Le Blog du MoDem de Colombes

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (3)

31 Juillet 2011, 09:00am

Publié par MoDem-Colombes

Photo 003

 

30/07 : Malika Bellaribi-Le Moal, mezzo-soprano joue le rôle de la gitane dans un opéra de Verdi, « Il Trovatore » dans le cadre du 8e festival lyrique De bouche à oreilles qu'elle organise en Gascogne à l'Eglise de Gondrin.   Elle est associée à des chanteurs professionnels expérimentés et à un chœur de solistes amateurs : celui du centre social des Fossés-Jean de Colombes ( Carmen citoyenne ? ).


30/07 : Les Batuc'ados de Colombes finissent leur tournée de Juillet dans toute la France avec leurs spectacles de danses, chants, percussions endiablées et musiques du monde :  Fin de tournée pour les Batuc'ados de Colombes !

 

28/07 : Chaque jeudi de l'été, les bibliothèques de Colombes vous proposent de lire au Parc Caillebotte, au Square Victor Bash, au CSC Europe et à l'Ecole Charles Péguy : Les médiathèques de Colombes en plein air

 

27/07 : On apprend que le 5 juillet dernier, 47 Roms ont dû abandonner le terrain de la DIRIF (Direction Interdépartementale des Routes d'Île-de-France) à Colombes, près de l’autoroute A86.

 

27/07 : L'Indépendant, quotidien des Pyrénées-Orientales et de l'Aude publie Top14: le hit parade des stades les moins chers : A Colombes les prix aussi ont augmenté, mais pas de façon fulgurante: les abonnements débutent à 140€ (les places en pesages n'étant ouvertes que lorsque les tribunes sont pleines), soit 5€ de plus que l'année passée, peu de choses donc. Pour la tribune centrale, comptez 540€, soit 30€ de plus que la saison passée. Un bon investissement quand on sait le spectacle qui se joue à Colombes toutes les semaines.

 

26-30/07 : Une semaine scientifique sur le terrain communal de l'Ile Marante autour du célèbre camion de "C'est pas sorcier"  C'est pas sorcier à Colombes !

 

25/07 : De retour d'un voyage d'étude aux Etats-Unis, dix élus franciliens issus de la diversité, membres de l'Association nationale des élus locaux de la diversité (ANELD) décident de plaider en faveur des statistiques ethniques.  Ils sont convaincu que de telles statistiques seraient le meilleur moyen de lutter contre les discriminations dont sont victimes les personnes d'origine étrangère. "Elles permettent l'officialisation de la discrimination et donc mettent fin à l'inertie. Les hommes politiques, qui devraient êtrevisionnaires et avoir un temps d'avance sur les mentalités ne pourront plusesquiver le dossier", soutient Leïla Leghmara, conseillère municipale Nouveau Centre à Colombes. "De toute façon, la promotion de la diversité dépasse les clivages. Il y a des moments où il faut savoir faire des alliances avec ses adversaires politiques pourfaire bouger les lignes", affirme Leïla Leghmara, s'inspirant de ce que lui a dit un homme politique américain.

 "C'est un combat qui va déranger et heurter certaines sensibilités. Mais les grands combats se mènent dans la division", lance avec emphase Leïla Leghmara, avant de citer les exemples de Simone Veil ou de Martin Luther King. Et d'insister : "Il faut bien comprendre qu'un jour les minorités deviendront la majorité."

 

22/07 : A Pierrelaye, des policiers interpelle un jeune de Colombes (28 ans) qui commençait à travailler sur les fils d'une voiture.

 

Avis aux automobilistes colombiens pour les semaines à venir :

- Bonne nouvelle : le stationnement payant à Colombes est partout gratuit au mois d'Août !

 - Mauvaise nouvelle : la fermeture du tunnel de la Défense (A14) 24h/24 dans les deux sens du lundi 1er août 2011 au vendredi 19 août 2011 (déviation faite via le boulevard circulaire) http://www.tunnels-idf.fr/

 

Fin de tournée pour nos Batuc'ados !

29 Juillet 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/07/29/201107291461_w350.jpg

http://ile-de-groix.info/blog/local/cache-vignettes/L500xH333/batucados-500-3-7411b.jpg

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2011/07/08/lo11_2244472_1_px_470_.jpg

  

Les talentueux Batuc'ados de Colombes ont fini leur tournée d'un mois "Balade sans frontières" dans toute la France avec leurs spectacles de danses, chants, percussions endiablées et musiques du monde.

Ce groupe, constitué d'une trentaine d'adolescents de Colombes, avec leurs encadrants, commence à être largement reconnu dans toute la France : c'est dire la qualité de leur travail. Leurs rythmes endiablés donnent à leurs gestes de musiciens une grâce de danseurs. Le joyeux métissage des sonorités et des artistes fonctionne à merveille. 

Du 24 au 30 juillet, ils étaient à Tarascon (Ariège) au Festival Trascon Latino et étaient chaque soir en première partie de spectacles officiels.

Du 18 au 24 juillet, ils étaient au Festival la Ronde des copains du Monde à Ambert.

 

Du 10 au 18 juillet, ils étaient au Festival de la Paix à Saintes ( danses et musiques du monde).

Du 6 au 10 juillet, ils étaient au Festival des Terres Blanches de Guérande.

 

Du 1 au 6 juillet, ils étaient sur l'Ile de Groix (56) pour des répétitions et des spectacles.

C'est un peu à la maison que la troupe des Batuc'ados avait débuté leur tournée estivale Balade sans frontières. Dans une salle des fêtes bondée, avec au premier rang les jeunes colombiens actuellement en colonie à Surville, les artistes colombiens ont présenté un spectacle très abouti. Après une interprétation époustouflante a capela de Rolling in the deep par une jeune révélation du groupe, c'est un voyage autour du monde qui s'est offert à un public enthousiaste.

Danses antillaises, indiennes ou africaines, hip-hop, sessions vocales en live et bien sûr percussions ont ainsi alterné à un rythme effréné mais fluide grâce à des sketchs de transitions. Avec de nombreuses nouveautés cette année, les artistes de Colombes ont frappé fort. «On a cherché à construire un tableau complet qui se tienne de bout en bout», explique Mohamed, le coordinateur qui, avec Reda, Jean-René, Cédric et tout le staff, tisse toute l'année des liens étroits autour de la musique à l'espace jeunes de Colombes. « On a à coeur de montrer ce que l'on sait faire avec des jeunes ultra-motivés ».


 

« Un cameraman a filmé plusieurs prestations, notamment sur l'île, qui a débouché sur un film produit par la ville de Colombes », annoncent les jeunes.

Intéressée, France Télévision devrait le diffuser à la rentrée.



Bayrou : je voterai la règle d'or

28 Juillet 2011, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

 

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, a répondu aux questions de la rédaction du journal France Soir, jeudi 28 juillet.

Il revient notamment sur les mesures qu'il a défendu auprès de Nicolas Sarkozy, face à la crise de la zone Euro.

F

rance-Soir. La France est-elle à l’abri, demain, d’une situation à la grecque ?

François Bayrou. La France n’est pas à l’abri du sort de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne, de l’Italie. Si rien n’est fait, nous allons, à coup sûr, rencontrer les mêmes difficultés qu’eux. En 2007, j’avais déjà fait de cette question un élément central de ma campagne. Mais, par rapport à notre situation d’aujourd’hui, c'est presque un temps qu'on regretterait. Le déficit de la France était alors de 40 milliards. C’était déjà énorme. Or, cette année, il sera plus près de 150 milliards d’euros, c’est-à-dire qu’il a été presque multiplié par quatre.

F.-S. N’est-ce pas imputable d’abord à la crise ?

F. B. Selon la Cour des comptes, la crise ne représente qu’une petite part de notre déficit : de l’ordre de 30 milliards. Notre déficit est donc principalement la conséquence denos déséquilibres de long terme. Il est étroitement lié à une question clé : le commerce extérieur de la France s’effondre mois après mois, aggravant sans cesse nos déséquilibres. Toutes les semaines, ce sont des milliards d’euros qui s’en vont de notre pays. Quand on en est là, comment peut-on espérer - sinon en empruntant à tour de bras - conserver notre modèle social, notre niveau de vie, nos services publics ? Cette situation appelle une prise de conscience générale. Pour l’instant, l’euro nous protège. Si l’euro n’existait pas, le château de sable se serait déjà écroulé…

F.-S. On ne peut pas emprunter sans fin…

F. B. C’est pourtant là que nous en sommes ! Ce n’est pas sans raison que j’ai, depuis quatre ans, multiplié les alarmes sur la situation du pays. Ce qui est incroyable dans cette situation, c’est que certains à gauche demandent à dépenser plus : elle annonce des emplois publics supplémentaires par centaines de milliers ! Aujourd’hui, entre les candidats PS, c’est un débat adapté à la campagne de 1995 ou à celle de 2002, pas à celle de 2012. Un certain nombre d’entre eux le savent très bien d’ailleurs !

F.-S. Vous avez été reçu lundi à Élysée par Nicolas Sarkozy pour évoquer justement la question de la dette. Que lui avez-vous dit ?

F. B. J’ai parlé longuement avec Nicolas Sarkozy du risque que fait courir à l'euro la réponse insuffisante qui a été trouvée pour la Grèce. Je lui ai aussi parlé de la « règle d’or » que je réclame en réalité depuis 2002. Pour moi, il s’agirait d’inscrire dans la Constitution la règle selon laquelle, quand la croissance est là, le déficit budgétaire est interdit, du moins en matière de dépenses de fonctionnement. A la limite, on peut imaginer que, pour investir, on puisse emprunter. Et en temps de récession, on pourrait aussi, s’il le faut, réinjecter de l’argent public. Ce n’est pas vraiment le dispositif que le gouvernement a adopté. Ce n’est pas le texte simple et clair que j’aurais souhaité. Mais c’est un pas dans la bonne direction. J’ai dit à Nicolas Sarkozy qu’à sa place j’irais au Congrès pour mettre tous les élus, de quelque bord qu’ils soient, en face de leurs responsabilités. C’est un moment grave pour le pays, une question essentielle. Je lui ai donc indiqué que, même si le texte n’était pas celui que j’aurais souhaité, je le voterais. Pour être en cohérence avec ce que j’ai dit depuis des années.

F.-S. Cette réunion du Congrès, le PS la dénonce comme un « piège »…

F. B. Je ne fais pas passer la politique politicienne avant les intérêts essentiels du pays. Ce n’est pas un piège pour le PS. La situation d’aujourd’hui, c’est un piège pour 65 millions de Français.

F.-S. Y aura-t-il encore des marges de manœuvre pour le vainqueur de 2012 ?

F. B. Oui, il en restera. Mais toutes les promesses qui ne prendront pas en compte la nécessité de reconstruire le pays sur des bases saines seront autant de promesses vaines.

F.-S. L’affaire de la dette est-elle « le » nouveau clivage ?

F. B. Je pense, depuis longtemps, que le clivage gauche droite n’a plus de sens parce que, dans les deux camps, il y a des gens qui pensent des choses radicalement différentes. Or l’élection présidentielle va se jouer sur ces questions de fond. Elle doit faire naître une approche politique nouvelle, que je porte et je recommande depuis des années.

F.-S. Nicolas Sarkozy, que vous avez tant combattu, a-t-il changé ?

F. B. En 2007, je me suis opposé à Nicolas Sarkozy parce que les valeurs qu’il proposait à la France étaient en contradiction avec ce que je crois : une place excessive accordée à la réussite matérielle, à l’argent, une manière de tourner le dos à une partie de notre histoire culturelle et sociale, le choix de favoriser les inégalités, sans compter un système de gouvernement absurde qui consistait à concentrer tous les pouvoirs entre les mêmes mains avec un gouvernement effacé. Il était le président d’un parti au lieu d’être le président d’un pays. A-t-il changé ? Les hommes peuvent-ils changer ? Il est sans doute plus retenu, et moins caricaturalement du côté des intérêts catégoriels. Sur le fond, a-t-il compris qu’un président de la République c’est quelqu’un qui doit rassembler et proposer une vision ? Sa démarche s’inscrit toujours dans cette guerre d’un camp contre l’autre. Moi, je pense qu’il faut changer la politique de la France. Lui pense qu’il faut continuer. Entre nous, c’est une contradiction majeure.

F.-S. Serez-vous candidat en 2012 ?

F. B. Je m’exprimerai à la rentrée sur ce que je considère comme essentiel pour la France. Le processus de l’élection présidentielle suivra. Aujourd’hui, je ne veux pas faire partie de ce manège de chevaux de bois, avec ceux qui montent, descendent, puis disparaissent. Ça tourne, ça tourne… Nous sommes dans le temps de la prise de conscience pour le pays. Le temps des réponses viendra à la fin de l’année quand les choses deviendront sérieuses.

F.-S. Au centre, vous êtes concurrencé par Jean-Louis Borloo…

F. B. Vraiment ? Nos démarches ne sont absolument pas les mêmes. Lui, il a été depuis dix ans un des piliers de la majorité actuelle. Ses amis et lui ont tout approuvé, tout voté, tout applaudi, tout ce qui a été, pour moi, des motifs lourds d’opposition. Aujourd’hui, il y a une querelle à l’intérieur de la majorité. C’est leur affaire. Ce dont la France a besoin, c’est d’un renouvellement profond, pas d’une guerre intestine entre radicaux et UMP. Dans une élection présidentielle, deux questions comptent : quel est le chemin ? Qui propose ce chemin ? Le chemin, je vous en ai parlé. Pour le reste, ce qui importe, c’est de savoir si celle ou celui qui parle aux Français a fait preuve dans sa vie de cohérence, celle qui garantit que sa conduite ne relève pas de l’opportunisme ou de la rancœur, que ce n’est pas une girouette qui tourne avec le vent.

F.-S. Y a-t-il des socialistes avec lesquels vous pourriez dialoguer ?

F. B. Il y en a beaucoup. Ce sont des gens que je respecte comme il y a beaucoup de gens que je respecte à l’UMP. Ce qui se dessine, c’est la majorité qu’il faudra pour la France : une majorité centrale, et non plus une majorité de camp contre camp. Mais pour cela, il faut que les socialistes comprennent que cette majorité centrale est incompatible avec un certain nombre de thèses en leur sein ou chez leurs alliés.

F.-S. Si vous n’êtes pas présent au second tour, ferez-vous un choix cette fois-ci entre les deux finalistes ?

F. B. Tout le combat que je mène, c’est pour être au second tour. Si ce n’était pas le cas, collectivement, nous ferions évidemment un choix.

F.-S. Pensez-vous comme Nicolas Sarkozy que la France glisse à droite ?

F. B. Glisser, ce n’est pas le mot. Mais, c’est vrai, il y a un déplacement vers plus d’autorité, plus de rigueur, plus de repères. Les gens exigent que ceux qui sont en charge de l’autorité fassent leur travail, et c’est absolument légitime.

F.-S. Est-ce que cela ne met pas un candidat du centre en porte-à-faux ?

F. B. Au contraire ! Le centre, c’est le seul lieu où l’on soit capable de prendre en compte les attentes des deux bords. Le centre, ce n’est pas le « ni ni ». Des deux côtés, il y a des attentes légitimes.

Les médiathèques de Colombes en plein air

28 Juillet 2011, 00:01am

Publié par MoDem-Colombes

http://mediatheques.colombes.fr/files/solidairetelecture-004_lo.png

 

Depuis le 14 juillet et jusqu'au 25 août 2011, les médiathèques de Colombes participent chaque jeudi à l'opération Solidair'été :

Rendez-vous au parc Caillebotte, au square Victor Basch, au CSC Europe et à l'école Charles Péguy, le jeudi de 16h à 18h30.

Préparez votre crème solaire, mettez votre chapeau et ouvrez grand les oreilles pour écouter les histoires des bibliothécaires !

Les médiathèques s'installent dans les parcs et vous proposent un grand choix de livres, de magazines et de musique pour les petits et les grands, à venir déguster sous le soleil ou à l'ombre des arbres !

http://mediatheques.colombes.fr/agenda/prevert/solidair-ete-les-mediatheques-en-plein-air

 

Horaires d'été des médiathèques, du 5 juillet au 27 août :

Mardi et vendredi : de 15h à 18h30
Mercredi et samedi : de 10h à 13h et de 14h à 18h30
Jeudi : fermé au public - (interventions dans les parcs)

et les prêts d'été doublent : 12 documents imprimés au lieu de 6 ; 12 CD discothèque au lieu de 6 ; 6 semaines au lieu de 3.

Des sites font peau neuve à Colombes : (3) Le Consulat du Maroc

27 Juillet 2011, 12:48pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Le Consulat Général du Royaume du Maroc à Colombes nous propose un nouveau site internet pour nous permettre de prendre connaissance en amont de toutes les démarches administratives que nous pouvons effectuer. Vous pourrez également découvrir toutes les richesses du Maroc dans la rubrique "Bienvenue au Maroc" :

http://www.cgm-colombes.com/index.php

 

Trois propositions concrètes pour l'avenir de la zone euro

26 Juillet 2011, 19:32pm

Publié par MoDem-Colombes

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTx0ZQm58nR2npmxhkrtuGoZQkICvKh6lYAG7SAE46MXwsR4-76LA

 

Point de vue ar Stéphane Cossé, maître de conférence à Sciences-PO, membre du comité d'orientation d'EuropaNova et Robert Rochefort, député européen et vice-président du Modem

 

Les chefs d'Etat ont agi le 21 juillet en pompier. Ils ont éteint l'incendie avant qu'il ne s'embrase sur toute la zone euro. Il faut s'en féliciter. Mais la zone euro a besoin d'une architecture plus solide, car d'autres étincelles viendront fragiliser l'édifice. Des initiatives simples et structurantes peuvent être mises en œuvre rapidement. Pour être lisible de tous, il faut envisager une architecture à trois étages :

Le premier étage est le fonds de secours, celui qui permet de faire face aux crises. Celui-là vient d'être renforcé. Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui vient de voir ses moyens d'action élargis est l'esquisse d'un Fonds monétaire européen. Il a les mêmes objectifs que le Fonds monétaire international. Les Etats membres de ce Fonds mettent en commun des ressources financières pour faire face à l'urgence. Les prêts sont conditionnés à la mise en œuvre d'un programme de redressement des finances publiques et de réformes structurelles.

Il faut se réjouir à ce titre que les gouvernements de la zone euro aient enfin accepté de réduire le taux de ces prêts à leur strict minimum, sans prendre de commissions (qui n'avaient aucun sens) sur le dos des gouvernements grecs, irlandais et portugais. Avec les décisions prises par les chefs d'Etat le 21 juillet, l'outil est maintenant pérenne et solide, même s'il est encore perfectible.

Les chefs d'Etat, en revanche, n'ont pas fait d'avancée sur la mise en place d'autres outils qui structurent la zone euro. Le deuxième étage, en effet, serait la mise en commun de capacités d'emprunt des Etats de la zone euro. Cet étage, qui verrait la constitution d'une Agence européenne de la dette (AED), s'inscrit dans un objectif complètement différent du premier. Le FESF emprunte lorsque l'urgence le requiert pour venir en secours à un Etat. L'AED a, elle, pour objectif d'emprunter pour faire face aux besoins courants d'emprunt des Etats.

L'intérêt d'une agence commune de la dette est avant tout de faire baisser les taux d'intérêt sur tous les emprunts souverains, quel que soit la situation des finances publiques des Etats. C'est l'un des avantages d'avoir une monnaie en commun. Pourquoi s'en passer ? Les emprunts de l'AED doivent être bien entendu plafonnés pour éviter que les Etats se sentent capables d'emprunter autant qu'ils le souhaitent.

Pour avancer rapidement dans la mise en place de cette AED, il serait possible decommencer seulement par les emprunts à court terme des Etats, qui constituent en quelque sorte leurs fonds de roulement. Sait-on, par exemple, que la Grèce emprunte toujours à 3 mois à 4 %, soit un taux trois fois plus élevé que la moyenne de la zone euro ? Lancer des "bons du Trésor" européens à moins d'un an, avec l'assistance technique de la Banque centrale européenne, serait chose facile et ne requerrait pas une lourde machine. Ces bons pourraient même être ouverts à la souscription pour tous les citoyens européens qui souhaitent investir dans un placement financier à court terme.

Le troisième étage est la mise en commun de capacités de financement de l'Europe. Il s'agit de remplir un autre objectif, celui de renforcer l'intégration économique au sein de la zone euro. Rappelons un chiffre simple : l'Allemagne exporte 40 % de ses produits au sein de la zone euro. Ainsi, plus la Grèce se porte mieux, à travers des projets communs, plus elle est intégrée, plus les exportations allemandes seront performantes. Pour cela, nul besoin de créer de nouvelles institutions, mais plutôt de renforcer les missions de la Commission européenne et de la Banque européenne d'investissement. Il suffit d'autoriser la Commission àemprunter pour financer des projets communs, par exemple en matière d'infrastructures européennes. La Commission a proposé à cet effet proposé d'émettre des "project bonds". Il n'appartient maintenant qu'aux gouvernements d'aller de l'avant. La Commission pourrait faire appel également à l'appui technique de la Banque européenne d'investissement qui finance des projets d'infrastructures Etat par Etat (mais non au niveau européen).

Enfin, pour mener à bien ces initiatives, il faut un chef d'orchestre, un ministre des finances européen, en charge de veiller à la cohérence des orientations budgétaires des Etats, d'évaluer leurs besoins financiers, de superviser l'émission des bons du Trésor européen, et d'incarner au niveau politique l'unité de la zone euro.

Au total, le pire a été évité le 21 juillet, mais la maison est encore à construire. Quelques mesures simples, compréhensibles par tous, devraient servir dès que possible au moins d'échafaudage à cette construction commune et nécessaire.

C'est pas sorcier à Colombes !

25 Juillet 2011, 21:45pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.camioncestpassorcier.com/media/render/image-thumb/id/35/width/177/height/177/crop/inner

http://www.lespetitsdebrouillards-idf.org/local/cache-vignettes/L200xH113/arton511-1514b.jpg

 

Les Petits Débrouillards emmènent le camion "C’est pas Sorcier" à Colombes du 26 au 30 juillet, un camion laboratoire inspiré du camion mythique de l'émission !  Sa mission ?  Rendre les sciences accessibles à tous, à travers des expériences étonnantes et amusantes, conçues dans l'esprit de l'émission "C'est pas sorcier".  Fred et Jamy seront là ... en vidéo !

Venez découvrir les mystères des cinq sens à du corps humain travers des expériences étonnantes, et vous amuser avec de nombreuses activités dans un village scientifique installé au parc de l’Île Marante.

Horaires d’ouverture au public :

Visite du camion - 14h30 à 18h30 (samedi aussi de 10h00 à 13h00) .http://www.camioncestpassorcier.com/

Village scientifique avec une série d'ateliers scientifiques et techniques animés par les Petits Débrouillards : parmie eux : "De la chimie dans mon estomac", "Au coeur du vivant", "Plongée dans la planète verte"
14h30 à 18h30 (samedi aussi de 10h00 à 13h00). 

Adresse : terrain des fêtes de l’île Marante - Parc départemental Lagravère –Colombes 92700 (à proximité de la patinoire)

Cette animation pédagogique itinérante, une opération en partenariat avec France 3, L'Express et le Fonds MAIF pour l'éducation, a pour but de développer la sensibilité des enfants de 7 à 11 ans à la science.

« Cette idée nous trottait dans la tête depuis longtemps, avoue Jamy. C'est un véritable espace de découverte, les enfants pourront tester, toucher, faire de petites expériences. » Retenus par leurs émissions, les animateurs, Fred et Jamy, qui interviendront par le biais de vidéos, ont néanmoins promis d'être physiquement présents sur quelques étapes. La tournée fera escale dans 80 villes.  Commenée en Septembre 2010, elle est prévue pour durer trois ans. De quoi, comme le dit Fred, « faire le plein des sens » !

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (2)

24 Juillet 2011, 17:00pm

Publié par MoDem-Colombes

Photo 003

 

Ça s'est passé cette semaine à Colombes :

 22/07 : Pour rejoindre l'A86 extérieure (vers Nanterre) venant de Colombes, une déviation est mise en place par le pont de Bezons :  Colombes : attention au Pont de Bezons !

20/07 : La Mairie vient de délivrer le permis de construire : le Garage "Auto Valmy" du 58 bld de Valmy et 3 pavillons voisins (56, 60, 62 bld de Valmy) vont être détruits pour construire un immeuble de 48 logements par Bouyges Immobilier (permis de constuire délivré le 11 juillet 2011).

19/07 : La cour de l’école Charles-Péguy a accueilli des enfants pour une lecture de contes animée par la compagnie le Temps de Vivre, dans le cadre du programme Solidair’été Colombes.

19/07 : A peine 14°C dans les rues de Colombes : on flirte avec des records historiques du 19 juillet le plus froid !

18/07 : 85 jeunes participent à la troisième semaine des traditionnels stages éducatifs de football de l'été organisés par l'Etoile Sportive Colombienne Football.

18/07 : Le meurtrier présumé d’un homme de 39 ans, poignardé à la sortie d’un bar de la Rue des Gros-Grès à Colombes jeudi 14/07 au matin, a été arrêté. Mis en examen pour homicide volontaire, il a été écroué. 

17/07 : Deux familles issues de la communauté des gens du voyage, sédentarisées dans le quartier des Fossés-Jean, se sont violemment affrontées au cours du week-end.

17/07 : Traditionnelle commémoration de la Rafle du Vél d'Hiv à Colombes : l'AFMA92, la Mairie et Rama Yade déposent chacun une gerbe à l'angle de la rue Henri-Barbusse et de la rue Bouin.

16/07 : Deux individus porteurs d’armes de poing de gros calibre ont fait main basse sur près de 250 000 € dans trois agences bancaires des Hauts-de-Seine. Vers 10 heures, ils saisissent un convoyeur de fonds venu réapprovisionner le distributeur automatique de billets (DAB) du Crédit Lyonnais de l’avenue Paul-Doumer, en plein centre-ville de Rueil-Malmaison. Après avoir contraint leur otage à enfiler une ceinture d’explosifs factices, ils l’ont ensuite accompagné dans deux autres banques: une succursale de la Société générale, à Courbevoie, et une de la Bred, à Colombes (Petit-Colombes).  Les malfrats en ont profité pour récupérer les espèces que contenaient les distributeurs, selon une source policière.  Ils ont finalement relâché leur otage en fin de matinée à Colombes, avant de prendre la fuite. La brigade de répression du banditisme (BRB) a été chargée de l’enquête.


Comme l'an dernier, retrouver ici, tous les dimanche à 18h00, et jusqu'au 21 août, les principaux faits (faits divers, politique, scoops, culture, ...) de la semaine écoulée à Colombes. Un évènement nous a échappé?  Envoyez vos infos en commentaire !

 

Les 7 derniers jours d'actualités à Colombes (1)

Grèce : on n'a pas trouvé la réponse

23 Juillet 2011, 00:39am

Publié par MoDem-Colombes

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/images/portrait-bayrou/bayrou4.jpg

Selon Bayrou, "on n'a pas trouvé la réponse"

Dans une déclaration publiée sur le site Web du parti centriste, François Bayrou estime qu'il s'agit d'un bon plan provisoire mais qu'il faut aller plus loin. « On a pris des décisions dans la douleur qui donneront un répit au gouvernement grec et on l'espère à son peuple. Mais ce plan ne suffira pas ».Le centriste a peur des représailles. « les règles et les structures d'une défense systémique de la monnaie européenne (mutualisation de la dette, structure commune de gestion et autorité politique) n'ont pas été mises en place et donc, ajoute le président du MoDem, les même causes risquent à court terme de produire les mêmes effets ». Finalement, selon lui, le constat est plutôt pessimiste. « on aurait voulu et espéré que la crise grecque permette à la zone euro de régler les problèmes d'ensemble qui l'assaillent. On n'a pas trouvé la réponse et on connaîtra d'autres crises ».

Des défauts rédhibitoires, François Bayrou en compte deux.

Un, «les efforts qui ont été décidés en faveur de la Grèce, notamment du secteur bancaire, ne seront en aucun cas repris pour d'autres Etats».

Deux, «les règles et les structures d'une défense systémique de la monnaie européenne n'ont pas été mises en place». Ainsi, pour le président du Modem, ce plan «ne suffira pas» et ne fait que «donner un répit au gouvernement grec».

François Bayrou est reçu lundi à l'Elysée.


Colombes : attention au Pont de Bezons !

22 Juillet 2011, 09:30am

Publié par MoDem-Colombes

 

 

Ce matin il fallait plus d’une heure pour les véhicules venant de Colombes et souhaitant rejoindre l'A86 extérieure ! En effet il faut traverser le Pont de Bezons, faire demi-tour et retraverser le Pont de Bezons dans l'autre sens pour acccéder à l'A86 !   Des panneaux annonçant à l'avance ces travaux auraient été les bienvenus !

 

Les travaux du Tramway T2 entre la Défense et Bezons continuent du 22 au 31 juillet 2011 sur le boulevard du Havre à Nanterre et Colombes, au niveau du carrefour entre la RD992 et la rue du 1er mai (bretelles A86 extérieure).  La RATP réalise des travaux de plateforme du tramway.

 

Pendant cette période, la traversée de la plateforme ne sera plus possible à ce carrefour.

 

Des déviations sont mises en place :

- pour les véhicules venant de l'A86 extérieure et souhaitant se rendre vers La Garenne Colombes ou la rue du 1er Mai et pour ceux venant de Colombes et souhaitant rejoindre l'A86 extérieure (par le pont de Bezons puis RD311 et re-Pont de Bezons).

- pour les navettes bus, dont le demi-tour à partir de la rue des hautes Pâtures sera neutralisé, qui seront déviées par la rue de Sartrouville.

 

http://www.t2ladefensebezons.fr/travaux2.php

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog