Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Bayrou : ses combats

26 Décembre 2011, 23:59pm

Publié par MoDem-Colombes

 

Du Béarn à Paris, retour sur trente ans d’engagement politique, durant lesquels s’est construite sa stature d’homme d’Etat et sa vision de l’avenir de la France.

Le parcours politique de François Bayrou commence dans les Pyrénées-Atlantiques où il a ses racines. Elu d'abord conseiller général, il devient ensuite député. En 1993, il est nommé ministre de l’Éducation nationale, poste qu'il occupera pendant plus de quatre ans.

Ses convictions européennes l’amènent à mener la liste centriste aux élections de 1999. A la suite de ce scrutin, il siège à Strasbourg où il défend sa vision d’une Europe des peuples et d’une construction communautaire qu’il juge indispensables dans un monde qui a changé d’échelle. 

Élu président de l’UDF en 1998, il prend clairement position pour une ligne politique autonome, distincte de celle du RPR. En cohérence avec son discours, il rejette donc fermement l’idée d’un parti unique fondu dans l’UMP, en 2002. La même année, sa candidature à la présidence de la République recueille 2 millions de voix.

Fervent défenseur du pluralisme et de l’indépendance des médias vis-à-vis du pouvoir, il rappelle à plusieurs reprises que le rassemblement des républicains est nécessaire pour remédier aux maux de la France. Par ailleurs, il monte au créneau face au dévoiement de la Ve République et vote la censure contre le gouvernement Villepin en mai 2006.

Avec l'exigence d'intégrité dans la vie politique française et une véritable séparation des pouvoirs, la lutte contre la dette est un l’un de ses axes forts lors de la campagne présidentielle de 2007. Il recueille, lors de ce scrutin, près de 19 % des suffrages et manque de peu d'être présent au second tour.

Il est élu président du Mouvement Démocrate, parti créé à l’issue de l’élection présidentielle de 2007, dernière étape d’une indépendance conquise. Son objectif est de rassembler, tout en proposant aux Français une offre politique crédible.

Il est le premier responsable politique à dénoncer la collusion entre intérêts privés et chose publique, à propos de l’affaire Tapie. En 2009, il publie « Abus de pouvoir », réquisitoire contre une pratique du pouvoir qui va, selon lui, à l'encontre de la tradition historique française et contre l'injustice qui marque les premiers choix de Nicolas Sarkozy. A plusieurs occasions, pendant la mandature, il donne de la voix et se prononce contre le paquet fiscal, la réintégration dans le commandement militaire de l'OTAN, la réforme des retraites ou encore la loi HADOPI, par exemple.

Dans son dernier ouvrage, « 2012, État d’urgence », il identifie les causes des difficultés du pays : l'endettement qui fait peser de lourdes charges sur les générations futures,  l’abandon de la production industrielle et le délitement de l’école. Ce sont les axes forts sur lesquels il faudra travailler ensemble pour redresser la France. 

Commenter cet article