Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

54% des Français trouvent que Bayrou incarne le plus les idées et les valeurs du centre

7 Octobre 2012, 23:00pm

Publié par MoDem-Colombes

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/u15875/capture_decran_2012-10-04_a_18.36.32_2.png

 

Pour les Français, c'est François Bayrou qui incarne le mieux les idées et les valeurs de centre (54%). Le fruit d'une longue présence dans la vie politique française. Il devance ainsi très largement Jean-Louis Borloo (34%) et Hervé Morin (12%).

Atlantico : Qui est la personnalité politique la mieux placée pour représenter les valeurs du centre ?

Jérôme Fourquet : Il faut déjà remettre les choses dans leur contexte : si nous avons posé la question, c'est parce que l'on vient d'assister à la création réussie de l'UDI, l'Union des Démocrates et Indépendants de Jean-Louis Borloo. Il s'est mis en position de vouloir incarner le centre, de vouloir refonder l'UDF. Face à cela, François Bayrou a rassemblé ses troupes le week-end dernier, tout en proposant à Jean-Louis Borloo des primaires pour savoir lequel des deux serait capable d'incarner un centre indépendant pour les prochaines échéances présidentielles.

Ce sondage montre que François Bayrou est toujours en tête (54%), loin devant Jean-Louis Borloo (34%) et Hervé Morin (12%), lorsqu'il s'agit de dire qui représente les valeurs et les idées du centre. Il profite d'un capital qu'il s'applique à conserver après une histoire politique avec les Français particulièrement nourrie : il a représenté le centre à trois élections présidentielles consécutives en 2002, 2007 et 2012 ! Fort de cela, il apparaît à une courte majorité comme la personnalité qui représente le mieux les valeurs du centre.

Jean-Louis Borloo obtient un score plus timoré. Il a toutefois complètement éclipsé Hervé Morin. S'il est derrière François Bayrou, avec 34%, il n'est cependant pas tout à fait distancé.

 

Comment expliquer cette rupture entre électeurs de gauche, qui voient le centre incarné par François Bayrou, et ceux de droite, qui voient plus Jean-Louis Borloo jouer ce rôle ?

L'électorat de François Hollande cite aux trois quarts François Bayrou. L'électorat de Nicolas Sarkozy cite Jean-Louis Borloo à 61%. Derrière ce clivage se pose la question de la définition du centre. Nous avons posé la question sans préciser ce qu'il fallait entendre par centre. Chacun y voit donc le sens de ce qu'il a l'habitude de percevoir.

Pour les électeurs de François Hollande, le centre est plus perçu comme un supplétif de la droite. François Bayrou et ses volontés d'indépendance sont donc tout désignés. A l'inverse, l'électorat de droite conçoit un centre plus traditionnel, c'est à dire un centre-droit qui s'aligne régulièrement sur les positions de l'UMP. C'est donc vers Jean-Louis Borloo que se dirige leur identification du centre.

Les électeurs du Front national semblent être les plus partagés entre les trois personnalités, beaucoup plus répartis entre François Bayrou, Jean-Louis Borloo et Hervé Morin. Comment l'expliquer ?

Effectivement, c'est l'élément intéressant : ils sont beaucoup plus partagés que les autres électorats pour une raison toute simple : ils sont l'électorat le plus éloigné des enjeux centristes. A gauche, le centre indique l'indépendance, à droite, il indique le partenariat... alors que pour le Front national, il y a plus d'indifférence qu'autre chose.

 

Les différentes catégories de populations accordent-elles la même représentativité du centre à ces personnalités ?

François Bayrou fait de meilleurs scores chez les femmes : 59%, contre 49% chez les hommes. Il marque aussi plus de points chez les jeunes, plutôt que chez les personnes âgées. Ce sont des catégories qui sont habituellement plus éloignées de la vie politique. C'est donc une prime à la visibilité, à la notoriété et à l'ancienneté d'implantation dans le paysage politique. Jean-Louis Borloo est ancien aussi, mais il reste moins médiatisé et moins symbolique du combat centriste dans l'esprit des Français.

Alors qu'il sort d'une longue série de défaites électorales, et qu'il est à la tête d'un parti exsangue dépourvu d'élus, François Bayrou devrait être en mesure de faire fructifier ce capital de représentativité du centre quand Jean-Louis Borloo va devoir avant tout monter en puissance. Il peut profiter de l'existence d'un groupe parlementaire et d'élus locaux qui se feront entendre et réussiront peut-être à représenter une offre politique intéressante autour de l'UDI.

 

Commenter cet article