10%, on ne sait pas s’il est globalement atteint). Mais la multiplicité des acteurs, des niveaux de décision et des modes de gestion rend cet objectif d’amélioration particulièrement complexe.

La multiplicité des acteurs de gestion de l’eau, des niveaux de décision et des modes de gestion, rendent les objectifs d’amélioration particulièrement complexes.

A l’instar des transports ou de la fibre optique, les réseaux d’eaux justifient une planification de long terme et une coordination régionale des actions liées à l’adaptabilité des impacts liés au réchauffement et à l’amélioration de la qualité de l’eau.

La problématique de la gestion de l’eau mérite d’être posée au niveau territorial le plus adapté, aussi bien dans l’objectif de l’harmonisation des coûts de l’eau (qui varient souvent de manière considérable selon le bassin de traitement), que pour des optimisations organisationnelles (rationalisation des acteurs, pouvoir de négociation renforcé en DSP face aux grands groupes mondiaux de la filière, tarification innovante fonction de la consommation) ou techniques (gestion patrimoniale « intelligente » des infrastructures, télésurveillance des réseaux, télé relève des compteurs, services innovants aux usagers).

Propositions :

Nous proposerons donc une régionalisation de la gestion de l’eau.

Quant à la qualité de l’eau, nous développerons, notamment via les fonds européens de la politique agricole dont la Région a la gestion, un programme de contractualisations généralisées avec le monde agricole en vue de développer des pratiques agricoles réduisant au minimum les intrants pour protéger sur des périmètres toujours plus grand, sur l’exemple des villes comme Munich, les zones de captages d’eau destiné à la consommation humaine.

Cette contractualisation visera par ailleurs à développer une agriculture de proximité, incluant une part importante de maraîchage, de biologique et favoriser les circuits courts de distribution et de consommation.

Projet pour l'Ile de France : 5-2 Une qualité de l’eau qui se dégrade

Projet pour l'Ile de France : 5-1 La qualité de l’air, problème environnemental et sanitaire numéro 1

2 Septembre 2015, 16:01pm

Publié par MoDem Colombes

Projet pour l'Ile de France : 5-1  La qualité de l’air, problème environnemental et sanitaire numéro 1

5. Environnement et développement durable, un devoir d’exemplarité

5.1 La qualité de l’air, problème environnemental et sanitaire numéro 1

Constats :

Le bilan 2014 d’AirParif rendu public mi-mai 2015 indique que malgré un léger mieux dû à des conditions météorologiques favorables, 2,3 millions de Franciliens ont été exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation notamment pour les particules et le dioxyde d’azote. Les concentrations les plus importantes sont relevées dans l’agglomération parisienne et autour des principaux axes routiers. Les concentrations d’ozone et de benzène dépassent également les seuils réglementaires là encore au cœur de l’agglomération et autour des grands axes de circulation. Comme le rappelle AirParif, « « les valeurs limites étant dépassées de manière récurrente pour les particules PM10 et pour le dioxyde d’azote, la Commission européenne a engagé une procédure de contentieux à l’encontre de la France et d’autres États membres ».

D’après AirParif toujours, 85 crèches, 125 écoles, 36 maisons de retraites, 66 hôpitaux sont à moins de 40 mètres d’un axe routier majeur et sont soumis à des dépassements permanents des normes de pollutions aux particules fines, au dioxyde d’azote et au benzène. C'est notamment le cas de l'hôpital Robert Debré, le plus grand hôpital pédiatrique français, qui se trouve situé dans le 19ème arrondissement de Paris directement en surplomb du périphérique.

Or, (rapport AirParif2010), la part du trafic routier bondit à 25 % des émissions, juste derrière le chauffage du secteur résidentiel (27 %) et devant les chantiers et carrières (20 %) et l'agriculture (14 %).

Selon une étude de l’Aphekom (projet européen sur la qualité de l’air), un Parisien de 30 ans pourrait vivre jusqu’à 9 mois de moins qu’un autre Français. Responsable le trafic routier mais surtout les particules fines en suspension dans les souterrains. Le taux mesuré par la RATP de 2010 à 2013 est ainsi entre deux et quatre fois plus élevé que le périphérique. Et d’après des études réalisées par l'Observatoire régional de santé (ORS) et AirParif, les particules incriminées y seraient même jusqu'à quatre fois plus présentes que sur le périphérique parisien. Responsables : le frottement au freinage expulsent dans l'air des particules fines.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), instance spécialisée de l’OMS a classé, en octobre 2013, la pollution de l’air extérieur et les particules de l’air extérieur comme étant « cancérogènes pour l’homme. 43 % des actifs franciliens ayant un emploi utilisent les transports en commun pour aller travailler, soit près de quatre fois plus qu’en Rhône-Alpes par exemple. Néanmoins, l’utilisation des transports en commun reste hétérogène au sein de la région, allant de plus de 60 % à Paris à environ 25 % en Seine-et-Marne. Par ailleurs, la part du transport de marchandises par la route représente plus de 90 % du trafic chargé et déchargé dans la région.

La mobilisation contre la pollution de l’air est donc une urgence pour les pouvoirs publics. La Région isolément, tout comme la ville de Paris ou l’Etat peuvent prendre des mesures dans leurs champs de compétence. Mais la multiplicité des acteurs et l’éparpillement des centres de décision ont généré au fil des ans une incurie qui prend des proportions graves car elle porte atteinte à la santé publique.

Ce qui sera efficace, c’est d’agir ensemble, dans la concertation et en ayant à cœur de poursuivre le même objectif. Et à cet égard comme pour la plupart des principaux enjeux, la région est objectivement le bon niveau pour faire face à cette problématique majeure.

Propositions

L’ensemble de nos propositions sur les transports participe évidemment pleinement de notre plan de lutte contre la pollution de l’air.

Deux sources de polluants feront par ailleurs l’objet d’un programme d’action spécifique :

- sur le chauffage urbain d’une part avec une détection généralisée des points noirs d’émissions de polluants. Cette détection aura pour objectif de déterminer un plan d’actions visant la résorption de ces points noirs.

- Sur les sources d’origine agricole. Après un diagnostic des causes précises, nous proposerons, là aussi, un plan d’actions visant à réduire ses causes.

Mais surtout, nous avons pleinement conscience que la région Île de France ne peut agir seule. Les communes, y compris Paris, le futur grand Paris qui aura compétence en matière de lutte contre la pollution de l’air, ou même l’Etat, pas davantage !

Par contre, c’est bien la conjonction de chaque effort qui pourra aboutir à des résultats. La région est le bon échelon pour coordonner les travaux, et faire converger toutes les mesures nécessaires. Dans un premier temps, il s’agira d’identifier qui fait quoi en matière de pollution de l’air en Île de France, qui peut faire quoi, qui porte une responsabilité en termes d’émission de polluants. Nous réunirons l’ensemble des acteurs :

- l’Etat qui décide des mesures d’urgence en cas de pics et dont on attend qu’il donne aux collectivités les outils légaux pour agir (on pense notamment à la pastille verte qui permettra d’identifier les véhicules les plus propres qui pourront être autorisés à circuler en cas de pics et dans certaines zones de circulation restreinte) ;

- les communes et regroupements de communes qui peuvent décider des régimes de circulation ;

- les entreprises de transport, les constructeurs automobile et de transports en commun, les équipementiers, les bureaux d’études spécialisés dans les transports et la pollution de l’air, le monde agricole, les fabricants de systèmes de chauffage (…) avec qui nous pouvons réfléchir aux innovations technologiques de demain ;

- les entreprises que nous pouvons accompagner dans les mesures possibles pour leurs employés dans des mobilités moins émettrices de polluants ;

- les syndicats qui, au titre du point précédent, auront leur mot à dire pour favoriser cette orientation ;

- les associations environnementales et d’usagers des transports et des voies de circulation.

Nous construirons un Pacte francilien pour l’air, qui aura pour objectif de lister toutes les mesures nécessaires et réalisables à court, moyen et long terme. Il définira qui devra travailler avec qui pour leurs mises en œuvre, assortissant chacune de ces mesures d’un calendrier et des moyens nécessaires pour sa mise en œuvre. Il comportera également une série d’engagements volontaires que chacun pourra prendre à son compte, collectivités publiques, entreprises, associations, particuliers.