Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Monsieur Metias est-il investi par l'UDI ?

31 Octobre 2013, 01:26am

Publié par MoDem Colombes

Monsieur Metias est-il investi par l'UDI ?

Monsieur Metias ,

Je lis dans le Journal local "Première Heure Ile-de-France" daté du 25 octobre, que vous êtes - je cite - "conformément aux échanges actuels entre l'UDI et le MoDem et prenant acte qu'aucun candidat n'est investi par le MoDem .., le seul investi pour représenter la droite modérée à Colombes".

En fait, le MoDem National n'a pas donné d'investiture à Colombes, donc personne ne peut s'en prévaloir.


Je lis dans le Parisien Hauts-de-Seine daté du 24 octobre que vous êtes nommé pour être chef de file avec - je cite - "la charge (...) de s'entendre localement avec nos partenaires habituels" (révèle Hervé Marseille).

Vous êtes désigné comme chef de file pour négocier, et non investi par l'UDI pour en être sa tête de liste aux élections municipales.


Quand vous affirmez aux Responsables de la liste "Colombes, le meilleur pour tous" liste du Rassemblement du Centre et de la Droite, que vous avez l'investiture UDI, vous faites des raccourcis hâtifs et donc vous ne permettez pas le rapprochement de l'UDI et du MoDem.

Pour le MoDem de Colombes, notre position est claire : en date du 9 juillet 2012, nous avons donné notre soutien à Laurent Trupin pour être tête de liste de rassemblement du Centre et de la Droite à Colombes.

Dès lors, je vous demande de clarifier votre position.

Michel Mome
Président Section MoDem Colombes

Colombes : la gérante d'une agence immobilière poursuivie pour proxénétisme

30 Octobre 2013, 20:19pm

Publié par MoDem Colombes

L’affaire a été traitée dans la plus grande discrétion par les policiers de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne. Plusieurs membres d’une même famille ont été interpellés, le 15 octobre, à l’issue d’une enquête sur un vaste réseau de proxénétisme. La gérante d’une agence immobilière à Colombes, 66 ans, est soupçonnée d’avoir loué une vingtaine d’appartements à des travestis de nationalité péruvienne. Ces derniers se servaient, notamment, de ces logements pour s’y prostituer.


L’époux et les filles de la gérante ont également été arrêtés ainsi que deux propriétaires d’appartements loués aux travestis. Mise en examen, la gérante a finalement été remise en liberté, après avoir été placée sous contrôle judiciaire.


« Cette enquête a démarré au début de l’année après le recueil des plaintes de deux travestis péruviens, révèle une source proche de l’affaire. Ces deux hommes ont alors expliqué qu’ils avaient été mis en contact avec la gérante d’une agence immobilière qui leur proposait de louer des appartements à des prix largement supérieurs à ceux du marché. »

Selon les premières investigations, les travestis étaient obligés de verser entre 6000 € et 8000 € en argent liquide au moment de la signature du bail. Ils réglaient également leur loyer en liquide.

« Près d’une vingtaine d’ appartements et une maison ont ainsi été loués par cette agence à des travestis, poursuit la même source. Ces logements étaient situés à Paris, à Colombes et à Asnières. Plusieurs de ces biens étaient la propriété de la gérante de cette agence, via une société civile immobilière. »

Selon nos informations, la gérantebénéficiait de l’aide d’un ancien travesti péruvien pour entrer en contact avec de nouveaux « clients ». Identifié, cet homme, âgé de 47 ans, est actuellement employé par la mairie de Colombes. Il a également été interpellé. « Deux propriétaires d’appartements loués à des travestis ont aussi été arrêtés car ils savaient parfaitement à quoi servait leur logement, confie un proche de l’affaire. Par ailleurs, près de 13000 € en argent liquide ont été saisis au cours des différentes perquisitions. Ce réseau était très bien structuré. »

Les trois membres de la famille de la gérante ont été placés sous contrôle judiciaire. Parmi eux, l'adjointe à la petite enfance et à l’environnement de 2001 à 2008, a été mise en examen pour proxénétisme.

Féloche, artiste colombien

30 Octobre 2013, 00:02am

Publié par MoDem Colombes

Féloche, artiste colombien

La largesse de son sourire annonce la couleur !

En 1990, lycéen, il répétait en tant que guitariste dans la salle du service municipal de la jeunesse de Colombes, ...

Depuis 2005, il travaille dans la cave de son domicile colombien...

En 2010, dans son premier album "La vie Cajun", dont est extraite la célèbre chanson "Darwin avait raison", il part à la découverte des racines cajun et nous a interpellé avec sans mandoline insolente.

Il a notamment fait forte impression lors de son spectacle sur le parvis de la mairie de Colombes lors de la Fête de la Musique en Juin 2011...

Le chanteur colombien Féloche vient de sortir son deuxième album "Silbo".

El Silbo, c’est le langage sifflé de l’île de la Gomera aux Canaries, toujours utilisé pour communiquer à travers les montagnes. Ce trésor, classé par l’Unesco “patrimoine culturel immatériel de l’humanité” a été transmis à Féloche par son beau-père, l’indépendantiste Bonifacio Santos Herrera, en même temps qu’un amour fou pour sa terre, dont il était exilé. A l’âge de 11 ans, Féloche accomplit seul un voyage sur l’île, qui le marque à tout jamais...

Féloche sera en concert à la MJC de Villeneuve-la-Garenne le 14 décembre et est en tournée dans toute la France !

Féloche, ça vient de Félix. Mes potes à l’école m’appelaient comme ça parce que je déconnais. Féloche, c’est un peu déglingué, un peu rock ’n’ roll. C’est mon surnom de l’époque.

UDI et MoDem ont la cote !

29 Octobre 2013, 01:31am

Publié par MoDem Colombes

UDI et MoDem ont la cote !

Alors que François Hollande devient le Président le plus impopulaire de toute la Ve République, en recueillant seulement 26% de bonnes opinions d'après l'institut de sondage BVA, la cote d'influence des personnalités politiques est la suivante : 1 - Manuel Valls 58% ; 2 - Alain Juppé 51% ; 3 - Jean-Louis Borloo 44% ; 4 - François Bayrou 37%.

Les partis qui ont la meilleure cote sont l'UDI (44%) puis le MoDem (42%), largement devant l'UMP (36%) et le PS à égalité avec le FN (28%).

Alors que le rassemblement des deux formations centristes devrait être officialisé au niveau national par une charte commune le 5 novembre, à Colombes, militants et sympathisants de ces deux formations se rejoignent depuis plus plus d'un an autour de la candidature de Laurent Trupin aux élections municipales et participent activement au projet "Colombes, le meilleur pour tous"..

Evolution depuis un an de la cote de popularité des partis

Les noces Borloo-Bayrou le 5 novembre

26 Octobre 2013, 23:57pm

Publié par MoDem Colombes

Les noces Borloo-Bayrou le 5 novembre

INFO JDD - Les deux centristes vont officialiser leur alliance d'ici dix jours. Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont mis la dernière main à leur charte commune cette semaine.

Plus rien ne s'oppose désormais au mariage Borloo-Bayrou. Annoncé pour la mi-octobre, le rassemblement des deux centristes et de leurs deux formations, l'UDI et le MoDem, devrait être scellé d'ici dix jours. Une conférence de presse doit être organisée le lundi 4 ou plus probablement le mardi 5 novembre, afin que les parlementaires puissent assister à cette union politique pour les prochaines échéances électorales. Yves Jégo, côté UDI, et Marielle de Sarnez, côté MoDem, ont été chargés de l'organisation de l'évènement.


En milieu de semaine, Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont mis la dernière main à leur charte commune. Une trentaine de lignes "pleines de subtilités", reconnaît l'un de ceux qui ont pu la lire. L'UDI a par exemple tenu à y faire figurer la mention de sa force parlementaire, alors que le MoDem n'a plus que quelques élus. Reste à nommer cette famille élargie. Jean-Louis Borloo penche pour "l'Alternative". Au MoDem, on se dit prêt à lui laisser le dernier mot.

L'immeuble West Plaza inauguré à Colombes

25 Octobre 2013, 21:49pm

Publié par MoDem Colombes

L'immeuble West Plaza inauguré à Colombes

A 6mn de la Défense par le Tram T2, cet immeuble de bureaux prend place au sein de la ZAC Champs Philippe 1, à la frontière avec Nanterre. Initialement une tour de 100 m de hauteur - la tour Champs Philippe - était projetée sur ce terrain, mais le projet fut finalement annulé fin 2010.

Le promoteur HRO a inauguré en grande pompe, le 1er octobre dernier, son troisième ensemble immobilier à Colombes, dénommé «West Plaza» (après "Portes de la Défense" 43000 m2 et "Défense Ouest" 58000 m2).

Le permis de construire de West Plaza avait été délivré le 6 avril 2011.

Ce bâtiment ultra-moderne, répondant à des exigences environnementales de haute qualité, s’étend sur 31 000 m2, sur un terrain de 5 716 m², et s’élève sur 8 niveaux (31,5m), avec 460 places de parking et un local vélo de 76 places.

Le site sécurisé pourra accueillir jusqu’à 2 214 personnes.

Avec un auditorium de 108 places, un restaurant, une salle de fitness, une conciergerie, et unbar avec terrasse offrant une vue imprenable sur La Défense !

De quoi attirer les entreprises, «West Plaza » ayant été construit « en blanc», c’est-à-dire sans vente ou location préalable, ...

Braquage du Manège à Bijoux du Leclerc du Petit Colombes

22 Octobre 2013, 17:41pm

Publié par MoDem Colombes

Braquage du Manège à Bijoux du Leclerc du Petit Colombes

Un braquage a eu lieu mardi matin dans le Manège à Bijoux du Centre Leclerc des 4 Chemins au Petit Colombes.

Les faits se sont produits vers 9h50, à une heure de forte affluence avec le marché extérieur.

3 hommes casqués, gantés, armés et et munis de brassards «police» ont fait irruption dans la galerie marchande du centre commercial. L'un d'eux, en possession d'une arme de poing, a menacé le personnel tandis que les deux autres ont brisé les vitrines, faisant main basse sur des dizaines de bijoux exposés.

Les 3 suspects ont ensuite pris la direction du parking souterrain (-1) du centre pour récupérer leurs deux scooters.

2 d'entre eux ont réussi à prendre la fuite sur un scooter sur la voie publique, mais un troisième qui n'avait pas réussi à démarrer à la sortie du parking, a été maintenu au sol par un vigile et un passant avant d'être remis à la police. La police a retrouvé sur lui un sac contenant une partie du butin.

L'enquête à été confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine.

Lors de sa garde à vue, le suspect âgé de 18 ans depuis peu et déjà connu pour des vols, a d'abord nié les faits avant de les reconnaître partiellement.

Ses deux complices sont toujours recherchés.

Le montant du préjudice est en cours d’évaluation.

Fusillades de Colombes en 2010 : une condamnation à 18 mois de prison ferme

21 Octobre 2013, 17:10pm

Publié par MoDem Colombes

Fusillades de Colombes en 2010 : une condamnation à 18 mois de prison ferme

Le tribunal correctionnel de Nanterre a rendu ce son jugement dans le procès de deux hommes soupçonnés d'être à l'origine, en 2010, de la vague de fusillades entre cités rivales à Colombes. Les suspects, âgés de 31 et 35 ans, étaient accusés d'avoir blessé par balle les 16 et 19 janvier 2010, deux jeunes de la cité des Grèves, atteignant l'un à la fesse et l'autre aux jambes.

Un suspect âgé de 31 ans, soupçonné d'être à l'origine d'un règlement de comptes le 19 janvier 2010 à Colombes au cours duquel un jeune homme avait été blessé par balles, a été condamné à 18 mois de prison ferme par le tribunal.

L'homme a en revanche été relaxé d'un autre affaire survenue trois jours auparavant pour lequel il était également poursuivi. Un second prévenu, soupçonné d'être le commanditaire des opérations, a été relaxé dans les deux cas.
A l'audience du 30 septembre, les deux prévenus, déjà condamnés, résidents à la cité Total du quartier de Petit-Colombes, avaient clamé leur innocence et imputé leur mise en cause dans ce dossier à la "rumeur".

Lors d'une perquisition chez le prévenu condamné lundi, un fusil à pompe, des munitions et un gilet pare-balles avaient été retrouvés, mais il avait été établi que les calibres ne correspondaient pas à ceux utilisés dans les règlements de comptes.

«On a un dossier sans preuves matérielles, avec des témoins qui ne se sont pas présentés devant les juges et des parties civiles absentes», avait déclaré à l'AFP Me Marie-Alix Canu-Bernard qui qualifiait de «mince» les éléments retenus contre ses clients.

Le parquet avait requis trois ans de prison dont un avec sursis à l'encontre du tireur présumé et deux ans dont six mois ferme contre l'homme soupçonné d'être le cerveau.

En 2011 et 2012, le quartier populaire de Petit-Colombes, connu pour abriter d'importants trafics de stupéfiants - essentiellement du cannabis et de la cocaïne -, avait été secoué par une série de règlements de comptes.

Plusieurs jeunes hommes avaient notamment reçu des balles dans les jambes en guise d'avertissement. Les services de police ont recensé une vingtaine d'affrontements armés depuis octobre 2011.

Début septembre, après une accalmie de huit mois, deux fusillades ont éclaté à moins de 24 heures d'intervalle. «La logique mafieuse de conquête de territoire et de maîtrise des marchés parallèles est à l'oeuvre», avait alors dénoncé le maire (PS) de Colombes, Philippe Sarre.

Par crainte d'une nouvelle flambée de violence, 70 policiers supplémentaires avaient été déployés dans le quartier de Petit-Colombes, théâtre d'affrontements entre la cité Total et celle des Côtes-d'Auty.

Le 5 septembre, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, y avait annoncé la création d'une zone de sécurité prioritaire (ZSP).

D'après AFP

L'interG mobilisé à Colombes

21 Octobre 2013, 08:21am

Publié par MoDem Colombes

L'interG mobilisé à Colombes

À l’occasion de l'opération nationale "la Semaine Bleue" « vieillir et agir ensemble dans la communauté », 5ème édition de la semaine nationale des retraités et personnes âgées, la municipalité, des associations et une dizaine de financeurs proposent cette semaine à Colombes une quarantaine d'activités : conférences, projections, balades, théâtre, randonnée pédestre, ou en roller...

C'était il y a cinquante-deux ans, le 17 octobre 1961

19 Octobre 2013, 11:59am

Publié par MoDem Colombes

C'était il y a cinquante-deux ans, le 17 octobre 1961

Le 17 octobre 1961, le Préfet de police de Paris Maurice Papon, aux ordres du gouvernement Français, décide un couvre feu à l’encontre des algériens.

Alors que la guerre d’Algérie approche de sa fin, la population algérienne de la région parisienne manifeste à l’appel du F.L.N. contre un couvre-feu discriminatoire qui vient d’être instauré et pour l’indépendance de son pays.

Plusieurs dizaines de milliers d’algériens, hommes, femmes et enfants, venues de la banlieue Nord/Ouest : Nanterre, Colombes, Asnières, Clichy, Gennevilliers, Argenteuil, Bezons, Puteaux, Courbevoie… se rassemblent au rond-point de la Défense et marchent pacifiquement en direction du Pont de Neuilly.

La répression policière est d'une extrême violence, des dizaines de morts parmi les manifestants algériens, durant toute la nuit, les hommes, les femmes et les enfants sont matraqués, certains ligotés et jetés dans la Seine. Des corps sont repêchés aux ponts d'Asnières, de Clichy, de Puteaux, de Suresnes, de Bezons et d'Argenteuil… les noyés se comptent par dizaines, les disparitions par centaines, les arrestations par milliers…

Le bilan de ses exactions, les plus graves en tout état de cause depuis l’occupation allemande, varie selon les recherches de dizaines à des centaines de morts et demeure l’objet de controverses.

Après des décennies de déni ou de silence, la République française "reconnait avec lucidité ces faits" en octobre 2012, par la voix de son Président François Hollande.

À l’initiative de la Ville et d'associations de Colombes, il est rendu un hommage aux victimes de la répression du 17 octobre 1961 ce dimanche 20 octobre à 11h au Pont de Bezons.

Les travailleurs immigrés que la France a fait venir par chargements entiers comme des marchandises par bateaux dans les années des 30 glorieuses, ont été en guise de bienvenue, entassés dans les innombrables bidonvilles de la banlieue parisienne. En particulier à Nanterre, mais aussi Colombes, Gennevilliers, Argenteuil, Bezons et les autres communes des environs où étaient concentrés les industries et les grands chantiers du bâtiment.