Le Blog du MoDem de Colombes

Nous voilà en 2020...

30 Janvier 2013, 00:07am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.bayrou.fr/media/Soutiens/Moyen/thumbnail/photo_medium_Wehrling-MDL.jpg

 

Nous voilà en 2020... 

... cette décennie des années 2010 est derrière nous. Décennie qui a démarré dans une crise financière et économique sans précédent. Qui a emporté tous les gouvernements en place sans pour autant rendre populaires celles et ceux qui leur ont succédés. Les cures d'austérité budgétaires absolument incontournables ont pour autant fatigué tous les pays du continent européen et les hésitations et tergiversations des dirigeants n'ont pas réussi à relancer une économie "réelle" qui a continué de s'essouffler pendant près de 10 ans. Mais quelque chose a changé en profondeur. Après avoir cru au début de cette crise qu'il suffisait d'attendre les jours meilleurs, la société a compris qu'il était temps de repenser ce modèle épuisé où des générations passées ont vécu à crédit sur les générations suivantes. Ces idées politiques qui pensaient que les fonds publics étaient sans limite et qu'il suffisait de puiser toujours plus dans la fiscalité et l'emprunt pour dépenser et dépenser encore, à droite comme à gauche, ont continué d'exister jusqu'au milieu des années 2010. Mais las des démagogies, les Français ont voulu une nouvelle majorité politique, tirant enfin lucidement les leçons de cette crise, admettant qu'il fallait prendre acte d'une croissance désormais faible pour organiser notre société, nos dépenses, et nos priorités, sur un équilibre nouveau... plus sobre, moins dispendieux, imaginant des services et des solidarités allant plus à l'essentiel. Cette nouvelle classe politique a su faire émerger une manière différente de voir les choses : Un bond dans la construction européenne, moins économique et plus politique, une nouvelle façon de concevoir les solidarités et les services plus efficaces et moins couteux, une nouvelle relation à l'environnement et à la planète où économie et écologie convergent, une nouvelle soif de curiosités et de cultures...


Et tout cela a commencé en 2013. 

Un petit amusement de politique fiction... qu'après tout, les bons vœux de début d'année permettent. 

Bonne année 2013 à tous.

Yann Wehrling

 Porte-parole du MoDem

Les villes du XXIe siècle, entre global et local

29 Janvier 2013, 18:00pm

Publié par MoDem-Colombes

 

La prochaine édition des "Rendez-vous de la démocratie" se tiendra mercredi 30 janvier et traitera de : "Les villes du XXIe siècle, entre global et local"

 À cette occasion, François Bayrou sera aux côtés de :

Olivier MONGIN

   

Editeur, directeur de publication de la revue Esprit, vice-président du syndicat de la presse culturelle et scientifique, co-Fondateur du club les Métropolitaines, a enseigné la philosophie politique à Lyon II et au centre Sèvres à Paris.

 

 

   

de 19 h. à 20 h. précises
133bis rue de l'Université 75007 Paris
Salle Jean Lecanuet 

 

Cette rencontre est ouverte. Elle accueille bien entendu adhérents et sympathisants du MoDem, mais aussi toute personne qui serait intéressée. 


Le nouveau Colombes.fr est arrivé !

28 Janvier 2013, 11:17am

Publié par MoDem-Colombes

web-colombes-copie-1.jpg

 

 

Aujourd'hui 28 janvier 2013, la Municipalité met -enfin- en ligne le nouveau site web Colombes.fr :

http://www.colombes.fr/

 

Parmi les nouveautés :

 - la possibilité de créer un compte pour toutes les démarches administrative

 - la version interactive du Journal Mosaïque ;

 - La nouvelle Web TV ;

 - l'utilisation de logiciels pour les déficients visuels ;

 - l'accès à des pages du site sur son Smartphone via les QR Codes, 

...

 

Bonne navigation !

 

MoDem et alliances

28 Janvier 2013, 00:00am

Publié par MoDem-Colombes

http://md0.libe.com/photo/488886/?modified_at=1359224980&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476

Le vice-président du parti de François Bayrou, Jean-Luc Bennhamias, a réuni ses troupes samedi à Paris. Le chef de file de l'aile gauche du parti envisage des alliances avec la majorité présidentielle comme avec la droite modérée.

Jean-Luc Bennahmias, vice-président du Modem et initiateur de l’appel aux «démocrates dans la majorité présidentielle» lancé après la déclaration de François Bayrou sur son vote en faveur de François Hollande «à titre personnel» entre les deux tours de la présidentielle, réunissait ses troupes, hier, à Paris. Au menu de ces discussions, la préparation des prochaines élections municipales. Avec pour celui qui incarne le courant gauche du Modem la possibilité de conclure des alliances locales y compris avec la droite modérée. Explications du député européen Jean-Luc Bennahamias.
Etes-vous en train de structurer un courant de centre gauche au sein du Modem?

Je n’aime pas le mot courant. je préfère parler de réseaux. Toutes les personnes réunies samedi à Paris sont soit au Modem de François Bayrou, soit des ex-Modem, soit tout simplement des démocrates qui n’appartiennent à aucune formation politique. Ce sont des gens qui essayent de participer à des unions locales en vue des prochaines élections municipales. A Dijon, Montpellier, Grenoble, Lyon ou dans la communauté d’agglomération de Marseille, ils se retrouvent déjà dans des majorités locales proches de la majorité présidentielle. Mais ceux de nos amis qui se trouvent à Colmar, au Havre ou encore à Annecy travaillent au sein de majorité locale avec la droite modérée.

Envisagez-vous, pour les démocrates dans la majorité, des alliances y compris avec le centre droit à l’occasion des prochaines municipales ?

Notre volonté première est de faire en sorte que ce pays, la République française, dipose d'une majorité élargie reposant sur des valeurs communes, à savoir, la république, la démocratie, la laïcité et un discours fortement pro européen. Nous préférons voir, bien entendu, la réussite du gouvernement en place et de l’actuel président de la République plutôt que de se placer dans l’opposition par défaut. Cela ne nous empêche, en aucun cas, de faire des choix réalistes au niveau local en fonction de l’action menée par les équipes sortantes. Nous n’excluons donc aucune alliance parmi les partis du champ démocratique. Quand un maire dit de droite modéré est prêt à accepter dans son équipe des personnalités qui sont sur notre ligne politique, je ne vois pas pourquoi je refuserais. Je préfère quelqu’un qui se donne comme perspective l’intérêt général que quelqu’un campant sur des positions rigides sur une bipolarisation étroite. Je crois que l’exemple des régions allemandes ou encore ce qui est en train de se passer en Italie avec l’alliance entre le Parti Démocrate Italien et Mario Monti constituent des exemples à suivre.

Que pense François Bayrou de votre initiative ?

Nous nous inscrivons parfaitement dans la logique des déclarations de François Bayrou durant toute la campagne présidentielle et de ce que met actuellement en place le gouvernement actuel. Tout le monde voit bien aujourd’hui qu’il y a beaucoup plus qu’un simple hiatus entre ce que fait la majorité gouvernementale, ce qu’elle représente et la majorité parlementaire.

N’est-ce pas là une dernière tentative pour faire exister le Modem ?

Une formation politique ne meurt pas comme cela du jour au lendemain même si elle traverse une période difficile. Le Modem vit des moments difficiles. Je crois que notre initiative permet au Modem de se retrouver sur un espace politique plus large que celui constitué par le centrisme historique. Aujourd’hui assistaient à nos discussions des personnalités comme Michel Suchot de la Gauche Moderne et Républicaine et des représentants d’Europe Ecologie Les Verts.

http://www.liberation.fr/politiques/2013/01/26/la-gauche-du-modem-n-a-rien-contre-les-alliances-avec-la-droite_877037

 

Des membres des "Démocrates dans la majorité présidentielle" (l'aile gauche du MoDem) et de la fédération "Ecologie et démocratie" (structure élargie proche du parti de François Bayrou), ont participé samedi 26 janvier 2013 à une journée de débats "sur la situation politique nationale" et "la préparation des municipales".

François Bayrou a indiqué qu'il entendait poursuivre en 2014 la politique d'alliance à géométrie variable sur des projets municipaux, comme le MoDem l'avait fait en 2008. Il souhaite réhabiliter l'expérience des Groupements d'action municipale (GAM) des années 1960 et 1970 qui défendaient la mise en place de projets municipaux en dehors des logiques partisanes.

Les récentes prises de position de François Bayrou, qui n'est pas avare d'éloges envers l'exécutif socialiste – même s'il émet aussi des critiques –, ne sont pas pour déplaire à M. Bennahmias et ses amis. Ces derniers militent en effet pour une stratégie d'alliance à gauche dans les grandes villes. D'autres au sein du parti, issus du centre-droit, regardent vers l'UDI de Jean-Louis Borloo. Au final, le MoDem devrait, comme en 2008, adopter la stratégie du "cas par cas", c'est-à-dire nouer des alliances suivant les situations locales.  

Du côté de la direction du MoDem, on regarde l'initiative du député européen avec prudence : "Cela correspond à son histoire, ni plus ni moins, confie un dirigeant du parti. Cela n'a pas forcément de signification politique en termes de poids."

Colombes : Intoxication au gaz

27 Janvier 2013, 11:04am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.brulures.be/data/Image/causes-d-une-intoxication-de-co.jpg

 

Le gaz échappé de la chaudière d’un appartement - du monoxyde de carbone, rue Pierre-Curie à Colombes, a intoxiqué onze personnes samedi après-midi. Parmi celles-ci, deux enfants, de 8 mois et 5 ans, dont l’état grave a nécessité leur placement sous caisson d’oxygène à l’hôpital de Garches. Les neuf autres victimes ont été légèrement intoxiquées.  Les deux enfants sont sortis de l'hôpital ce dimanche.

Européennes : l’alliance entre Borloo et Bayrou attendra

26 Janvier 2013, 13:04pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.marianne.net/photo/art/grande/964996-1142459.jpg

Malgré une rencontre entre Marielle de Sarnez et Jean-Louis Borloo début décembre et des messages d’ouverture envoyés par François Bayrou, le Modem et l’UDI ne semblent pas prêts à faire front commun pour les élections européennes de 2014. Décryptage.

 

« Rassembler la famille centriste », c’est la ritournelle chantonnée quasi quotidiennement par Jean-Louis Borloo depuis le lancement de l’Union des démocrates et indépendants en octobre dernier. A chaque adhésion d’une formation politique à l’UDI, le leader de centre droit entonne le mélodieux refrain du rassemblement. Fin septembre, quand le Centre national des indépendants et paysans (CNI) rejoint la « famille élargie ». Début janvier, quand le Parti libéral démocrate (PLD) annonce son ralliement. « La famille centriste est majoritairement rassemblée au sein de l’UDI ! », jure, enthousiaste, Eric Azière, directeur général du nouveau parti et ancien compagnon de route de François Bayrou. 
 
Mais une fausse note demeure dans cette mélodie du bonheur centriste. La non-participation du Modem -qui résiste encore et toujours à « l’affront », le terme est de Bayrou, infligé par Borloo- agace ou inquiète, c’est selon, certains membres de l’UDI. Quelques semaines avant la création de l’UDI, Rama Yade, lucide, admettait : « Si Bayrou dit « le centrisme c’est moi », ça brouillera notre message. » 
Alors, pour dissiper toute brume, les plus optimistes se plaisent à répéter « qu’un accord avec le Modem pour les européennes est possible », à l’instar de François Sauvadet, interrogé dansLibération
 
Pourquoi tant d’espoir ? Parce que Marielle de Sarnez et Jean-Louis Borloo ont effectivement, de l'aveu de la principale intéressée, « évoquer cette échéance européenne ensemble lors d’une entrevue début décembre », en présence de Jean-Marie Vanlerenberghe. Le sénateur du Pas-de-Calais, qui a quitté le Modem pour rejoindre l’UDI, joue depuis les « Monsieur bons offices », selon l’expression d’un borlooïste. Mais de là à imaginer que cela suffise à réconcilier les deux camps... « Jean-Louis Borloo et moi, on se connaît depuis longtemps, c’est normal qu’on se voit », tempère la députée européenne interrogée par Marianne. Rien n’a été conclu néanmoins le fait même que le sujet des élections européennes se soit retrouvé sur la table prouve, pour un cadre UDI, que « la possibilité de rapprochement est forte. » Mais attention,« Jean-Louis n’est pas demandeur, précise cet interlocuteur, c’est Sarnez qui est venue dans son bureau et pas l’inverse ». Qu’on se le dise, Borloo n’a pas besoin des services du Modem pour atteindre un noble score aux prochaines élections européennes. 
 
Ce n’est pourtant pas l’avis d’autres membres de la direction de l’UDI qui admettent bien volontiers que leur formation manque d’une organisation solide et structurée. Une alliance avec le Modem pourrait, dans ce contexte, représenter l’assurance pour le mouvement borlooïste de partir à la bataille avec l’appui et l’expérience d’un parti rompu à l’exercice électoral. D’autres part, comme le souligne Jean-Luc Bennahmias, député européen Modem farouchement opposé à tout partenariat avec le mouvement de centre droit, « l’UDI devra mobiliser un électorat central divisé ». Dans ces conditions, difficile pour l’UDI de réaliser « le score très haut » que dit aujourd’hui viser Eric Azière.  
 
Côté Modem enfin, on doute franchement de l’intérêt d’une telle alliance. D’abord, le Mouvement démocrate a construit sa légitimité et son aura sur la question européenne. Déjà mal-en-point, le parti bayrouiste, s’il refusait de faire cavalier seul en 2014, prendrait le risque de passer à côté de « sa phase de reconsolidation », dixit l’un de ses stratèges, indispensable après la déculottée de la présidentielle 2012. Ensuite, aussitôt l’accord conclu, le Modem perdrait au moins l’un de ses cinq députés européens sortants en la personne de Jean-Luc Bennahmias, plus proche de la gauche que du centre droit, qui compte parmi les plus fidèles –et désormais rares- bayrouistes. Se pose également la question du sort réservé à Marielle de Sarnez elle-même. Difficile d’imaginer le bras droit de Bayrou accepter un rôle de second plan. Or, à l’UDI, plusieurs personnalités, comme Yves Jégo notamment, refusent de sacrifier des candidats pour satisfaire les ambitions des dirigeants du Modem dont ils assurent ne pas avoir besoin pour exister. 
 
Enfin, dernier obstacle de taille : François Bayrou. Malgré un discours d’ouverture lors de ses vœux à la presse laissant entendre que « d’autres [pourraient] venir travailler avec [le Modem] », le « patron », comme on le surnomme rue de l’Université, « est réfractaire à l’idée de tout rapprochement, admet Azière. Il fait seulement semblant d’être compréhensif vis-à-vis de l’UDI. » Un avis partagé par Jean-Luc Bennahmias et Dominique Paillé, membre du Parti radical et ex-proche de Bayrou, qui affirment tous deux ne percevoir aucune envie d’alliance chez l’ancien candidat à la présidentielle et surtout aucune croyance en la machine UDI. Il faut dire que Bayrou a eu comme tout le monde le loisir d'observer les tergiversations parisiennes et le renoncement élyséen du chef radical. En attendant le prochain pas en arrière de son rival, autant feindre d'entrebailler la porte. Il sera toujours temps de la refermer en 2014.

#mariagepourtous

25 Janvier 2013, 22:23pm

Publié par MoDem-Colombes

EXE.AFFICHE40X60.MANIFEGALITE.HD4-copie-1.jpg

 

Des élus et militants du MoDem des Hauts-de-Seine participeront dimanche au rassemblement pour le mariage pour tous. 

Le Mouvement Démocrate s'est exprimé depuis 2009 en faveur de l'égalité des droits et de l'adoption.

Extrait du projet humaniste du Modem, adopté en congrès en décembre 2009 : 

"Toute union, légalement reconnue, quelle que soit sa composition, doit être assurée de bénéficier de droits et de devoirs égaux, en particulier le logement, l'ensemble des droits sociaux, la fiscalité et la transmission du patrimoine avant et après le décès.

La signature d’un Pacs devrait pouvoir se faire en mairie si les personnes concernées en formulent le désir.

L'homoparentalité est déjà une réalité vécue par des centaines de milliers de familles. Lorsque l'union entre deux personnes de même sexe est stable, durable et fait surgir un désir responsable d'accueillir un enfant, la parentalité et l'adoption doivent être facilitées de façon à ce que subsiste notamment un lien entre deux personnes et l'enfant qu'elles ont élevé en cas de mort, accident ou de séparation affectant le couple qu'elles avaient formé".

 

POINT DE RDV

   

pour la manif de dimanche à  :

13h15 au niveau du 98 Bd Arago

 

Voeux du MoDem 92

24 Janvier 2013, 22:15pm

Publié par MoDem-Colombes

http://democrate.typepad.fr/.a/6a0133f57f28ce970b017ee772fd9a970d-800wi

Les conseillers nationaux et membres bureau du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine vous convient aux voeux du Modem 92, jeudi 31 janvier 2013 à partir de 19h30, Hall du Palais des Congrès de Nanterre.

Invitation en pdf :  Téléchargement Modem92 voeux2013 invit

Lien Google : Palais des Congrès de Nanterre

Merci de faire suivre à vos contacts Modem : http://www.modem92.fr/2013/01/voeux-2013.html
Amitiés démocrates,

Traité de l'Elysée

22 Janvier 2013, 23:59pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.collegepaulclaudel.fr/wp-content/uploads/2013/01/LOGO-trait%C3%A9-elysee1.jpg

Mathieu Baudier, ingénieur français de 33 ans, est tombé amoureux de Berlin, voilà dix ans. Il y vit aujourd'hui avec sa femme, allemande, et leurs deux enfants. De son expérience personnelle, le responsable du MoDem Allemagne tire la conviction que la couple franco-allemand puise aussi sa force dans ses déséquilibres et reste une nécessité à l'heure de l'Europe des 27.

 Traité de l'Élysée: "Les déséquilibres entre la France et l'Allemagne sont aussi source de dynamisme"

 

À 27 ans, Daniela ne compte plus ses séjours en France. Cette politologue allemande, tombée très jeune amoureuse de notre pays, est aujourd'hui parfaitement bilingue et même en couple avec un Français. Elle témoigne de cette génération "qui n'a pas connu la guerre" et aux yeux de qui le couple franco-allemand est avant tout "une amitié naturelle et une volonté commune".

 Traité de l'Élysée: "En cinquante ans, ce texte a profondément changé notre quotidien"

À l'occasion de la célébration des cinquante ans du Traité de l'Élysée, Marielle de Sarnez a formulé le voeu que le couple franco-allemand "se montre à la hauteur" du nouveau défi que constitue la réforme de l'Union Européenne. "Nous avons besoin que les citoyens s'y retrouvent", souligne avec conviction la secrétaire générale du Parti démocrate européen.

 Traité de l'Élysée: "Réformer l'Europe, le nouveau défi du couple franco-allemand"

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog