Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du MoDem de Colombes

Colombes, prêt pour l'été !

1 Juillet 2015, 11:45am

Publié par MoDem Colombes

Colombes, prêt pour l'été !

Quelques idées de sorties cet été à Colombes !

Météo à Colombes : heure par heure

Cinéma à L'Hélios : la prochaine séance

Piscine, les horaires : Lundi : 14h-20h ; Mardi & mercredi : 10h-13h & 14h-20h ; Jeudi & vendredi : fermé ; Samedi & dimanche : 9h-13h & 14h-19h.

Médiathèques La Marine, Prévert & Michelet, les horaires : Lundi : fermé ; Samedi : 10h-18h ; et pour la Marine ; Mardi : 12h30-19h ; Mercredi :10h-18h ; Jeudi : fermé ; Vendredi : 10h-13h et 16h30-19h ; pour Prévert : Mardi : 10h-12h30 et 16h-19h ; Mercredi : 10h-12h30 et 14h-18h ; Jeudi : 16h-19h ; Vendredi : 16h30-19h ; et pour Michelet : Mardi : 14h-18h30 ; Mercredi : 10h-12h30 et 14h-18h ; Jeudi : 14h - 18h30 ; Vendredi : 16h30-18h30,

Parc de l'Île Marante, les horaires 7h-21h

Coulée Verte, tlj 9h-20h ; Centre Nature, du Lun au Ven 9h-12h30 & 13h30-18h.

Jardinage : tous les mercredis du mois de juillet et d’août de 10h00 à 11h00 : cours de jardinage au Centre Nature, à partir de 3 ans.

Musée : jusqu'au 26 juillet, du mercredi au samedi, 14h-18h, vendredi 16h-19h avec l'Expo "Loisirs en Seine", régates, guinguettes et autres plaisirs dans l'Ouest parisien

Mercredi 1er, jeudi 2 et vendredi 3 juillet à 20h30 Théâtre "Lucien" à La Cave à Théâtre (entrée 6 Eur)

Mercredi 1er, jeudi 2 et vendredi 3 juillet à 18h30 & 20h30 Cinéma à la MJC : "3 souvenirs de ma jeunesse".

Jeudi 2 juillet, 19h00, à l'Hôtel de Ville : Conseil Municipal, son ordre du jour

Vendredi 3 juillet, 19h30, Musique punk au P'tit Cadran (entrée gratuite).

Samedi 4 juillet, 16h30, Place Chavany : Concert Jazz

Samedi 4 et Dimanche 5 juillet : Expo au Tapis Rouge "J'ai rêvé 2024" Escrime et Métiers de l'Ameublement

Dimanche 5 juillet, 10h-13h, rue Saint-Denis - Place Rhin et Danube, réunion mensuelle des Belles de Colombes.

Dimanche 5 juillet, 11h00-17h00, Brunch Culturel à l'Avant Seine : Performances artistiques de graffeurs le temps d'un brunch. Entrée 19€ (moins de 12 ans : 10 €)

Du Lundi 6 juillet jusqu'au Vendredi 28 août : Stages à la Maison de l'Image pour les 12-20 ans (voir ci-dessous)

Du lundi 6 juillet jusqu'au 18 juillet : Stages au Conservatoire

Mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 juillet 18h30 & 20h30 Cinéma à la MJC "L'ombre des femmes".

Du lundi 6 au vendredi 31 juillet, Stages "Colombes en foot" par L’Étoile Sportive Colombienne-Football pour les enfants de 6 à 16 ans, licenciés ou non.

Lundi 13 juillet, Fête Nationale : à 19h Bal sur le parvis de l’Hôtel de Ville - Restauration sur place ; à 23h Retraite aux flambeaux ; et à 23h30 : Feu d’artifice au Stade Yves-du-Manoir

Lundi 13 et mardi 14, 21h-4h : Bal des Pompiers à la Caserne

A partir du mercredi 14 juillet (et jusqu'au vendredi 14 août), tous les jours, de 15h à 19h, : Animations "un été dans les quartiers" au Parc Caillebotte, à l'Ecole Charles Péguy (et ponctuellement à la cité des Musiciens)

Mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 juillet 18h30 & 20h30 Cinéma à la MJC "Comme un avion".

Jeudi 16 juillet à 20h30 : avant-première au cinéma L'Hélios "Une famille à louer" avec Benoît Poelvoorde et Virginie Effira)

Dimanche 19 juillet 16h, à l’angle de l’avenue Henri-Barbusse et de la rue Bouin : Commémoration de la rafle du Vélodrome d’Hiver

Mercredi 22, jeudi 23 et vendredi 24 juillet 18h30 & 20h30 Cinéma à la MJC "Mustang".

Vendredi 31 juillet, c'est le dernier jour pour participer au concours photo du Musée "S'amuser à Colombes"

Lundi 24 août, 20h-22h30 : dans le cadre de la nuit internationale de la chauve-souris, soirée chauves-souris à la Coulée Verte (rdv devant le chalet).

Dimanche 30 août : commémoration de la libération de Paris et sa balieue.

Colombes, prêt pour l'été !
Les stages de la Maison de l'Image

Les stages de la Maison de l'Image

Colombes, prêt pour l'été !

Dix évidences sur la "réforme" du collège

3 Juin 2015, 08:13am

Publié par MoDem Colombes

Dix évidences sur la "réforme" du collège
Dans une tribune à paraître dans le journal Le Monde daté de demain, François Bayrou rétablit dix vérités essentielles à ses yeux sur la réforme du collège.
Il ne faut pas renoncer au collège unique. Mais faire suivre à tous les élèves le même cursus pédagogique, c'est se condamner à en maltraiter un grand nombre.
1 - La crise du collège n'est pas une crise du collège. Les problèmes que rencontrent nombre d'élèves dans les quatre premières années de l'enseignement secondaire proviennent en fait des lacunes non résolues dans l'enseignement primaire, notamment et d'abord les blocages devant la lecture et l'expression écrite et orale. Refuser d'en tenir compte en traitant le collège comme un problème en soi, c'est courir à l'échec.
2 - Le collège unique n'est pas la question, la question c'est le collège uniforme. Je suis moi-même l'auteur dans les années 1990 de la formule " collège unique, collège inique ", mais c'était une formule approximative. Le collège unique a été conçu, très justement, dans le septennat de Valéry Giscard d'Estaing, pour échapper à la discrimination dévalorisante entre lycées et collèges d'enseignement secondaire (CES, urbains) et collèges d'enseignement généraux (CEG, ruraux). Il est juste que tous les élèves, à l'instar de l'école élémentaire, suivent le même cycle d'enseignement secondaire et cela ne peut être remis en cause. En revanche, faire suivre à tous les élèves, quel que soit leur niveau, le même cursus pédagogique, c'est se condamner à en maltraiter un grand nombre.
3 - Cette réforme est mal inspirée, elle supprime ce qui marche et généralise ce qui ne marche pas et ne marchera pas. Sous le prétexte que 15 % à 25 % d'élèves seulement profitent d'un certain nombre d'options et d'organisations pédagogiques, on les supprime. La démarche juste et respectueuse des principes de l'éducation nationale aurait été d'ouvrir ces options et ces formations à un plus grand nombre.
4 - Condamner à mort le latin et le grec, c'est amputer des générations. Le latin et le grec ne sont plus des disciplines à part entière dotées d'un horaire. Pourtant, la culture française s'est construite, au travers des siècles, sur la fréquentation de ces deux langues mères du français et des autres langues occidentales. Nous parlons latin quand nous parlons français, espagnol, italien, ou toute autre langue romane régionale ou nationale, et ce latin-là a trouvé aussi une descendance dans les langues germaniques modernes, anglais, allemand, etc., notamment par la rencontre du français.
Nous parlons grec dans tout le vocabulaire scientifique, notamment médical, technique et philosophique du monde. Une connaissance, même scolaire, de ces deux langues mères apporte à l'esprit qui se forme, sans même qu'il s'en aperçoive vraiment, le sens de l'étymologie, le goût de la nuance, un début de maîtrise de l'expression. La longue chaîne des écrivains et des penseurs français s'est constituée avec ce point commun de leur commune connaissance des langues et des littératures latine et grecque.
5 - Amoindrir l'enseignement le plus attractif des langues vivantes, c'est une régression. Les classes européennes, les classes à deux langues vivantes, les options de langues régionales, le bain linguistique précoce, tout cela était un indiscutable progrès. C'était pour les établissements un signe de qualité, dont ils étaient fiers. Par détestation d'un prétendu " élitisme ", on saccage le travail de bien des années et de bien des enseignants.
6 - L'enseignement des langues régionales ne se relèvera pas de cette démolition. Le travail sur la transmission des langues de France, alsacien, basque, breton, corse, catalan, créoles, occitan, est peut-être indifférent à beaucoup. Mais il est précieux pour de larges parts de notre peuple. Il a été, depuis plus de vingt ans, l'objet d'un effort continu, souvent à contre-courant. L'organisation proposée du collège ne laissera plus de place à cet effort de transmission.
7 - Et tout cela pour quoi? Le ministère est très fier de brandir comme étendard de sa réforme les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires), systématisés et obligatoires. Rendre l'interdisciplinarité contrainte et obligatoire, à l'endroit et à l'envers, c'est une mode. L'interdisciplinarité peut être utile, éclairante pour les élèves, à condition qu'elle soit de l'initiative des enseignants et suffisamment souple pour qu'ils s'y investissent.
La réforme fait le contraire : elle choisit arbitrairement huit thèmes, dont six seront obligatoires, à raison de deux à traiter chaque année de la 5e à la 3e, ce qui laisse, au mieux, quatre mois par thème sur l'une des trois années (5e, 4e et 3e) à raison d'une à deux heures par semaine, avec des enseignants convoqués pour les traiter, volens nolens. Ce menu obligatoire est composé de huit thèmes, dont voici la disparate liste :corps, santé, bien-être et sécurité; culture et création artistiques; transition écologique et développement durable; information, communication, citoyenneté; langues et cultures de l'Antiquité; langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales (!); monde économique et professionnel; sciences, technologie et société.
Je demande à tout adulte de bonne foi, à tout étudiant, à tout enseignant de se demander ce qu'en quelques semaines on peut faire, à plusieurs professeurs, du thème " langues et cultures étrangères ou le cas échéant régionales " avant de l'abandonner pour passer à " corps, santé, bien-être et sécurité ".
8 - En plus, c'est inapplicable! Comment imaginer que tous les principaux de collège puissent élaborer des emplois du temps qui permettent à plusieurs enseignants de disciplines différentes, volontaires ou pas, de se trouver devant les mêmes classes aux mêmes heures? Et les professeurs qui ont la charge de six ou huit divisions, devront-ils participer à autant d'EPI? En plus de la préparation des quinze ou dix-huit heures de cours hebdomadaires, des conseils de classe, des conseils parents-élèves, des corrections de copies, des réunions de concertation disciplinaire ou par classe?
9 - Quelles sont les conséquences de cette " réforme "? La conséquence, c'est une aggravation de la discrimination sociale. Le contrat moral de l'éducation nationale, c'était le " meilleur offert à tous ". Non pas garanti à tous, bien sûr, mais offert à tous. Les moins armés devaient être assurés d'un socle de connaissances, et les plus allants, d'où qu'ils viennent, et où qu'ils vivent, devaient pouvoir aller aussi loin que possible. C'était tout le sens des options ou des cursus linguistiques. Egalité sur le territoire et égalité des chances.
Cette organisation qu'on prétend imposer aura une conséquence mécanique : ce que le collège ne transmet plus, les établissements privés ou les cours particuliers l'assureront à quelques-uns. Ceux qui auront les moyens, culturels ou matériels. C'est une loi en économie, la mauvaise monnaie chasse la bonne : l'idéologie égalitariste fait reculer l'égalité.
10 - Alors que faire? Il faut se mobiliser. Nous avons une année pour le faire. Le gouvernement table sur la résignation de beaucoup. De très nombreux intellectuels, rangés pour cette raison dans la catégorie des " pseudos ", des écrivains, des responsables politiques, des enseignants, des parents d'élèves de toutes organisations, des élèves et d'anciens élèves, ce que nous sommes tous, ont dit leur inquiétude ou leur colère. Ils ne cherchent aucun intérêt, ni corporatiste ni partisan, ils défendent ce qu'ils croient précieux pour les élèves et pour l'école française.
Il suffit qu'ils se groupent et s'expriment ensemble pour que ce texte imposé, jamais discuté, jamais voté dans la loi, au contraire de ce que dit faussement le gouvernement, soit retiré et repris, calmement, comme il doit l'être.
François Bayrou

Colombes fête la nature !

19 Mai 2015, 21:22pm

Publié par MoDem Colombes

Colombes fête la nature !
Chaque Printemps trois manifestations gratuites et d'envergure nationale sont déclinées à Colombes.
- la Fête de la Nature (9è édition), les 23 et 24 mai, un évènement de référence sur la nature en France.
- la Semaine du développement durable du 30 mai au 5 juin, désormais européenne
- les Rendez-vous aux Jardins (13è édition) les 5, 6 et 7 juin, avec pour thème la promenade au jardin
permettant de redécouvrir la richesse et la diversité de nos espaces de nature à Colombes.

Extraits des programmes :

Fête de la Nature

- Samedi 23 mai, au Centre Nature à 15h00, Découvrez la faune et la flore de ce micro-univers qu'est une mare, et à 16h30 un concert de la Fanfare Bio, une formation qui troque les cuivres traditionnels des fanfares au profit de bois et cordes

- Dimanche 24 mai, au Centre Nature à 15h00, après-midi ludique en plein air. Jeu de l’oie géant, jeu des 7 familles, jeu de l’eau, quizz nature. Apprenez sur la nature et la protection de notre planète tout en vous amusant.

- Dimanche 24 mai, à la Coulée Verte, une exposition, des ateliers et rallye sur la diversité floristique et faunistique de la Coulée Verte - 15h à 18h30 dans le wagon ; à 15h00, une conférence Zéro Phyto, pour de nouvelles pratiques de jardinage respectueuses de l’environnement, dans le Chalet.

Semaine européenne du développement durable

avec :

- Un concours d'affiches (dessin, visuel, slogan, ...) "les éco-gestes" est organisé auprès des
Colombiens et agents municipaux pour réaliser ces affichettes les gestes et réflexes à adopter pour réduire nos consommations de papier (utilisation du recto/verso, tri du papier, ...) , d’électricité extinction des lumières et des veilles, favoriser l'éclairage naturel, ...) , d’eau (fermeture des robinets dans les sanitaires, consommer l'eau du robinet, ...). Envoyer vos créations avant le 29 mai. Remise d’un prix (publication de l'affiche dans les lieux publics) le samedi 6 juin.

- L’arbre de l’engagement : Vous aimez votre rue, votre quartier et votre ville ? Vous souhaitez agir pour en améliorer le cadre de vie ? Que vous soyez un particulier, une famille ou une école, venez déposer votre engagement ou votre idée sur l’arbre de l’engagement qui sera installé sur le parvis de l’hôtel de ville le matin du jeudi 4 juin et le samedi. La proposition la plus convaincante sera récompensée et l’action accompagnée pour sa mise en oeuvre.

- Pendant la Fête de la Cerise (5 au 7 juin), seront mis en place à proximité des stands de restauration, des coins-tri qui permettront le tri des déchets (canette/cartonnette/papier et le reste des déchets non recyclables). Des gobelets réutilisables remplaceront les gobelets plastiques jetables sur les stands de restauration. Le système de consigne sera utilisé : après consommation, les clients auront le choix entre rendre leur gobelet et récupérer ainsi leur consigne (1 €) ou bien le conserver

- Découvrez l’opération Habiter durable en vous rendant sur le stand tenu par le partenaire de la ville en charge du programme (le PACT).

Les Rendez-vous aux Jardins

A l'Agrocité : 4-12, rue Jules-Michelet, Portes Ouvertes ven-sam 14h-19h

Au Centre Nature :

  • Samedi 6 juin - Exposition/rallye en plein air « Promenades au jardin » de 14h30 à 17h30.
    Trotter, voler, ramper, glisser… Comment les animaux ce promènent-ils dans nos jardins ? Quelle distance peuvent-ils parcourir en une heure ? Comment leur corps s’est adapté à leur environnement ? Les réponses surprenantes et ingénieuses égaieront votre promenade. Pour les enfants, un rallye transformera cette visite en jeu. Et à 16h00 : concert de printemps par l'orchestre de variétés du Pupitre 92 avec des reprises de chansons populaires très variées (17 musiciens !).
  • Dimanche 7 juin - Atelier « Initiation à la Poterie » à 15h15 par l’association du Centre Nature comme au temps du patronage avec Pierre de Salabert, instituteur fondateur du jardin. Et à 16h00 : concert de guitares par le conservatoire de Colombes dirigé par Jean Pierre Semeraro (pièces de Henk Hoekema, des danses de la Renaissance de Michael Preatorius, des chansons du folklore Yiddish et du blues de la Nouvelle-Orléans).

À la Coulée Verte :

  • Dimanche 7 juin - Exposition sur la biodiversité de la Coulée Verte de 15h à 18h30, dans le Wagon. Animation en continu sur la nidification de la mésange charbonnière.À partir de 16h « Sauvages de ma rue », le citadin devient chercheur en herbe sur un trottoir. L’objectif est de comprendre le fonctionnement de la biodiversité en milieu urbain. Un agent du Service Écologie Urbaine sera là pour vous guider. Public familial, enfant à partir de 10 ans. RDV devant le wagon.

Merci aux services municipaux, plus particulièrement le service Ecologie Urbaine, et aux diverses associations impliquées.

Colombes : la nouvelle médiathèque de la Marine

15 Mai 2015, 18:48pm

Publié par MoDem Colombes

Colombes : la nouvelle médiathèque de la Marine

La nouvelle médiathèque de Colombes, la Marine, située 155 boulevard du Général-de-Gaulle, est officiellement inaugurée le 20 mai à 11h30 et ouvre ses portes le 20 mai, de 15h à 18h. Cette ouverture sera suivie de trois journées portes ouvertes, le 21, le 22 et le 23 mai, de 10h à 18h.

Les horaires habituels - qui seront en vigueur dès le mardi 26 mai - sont les suivants :

Mardi : 12h30-19h ; Mercredi 10h-18h ; Jeudi : fermé ; Vendredi : 10h-13h et 16h30-19h ; Samedi : 10-18h

Elle remplace la médiathèque Aragon qui avait provisoirement déménagé dans l’Espace des Quatre Chemins.

21 postes multimédia, des ressources numériques et pas moins de 25 000 ouvrages seront disponibles sur un espace de 1 100 m2 favorisant la cohabitation des usagers.

Deux façades entièrement vitrées, donnant à la fois sur un square et sur le boulevard, laissent entrer la lumière à pleins flots. Des meubles modernes, fauteuils avec repose-pieds, canapés moelleux, sont autant d’invitations à s’asseoir confortablement ou s’allonger avec un ouvrage ou une revue. Disséminés dans le bâtiment, 15 postes multimédias et 6 écrans tactiles donnent accès à des ressources numériques, également proposées dans les autres médiathèques et consultables à domicile pour certaines. Au catalogue du soutien scolaire, des cours pour s’initier au code de la route, aux langues étrangères. Les ouvrages dématérialisés sont consultables sur les liseuses prêtées aux abonnés.

L’édifice se distingue par des bulles de verre insonorisées qui ponctuent l’espace. La première surplombe une salle d’étude de 40 places en soussol et forme ainsi un puits de lumière. Y sera installée une sculpture lumineuse de l’artiste Félicie d’Estienne d’Orves, composée d’un disque de lumière d’un mètre de diamètre en led, motorisé, qui se déplacera verticalement du lever du soleil jusqu’à son zénith. À l’heure du coucher du soleil, un rayon vert apparaîtra, évocateur de la diffraction de la lumière sur l’horizon de la mer. Une deuxième bulle, plus petite, est dédiée aux bébés lecteurs, une troisième bulle offre la possibilité de travailler en groupe.

Interview Michel Mome, conseiller municipal, délégué à la Gestion des médiathèques.

Quelle est la fonction d’une médiathèque aujourd’hui ?
Pour moi, une médiathèque est un lieu où l’on a stocké tout ce que l’on sait, tout ce qui a été accompli, écrit, sur le modèle de la bibliothèque d’Alexandrie. C’est un lieu d’échanges, qui permet de créer, de rêver, d’imaginer, de réaliser l’inaccompli… C’est un endroit singulier, non marchand, et dont le critère de succès est le nombre d’usagers et leur appropriation du lieu. Il s’agit de créer une dynamique, en invitant des personnalités, des talents, pour faire des médiathèques un troisième lieu, attractif, qui intègre de multiples usages, et où chaque public a son espace.
La mise en réseau est-elle indispensable à la lecture publique ?
Il faut permettre aux informations de circuler, c’est un challenge. La lecture passe d’abord par les livres mais elle se complète par tous les autres médias et les nouvelles technologies. Avec la médiathèque de la Marine, nous passons du stock imprimé au flux numérique, ce qui nous amènera à la mise en réseau des ressources des médiathèques de la Ville, renforcée à terme par les évolutions territoriales en cours.
"Un lieu d’échanges, qui permet de créer, de rêver, d’imaginer, de réaliser l’inaccompli"
Vous invitez à nouveau un auteur en résidence à la rentrée prochaine, quel sera son rôle ?
Un artiste en résidence-mission est ancré sur le territoire dans une démarche de transmission. L’auteur sera immergé dans Colombes et fédérera autour de lui et de son oeuvre pour faire découvrir sa démarche artistique. Il développera des processus créatifs avec les habitants à travers des ateliers, rencontres, spectacles, performances, installations...
Colombes : la nouvelle médiathèque de la Marine
Colombes : la nouvelle médiathèque de la Marine

Le 9 mai Fête de l'Europe ?

8 Mai 2015, 20:23pm

Publié par MoDem Colombes

Le 9 mai Fête de l'Europe ?

Il y a 65 ans, lors d'une conférence de presse tenue le 9 mai 1950 dans le salon de l'horloge du quai d'Orsay, Robert Schuman, Ministre des Affaires Etrangères, propose la mise en commun des ressources de charbon et d'acier de la France et de la République Fédérale d'Allemagne, dans une organisation ouverte aux autres pays d'Europe.

Ainsi, 5 ans après la capitulation de l'Allemagne, la France accomplissait le premier acte décisif de la construction européenne.

C'est en référence à cette démarche fondatrice que le 9 mai de chaque année fut institué "Journée de l'Europe".

La Journée de l'Europe devrait donc être l'occasion de festivités qui rapprochent l'Europe de ses citoyens. Malheureusement, que ce soit dans les médias, au niveau de l'Etat ou des collectivités locales, rien - ou presque - n'est prévu.


A cette occasion, nous publions la Décalaration de Robert Schuman du 9 mai 1950 posant les fondements de l'Europe :

.

"La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent.

La contribution qu'une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. En se faisant depuis plus de vingt ans le champion d'une Europe unie, la France a toujours eu pour objet essentiel de servir la paix. L'Europe n'a pas été faite, nous avons eu la guerre.

L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d'abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l'opposition séculaire de la France et de l'Allemagne soit éliminée : l'action entreprise doit toucher au premier chef la France et l'Allemagne.

Dans ce but, le gouvernement français propose de porter immédiatement l'action sur un point limité, mais décisif :

Le Gouvernement français propose de placer l'ensemble de la production franco-allemande du charbon et d'acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe.

La mise en commun des productions de charbon et d'acier assurera immédiatement l'établissement de bases communes de développement économique, première étape de la Fédération européenne, et changera le destin des régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes.

La solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre entre la France et l'Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible. L'établissement de cette unité puissante de production ouverte à tous les pays qui voudront y participer, aboutissant à fournir à tous les pays qu'elle rassemblera les éléments fondamentaux de la production industrielle aux mêmes conditions, jettera les fondements réels de leur unification économique.

Cette production sera offerte à l'ensemble du monde, sans distinction ni exclusion, pour contribuer au relèvement du niveau de vie et au progrès des œuvres de paix. L'Europe pourra, avec des moyens accrus, poursuivre la réalisation de l'une de ses tâches essentielles : le développement du continent africain.

Ainsi sera réalisée simplement et rapidement la fusion d'intérêts indispensable à l'établissement d'une communauté économique et introduit le ferment d'une communauté plus large et plus profonde entre des pays longtemps opposés par des divisions sanglantes.

Par la mise en commun de production de base et l'institution d'une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l'Allemagne et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assisses concrètes d'une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix.

Pour poursuivre la réalisation des objectifs ainsi définis, le gouvernement français est prêt à ouvrir des négociations sur les bases suivantes.

La mission impartie à la Haute Autorité commune sera d'assurer dans les délais les plus rapides : la modernisation de la production et l'amélioration de sa qualité ; la fourniture à des conditions identiques du charbon et de l'acier sur le marché français et sur le marché allemand, ainsi que sur ceux des pays adhérents ; le développement de l'exportation commune vers les autres pays ; l'égalisation dans les progrès des conditions de vie de la main-d'œuvre de ces industries.

Pour atteindre ces objectifs à partir des conditions très disparates dans lesquelles sont placées actuellement les productions de pays adhérents, à titre transitoire, certaines dispositions devront être mises en œuvre, comportant l'application d'un plan de production et d'investissements, l'institution de mécanismes de péréquation des prix, la création d'un fonds de reconversion facilitant la rationalisation de la production. La circulation du charbon et de l'acier entre les pays adhérents sera immédiatement affranchie de tout droit de douane et ne pourra être affectée par des tarifs de transport différentiels. Progressivement se dégageront les conditions assurant spontanément la répartition la plus rationnelle de la production au niveau de productivité le plus élevé.

A l'opposé d'un cartel international tendant à la répartition et à l'exploitation des marchés nationaux par des pratiques restrictives et le maintien de profits élevés, l'organisation projetée assurera la fusion des marchés et l'expansion de la production.

Les principes et les engagements essentiels ci-dessus définis feront l'objet d'un traité signé entre les Etats. Les négociations indispensables pour préciser les mesures d'application seront poursuivies avec l'assistance d'un arbitre désigné d'un commun accord : celui-ci aura charge de veiller à ce que les accords soient conformes aux principes et, en cas d'opposition irréductible, fixera la solution qui sera adoptée. La Haute Autorité commune chargée du fonctionnement de tout le régime sera composée de personnalités indépendantes désignées sur une base paritaire par les Gouvernements ; un Président sera choisi d'un commun accord par les autres pays adhérents. Des dispositions appropriées assureront les voies de recours nécessaires contre les décisions de la Haute Autorité. Un représentant des Nations Unies auprès de cette Autorité sera chargé de faire deux fois par an un rapport public à l'O.N.U. rendant compte du fonctionnement de l'organisme nouveau notamment en ce qui concerne la sauvegarde de ses fins pacifiques.

L'institution de la Haute Autorité ne préjuge en rien du régime de propriété des entreprises. Dans l'exercice de sa mission, la Haute Autorité commune tiendra compte des pouvoirs conférés à l'Autorité internationale de la Ruhr et des obligations de toute nature imposées à l'Allemagne, tant que celles-ci subsisteront."

Vote et éligibilité des femmes. C'était il y a 70 ans !

29 Avril 2015, 12:56pm

Publié par MoDem Colombes

Vote et éligibilité des femmes. C'était il y a 70 ans !

Le 29 avril 1945, les Françaises votaient pour la première fois de leur histoire, lors des élections municipales.

Le 21 avril 1944, le droit de vote est accordé aux femmes en France par une ordonnance du Comité français de la Libération nationale, signée par Charles de Gaulle depuis Alger. Le droit de vote des femmes est confirmé par l’ordonnance du 5 octobre sous le Gouvernement provisoire de la République française, mais il n'est utilisé que le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l’Assemblée constituante.

En 1945, aux élections municipales, Odette Roux, 28 ans, de la liste d’Union pour la résistance antifasciste aux élections municipales, est élue maire des Sables-d'Olonne par le nouveau conseil municipal et devient la première femme à administrer une ville de cette importance en France.

Mais dès cette première consultation, d'autres femmes deviennent maire de leur commune. Certaines étaient aussi très jeunes, beaucoup issues de la Résistance et du Parti communiste, comme Pierrette Petitot, maire de Villetaneuse, en région parisienne jusqu'en 1977. Dans la petite commune d'Echigey (Côte-d'Or), la maire et tous les membres du conseil sont des femmes.

On estime à 3 % le nombre de femmes conseillères municipales en 1945. Neuf font leur entrée au Conseil de Paris, sur 90 élus.

En octobre 1945, les femmes votent pour leurs premières législatives : 33 d'entre elles entrent à l'Assemblée... sur 586 députés.

Marcelle Devaud qui a été en 1959 à Colombes la 1ère maire d'une commune de plus de 80.000 habitants, fut aussi en 1948 la première femme à accéder à la vice-présidence du Sénat.

En 2015, on compte désormais 40,3% de femmes dans les conseils municipaux. Seulement 16% des maires sont des femmes, 8 % des présidents d'intercommunalités sont des présidentes, et 5 % des régions sont dirigées par des femmes...

Vote et éligibilité des femmes. C'était il y a 70 ans !

Les petites manoeuvres du PS de Colombes dans un territoire qu'il espère reconquérir

24 Avril 2015, 07:33am

Publié par MoDem Colombes

Les petites manoeuvres du PS de Colombes dans un territoire qu'il espère reconquérir

Samedi dernier, Madame Christiane Taubira est venue visiter les Fossés-Jean en catimini.

Personne n'avait été mis au courant, hormis le Député Alexis Bachelay et l'ancien Maire Philippe Sarre.

Elle y a rencontré l'association "La lumière de Colombes", association menacée de fermeture à cause de la baisse de subvention que la Mairie de Colombes lui versait.

Là, nous sommes dans le domaine de l'émotion.

Tous les Services de la Ville ont fait des efforts afin de compenser la baisse des dotations de l'Etat faite aux collectivités locales lors de l'arrivée du Premier Ministre Manuel Valls. Elles sont de l'ordre de 5 millions d'euros.

Cette politique est menée parce que le Gouvernement, dont Madame la Ministre fait partie, est incapable de se réformer lui-même. A cet égard, j'invite Madame le Garde des Sceaux à venir visiter le Tribunal d'Instance de Colombes, son domaine de compétence.

Celui-ci n'est pas vraiment digne des magistrats et fonctionnaires qui y travaillent et qui attendent depuis des années, entre autres, que les huisseries et surtout les fenêtres soient enfin changées avant qu'elles ne restent dans leurs mains.

Je vous fait une suggestion, Madame la Garde des Sceaux : occupez-vous de votre Ministère, du Tribunal d'Instance de Colombes, par respect pour les fonctionnaires qui y travaillent !

Michel Môme

Président Section MoDem de Colombes

Départementales à Colombes : les Colombiens amplifient leur vote des Municipales !

29 Mars 2015, 22:34pm

Publié par MoDem Colombes

Départementales à Colombes : les Colombiens amplifient leur vote des Municipales !

C'est une défaite historique pour la Gauche à Colombes !

Le nouveau Canton Colombes-1, né de la fusion du canton Nord-Est - PCF depuis 1984 et du canton Nord-Ouest - PCF de 1984 à 2004 et PS depuis 2004 (et d'une partie du Canton Sud)

est remporté par le binôme UMP/UDI avec 54,10% des voix.

Félicitations à Nicole Goueta (UMP) et à Sébastien Perrotel (UDI) !

Merci aux 10391 Colombiens qui ont plébicité l'union de la droite et du centre !

Sur l'ensemble de Colombes, les colombiens amplifient leur vote des municipales :

UMP/UDI : 55,40% - 10391 voix

PS/PCF/Verts : 44,60% - 8373 voix

Pour Colombes-1

Nicole GOUETA (UMP) - Sébastien PERROTEL (UDI) : 54,10% 8213 voix

Philippe SARRE - Fatoumata SOW (PS) : 45,90% 6968 voix
Inscrits : 38190

Votants : 16200

Exprimés : 15181

Part. : 42,42 %
Blancs : 703
Nuls : 316

Pour Colombes-2

Isabelle CAULLERY - Yves REVILLON (UMP) : 60,79% 2178 voix

Isabelle DAHAN - Alexis GUERIT (PS) : 39,21% 1405 voix

Inscrits : 7989

Votants : 3765

Exprimés : 3585

Part. : 47,13 %
Blancs : 127
Nuls : 55

Départementales à Colombes : les Colombiens amplifient leur vote des Municipales !

Résultats Elections Départementales 2ème Tour Colombes-1 et 2

29 Mars 2015, 22:09pm

Publié par MoDem Colombes

Résultats Elections Départementales 2ème Tour Colombes-1 et 2

Colombes-1 :

Nicole GOUETA (UMP) - Sébastien PERROTEL (UDI) : 54,10% 8213 voix

Philippe SARRE - Fatoumata SOW (PS) : 45,90% 6968 voix
Part. : 42,42 %
Blancs : 703
Nuls : 316

Colombes-2 (partie Colombes uniquement):

Isabelle CAULLERY - Yves REVILLON (UMP) : 60,79% 2178 voix

Isabelle DAHAN - Alexis GUERIT (PS) : 39,21% 1405 voix

Part. : 43,02 %
Blancs : 127
Nuls : 55

Résultats 1er tour Elections Départementales Colombes-1 et 2

22 Mars 2015, 22:23pm

Publié par MoDem Colombes

Résultats 1er tour Elections Départementales Colombes-1 et 2

Résultats Colombes global :

FN : 14,9 ;

DVD : 3,9 ; UMP/UDI : 37,3 ;

DVG : 0,7 ; PS : 28,6 ; FDG/EELV : 14,6.

COLOMBES 1
Résultats définitifs

Part. : 42,38 %
Blancs : 409
Nuls : 145


1 - UMP/UDI (GOUETA / PERROTEL) : 5554 - 35,53 %

2 - PS (SARRE / SOW) : 4536 - 29,02 %

3 - FN (LAVAUD / NUSSAC) : 2404 - 15,38 %

4 - FdG (BOUCHOUICHA / CHOMBEAU) : 1442 - 9,22 %

5 - EELV (GASMI / MECHAKRA : 937 - 5,99 %

6 - BUTAYE / NIRONI-BUTAYE : 619 - 3,96 %

7- ABIDINE / MANOHA : 140 - 0,90 %


COLOMBES 2

Résultats définitifs

Part. : 49,49 %
Blancs : 98
Nuls : 33

1 - UMP (CAULLERY / RÉVILLON) : 1707 - 44,65 %
2 - PS (DAHAN / GUERIT) : 1026 - 26,84 %

3 - FN (FRAUDIN / PENOU) : 495 - 12,95 %

4 - EELV/FdG (BOUDAILLIEZ / NATUREL) : 451 - 11,80 %

5 - DLR (CONTE / TAILLANDIER) : 144 - 3,77 %

"Colombes, Asnières, Clichy et Montrouge seraient gagnables selon le patron du PS 92, Philippe Sarre, qui place aussi beaucoup d’espoir sur Clamart et Châtillon."
""Politique pro-patronale du gouvernement » et « politique anti-sociale de la droite » : le Parti de gauche ne veut pas choisir entre le PS et la droite, et laisse « la liberté de vote » à ses électeurs dans le canton de Colombes-1"